Metallica à Lyon en septembre

Sébastien Broquet | Mardi 14 mars 2017

Photo : © DR


Les fans de métal vont être ravis : Metallica vient d'annoncer sa venue à Lyon, en septembre prochain. Ce sera le mardi 12 septembre exactement, à la Halle Tony Garnier.

La première partie sera assurée par Kvelertak.

Les places seront mises en vente le 24 mars à 10h.

Les Californiens n'en sont pas à leur première venue dans cette salle, puisqu'ils y avaient déjà performé le 23 mai 2010.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

L'ampli qui va jusqu'à 11

Metal | Vous n'avez jamais vu Spinal Tap ? On vous fait le pitch du film. À moins que ce ne soit celui de Metallica... Groupe crucial : tendez l'autre joue, les auteurs de Enter Sandman sont à la Halle Tony Garnier cette semaine.

Sébastien Broquet | Mardi 5 septembre 2017

L'ampli qui va jusqu'à 11

1981 Une fois n'est pas coutume, c'est un batteur qui fait office de leader : Lars Ulrich fonde Metallica, à la base pour jammer dans l'esprit Iron Maiden, en compagnie du chanteur et guitariste James Hetfield, du côté de Los Angeles. 1982 Premier titre de Metallica, Hit the Lights, sur la compilation Metal Massacre, cooptée par le label manager Brian Slagel qui dirige Metal Blade Records. 1983 Dave Mustaine est viré (drogue, violence, tout ça), remplacé par Kirk Hammett : du coup, le guitariste soliste part fonder Megadeth. Comme quoi c'était une bonne idée de le virer, il avait déjà tout donné, composant quelques titres du premier album, tel The Four Horsemen. Il avait rejoint le groupe grâce à la seconde petite annonce passée par Ulrich dans le magazine The Recycler. 1983 Kill 'Em All, premier album. Joli titre. 1986 Master of Puppets, troisième album, disque d'or dès nov

Continuer à lire

Extra Cale

MUSIQUES | Rock / Le journaliste et critique Arnaud Viviant a un jour développé une théorie sur les œuvres en solo de ces deux frères ennemis qui permet de se livrer à un (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 28 octobre 2011

Extra Cale

Rock / Le journaliste et critique Arnaud Viviant a un jour développé une théorie sur les œuvres en solo de ces deux frères ennemis qui permet de se livrer à un petit jeu très amusant : détecter chez Lou Reed, à travers ses morceaux, sa part calienne, et chez John Cale, le Lou Reed qui est en lui. Comme si l'un et l'autre avaient, en dépit des antagonismes, des brouilles interminables, irrémédiablement déteints l'un sur l'autre. En 2011, alors que le «rock'n'roll animal» s'est fait cornaquer (à moins que ce ne soit l'inverse) par cette vieille bête malade et paranoïaque de Metallica pour l'album Lulu — on imagine qu'un service psychiatrique entier a dû être convoqué en studio pour regarder voler les ego (et autres objets lourds) par dessus les consoles – c'est bien John Cale qui s'amuse à composer des chansons comme Loulou n'en écrit plus. Déjà en 2005, avec le single Perfect, tiré de blackAcetate, Cale livrait un de ces singles au tranchant reedien, proche du pastiche un rien provocateur. C'e

Continuer à lire