Immortel x Watership down = des lapins et des hommes

Spoken words | À partir d'extraits de textes du mythique roman pan-lapinesque de Richard Adams Watership down, le duo Immortel va s'adonner au Rize à une lecture musicale qui devrait donner envie à ceux qui n'ont pas encore lu ce roman culte écoulé à 50 millions d'exemplaires.

Stéphane Duchêne | Mardi 20 juin 2017

Photo : © DR


Une fois n'est pas coutume dans cette rubrique, parlons – en première intention, comme on dit au football – littérature. Et lapins. À la rentrée littéraire de septembre dernier, l'excellent éditeur Monsieur Toussaint Louverture, spécialisé dans la littérature anglo-saxonne pas comme les autres (David Carkeet, Jonathan Evison, Ken Kesey, Frederick Hexley pour ne citer qu'eux), rééditait un roman culte de 1972 : le Watership Down de l'anglais Richard Adams. L'histoire de deux lapins qui quittent leur garenne, menacée de destruction et devenue totalitaire, à la recherche de la terre promise.

Un conte doublé d'une fable, qui doit autant à Tolkien (les noms des personnages : Holyn, Hazel, Bigwig, Fyveer, rappellent cet univers, de même que le thème de la quête, et les cartes topographiques qui parsèment le roman) qu'à L'Odyssée et L'Enéide version fanes de carotte, l'Exode biblique qu'à George Orwell. Mais également un manifeste, involontaire – Adams s'est toujours défendu, non sans fausse pudeur, d'avoir écrit autre chose qu'un roman d'aventure – contre le totalitarisme, la destruction de l'environnement et l'urbanisation folle et aliénante.

Lecture musicale

Ce récit initiatique, tout à la gloire de la campagne anglaise aussi, connut un succès sans précédent avec pas moins de 50 millions d'exemplaires vendus dans le monde (top 30 de tous les temps) sauf en France où il reste relativement méconnu, ce à quoi la réédition et la nouvelle traduction de Monsieur Toussaint Louverture entendait remédier.

Bon, d'accord, mais qu'allions nous faire dans cette rubrique musicale avec tout cela ? Pointer simplement le fait que la paire lyonnaise Immortel, duo batterie/voix composé de Franck Garcia (plus connu sous le nom de Sheik Anorak) et Raphaël Defour (comédien et metteur en scène de théâtre), se livrera ce 22 juin à une performance/concert/lecture musicale du roman, comme il en a le secret avec ses textes ou ceux des autres. La première d'une petite série consacrée à des grands textes de la littérature sur le thème de la nature : le 13 juillet sur des extraits de l'œuvre de Chateaubriand, le 9 septembre à partir du recueil de nouvelles de J.G. Ballard, La Plage ultime.

Immortel feat. Watership down
Au Rize le jeudi 22 juin à 19h


Immortel feat. Watership Down


Le Rize 23-25 rue Valentin Haüy Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Wolverine : le combat de l’immortel

ECRANS | Wolverine va se promener au Japon dans une aventure impersonnelle et ennuyeuse au possible, signe d’une franchise qui avance en roue libre et d’un cinéaste, James Mangold, totalement perdu. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 24 juillet 2013

Wolverine : le combat de l’immortel

Face à ce Wolverine, qui laisse pas mal de temps pour penser à autre chose tant il sollicite peu la participation du spectateur, contraint d’en suivre les péripéties anémiques et les scènes d’action aussi rares que foireuses, on se dit qu’Hollywood est devenue une centrifugeuse folle prise au piège de sa productivité. Que faire pour maintenir en vie la franchise X-Men en attendant qu’un cinéaste ambitieux s’attelle à retrouver son essence de saga ? Décliner son personnage-phare dans des aventures prétextes que l’on regardera comme on lit le 115e numéro de Strange : d’un œil distrait avant de s’endormir. Ainsi va ce Combat de l’immortel : Logan / Wolverine survit à l’explosion atomique de Nagasaki et, soixante ans plus tard, après avoir vainement tenté de jouer les ermites barbus au milieu de la forêt — Into the wild beast ? — est contraint d’aller au chevet du soldat japonais qu’il avait sauvé à l’époque. Devenu un magnat de l’industrie tokyoïte, il s’apprête à léguer sa fortune à sa petite fille qui, évidemment, ne sera pas indifférente au charme du Glouton, entre temps passé par un bon bain chaud pour retrouver so

Continuer à lire

Les Immortels

ECRANS | De Tarsem Singh (ÉU, 1h50) avec Henry Cavill, Stephen Dorff, Mickey Rourke…

Dorotée Aznar | Samedi 19 novembre 2011

Les Immortels

Le revival du peplum et de l’heroïc fantasy semble avoir encore de beaux jours devant lui. Les Immortels montre que si le genre est bridé par ses codes (le scénario, où Thésée prend la tête des armées grecques pour affronter Hypérion, décidé à réveiller les titans emprisonnés par les Dieux de l’Olympe, manque sérieusement de substance), il ouvre d’infinies possibilités visuelles. Tarsem Singh, dont on avait beaucoup aimé le conte cruel et pictural The Fall, y trouve un terrain de jeu propice à son travail d’esthète, toujours à la frontière entre l’avant-gardisme et le figuratif. Le numérique lui offre ainsi la possibilité de retrouver les textures et les perspectives des préraphaélites, friands eux aussi de mythologie. Le traitement des couleurs, des matières et des costumes, traduisent une sensibilité artistique devenue rare dans ce type de blockbuster (rien à voir avec la laideur visuelle de 300). Le combat final, impressionnant, traduit toutes les directions dans lesquelles il s’engouffre : débauche d’action gore mais toujours lisible, baston sans concession entre Thésée (Henry Cavill) et Hypérion (Mickey Rourke, monstrueusement badass et génialemen

Continuer à lire