Le Villejuif Underground : les mouches du Roche

Rock | Exilé de son Val-de-Marne natal, le Villejuif Underground de Nathan Roche revient (enfin) présenter son deuxième album à venir : "When will the flies in Deauville drop ?". Le retour en grande pompe d'un groupe toujours délicieusement à côté de ses pompes.

Stéphane Duchêne | Lundi 14 janvier 2019

Photo : © Camille Bokhobza


« Quand les mouches tomberont-elles à Deauville ? ». Il y aurait presque dans le titre du deuxième album du Villejuif Underground, ici traduit en français, un côté Les oiseaux se cachent pour mourir. Une sorte d'inquiétude existentielle. Sauf qu'ici les aventures du père Ralph de Bricassart, prêtre expatrié en Australie tiraillé entre sa foi et l'amour terrestre, seraient incarnées par un expatrié dans l'autre sens : un Australien échoué dans le Vieux monde – et même carrément dans le Val-de-Marne, cet eldorado qui s'ignore mais que l'intéressé et sa bande de pieds nickelés ont désormais quitté.

Une sorte de double inversé qui ne se poserait pas tant de questions, évacuant les dilemmes d'un revers de main mou. Entre la foi (ici une forme d'authenticité trop involontaire pour tenir de la pose) et les tentations plus triviales (le succès, la réussite, la promotion, ce genre de conneries), il ne fait aucun doute que le dénommé Nathan Roche a choisi la foi depuis longtemps. Et s'avance dans le paysage musical tel un franciscain dépenaillé mais pas dénué de ressources tant esthétiques que spirituelles, qu'il saupoudre à grands coups de hasards et de bénédictions du destin.

Tongue in cheek

Ce que confirme When will the flies in Deauville drop ?, ce deuxième album du Villejuif Underground, le premier à paraître en la chapelle Born Bad Records après le EP Heavy Black Matter, c'est en effet cette forme unique de rigueur dans la désinvolture combinée à une extrême souplesse d'exécution : on est ici quelque part entre Daniel Johnston, Beck, Pavement et Fat White Family et bien sûr au pied de la statue du Commandeur Lou Reed sur laquelle on n'hésite pas à se soulager à l'occasion (parce qu'on n'est pas sérieux).

De même, il est, en vrac et la langue fermement nichée dans la joue, question de backpackers australiens, de tournée en Chine, de démocratie représentative (leur fameux Can you vote for me, single gouleyant dont le clip détournait le spot de campagne de Marine Le Pen), de châteaux hantées et même du Bataclan sur un titre qui énonce, dégoulinant de coolitude grave : « This is not a song for the Bataclan but I cannnnn't stand a man with blood on his hands ». Manière de traiter un sujet sans le traiter, ce qui est une sorte de mantra pour le Villejuif : faire les choses sans en avoir l'air et, si possible, sans s'en rendre compte. Comme on dit : après eux les mouches. À Deauville ou ailleurs.

Le Villejuif Underground
Au Ninkasi Kafé le mardi 22 janvier


Le Villejuif Underground + Pervitin


Ninkasi Gerland 267 Rue Marcel Mérieux Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Bryan's Magic Tears : l'esprit slacker

Rock | Parmi les dernières pépites de Born Bad Records, Bryan's Magic Tears, invité du Ninkasi Festival, sonne comme une réminiscence de l'esthétique "slacker" des 90's. À moins qu'il ne soit un symptôme involontaire de son époque.

Stéphane Duchêne | Mardi 10 septembre 2019

Bryan's Magic Tears : l'esprit slacker

Il y a dans le désenchantement de cette fin de décennie – où l'on nous promet rien moins que la fin de l'Humain ; où les idéologies gisent écrasées entre le marteau du libéralisme et l'enclume du fascisme – quelque chose des années 90 telles que le romancier canadien Douglas Coupland nous les décrivait dans son Génération X. Avec cette fois la transformation en absolue certitude d'une phrase clé du roman : « Dans le nouvel ordre mondial tu compteras peut-être pour rien ». Mais tu seras quand même balayé. « Je m’allongeais sur le sol (...) et je retins mon souffle, en proie à un sentiment dont je n’ai jamais pu me débarrasser complètement – mélange de noirceur, de fatalité et de fascination – un sentiment éprouvé (...) depuis le début des temps par la plupart des jeunes gens qui ont un jour levé la tête, scruté les cieux et vu leur univers disparaître. » décrit Andy, le narrateur. C'est précisément cette impression que fait renaître

Continuer à lire

Cult wave au festival Transfer avec Trisomie 21

Festival Transfer | Parmi les têtes d'affiche, si tant est qu'il y en ait, de la 2e édition d'un festival Transfer bien riche, on trouve, le deuxième soir, Trisomie 21, cultissime totem de la cold wave française, qui renaît une énième fois de ses cendres pour une tournée mondiale dans le sillage du très classe Elegance never dies, sorti l'an dernier.

Stéphane Duchêne | Mardi 27 février 2018

Cult wave au festival Transfer avec Trisomie 21

« L'élégance ne meurt jamais ». On dirait le titre d'un de ces James Bond contemporains qui aurait basculé vers le côté obscur du placement produit à la frontière de laquelle se trouve la série cinématographique depuis bien longtemps. Sauf que l'on est ici à l'opposé de cet univers : dans celui d'un groupe qui a toujours incarné la lutte, la contestation et le contre-pied. Elegance never dies est donc le titre du dernier album de Trisomie 21, pionniers de la cold wave made in France, neuf ans après le dernier et une promesse de tout arrêter. Nous sommes en 1980 lorsque les frères Lomprez, peu enclins à entrer dans le moule social qui leur est promis, forment à Denain dans le nord, genre de Manchester français, ce qui ressemble sans doute le plus au pendant français de Joy Division : une formation maniant la cold wave comme personne, décrivant avec une rage froide le désœuvrement industriel des années 80. Casser les codes Cela leur vaudra d'être signé par Pias en 1987 et de connaître un succès, notamment à l'étranger (Belgique donc, Pays-Bas, Allema

Continuer à lire

Le Villejuif Underground : Velvet style

MUSIQUES | Velvet Underground made in Val-de-Marne mené par un australien imitant Lou Reed comme personne, Le Villejuif Underground (ça ne s'invente pas) s'avance comme l'un des grands espoirs de l'indie-rock français. Et sans aucun doute comme le plus cool.

Stéphane Duchêne | Mardi 23 mai 2017

Le Villejuif Underground : Velvet style

Que serait-il advenu si le Velvet Underground était né, non pas à New York, mais à Villejuif dans le Val-de-Marne ? Sans doute pas grand-chose, et l'histoire de la musique en eut probablement été changée. Pourtant, lorsque l'on écoute le titre éponyme d'une drôle de formation baptisée Le Villejuif Underground, on se dit que décidément dans le monde merveilleux de la musique alternative, tout est possible. Y compris qu'un Australien vienne s'installer au sud de Paris pour y commettre l'un des projets les plus fous de ces derniers mois avec une poignée d'autochtones. À savoir une musique garage lo-fi qui voudrait sonner comme le Velvet, sans se prendre une seconde au sérieux – ce que la bande à Lou Reed ne faisait que trop – mais sans jamais non plus verser dans la blague. L'homme à l'origine de l'affaire se nomme donc Nathan Roche et figure un parfait imitateur de Loulou en même temps qu'un type qui ne recule devant rien, y compris s'installer à Villejuif, donc. Une demi-douzaine de groupes et trois projets solo derrière lui, Roche semble bien avoir trouvé ici, dans le Val-de-Marne et avec ses trois compères du Villejuif Under

Continuer à lire

Group Doueh & Cheveu : mariage dérangé

Rock | En marge de Nuits Sonores, se poursuivent au Marché Gare les festivités des 10 ans de Born Bad Records. Au menu, la transposition en live de l'un des disques les plus fous de ces derniers mois, témoignant de la rencontre au sommet (et dans le désert) entre les rockeurs arty-punk de Cheveu et la légende sahraoui Group Doueh.

Stéphane Duchêne | Mardi 16 mai 2017

Group Doueh & Cheveu : mariage dérangé

Lorsque l'on parle d'improbables rencontres, on a coutume de parler de "mariage de la carpe et du lapin". Mais s'agissant du mariage dont il est question ici, non seulement l'expression ne suffit pas – les épousailles d'un poisson et d'un rongeur étant banales en comparaison – mais en plus il faudrait déjà pouvoir trouver carpe et lapin à l'image de Cheveu et Group Doueh. C'est dire le genre d'association à laquelle on a affaire ici. D'un côté, Cheveu, apôtre du garage-punk viré pop joueuse émargeant chez Born Bad Records, ravissant à parts égales partisans de l'underground et branchés en tout genre. De l'autre, un groupe du Sahara occidental, mené par le guitariste Baamar "Doueh" Selmou et sa famille, spécialisé dans l'animation de bals à coups de traditionnels hassani maltraités en une sorte de transe rock, tellement fascinant que le label Sublime Frequencies a pris sur lui de le faire découvrir jusqu'outre Atlantique, provoq

Continuer à lire

L'incandescence JC Satan

MUSIQUES | Frappant comme la naissance des Limiñanas dont nous vous parlons ci-dessus est proche de celle de JC Satan : un mec en home studio, ici Arthur Larregle, (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 24 février 2016

L'incandescence JC Satan

Frappant comme la naissance des Limiñanas dont nous vous parlons ci-dessus est proche de celle de JC Satan : un mec en home studio, ici Arthur Larregle, multi-instrumentiste en place sur la scène bordelaise, qui convie une fille à le rejoindre. Ici, Paula la Turinoise qui vient poser sa voix sans autre but que celui de se défouler ; et quelques tracks qui atterrissent sur MySpace, comme une fin en soi. Pas de studio d’enregistrement, de plan de carrière, de label : nada. Sauf que… Là aussi, un label américain se penche sur le berceau, en l’occurrence Slovenly qui sort finalement les deux premiers albums. Un groupe se structure dans la foulée pour défendre ces disques en scène, à cinq. Et deux autres opus suivent, dont le dernier sur Born Bad Records, spécialiste des seconds couteaux à forte valeur ajoutée, des outsiders convaincants mais jamais vraiment reconnus, des trésors obscurs pris pour des losers. Chez JC Satan, en grandissant, on a affirmé une présence scénique ébouriffante au service d’un son brutal mêlant un poil de métal indie (The Greatest Man), une énergie très punk, une production héritée du meilleur du début des années 90, entre le

Continuer à lire

Grrrnd Zero s'ouvre à l'extérieur

MUSIQUES | Grrrnd Zero expulsé. Grrrnd Zero relogé. Grrrnd Zero toujours en chantier. Mais Grrrnd Zero temporairement légalisé. Après des mois de va-et-vient (...)

Benjamin Mialot | Mardi 1 septembre 2015

Grrrnd Zero s'ouvre à l'extérieur

Grrrnd Zero expulsé. Grrrnd Zero relogé. Grrrnd Zero toujours en chantier. Mais Grrrnd Zero temporairement légalisé. Après des mois de va-et-vient administratifs et avant le déclenchement d'une seconde phase de travaux (auxquels vous êtes cordialement invités à prendre part), le grinçant collectif, installé dans une ancienne papeterie de Vaulx-en-Velin, a en effet reçu l'autorisation de donner quelques concerts en extérieur – après quoi, il reprendra ses jeux de pistes à travers l'agglomération et nous serons de nouveau bien en peine de vous aiguiller. Pour le premier (mercredi 9 septembre), ce sont les organisateurs de l'Anti-Vacances Festival qui s'y collent, invitant une triplette de ces pop outfits qui font à la fois "klong" et "wooh ooh" dont ils ont le secret : les girls in the garage (pour reprendre le titre des précieuses compil' éditées par feu Romulan Records) de Rose Mercie, Régis Turner, almost-one-man-band qui compose des machins ambient-folk avec un manque de savoir-faire qui n'a d'égal que son sens inné de l'espace, et l'expat' australien Nathan Roche, sorte de Jonathan Richman

Continuer à lire