Ed Sheeran au Parc OL en mai 2019

Stéphane Duchêne | Jeudi 20 septembre 2018

Photo : © DR


On peut être un petit rouquin qui ne paie pas de mine et battre tous les records – et pas seulement quand on s'appelle Lionel Messi. Le britannique Ed Sheeran en est l'exemple qui écoule ses albums de folk, pop, r'n'b douceâtre dans des proportions effarantes – pas étonnant que ses albums aient pour titre une signalétique mathématique (+, x, ÷) quand on vend 14 millions d'exemplaires du deuxième et qu'on est premier absolument partout avec le second, c'est qu'un comptable sommeille en vous.

Mieux, au-delà de cette anomalie discographique dans un monde où les galettes ne se vendent plus, Sheeran est un aussi un monstrueux VRP du live, lui qui a joué cet été au Royaume-Uni devant 11 millions de fans (soit un cinquième de la population britannique) dont quatre soirs complets à Wembley.

Que les millions de fans lyonnais (ils sont forcément des millions) se réjouissent un million de fois, Ed est annoncé officiellement pour un immense raout roux au Parc OL le 24 mai prochain. L'une de ses deux seules dates françaises. La mise en vente étant prévue pour le jeudi 27 septembre, il est temps de commencer à faire la queue.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Hello, Goodbye, Hello : "Yesterday"

Comédie | Un musicien sans succès se retrouve seul au monde à connaître le répertoire des Beatles et se l’approprie : sa vie change alors radicalement. Après Steve Jobs, Danny Boyle reste dans l’univers Apple pour cette fable morale, musicale, nostalgique aux inspirations multiples…

Vincent Raymond | Mardi 2 juillet 2019

Hello, Goodbye, Hello :

Jack Malik a du succès à la guitare auprès de ses amis ; un peu juste pour vivre de ses chansons. Une nuit, un accident mystérieux le laisse le visage en vrac et riche d’un trésor : il s’est réveillé dans un monde où les Beatles n’ont jamais existé. Et lui seul connaît leurs chansons… Quel musicien, n’a jamais rêvé (ou cauchemardé) connaître le sort de Jack Malick ? Puisque les Beatles, aux dires de Lennon en 1966, étaient « plus populaires que Jésus », cela équivaudrait-il à se retrouver en position mosaïque, recevant les Tables de la Loi ? Débordant largement du registre musical, l’influence du groupe a été — et demeure — telle dans la culture contemporaine pop que son effacement pourrait légitimement causer un hiatus civilisationnel. Le postulat de départ est intellectuellement séduisant et surtout réjouissant pour les amateurs des Quatre de Liverpool. Ils savourent non seulement la renaissance du catalogue entier, mais ont droit en bonus à des surprises moins prévisibles et plus authentiquement émouvantes que celles parfumant d’habitude les biopics musicaux.

Continuer à lire