Radio Elvis : chercher les garçons

French pop | Tête d'affiche des Chants de Mars, Radio Elvis avait plus que convaincu avec son premier album "La Conquête". Avec son successeur, "Ces Garçons-là", le trio semble s'être trouvé pour de bon.

Stéphane Duchêne | Mardi 26 mars 2019

Photo : © DR


On peut s'être rapidement trouvé et continuer à se chercher. C'est toute l'entreprise menée par Radio Elvis sur son deuxième disque titré Ces Garçons là, comme s'il s'agissait de présenter un ensemble de chansons comme une définition de soi-même. Ou une redéfinition.

On pensait pourtant avoir bien cerné l'essence de Radio Elvis dès La Conquête, un premier album qui avait gravé à l'eau forte une identité musicale qui ne l'était pas moins et avait conquis la critique autant qu'un large public, lançant le groupe sur les routes pour 250 dates.

Sauf que si La Conquête définissait quelque chose, ce n'était peut-être pas encore tout à fait un groupe achevé. C'est au fil de sa composition, de sa promotion et surtout de la tournée qui a suivi que les trois garçons qui, chose rare dans le paysage, ne sont pas des amis de toujours, ont appris à se connaître presque autant personnellement qu'artistiquement.

Et finalement à affiner les contours d'une identité commune qui se perdait peut-être, même si positivement, dans les influences éparpillées, les métaphores de Guénard et surtout le vagabondage beaucoup, le voyage – la fuite ? – étant un thème omniprésent d'une Conquête qui n'était peut-être que celle de Radio Elvis par ses membres.

La sueur et le sang

Ce serait donc Ces garçons-là, Radio Elvis. Ceux qu'on trouve sur cet album, plus riche que le précédent, moins frontal mais plus direct, toujours saisi d'une urgence mais cherchant une profondeur plus personnelle. Une réalité à saisir au fil de la plume de Pierre Guénard moins abstraite, moins onirique, plus encline à ramasser la réalité et à la restituer pour ce qu'elle est.

Cela donne des titres terribles, saisissants – dans les deux cas, à tous les sens du terme – notamment sur cette triplette sise au cœur de l'album : Prières perdues (morceau écrit à même la plaie des attentats du Bataclan), Bouquet d'immortelles (sublime chanson d'amour), La sueur et le sang (variation pulsatile sur la solitude) qu'un piano vient chaque fois habiller comme un linceul.

Car voilà un disque qui tout en célébrant les pulsions de vie d'une formation inaltérable semble se débattre tout du long avec la question de la mort et de la finitude, du temps qui passe déjà et qui peut s'arrêter. Et donc empreint d'une certaine urgence de se raconter, de s'avouer, sans faux-semblants.

Comme sur le morceau-titre Ces Garçons-là, qui évoque en une martiale cavalcade, la difficulté à s'affirmer en temps qu'homme, dans la sueur et le sang, justement. Et ce que cela suppose de courage et de lucidité pour en prendre conscience et surtout le confesser.

Radio Elvis
À l'Épicerie Moderne (dans le cadre des Chants de Mars) le mercredi 27 mars


Radio Elvis + Parka Valentine


Épicerie Moderne Place René Lescot Feyzin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les 10 concerts à voir en septembre

Musique | La concurrence (ou les confrères) prenant leur temps pour redémarrer la saison en mode diesel, c'est une certaine péniche du quai des Étroits, qui ce mois-ci fait figure de bon élève boulimique, alignant comme des perles les concerts de musique pas comme les autres. Septembre sera (surtout) Sonic ou ne sera pas.

La rédaction | Jeudi 1 septembre 2016

Les 10 concerts à voir en septembre

Daniel Romano Les fans hardcore de l'ancien Daniel Romano ont sans doute eu du mal à reconnaître leur protégé canadien lorsqu'ils ont posé l'oreille sur Mosey, son dernier album, puis constaté qu'il avait troqué le costume de dandy à Stetson – et les chansons crincrin qui allaient avec – pour une veste de jogging. Finie (pour le moment) la country pliant (magnifiquement) le genou devant les figures d'Hank Williams ou Merle Haggard, Romano a ici sorti le couteau suisse musical et donne l'impression de balayer d'un revers de main sa discographie précédente à coups de pop cinématographique, emphatique ou intime, reliant par la grâce du fil invisible d'un songwriting impressionnant Morricone, Dylan, Newman, Hazlewood. Et surtout l'ancien Daniel avec le nouveau, génial dans toutes les configurations. Au Sonic le mardi 13 septembre

Continuer à lire

10 concerts à voir en juin

MUSIQUES | En attendant d'entrer pleinement dans la saison des festivals, voici dix concerts à ne pas louper dans la ville.

Stéphane Duchêne | Lundi 13 juin 2016

10 concerts à voir en juin

Billie On l'avait laissé sur un Baiser, on la retrouve sur un French Kiss. Le Baiser, c'était son premier album d'étrange chanson française d'obédience krautrockeuse et conteuse. Le French Kiss, c'est ce moment de retrouvailles traditionnellement organisé par le Club Transbo pour fêter la sortie (ou la release comme on dit en étranger) d'un album ou d'un EP d'un ami du coin. Là c'est un EP, Nuits Aquatiques produit par Erotic Market en mode plus r'n'b et plus coulant, quoique. Comme il se doit l'affaire se joue gratuitement sur réservation avec pléthore d'invités surprises. Au Club Transbo le mercredi 15 juin Neil Young & Promise of the Real Au rythme où ça va, gageons que Neil Young est parti pour enterrer tous ses pairs. Le fait qu'il est l'un des derniers de sa génération à sortir des albums dignes de ce nom — pas toujours, l'avant-dernier n'étant pas une réussite — et porteurs d'une capacité de régénération plutôt hors du commun. DHEA ? Non, enthousiasme, car Neil pr

Continuer à lire

Radio Elvis ouvre une nouvelle voie pour la chanson

MUSIQUES | Quand on jette un œil sur les photos de Pierre Guénard de Radio Elvis, on revoit presque le Morrissey des jeunes années, coquettement affublé de lunettes de (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 17 novembre 2015

Radio Elvis ouvre une nouvelle voie pour la chanson

Quand on jette un œil sur les photos de Pierre Guénard de Radio Elvis, on revoit presque le Morrissey des jeunes années, coquettement affublé de lunettes de non-vue sous sa banane flambante (mais prolongé Daho période rennaise). Et quand il chante, c'est comme s'il accompagnait Dominique A sur les tombes de Bashung et Ian Curtis. C'est que cette génération, celle à laquelle appartiennent aussi leurs jeunes cousins surdoués de Feu ! Chatterton, a poussé le post-modernisme jusque dans le fossé pour brouiller tous les codes en vigueur et en faire une énigme. On a déjà tout entendu – puisque tout a été fait – mais eux en font un thésaurus rock, grimoire dansant sur lequel ils viennent consigner des textes en français, tordant le cou à la théorie selon laquelle les moins de trente ans ne savent plus écrire leur nom, mais sans jamais prétendre faire de la littérature musicale. Il s'agit bien de bâtir des chansons – des chansons rock, ce monstre du French Loch Ness – comme on allume un feu. Le résultat est parfois étourdissant et embrase souvent l'Atlas de la pop, ravageant la new-wave (Demande à la poussière, Dominique A désossant John Fante) ou accostant

Continuer à lire