Ce qu'ils pensent de Jarre

Héritage | Encore pertinent, Jean Michel Jarre ? A-t-il été un passeur, une influence ? On a questionné trois générations de DJs : P.Moore dans le rôle de l'ancien, Kosme dans celui du gars dans le vent, et enfin P.errine pour la jeune garde se faisant ces derniers mois une place de choix dans les clubs de la ville.

La rédaction | Mardi 15 novembre 2016

Photo : Kosme © Aldo Paredes


Kosme

« Jean Michel, c'est mon inspiration "électronique" à la française ! L'un de mes premiers vinyls ! C'est un avant-gardiste, qui a su impulser de la créativité à une époque où tout était à construire. C'est quelqu'un qui a su perdurer dans le temps et se dépasser année après année, ses shows sont toujours incroyables ! »

P.Moore

« L'album Oxygène en 1976 : je n'ai pas encore dix ans et c'est LE premier véritable choc musical ! Je n'y connais pas encore grand chose, mais je sens bien qu'il se passe "un truc"... Mis à part quelques singles, ce doit être là le premier album d'une longue collection ! Sa musique donne une image assez datée, très 70's à vrai dire. Mais comme il s'agit d'une période très prolifique artistiquement parlant, son apport ne peut être que réel. Je pense que les précurseurs de la scène électro lyonnaise de l'époque (dont je fais partie) ont tous l'âge pour avoir grandi en écoutant JMJ, donc — même inconsciemment — cela a dû jouer un petit peu dans l'essor actuel. Mais ce n'est pas la principale raison ! Son concert à Lyon a certainement dû influencer nos futurs goûts en matière de fêtes aux scénographies (son, lumières, vidéo) poussées et novatrices. »

P.errine

« Ma première rencontre avec Jean Michel Jarre c'était quand j'avais 15 ans. Je commençais à me passionner pour le support vinyle. Je les trouvais dans des brocantes le mercredi midi, où j'allais après les cours. Mais j'avais surtout la fâcheuse habitude d'en voler à ma mère. En fouillant j'ai trouvé Équinoxe, un disque qui date de la fin des années 70 je crois. Je l'ai surtout volé à cause de la pochette que je trouve superbe. Aujourd'hui, je l'écoute encore, c'était un de mes premiers disques de musique "électronique".

J'ai toujours trouvé sa présence dans le paysage musical français assez rassurante. Quant à mon travail, je pense que des groupes comme Kraftwerk et Grauzone ont eu plus d'influence, mais l'album Équinoxe a sûrement fait évoluer doucement mes goûts de la cold wave vers des sonorités plus électroniques. J'en garde un souvenir très pur, et je trouve que c'est toujours aussi moderne aujourd'hui.

Son influence sur la scène électro ? Il doit avoir un rôle à jouer et je trouve qu'aujourd'hui, il démocratise un peu le genre, il représente plutôt un style hybride de pop electro. En revanche, tout le travail autour du "design sonore" qu'il a fait pour France Info est pour moi assez pertinent, je crois que ça montre bien l'évolution et la place de la musique électronique en France. »


Jean-Michel Jarre


Halle Tony Garnier Place des Docteurs Charles et Christophe Mérieux Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 21 mars 2017

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches

24>03>17 L'EMPREINTE KIKO Un peu tombé dans l'oubli malgré une production jamais interrompue (et pléthorique) sur des labels comme Get Physical ou Suara, Kiko ressurgit en lumière par la grâce de cette toute nouvelle soirée, résidence lancée par un autre ancien qui lui fait un retour en force : P.Moore. Kiko, ex moitié de Phunky Data, mêle des influences techno, new wave, house ou italo disco depuis ses débuts grenoblois en 1992. Nineties. 25>03>17 LA MACHINERIE MICHAEL MAYER Le crew Omā convie dans ce tout nouveau club (ouvert mi mars), qui s'impose d'emblée comme incontournable par sa programmation alléchante, Michael Mayer, boss de Kompakt, et deux de ses poulains : Sandrino (repéré aussi sur l'excellent label Innervisions) et Rex the Dog, le Londonien jouant live. Soit, encore, un line-up bien fat pour amateurs de techno à tendance minimale (ou pa

Continuer à lire

Les Chemical Brothers au festival Nuits Sonores

Nuits Sonores 2017 | Voici la suite de la programmation de Nuits Sonores : des Chemical Brothers à Pharoah Sanders, en passant par Vitalic et Stormzy, c'est une édition excitante qui s'avance, où l'on relève une réelle connexion avec le monde qui nous entoure, loin des plateaux techno au kilomètre : regard accentué vers le Moyen-Orient, place accrue accordée aux artistes féminines, intérêt pour la scène queer, retour vers le jazz et ouverture d'une scène entière dédiée à la jeune garde hip-hop... Vincent Carry (le directeur) et Pierre-Marie Ouillon (le programmateur) nous expliquent cette édition en vidéo : l'occasion aussi de découvrir ce tout nouveau lieu, les usines Fagor-Brandt.

Sébastien Broquet | Mardi 14 février 2017

Les Chemical Brothers au festival Nuits Sonores

Culte, la nuit 4 Chemical Brothers ! Le duo de Manchester sera sans aucun doute l'attraction principale de cette édition, œuvrant au peak time de la nuit 4 le samedi soir, dans la halle 1... Tom Rowlands et Ed Simons ont construit depuis le début des 90's un culte dépassant largement le big beat originel et délivrent des DJ sets absolument déments. Il va falloir jouer des coudes pour s'approcher ! Autour d'eux sur cette scène, se produiront l'allemand Errorsmith, mais aussi le Syrien précurseur des musiques électroniques Rizan Sa’id entre rythmes kurdes traditionnels et synthétiseurs. « La nuit 4 sur cette scène 1, c’est un peu notre spéciale 15 ans, notre anniversaire » explique Pierre-Marie Ouillon, le programmateur. Et c'est P.Moore qui clôturera cette nuit, histoire de concrétiser son come-back : belle attention et gros moment d'émotion à prévoir au petit matin. « Il a décidé de se remettre dans le match, et il est la personnalité qui peut relever ce défi : ce sera historique pour nous ! » ajoute Pierre-Marie Ouillon. Pourra-t-il dépasser l'horair

Continuer à lire

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches ce week-end

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 4 octobre 2016

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches ce week-end

07>10>16 LE SUCRE FUNKINEVEN C'est l'une des bonnes nouvelles de la rentrée : l'arrivée du petit génie de la house qu'est Funkineven aux commandes d'une nouvelle résidence au Sucre. Patron de Apron Records, celui dont le véritable patronyme est Steven Julien s'est affirmé comme l'un des producteurs les plus intéressants de sa génération, mais aussi comme un DJ couvrant tout le spectre de la dance telle qu'on l'entend : avec lui, James Brown peut se caler sur un classique acid house sans heurt. Pour l'accompagner, Brassfoot. Hédonisme. 07>10>16 CAFE GALERIE P.MOORE Le retour de P.Moore, c'est la surprise de ces derniers mois, à l'instar du come-back d'Emmanuel Top : c'est peu dire

Continuer à lire

Kosme, sans fard

Entretien | Fer de lance de la jeune scène techno et house, auteur de DJ sets époustouflants qui ont fait le bonheur des aficionados du Sucre où il était résident, Kosme s'est exilé à... Chamonix pour trouver un nouveau souffle. À savourer ce week-end, du côté de la We Are Reality.

Sébastien Broquet | Mardi 20 septembre 2016

Kosme, sans fard

Est-ce que le fait de quitter Lyon et l’urbanité pour Chamonix et un endroit plus proche de la nature a changé ta manière de composer, ton son, tes DJ sets ? Kosme : Ça a changé entièrement ma vie ! J'arrivais personnellement à la fin d'un cycle à Lyon, pas seulement dans la musique, mais aussi dans ma vie. J'avais besoin d'un nouvel envol, d'un nouvel air, de repousser mes limites et de sortir de ma zone de confort pour évoluer. Depuis deux ans, on a lié des liens étroits avec Chamonix grâce au festival Unlimited alliant musique et montagne, organisé par José Lagarellos : c'est assez naturellement que je me suis installé ici. Chamonix répond actuellement entièrement aux besoins liés à ma vie de DJ. Je trouve ici l'inspiration, mais aussi le mode de vie sportif, la nature et le "bien être" qui m'aident a recharger mes batteries et a être plus performant pour mes dates le week-end. Je pense avoir trouvé le bon équilibre, ça m'a énormément apporté humainement et artistiquement... et ça tente déjà d'autres collègues DJ qui m'envient un peu !

Continuer à lire

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches ce week-end

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 20 septembre 2016

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches ce week-end

23>09>16 TRANSBORDEUR WE ARE REALITY Ok, l'on parle déjà par ailleurs de Kosme, interviewé en page 3. Mais difficile de ne pas revenir sur cette WAR de rentrée au plateau implacable : outre l'espoir Lyonnais, la légende Carl Craig étant également au programme. Instigateur d'un groove absolument unique, esthète de la techno made in Detroit, inventeur d'un futur pour le jazz (ce qui n'est pas si simple...), immense remixeur et l'on en passe... Difficile de passer outre cet homme sans qui la techno ne serait pas la même. Ah, il y a aussi Marcel Dettman pour conclure la nuit. Béton. 24>09>16 LE SUCRE GARÇON SAUVAGE CLUB Le retour de la soirée queer & sauvage au Sucre, avec l'un des DJs qui colle le mieux à cet esprit : Joe Goddard, membre des indie stars Hot Chip, moitié de The Two Bears et par ailleurs

Continuer à lire

Clubbing : les 3 soirées de la semaine

MUSIQUES | 26.02.16 Andy Smith Révélé aux platines lors des premières tournées de Portishead (il assurait leurs warm-ups en plein âge d'or du trip hop), (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 24 février 2016

Clubbing : les 3 soirées de la semaine

26.02.16 Andy Smith Révélé aux platines lors des premières tournées de Portishead (il assurait leurs warm-ups en plein âge d'or du trip hop), imposé en 1998 par son génial mixe The Document où s'imbriquaient The Spencer Davis Group, Peggy Lee et Tom Jones, Andy Smith est une pointure archi sûre du groove made in England, c'est à dire tous terrains, ultra pointu, total dancefloor : early rocksteady et northern soul en vue pour cette party au Ninkasi où DJ Suspect, autre fondu du 45 tours ultime, est convoqué en renfort. Mod. 27.02.16 P.Moore invite Madben Un sticker made in Détroit pourrait facilement s'apposer sur cette soirée où le revenant P.Moore, adepte de la première heure du son de Motor City, convie au DV1 la (plus si) jeune pousse Madben, solide héritier d'un Garnier qui l'a révélé. Le protégé d'Astropolis ne cesse de franchir les étapes à rythme régulier -

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 9 au 15 juillet

MUSIQUES | 3 RDV nocturnes à ne pas manquer cette semaine : le premier anniversaire du Zèbre Magazine, la dernière Cosmic Adventure de la saison et Bobmo au DV1. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 8 juillet 2014

Insomniaque - Semaine du 9 au 15 juillet

10.07 Zebra One Parmi les médias invités par le Transbordeur à enivrer ses Summer Sessions, il en est un qui tirera la couverture à lui plus que les autres : le Zèbre Magazine, émanation du troquet associatif La Coopérative du Zèbre, qui fête son premier anniversaire. Pour l'occasion, il a mis les petits plats (éthiques) dans les grands en invitant, outre des selectors chevronnés, Zëro, monument noise bien de chez nous qui vient de publier un mini album tout ce qu'il y a de plus foudroyant. Pour un peu, c'est-à-dire si Shigeto n'avait pas tout déchiré le soir où nous étions de "corvée" de mix, on serait jaloux. 11.07 Tour de France – Cosmic AD Il y a les empêcheurs de tourner en rond, et il y a les autres, ceux dont le fil vital s'enroule sur lui-même avec l'homogénéité d'un ruban de Möbius. L'hirsute Kosme semble appartenir à la seconde catégorie, sa

Continuer à lire

Hardi Françoise !

MUSIQUES | Voici bientôt cinquante ans, Charles de Gaulle, président de la République française, et Konrad Adenauer, chancelier fédéral allemand, apposaient leur signature (...)

Benjamin Mialot | Jeudi 13 décembre 2012

Hardi Françoise !

Voici bientôt cinquante ans, Charles de Gaulle, président de la République française, et Konrad Adenauer, chancelier fédéral allemand, apposaient leur signature au bas du Traité de l’Élysée, scellant ainsi la réconciliation de leurs pays respectifs. Depuis, l'entente a tenu bon, en tout cas assez pour que soit décrétée au printemps dernier la tenue d'une année de festivités commémoratives. A Lyon, après la Fête des Lumières - dont l'une des installations était le fruit d'une collaboration entre étudiants d'ici et de là-bas -, c'est au tour du Goethe-Institut et d'Arty Farty d'y prendre part. Ceci avec Ich liebe dich, Françoise !, mini-festival visuel et sonore dont le point d'orgue sera la terminaison par l'érudit et imaginatif Laurent Garnier de L.B.S., dispositif semi-live et collaboratif qu'il avait inauguré à Nuits Sonores en 2010. Manque de bol, la soirée affiche complet. Celle du jeudi 20 décembre, programmée au DV1, accessible gratuitement en échange d'un e-mail à ichliebedich@nuits-sonores

Continuer à lire