100 guitares à Villeurbanne pour célébrer Rimbaud

Les Invites | Kamoulox. C’est le projet porté par Gilles Laval, directeur du département Musiques actuelles à l’École Nationale de Musique. Dans le cadre des Invites de Villeurbanne, cent musiciens et leurs cent guitares électriques rendent hommage au "Bateau Ivre" de Rimbaud en envahissant la place Lazare-Goujon, pour un concert d’exception.

Corentin Fraisse | Jeudi 22 juin 2017

Photo : © DR


« Je courus ! Et les péninsules démarrées n'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants »

Gilles Laval rend hommage au Bateau Ivre d'Arthur Rimbaud, dans des compositions invoquant l'océan, l'imprévisible et les tempêtes, et jouées ensemble par cent guitaristes : une marrée instrumentale s'apprête à submerger la place Lazare-Goujon, au pied du Théâtre National Populaire (TNP). Environ quarante minutes de set, sans pause et avec des transitions travaillées, pour cinq compositions aux titres évocateurs : après l'introduction De ses longs cheveux bleus, suivront Roches, Bateau ivre, Chaloupes, Embellie et Unsaved.

Le projet prend vie il y a quelques mois, Gilles Laval à la barre et environ 25 étudiants du département Musiques actuelles à l'École Nationale de Musique de Villeurbanne. Un appel à participation est lancé en février. Pour être sélectionnable, il fallait trois ans de pratique (minimum) et le matériel nécessaire pour répéter chez soi.

Les volontaires, pour la plupart amateurs, affluent progressivement. On peut rapidement constituer quatre groupes de 25 personnes, où les élèves de l'ENM sont également répartis. Le projet favorise aussi et surtout la transmission et le partage, de connaissances autant que d'expérience.

Dans ses cours, Gilles Laval (que les plus anciens se souviennent avoir vu mener le groupe hardcore Parkinson Square dans les années 80) veut pousser ses élèves à utiliser leur instrument autrement, en leur montrant des techniques et des objets pour invoquer l'univers de la mer : le chant des sirènes en frottant des billes de porcelaines sur les cordes, les vagues en grattant avec l'extrémité d'une baguette chinoise, les mouettes en piquant des notes suraigües avec une légère disto, ou le chant de la baleine en utilisant un bottleneck.

Ambitieux projet, le navire s'est heurté à quelques récifs. Surtout lors des premières répétitions, comme l'explique Sébastien, élève de la section Musiques Actuelles de l'ENM. « Souvent les gens regardaient leur manche et pas le chef d'orchestre, donc tout le monde avait tendance à accélérer et on n'était plus sur la mesure de départ. » Et à cent guitares branchées, on arrive à s'entendre jouer ? « Quasiment impossible. C'est pour ça qu'il a fallu que tous travaillent les morceaux chez eux, pour pouvoir les jouer instinctivement le jour J. » Rassurez-vous, côté public, le concert sera bien audible et parfaitement orchestré.

Plusieurs répétitions plus tard, entre l'Espace Tonkin et la salle Antoine Duhamel de l'ENM par groupes de 25 guitares (trouver une salle de répétition pour 100 musiciens branchés n'est pas chose aisée), les morceaux prennent vie, la vague gonfle en attendant la déferlante du live à l'occasion du festival Les Invites. Embarquez pour ce concert d'exception dans un cadre superbe. Laissez-vous chavirer.

100 Guitares sur un Bateau Ivre
Sur la place Lazare-Goujon à Villeurbanne dans le cadre des Invites le jeudi 22 juin à 19h15


100 guitares sur un bateau

Par Gilles Laval
Place Lazare-Goujon Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Illuminations du printemps

Poésie | Pour sa seconde édition, le Magnifique Printemps fait la part belle à Rimbaud et se place sous le signe ô combien enchanteur de l'ardeur.

Nadja Pobel | Mardi 6 mars 2018

Illuminations du printemps

« Dévalent les eaux / abondantes / écumeuses / cette force de vie / qu'affirment / ces deux peupliers / dressés sur le ciel / toutes amarres rompues / partir partir / cet éclat rouge / qui a fusé / là-bas / ces formes incertaines » (Trouver la source, 2000) Si Charles Juliet – prix Goncourt de la poésie - n'est pas l'auteur le plus allègre qui soit, il est certainement l'un de ceux qui a su le mieux sortir des ténèbres. Il est donc, via ce texte, tout à fait à sa place, avec 90 confrères et consœurs, dans cet ABC poétique du vivre plus, sous-titre un poil trop à la mode d'une belle anthologie dédiée à l’ardeur et pilotée conjointement par Bruno Doucet et Thierry Renard. Cet ouvrage est le viatique de ce 20e printemps des poètes, décliné sur le thème de l'ardeur également et qui, à Lyon et dans la métropole, est devenu depuis l'an dernier le Magnifique Printemps, regroupant cette manifestation nationale et la Semaine de la langue française et de la francophonie. À voix haute Plus de quarante ren

Continuer à lire

Z comme zéro

SCENES | Théâtre / Décevante relecture d’Une saison en Enfer aux Subsistances. En tentant de donner du corps aux poèmes de Rimbaud, Lukas Hemleb les dilue dans une mise en scène sans queue ni tête jusqu'à les rendre assommants. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Lundi 19 septembre 2011

Z comme zéro

Tout ne commence pourtant pas si mal. Dans un plateau sombre, ouvert au public sur ses quatre côtés, deux musiciens interprètent des nappes musicales qui ont un véritable souffle et qui impriment au spectacle un rythme de course assez prenant. Aux manettes, un duo de jazz américano-japonais de haut vol : Ned Rothenberg (instruments à vent) et Kazuhisa Uchihashi (guitariste acoustique, basse et daxophone, instrument en bois joué à l’aide d’un archet). Tout au long de la pièce, leurs parenthèses seront des respirations nécessaires dans un long tunnel asphyxiant d’une heure trente. Ils accompagnent pertinemment la fougue contenue dans les écrits de Rimbaud, à l'inverse de ce que transmettent les acteurs. Ils sont trois (mais pourquoi pas un, deux, quatre ou cinq ? Ce chiffre reste assez énigmatique…). Leurs voix passées aux micros HF se superposent. Ils parlent dans une simultanéité réglée au millimètre mais cette triple prononciation annule plus souvent la portée du texte qu'elle ne lui donne une amplitude, d’autant plus que les mots de Rimbaud sont vociférés au public sur un ton monocorde qui, là encore, interdit de sentir toutes les nuances du texte. À hue et à diaIl en

Continuer à lire