Richard Bellia : « J'ai commencé par hasard et j'ai continué par habitude »

Photographie | Avec son livre Un œil sur la musique, le photographe Richard Bellia retrace 35 ans d'une carrière aux côtés des plus grands (The Cure, Nirvana, Joe Strummer). Avant la présentation de son ouvrage à Lyon, il est revenu sur sa vie derrière l'objectif.

Gabriel Cnudde | Mardi 15 novembre 2016

Quand vous étiez jeune, vous étiez passionné de musique et de photographie. C'est pour ça que vous avez choisi ce métier, pour allier vos deux passions ? Ou bien vous n'y avez jamais réfléchi et ça s'est fait naturellement ?
Richard Bellia :
C'est exactement ça. C'est exactement la deuxième possibilité. C'est à dire que je l'ai fait, puis après je me suis retrouvé à l'avoir fait. Y'avait pas plus de plan de carrière que ça. Ça s'est fait de manière vachement simple. Les Anglais disent « I got carried away » et bien moi c'est pareil. J'ai commencé par hasard et j'ai continué par habitude.

Vous avez énormément photographié les artistes sur scène et un peu moins en studio ? Pourquoi ? Êtes-vous plus attiré par le côté "libre" et "sauvage" de la scène ?
Ce n'est pas aussi simple que ça. En fait, je crois qu'en tant que photographe, je prends ce qu'on me donne. Si on me dit que je dois aller au concert de X, je suis content. Si j'ai le droit de rester sur le devant de la scène, je suis encore plus content. Si on me dit que je peux y rester une demi-heure, je suis encore plus content. Si on me dit que je peux aller retrouver le groupe après le concert, je suis encore encore encore plus content. Mais je n'ai pas de mode opératoire.

Le seul que j'ai, c'est que je ne parle plus aux médias et aux maisons de disque. J'ai une page dans Le Figaro lundi avec une photo de The Cure de 1980. Je fais une photo il y a vingt ans et elle me rapporte de l'argent aujourd'hui. C'est épuisant comme métier de se dire qu'on va mettre des années à rentabiliser son boulot. Au départ, on fait des photos pour qu'elles passent dans des journaux. Mais si les journaux qui sont sensés passer mes photos, me parlent comme de la merde, alors tout change. J'ai décidé de ne plus m'en préoccuper et mon travail est devenu vachement plus agréable.

La photographie c'est magnifique, mais la photographie numérique est affreuse. Jamais un magasin de photos ne montrera les deux l'un à côté de l'autre.

Avec Un œil sur la musique, vous retracez une carrière remarquable tant sur la durée que sur le contenu. Vous n'avez jamais eu envie d'arrêter ? Qu'est-ce qui vous a donné la force de continuer ?
Plein de fois ! Plein plein plein de fois. Je me suis souvent dit que j'allais faire n'importe quoi d'autre, que je n'en pouvais plus. Mais en fait j'aime bien ce métier. Et je crois que je suis assez bon, alors ça me poussait à continuer. J'ai des habitudes. Il n'y a pas de main qui sort du ciel pour me dire de faire ci ou ça. C'est réellement épuisant.

Vous êtes un fervent défenseur de l'argentique face au numérique.
Parce que le numérique est plus moche. La photographie c'est magnifique, mais la photographie numérique est affreuse. Jamais un magasin de photos ne montrera les deux l'un à côté de l'autre. En terme d'investissement, le numérique coûte un zéro de plus que l'argentique. Et c'est moche ! Donc, il faut vraiment ne pas aimer ni les gens ni la photographie pour faire ça. Il faut être déterminé pour défendre ce truc. Je ne suis pas en guerre, je ne défends rien du tout. Mais il faut les voir tous ces Badabeus avec leurs 5D à 3000 euros qui tombent en panne tous les trois ans.

Est-ce que ce n'est pas la société dans laquelle on vit qui pousse au numérique, à l'instantané, à vouloir des photos de concerts directement après la fin du spectacle ?
C'est une connerie ça ! Qui raconte ça ? Ça vient d'où, c'est quoi la source ? C'est une vision de l'esprit, ça n'existe pas. C'est une invention. Ce n'est pas vrai, personne ne sort d'un concert en réclamant des photos. Et même si je dois sortir des photos en trente minutes, j'y arrive aussi. Le chronomètre au-dessus de nos têtes n'existe pas.

Que vous inspirent les gens qui passent le plus clair de leur temps le portable en main pendant les concerts ?
Qu'est-ce que j'en pense ? Je pense que ça doit être incroyablement chiant pour les musiciens sur scène. Quand tu te mets à chanter devant des gens et que tu te retrouves face à une forêt de bras ça doit être affreux. Après c'est une technologie qui permet d'enregistrer donc ce serait bien con de ne pas le faire. Je préfère évidemment ce que je fais moi parce que c'est beaucoup plus beau mais voilà... Ça me fait un peu mal au cœur mais je ne vais pas partir en croisade contre ça.

Quelle est la photo dont vous êtes le plus fier aujourd'hui ?
Oh, plein. Il y en a plein. J'en ai deux ou trois qui passent leur temps à ressortir lors de présentations, de diaporamas. Assez souvent, j'ai une photo de Joe Strummer qui revient. Pareil avec une photo de Nirvana.

Serez-vous au concert de The Cure jeudi soir à Lyon ?
Ils devaient arriver à Lyon la veille pour faire un shooting mais ils viennent d'annuler pour n'arriver que le jour même. Mais oui, je serai au concert !

Quels sont les conseils que vous donneriez à quelqu'un qui voudrait suivre votre voie ?
Dans l'ordre : faire de l'argentique, évidemment, acheter les bons objectifs, c'est primordial, et arrêter avec vos bouchons sur vos objectifs, connards. On n'a jamais entendu un mec dire : « ouf, j'ai failli casser mon objectif mais heureusement j'avais mon bouchon. » Sinon, il faut développer ses films soi-même, et discuter avec les autres photographes.

Y'a-t-il un musicien que vous aimeriez photographier ?
Il y en a, mais c'est plus ancien. J'aurai aimé faire Rage Against the Machine ou Beck. Maintenant c'est un vieux monsieur, on s'en fout. Il fallait l'avoir en 1993/1994, quand il défonçait tout.

Un oeil sur la musique (éd. 123 ISO)
A la Taverne Gutenberg le jeudi 24 novembre à 18h pour le vernissage de l'exposition
Au CCO le mercredi 23 novembre pour l'inauguration de la Maison-Livre conçue par Looking for Architecture


Richard Bellia

Pour son livre "Un oeil sur la musique 1980 - 2016"
Taverne Gutenberg 5 rue de l'Epée Lyon 3e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bellia's touch

ARTS | Après avoir contribué à la création d'une cuvée de beaujolais nommée fucks@rkozy.com qui a fait grand bruit ; après avoir exposé les clichés d'Un œil sur la Musique, (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 12 janvier 2012

Bellia's touch

Après avoir contribué à la création d'une cuvée de beaujolais nommée fucks@rkozy.com qui a fait grand bruit ; après avoir exposé les clichés d'Un œil sur la Musique, son ouvrage résumant 25 ans de photo rock sorti il y a 4 ans, un peu partout dans le monde, et avant l'édition d'une version augmentée d'icelui, Richard Bellia revient et il est content. Il aurait tort de ne pas l'être puisque le Club Transbo, le «grand salon» du Transbordeur, lui consacre sa toute première exposition du 18 janvier au 3 avril. S'il y a encore des gens qui ignorent qui est Richard Bellia, rappelons que depuis près de trente ans, ce Lorrain d'origine et Lyonnais d'adoption arpente les concerts (non sans parfois se jeter dans la foule) et les coulisses pour prendre en photo ce que la planète compte de rock-stars (deux de ses clichés figurent dans la réédition anniversaire du Nevermind de Nirvana). Qu'il a travaillé pour le NME ou Les Inrocks de la grande époque, qu'il a le 06 de Robert Smith et Anton Newcombe et qu'il se pose en grand défenseur de la tradition argent

Continuer à lire

Légende urbaine

ARTS | De Bowie à Morrissey, en passant par les Clash, Cure et autres Pixies, avec pourquoi pas un crochet par Léo Ferré et Radiohead, Richard Bellia a photographié en 25 ans tout ce que la scène musicale mondiale compte de mythes. Il a fait bien pire encore... Emmanuel Alarco

| Mercredi 1 février 2006

Légende urbaine

À la télé, derrière des platines, en train de photographier une rock star ou de faire des crêpes à Nuits Sonores, vous avez forcément déjà croisé Richard Bellia. Perplexes face aux multiples casquettes du bonhomme et à l'omniprésence de sa silhouette inimitable dans tout ce que la ville compte d'événements culturels, vous vous êtes même sans doute déjà demandés : "mais qui c'est ce type ?" Nous aussi. Au fil des années, au gré de conversations avec les "gens du milieu", puis avec l'intéressé lui-même, les fils d'une inextricable toile biographique nous sont apparus un à un. On a ainsi appris que l'homme avait fait de la radio, qu'il était à l'origine d'une grande campagne de sensibilisation au tri sélectif dans les festivals, qu'il touchait sa bille en cuisine et, surtout, qu'il était photographe. Et pas des moindres ! Du genre à traîner à Manchester dans les années 80 et à coucher sur pellicule quelques modestes groupes locaux, de New Order aux Smiths, en passant par les Happy Mondays. La légende du rock en marche À ce propos, Richard nous rappelle en début d'entretien l'adage de John Ford qui, entre la réalité et la légende, choisit "d'imprimer la légende". L

Continuer à lire

Richard Bellia

ARTS | 18 janvier 1962 : naissance à Longwy 1980 : achète son premier appareil et fait ses premières photos de concert le jour même 1985 : premières publications (...)

| Mercredi 1 février 2006

Richard Bellia

18 janvier 1962 : naissance à Longwy 1980 : achète son premier appareil et fait ses premières photos de concert le jour même 1985 : premières publications dans la presse nationale et internationale 1987-1989 : travaille pour le Melody Maker à Londres 1990-1992 : fait de la radio en Suisse et en Belgique (Couleur 3, RTBF) 1992 : tour du Népal et du Sénégal à vélo pour le Guide du Routard 2002 : naissance de sa fille, se sent devenir un adulte responsable, vote Chirac au deuxième tour et fait la Une du Figaro (aucun lien) pour son scénario de court-métrage primé par l'AFCAE 2006 : arte, Rock&Folk et... TLM parlent de son expo au Buldo

Continuer à lire

«Faire marrer, c’est mon plus produit»

ARTS | Entretien / Richard Bellia, photographe rock, auteur d’Un Œil sur la Musique, colossal retour en images essentielles et en textes acides sur 25 ans de rock. Propos recueillis par Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Mercredi 14 novembre 2007

«Faire marrer, c’est mon plus produit»

Petit Bulletin : Un Œil sur la musique vaut presque autant pour les légendes des photos que pour les clichés eux-mêmes…Richard Bellia : J’ai un peu voulu bousculer la norme : en général, chacun fait son taf : le journaliste écrit son papier, le photographe fait un portrait. Point. J’ai l’impression que personne n’a encore sorti de bouquin où le photographe donne son avis. Et puis, au bout de 260 pages, on peut se dire que mes photos m’autorisent un peu à l’ouvrir... Mais j’ai surtout fait en sorte d’éviter les poncifs de l’écriture rock. Justement, on est frappé par le regard distancié que tu portes sur la mythologie rock. Comme quand tu ironises sur Metallica ou Björk…Être à fond sur la mythologie du rock, c’est typiquement français. Mais ça fait du bien d’apporter un éclairage supplémentaire sur des choses un peu crispantes : Metallica, c’est le premier groupe qui a fait un procès à Napster parce qu’on téléchargeait leur musique. Dans un sens, c’est légitime, mais ces mecs là depuis 20 ans, ils vendent un disque toutes les 8 secondes. Ils avaient peur de quoi ? De ne plus vendre qu’un disque toutes les 16 s

Continuer à lire