Ça secoue au Péristyle

Sébastien Broquet | Mardi 19 juin 2018

Photo : Carina Salvado © Peris


À l'Opéra de Lyon, ça s'agite : la nomination d'Olivier Conan, frenchy longtemps émigré à New-York, depuis quelques mois, a réveillé une institution qui se retrouve avec des diggers mixant aux Muses, une Nina Hagen envoûtant la grande salle et voici venir un été tout aussi épatant au Péristyle, la terrasse habituellement en vie grâce aux danseurs hip-hop. La programmation concoctée pour cette saison promet pas moins de 75 soirées, jusqu'au 1er septembre (final maloya avec Ti'Kaniki), avec trois sets par soir du lundi au samedi... Touffu ! Pas simple de faire des choix mais on guettera la Colombienne Ceferina Banquez (du 9 au 11 juillet), l'éthio jazz psyché de Qwanqwa (du 16 au 18 juillet), l'afrofunk de SuperGombo (du 2 au 4 août) ou encore le magnifique fado de Carina Salvado (du 16 au 18 août). En prime, c'est gratuit.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Festival du Péristyle : festival souterrain, musiques à tous les étages

Opéra de Lyon | Pour sa dernière danse estivale, et au vu des conditions sanitaires, le directeur de l'Amphi et du Péristyle de l'Opéra a concoté une formule pour le moins originale du traditionnel Festival du Péristyle pour lequel l'Opéra Underground n'aura sans doute jamais aussi bien porté son nom.

Stéphane Duchêne | Mardi 21 juillet 2020

Festival du Péristyle : festival souterrain, musiques à tous les étages

En matière d'événements culturels on aura vu naître, dans les germes de la Covid-19 et de la distanciation sociale, toute une gamme de festival virtuels, limités, diminués et même de non festivals, comme autant de manière d'enfourcher le tigre de l'imagination et du système D. Le Festival du Péristyle, dont la vocation a été jusqu'ici de nous faire voyager en musiques tout autour du monde au pied de l'Opéra de Lyon, n'échappe pas au phénomène. Et nous offre, lui, une édition "souterraine" pour rompre le silence comme en loucedé. Où l'on nous promet un monde "mi-physique, mi-virtuel". Soit sans scène extérieure mais avec des musiciens jouant malgré tout en live pile sous nos pieds. L'idée : des concerts, donc, donnés dans l'amphithéâtre qui accueille la majorité des concerts de l'Opéra Underground l'année durant. Sauf que ces concerts se joueront sans public. Ou presque. Car ledit public sera un étage au-dessus et en plein air, sur le Péristyle, là-même où seront diffusés ces concerts en son, en images et en livestream sur des plateformes num

Continuer à lire