Emporté par la foudre Şimşek

Stéphane Duchêne | Mardi 26 février 2019

Photo : © DR


On avait déjà pu découvrir il y a quelques mois la passion fouineuse d'une bande de Néerlandais nommée Altin Gün pour l'âge d'or de la pop turque des années 60 et 70, ressuscité dans une explosion dansante de psychédélisme qui ne limitait pas sa revisite aux contours du marché de la mode vintage. Or chaque fois qu'était évoqué Altin Gün, il était également fait mention d'une formation cousine baptisée Grup Şimşek (Şimşek signifiant "foudre"), menée par une chanteuse et joueuse de saz germano-turque, Derya Yildirim, et naviguant dans les mêmes eaux musicales, où les courants du folklore musical rejoignaient ceux de la pop moderne. C'est également le label Bongo Joe, label défricheur de tendances souterraines mené par Cyril Yeterian de Cyril Cyril qui a permis, comme pour Altin Gün, la découverte de cette formation aux contours "outernationaux" (en plus de Yildirim, Şimşek compte trois Français et une Anglaise) empreinte d'une jolie mélancolie psyché. Et c'est évidemment à l'Opéra Underground (dont c'est un peu la semaine) qu'il conviendra le 1er mars de découvrir cette pépite, nouvelle manière de présenter la culture pop turque comme un pont entre l'orient et l'occident.


Derya Yildirim & Grup Simsek

Psychédélisme turc
Opéra de Lyon Place de la Comédie Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Princes de la Guill'

Raï à Lyon | Dans ce quartier de la Guillotière remuant, métissé, encore rétif à la gentrification, une industrie do it yourself, proto punk dans l’esprit, 100% communautaire et en marge de la ville comme de tous les réseaux habituels du disque s’est façonnée dès le début des seventies. Une scène à part entière s’est élaborée, que l’on retrouve en partie exhumée aujourd’hui par la grâce d’un vinyle édité conjointement par la boutique Sofa Records et le label suisse Bongo Joe. Récit.

Sébastien Broquet | Mercredi 10 juin 2020

Princes de la Guill'

Tout est parti dans les années 20 des montagnes près d’Oran, en Algérie. Une cité bâtie par les marins andalous en 903... Là-bas, comme souvent dans les villes portuaires — Bristol par exemple —, par la grâce du brassage de populations qui s'y croisent et s'y mêlent — arabes, berbères, hispaniques, françaises… s'est créé une riche scène musicale. La nuit est toujours plus longue dans ce genre de ville et pour faire danser tout le monde, les sons s’hybrident. À Oran, dans les cabarets jusqu’au petit matin, Fadela, Cheb Mami ou avant eux la grande Cheikha Rimitti font leurs premières scènes, dans une nuit plus ouverte, plus libérée aussi que dans le reste du pays. C’est là que les gays et les travestis s’affichent, Cheb Abdou le chantait. Popularisé dans les années 40, le raï devient phénomène de société dans les années 80 dans la foulée d’une vague de jeunes chanteurs tel Cheb Khaled, qui vont adopter synthés et basse électrique, parler de femmes et d'alcoo

Continuer à lire