JB Guillot : « L'indépendance, c'est mon petit combat à moi »

Entretien | Alors que le label Born Bad fête ses dix ans, avec notamment une tournée française ponctuée d'une triplette de concerts lyonnais, son fondateur, le truculent JB Guillot, revient sur une décennie d'activisme discographique durant laquelle les choix artistiques gagnants et la défense à tout crin de l'indépendance l'ont élevé au rang de modèle.

Stéphane Duchêne | Mercredi 3 mai 2017

Photo : © DR


Quand tu as créé Born Bad il y a dix ans, y avait-il une forme de pari et de résistance par rapport à la crise du disque et à l'expérience, mauvaise, que tu avais pu avoir en travaillant comme directeur artistique d'une major ?
J.B. Guillot : Oui, j'ai nourri une certaine frustration à travailler en major pendant une dizaine d'années. Quand j'ai été licencié, je voulais aller au bout de mon idée de ce que devait être un label et j'ai consacré une partie de mes indemnités à Born Bad. La crise était alors à son maximum. C'était l'époque du téléchargement ultra-violent, du peer-to-peer. Il n'y avait même pas vraiment d'offre légale, de Deezer, de Spotify, Itunes était balbutiant. Faire un label de rock en France, ce n'était pas forcément évident. On n'a jamais été un pays très à l'aise avec ce genre musical. L'empreinte de Noir Désir, de Téléphone, de Louise Attaque était tellement forte qu'on avait l'impression qu'il était impossible d'y faire exister autre chose.

Comment survit-on pendant dix ans dans ce contexte ?
Déjà, on vend des disques, c'est la base. Énormément de gens en sont incapables. Ça s'est même raréfié alors que c'est le cœur de métier d'un label. Si tu as des cartons de disques dans ton salon et que tu ne te bouges pas le cul, personne ne va venir les chercher. Ma force, c'était d'avoir les compétences acquises en major pendant dix ans, et en même temps cette maîtrise parfaite des codes des circuits alternatifs, dans lesquels je traîne depuis mes 14 ans. Ce cumul de compétences est assez rare : soit tu sais comment ça marche parce que tu bosses en major mais tu cours après une street-credibility, soit t'as la street-cred' et tu ne sais pas comment t'y prendre parce que t'es un gland et que tu fais ça le soir en sortant du boulot. Moi j'ai pu jouer sur les deux tableaux.

Est-ce qu'aujourd'hui, tu es surpris par ce qu'a pu devenir le label, l'intérêt qu'il suscite ?
En réalité, c'est très surestimé. Le label peut donner l'impression d'être un mastodonte, un empire, mais je continue à le faire tout seul avec l'aide de Clarisse Vallée [relations presse, NDLR]. Born Bad ça n'existe pas en fait (rires). En tout cas, c'est loin d'être aussi massif que les gens ne le pensent. La résonance du label est due à sa politique artistique. Les labels indépendants sont très souvent prisonniers des niches dont ils sont issus. Ils creusent toujours les mêmes sillons. Moi j'ai fait voler tout ça en éclats. Je fais un label rock'n'roll au sens où je l'entends, c'est-à-dire libre. Je ne travaille qu'avec des groupes entiers et radicaux mais la radicalité n'est pas l'apanage des groupes de garage. Avec moi, si tu fais une musique géniale mais que je ne me sens pas en phase avec toi, qu'on n'a pas les mêmes envies, je ne te signerai pas.

À l'inverse y a t-il des groupes DIY qui rechignent à s'associer avec un label aussi indépendant que Born Bad ? Des groupes que tu aimerais signer...
Il y en a plein. Je trouve que la période est faste pour la France. On n'a jamais eu une scène aussi vive, quel que soit le type de musiques : chanson, rock, garage, punk... C'est inédit. Mais certains artistes ont l'impression que la promo, l'investissement, l'énergie que je vais mettre pour les valoriser va les rendre redevables.

Tu as toujours été réfractaire à faire distribuer tes disques par une major comme le font certains petits labels indés...
Je suis un pur produit du circuit alternatif, j'ai grandi là-dedans, c'est mon sérail, c'est ma famille. Je suis un rocker, comme on dit. Être le vassal de majors, ce n'est pas le signal que je veux envoyer. Les majors ne savent pas vendre des disques comme les nôtres. JC Satan, en major, ça n'a aucun sens. Les savoirs et les réseaux sont différents. Et si je devais faire un Jul, j'en serais bien incapable. Ce qui me gonfle, c'est quand les majors récupèrent les codes de l'indépendance parce qu'ils font écho à des valeurs d'authenticité, d'intégrité. C'est devenu une posture marketing. Moi j'essaie de tenir un cap coûte que coûte. L'indépendance, ça veut bien dire ce que ça veut dire, dans le Petit Larousse, c'est clair : on travaille seul. À la rigueur, on s'associe à des gens qui partagent les mêmes valeurs. Mais dès lors qu'on travaille avec une major, ça me semble compliqué de continuer à revendiquer cette notion d'indépendance. Il y a plein de gens qui s'en foutent, qui trouvent ça puéril. C'est mon petit combat à moi.

Forever Pavot + François Virot
Au Marché Gare le vendredi 5 mai

Frustration + JC Satan + Magnetix + Usé
Au Transbordeur le samedi 6 mai

Groupe Doueh & Cheveu
À l'Épicerie Moderne le jeudi 25 mai


10 ans Born bad records

Forever Pavot + François Virot
Marché Gare 34 rue Casimir Périer Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


10 ans Born Bad Records

Frustration + JC Satan + Usé + Magnetix
Transbordeur 3 boulevard Stalingrad Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bryan's Magic Tears : l'esprit slacker

Rock | Parmi les dernières pépites de Born Bad Records, Bryan's Magic Tears, invité du Ninkasi Festival, sonne comme une réminiscence de l'esthétique "slacker" des 90's. À moins qu'il ne soit un symptôme involontaire de son époque.

Stéphane Duchêne | Mardi 10 septembre 2019

Bryan's Magic Tears : l'esprit slacker

Il y a dans le désenchantement de cette fin de décennie – où l'on nous promet rien moins que la fin de l'Humain ; où les idéologies gisent écrasées entre le marteau du libéralisme et l'enclume du fascisme – quelque chose des années 90 telles que le romancier canadien Douglas Coupland nous les décrivait dans son Génération X. Avec cette fois la transformation en absolue certitude d'une phrase clé du roman : « Dans le nouvel ordre mondial tu compteras peut-être pour rien ». Mais tu seras quand même balayé. « Je m’allongeais sur le sol (...) et je retins mon souffle, en proie à un sentiment dont je n’ai jamais pu me débarrasser complètement – mélange de noirceur, de fatalité et de fascination – un sentiment éprouvé (...) depuis le début des temps par la plupart des jeunes gens qui ont un jour levé la tête, scruté les cieux et vu leur univers disparaître. » décrit Andy, le narrateur. C'est précisément cette impression que fait renaître

Continuer à lire

La cuisine ouverte de Cannibale au Sonic

Rock | Parce que le temps file, qu'on a dépassé les 40 ans et qu'il vaut mieux boulotter la barbaque tant qu'elle fume encore, les hurluberlus Born Badiens de (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 19 mars 2019

La cuisine ouverte de Cannibale au Sonic

Parce que le temps file, qu'on a dépassé les 40 ans et qu'il vaut mieux boulotter la barbaque tant qu'elle fume encore, les hurluberlus Born Badiens de Cannibale n'ont guère lanterné avant de donner un successeur à leur inaugural et trois étoiles No Mercy For Love. Et de livrer un nouveau modèle d'artisanat rock et d'idiosyncrasie esthétique qui inclut dans ses nombreux ingrédients son propre exotisme, en plus de tous ceux qu'il convoque aux quatre coins des genres, et une sauce résolument psychédélique dont seuls ces Bas-normands ont le secret. Si bien que l'on en vient à se dire que le titre dudit album, Not Easy to Cook, est bien mensonger, tant la décontraction et l'aisance semblent parcourir l'échine de ces onze titres électrisants oscillant entre la messe pas toujours noire et la danse de sabbat (comme sur The Ugliest Rabbit of the 70's). Comme une version, pas révolutionnaire, non, mais sans doute plus raffinée de leur précédent exercice. « It is a delicate and sweet dish » chante

Continuer à lire

Le Villejuif Underground : les mouches du Roche

Rock | Exilé de son Val-de-Marne natal, le Villejuif Underground de Nathan Roche revient (enfin) présenter son deuxième album à venir : "When will the flies in Deauville drop ?". Le retour en grande pompe d'un groupe toujours délicieusement à côté de ses pompes.

Stéphane Duchêne | Lundi 14 janvier 2019

Le Villejuif Underground : les mouches du Roche

« Quand les mouches tomberont-elles à Deauville ? ». Il y aurait presque dans le titre du deuxième album du Villejuif Underground, ici traduit en français, un côté Les oiseaux se cachent pour mourir. Une sorte d'inquiétude existentielle. Sauf qu'ici les aventures du père Ralph de Bricassart, prêtre expatrié en Australie tiraillé entre sa foi et l'amour terrestre, seraient incarnées par un expatrié dans l'autre sens : un Australien échoué dans le Vieux monde – et même carrément dans le Val-de-Marne, cet eldorado qui s'ignore mais que l'intéressé et sa bande de pieds nickelés ont désormais quitté. Une sorte de double inversé qui ne se poserait pas tant de questions, évacuant les dilemmes d'un revers de main mou. Entre la foi (ici une forme d'authenticité trop involontaire pour tenir de la pose) et les tentations plus triviales (le succès, la réussite, la promotion, ce genre de conneries), il ne fait aucun doute que le dénommé Nathan Roche a choisi la foi depuis longtemps. Et s'a

Continuer à lire

Cannibale : la compagnie créole

Psyché garage | Tardive révélation et nouvelle trouvaille du label Born Bad, les quarantenaires de Cannibale bouffent à tous les râteliers musicaux créolisant le rock avec un appétit pan-exotique hautement contagieux.

Stéphane Duchêne | Mardi 3 octobre 2017

Cannibale : la compagnie créole

Qui a vu le culte Cannibal Holocaust n'en a sûrement jamais effacé les images de sa rétine. Dans ce vrai-faux docu, un groupe de journalistes fort antipathiques part à la recherche d'une tribu cannibale au cœur de la forêt amazonienne et se fait recevoir avec les honneurs dus à son manque de savoir-vivre : les voilà transformés en brochettes sauce état de nature. On ne sait guère à quelle sauce JB Guillot, boss du label Born Bad, s'attendait à être mangé lorsqu'il enfourcha sa moto à destination d'un coin reculé de Normandie à la rencontre d'une tribu elle aussi Cannibale, dont la réputation commençait à bruire à travers les feuilles – il était temps, ses membres, la quarantaine bien tapée, avaient officié deux décennies durant dans une kyrielle de groupes dont le dernier Bow Low avait connu un début de petit succès classé sans suite. Selon la légende, les Cannibale lui servirent un plat plus commun que sa propre tête – une simple purée, qui n'en contenait pas moins une haute portée s

Continuer à lire

Le Villejuif Underground : Velvet style

MUSIQUES | Velvet Underground made in Val-de-Marne mené par un australien imitant Lou Reed comme personne, Le Villejuif Underground (ça ne s'invente pas) s'avance comme l'un des grands espoirs de l'indie-rock français. Et sans aucun doute comme le plus cool.

Stéphane Duchêne | Mardi 23 mai 2017

Le Villejuif Underground : Velvet style

Que serait-il advenu si le Velvet Underground était né, non pas à New York, mais à Villejuif dans le Val-de-Marne ? Sans doute pas grand-chose, et l'histoire de la musique en eut probablement été changée. Pourtant, lorsque l'on écoute le titre éponyme d'une drôle de formation baptisée Le Villejuif Underground, on se dit que décidément dans le monde merveilleux de la musique alternative, tout est possible. Y compris qu'un Australien vienne s'installer au sud de Paris pour y commettre l'un des projets les plus fous de ces derniers mois avec une poignée d'autochtones. À savoir une musique garage lo-fi qui voudrait sonner comme le Velvet, sans se prendre une seconde au sérieux – ce que la bande à Lou Reed ne faisait que trop – mais sans jamais non plus verser dans la blague. L'homme à l'origine de l'affaire se nomme donc Nathan Roche et figure un parfait imitateur de Loulou en même temps qu'un type qui ne recule devant rien, y compris s'installer à Villejuif, donc. Une demi-douzaine de groupes et trois projets solo derrière lui, Roche semble bien avoir trouvé ici, dans le Val-de-Marne et avec ses trois compères du Villejuif Under

Continuer à lire

Group Doueh & Cheveu : mariage dérangé

Rock | En marge de Nuits Sonores, se poursuivent au Marché Gare les festivités des 10 ans de Born Bad Records. Au menu, la transposition en live de l'un des disques les plus fous de ces derniers mois, témoignant de la rencontre au sommet (et dans le désert) entre les rockeurs arty-punk de Cheveu et la légende sahraoui Group Doueh.

Stéphane Duchêne | Mardi 16 mai 2017

Group Doueh & Cheveu : mariage dérangé

Lorsque l'on parle d'improbables rencontres, on a coutume de parler de "mariage de la carpe et du lapin". Mais s'agissant du mariage dont il est question ici, non seulement l'expression ne suffit pas – les épousailles d'un poisson et d'un rongeur étant banales en comparaison – mais en plus il faudrait déjà pouvoir trouver carpe et lapin à l'image de Cheveu et Group Doueh. C'est dire le genre d'association à laquelle on a affaire ici. D'un côté, Cheveu, apôtre du garage-punk viré pop joueuse émargeant chez Born Bad Records, ravissant à parts égales partisans de l'underground et branchés en tout genre. De l'autre, un groupe du Sahara occidental, mené par le guitariste Baamar "Doueh" Selmou et sa famille, spécialisé dans l'animation de bals à coups de traditionnels hassani maltraités en une sorte de transe rock, tellement fascinant que le label Sublime Frequencies a pris sur lui de le faire découvrir jusqu'outre Atlantique, provoq

Continuer à lire

Who's (Born) Bad ?

MUSIQUES | Quand on lui parle de la tournée anniversaire qui vient couronner la belle décennie musicale du label Born Bad, JB Guillot avoue qu'il se serait bien passé (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 2 mai 2017

Who's (Born) Bad ?

Quand on lui parle de la tournée anniversaire qui vient couronner la belle décennie musicale du label Born Bad, JB Guillot avoue qu'il se serait bien passé d'un tel raout, que son emploi du temps est bien assez chargé et qu'il se serait plutôt fait un cadeau à lui-même. Pourtant cette tournée est bien là, elle existe - « il y avait beaucoup de demandes » avoue-t-il. Comme existe encore Born Bad, le label phare du renouveau rock et pop français, en réalité né en 2006. Parfois au grand étonnement de son fondateur, rocker alternatif qui souhaite à l'origine remettre à l'heure les pendules de l'indépendance déréglées par son expérience de directeur artistique en major (voir interview). Premier groupe signé, comme un symbole : Frustration – « meilleur groupe de post punk français », précise-t-il – dont le batteur est propriétaire de la boutique Born Bad à laquelle s'adosse le label sur les modèles de Rough Trade ou New Rose. D'entrée, Born Bad se veut « très cocardier », soucieux de défendre la contre culture française : de rééditions de pépites françaises 60's, 70's, 80's, oubliées (« une façon de revendiquer une f

Continuer à lire

Born Bad : la ligne Elzo Durt

Underground Art | Pour fêter ses dix ans, on pourrait attendre qu'un label se fende d'un disque anniversaire, qu'il s'agisse d'un best-of des meilleurs morceaux de son (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 2 mai 2017

Born Bad : la ligne Elzo Durt

Pour fêter ses dix ans, on pourrait attendre qu'un label se fende d'un disque anniversaire, qu'il s'agisse d'un best-of des meilleurs morceaux de son écurie – avec pourquoi pas, le secret espoir qu'il permette de faire découvrir le label aux distraits – ou, mieux, d'une compile d'inédits propre à faire saliver les fans et/ou les collectionneurs. Et pourquoi pas même un picture vinyle, tiens, puisque c'est la mode. C'est mal connaître JB Guillot aka JB Wizz, grand mamamouchi de Born Bad, et son art consommé du contre-pied assorti d'un grand pont. Pour les dix ans de son label, le boss a décidé... d'éditer un livre. Mais pas n'importe lequel : une monographie de l'artiste Elzo Durt, manière de faire remonter à la surface une évidence : soit la part prépondérante du graphiste belge dans l'identité du label, visuelle, mais à force, un peu plus que ça. Car Durt est l'auteur de nombreuses pochettes pour nombre des formations du label. Et ce, depuis le tout début puisque cela inclut le tout premier 45t édité par Born Bad. La Femme, Francis Bebey, Jean-Pierre Mirouze, Jack of Heart, Clothilde, pour n

Continuer à lire

François Virot : « Les aberrations techniques ont leur rôle »

Indie Pop | François Virot (Clara Clara) fait son grand retour en solo avec Marginal Spots, paru en décembre sur Born Bad Records : à savourer live dans le cadre d'une sublime soirée du label au festival Plug & Play, le 23 janvier.

Gabriel Cnudde | Mardi 10 janvier 2017

François Virot : « Les aberrations techniques ont leur rôle »

Peux-tu nous présenter ce dernier album, Marginal Spots ? François Virot : Je pourrais le présenter par rapport à mon premier album, Yes or no (2008), mais ce ne serait pas forcément une bonne idée vu le temps qui sépare les deux. Entre-temps, il y a quand même eu deux albums de Clara Clara et deux albums de Réveille. J'ai assez peu de recul sur cet album pour le moment. C'était juste des morceaux que je jouais au local, à un moment où je n'avais pas trop d'actualité. J'étais assez libre de faire ce que je voulais. Quand j'ai vu que j'avais quatre ou cinq morceaux qui tournaient bien, j'ai commencé à penser à un album. Avec certains morceaux, j'ai volontairement tenté d'aller voir ailleurs pour donner un peu d'air au disque. J'ai du mal à en parler dans son ensemble, j'arrive plus à parler des morceaux. La critique avait été très bienveillante envers ton premier album solo. As-tu ressenti une pression particulière en écrivant le second ? Non, justement parce que c'était longtemps après. Je pense que certains se rappellent du premier, d'autres n

Continuer à lire

L'incandescence JC Satan

MUSIQUES | Frappant comme la naissance des Limiñanas dont nous vous parlons ci-dessus est proche de celle de JC Satan : un mec en home studio, ici Arthur Larregle, (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 24 février 2016

L'incandescence JC Satan

Frappant comme la naissance des Limiñanas dont nous vous parlons ci-dessus est proche de celle de JC Satan : un mec en home studio, ici Arthur Larregle, multi-instrumentiste en place sur la scène bordelaise, qui convie une fille à le rejoindre. Ici, Paula la Turinoise qui vient poser sa voix sans autre but que celui de se défouler ; et quelques tracks qui atterrissent sur MySpace, comme une fin en soi. Pas de studio d’enregistrement, de plan de carrière, de label : nada. Sauf que… Là aussi, un label américain se penche sur le berceau, en l’occurrence Slovenly qui sort finalement les deux premiers albums. Un groupe se structure dans la foulée pour défendre ces disques en scène, à cinq. Et deux autres opus suivent, dont le dernier sur Born Bad Records, spécialiste des seconds couteaux à forte valeur ajoutée, des outsiders convaincants mais jamais vraiment reconnus, des trésors obscurs pris pour des losers. Chez JC Satan, en grandissant, on a affirmé une présence scénique ébouriffante au service d’un son brutal mêlant un poil de métal indie (The Greatest Man), une énergie très punk, une production héritée du meilleur du début des années 90, entre le

Continuer à lire

Forever Pavot, un autre versant des sixties

MUSIQUES | Le groupe ressuscite les fantômes disparus d’une décennie qui n’a visiblement pas fini de nous fasciner.

Damien Grimbert | Lundi 11 mai 2015

Forever Pavot, un autre versant des sixties

Si, pour le commun des mortels, la musique des années 60 se résume avant tout aux groupes de pop, rock et folk anglo-saxons qui affolaient les charts de l’époque, une petite communauté disparate d’artistes a quant à elle focalisé son attention sur un versant musical nettement plus obscur de cette décennie : celui des illustrateurs sonores et compositeurs de musiques de films européens. Repliés dans leurs studios, loin des projecteurs, groupies et autres publics de fans transis, ces derniers ont donné naissance à un nombre assez sidérant de pépites musicales d’une richesse, d’une inventivité et d’une puissance d’évocation souvent sans commune mesure. Au-delà des crate-diggers et autres producteurs archivistes en quête de samples imparables, des artistes comme Ennio Morricone, Francis Lai, François de Roubaix ou Jean-Claude Vannier (pour ne citer que les plus connus) ont ainsi inspiré toute une nouvelle génération de musiciens séduits par leur mélange inspiré de psychédélisme, de prog-rock et de synthés vintage aux sonorités troublantes. À ce petit jeu là, difficile de trouver plus convaincant qu’Emile Sornin, leader du groupe Forever Pavot dont le to

Continuer à lire