The Souljazz Orchestra, machine à danser

Sébastien Broquet | Mardi 10 octobre 2017

Photo : © DR


Ottawa, Canada : de là, se propage depuis 2002 un groove aussi inlassable que pluriel, mutant au gré des années, incarné par Pierre Chrétien et sa bande du Souljazz Orchestra qui font escale au Marché Gare ce mardi 17 octobre.
Né dans la marmite afrobeat si vivace qui s'est mis à bouillir tout autour du monde après la mort du maître Fela Kuti, le Souljazz Orchestra s'est émancipé du beat de Lagos dans une succession d'albums, huit au total, dont le dernier né, Under Burning Skies, vient tout juste de paraître. Toujours signé sur le label londonien Strut qui herberge le groupe depuis sept ans, cet opus garde la base afro funk, conserve les plus récentes influences caribéennes (Tambour à deux peaux) mais intègre en sus un son parfois plus 80's avec l'apport des claviers de cette époque (Holla Holla), pour une percée vers un disco mutant et créolisé qui fait mouche à chaque escale. De l'imparable : un conseil, pensez à vous échauffer avant le concert, ne prenez pas le risque de le débuter les muscles froids, vous risqueriez le claquage.


The Souljazz Orchestra


Marché Gare 34 rue Casimir Périer Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La rentrée musique côté jazz et world

MUSIQUES | Du côté de l'AOC "world, soul, jazz, etc.", le fourre-tout est de rigueur, les talents pluriels et les esthétiques en quinconce. Si bien qu'on ne sait plus où donner de la tête. Eh bien c'est juste ici, un peu partout.

Stéphane Duchêne | Mardi 22 septembre 2015

La rentrée musique côté jazz et world

C'est comme souvent le Rhino jazz qui va donner le tempo de la rentrée jazz. Mais tel le rhinocéros, l'événement, une fois lancé, court dans tous les sens et c'est dans trois départements que le spectateur doit se mettre en mode safari. Tout le monde n'étant pas équipé d'une jeep, contentons-nous ici des haltes lyonnaises : outre Tigran (voir page 4), se présenteront l'étrangeté électro-jazz-blues Yom (à l'Opéra le 12 octobre), Vincent Perrier qui va «bopper avec Django» à la Clé de Voûte le 23 ou encore le duo Donkey Monkey, croisement de jazz et de rock japonais, oui madame, le 24 au Périscope. Un Périscope qui garde son cap de chaudron expérimental. Citons pêle-mêle : Emmanuel Scarpa et François Raulin (aucun lien) pour leur Tea Time le 1er octobre, le violoniste Régis Huby et son projet Equal Crossing dont on a lu, sans rire, qu'il promettait une «ambiance frottis» ; ou encore le 13 novembre le chelou Finlandais Mikko Innanen. Et pour la bonne bouche, Cannibales et vahinés, où l'on ret

Continuer à lire