Ben Shemie, perdu dans l'espèce

Space Pop | En marge de Suuns, le Canadien Ben Shemie continue d'explorer les possibilités de l'esprit humain et de la pop expérimentale en les accouplant à une forme de chronologie du hasard dictée par les machines.

Stéphane Duchêne | Mardi 8 octobre 2019

Photo : © DR


Si les disques étaient livrés avec une notice d'utilisation, alors l'A Skeleton de Ben Shemie serait décrit de la manière suivante : « un album pop expérimental aux sons synthétiques froids avec des touches de psychédélisme. »

Et force est de constater qu'on ne serait guère plus avancé que le singe de 2001, L'Odyssée de l'Espace devant la découverte du monolithe noir de la connaissance. Ou d'un humain quelconque devant le manuel de mise en route d'une super-intelligence artificielle. D'intelligence artificielle il est justement question sur ce disque, de la question du rapport de l'humain avec la machine aussi (qui commence avec le singe précité découvrant l'outil – et l'arme – en empoignant un os).

Cette confrontation, le leader du groupe art-kraut-pop de Montréal Suuns – pour qui le rock est une science complexe, un work in progress laborantin – l'a éprouvé au cours d'un enregistrement soumis à l'épreuve de l'instant présent et de l'aléatoire. Livrant aux machines les clés de son art.

Recoins présynaptiques

Car A Skeleton a été enregistré en une seule prise afin de tenter d'épuiser les possibilités de l'entropie que cette méthode pouvait générer. Réengistrer mille fois ce disque, même avec des machines, en aurait donné mille versions différentes, le squelette étant la seule trace restant du passage fantomatique de l'activité humaine.

De là, Shemie, qui autopsie les acquis de sa formation classique au profit de la performance expérimentale, se livre à un voyage en apesanteur dans l'infiniment grand autant que dans l'infiniment petit, explorant, comme s'il s'agissait du même territoire, l'immensité froide de l'espace et les recoins présynaptiques de la psyché humaine, à la manière d'un Syd Barrett cosmique qui aurait eu accès aux technologies les plus avancées pour diligenter sa folie créatrice-destructrice.

Ainsi progresse l'explorateur musical entre ce qui tient autant du flux de conscience que d'une certaine idée de la pop algorithmique, berceuse transformant l'expérience onirique fondamentale en une nuée de moutons électriques à l'assaut de la barrière érigée entre humain et machine.

Ben Shemie
Au Périscope le vendredi 11 octobre


Ben Shemie


Le Périscope 13 rue Delandine Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Suuns, savants pas si fous

Riddim Collision | Après Zeroes QC et Images du Futur, les Canadiens de Suuns viendront présenter leur troisième galette, Hold/Still, au Marché Gare le dimanche 6 novembre pour (...)

Gabriel Cnudde | Mercredi 2 novembre 2016

Suuns, savants pas si fous

Après Zeroes QC et Images du Futur, les Canadiens de Suuns viendront présenter leur troisième galette, Hold/Still, au Marché Gare le dimanche 6 novembre pour l'ouverture du Riddim Collision. Toujours bien installés dans leur laboratoire musical, Joseph Yarmush et ses amis continuent de donner dans les expériences chimiques les plus folles. Oscillant entre un tapis sonore industriel angoissant, des mélodies dissonantes répétées et les gargarismes murmurés de Ben Shemie, Hold/Still se pose en bande originale d'une Odyssée de l'espace plus grimaçante encore que celle de Kubrick. Grands représentants du krautrock, les Suuns remettent la musique progressive à la mode. Exit les riffs guillerets, les refrains aguicheurs et les solos structurés, ici le rock devient une science complexe. Et si les savants de Suuns peuvent sembler fous au premier abord, force est de constater qu'ils sont en fait d'habiles manipulateurs de sons et de bruits. On a déjà hâte d'ente

Continuer à lire

Du zouk, du turntablism et des K7

Riddim Collision | Rendez-vous incontournable des oreilles en quête de découvertes auditives, le Riddim Collision vient de dévoiler sa programmation.

Gabriel Cnudde | Mardi 20 septembre 2016

Du zouk, du turntablism et des K7

La seule règle en vigueur pour apprécier le Riddim Collision, c'est de ne pas baisser les bras après avoir découvert sa programmation. Car derrière les étranges noms de groupe (Hippy Dinosaur 3000, Mat3r Dolorosa, Télédétente 666) et les dénominations stylistiques aussi nombreuses qu'inutiles (future garage, chillwave, alternative zouk noise : really ?) se cachent bien souvent des diamants bruts. Cette année et comme à son habitude, le festival nous en révèlera quelques uns. Pour lancer parfaitement cette 18e édition, ce sont les Montréalais de Suuns qui ouvriront le bal, le 6 novembre. Les adeptes de Kraftwerk et Spiritualized se réjouiront de la venue de ce groupe, jugé par certains comme l'un des plus emblématiques du rock moderne. Moins médiatisé et surtout beaucoup plus calme, Vince Dolphin, qui vient de sortir son deuxième album sur le label lyonnais AB Records, jouera le 17 novembre à la Grooverie lors de la traditionnelle soirée barbars. À quelques pas de là, aux Valseuses, Hubwar présentera une électro aux influences variées, n'hésitant pas à l'emmêler de so

Continuer à lire

So(o)leils trompeurs

MUSIQUES | Si l’on s’en tient aux leçons dispensées par la vénérable - bien que très maquillée - Armande Altaï – ses «bah-beuh-bih-buh», ses «Kiki la cocotte voulait un (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 25 octobre 2013

So(o)leils trompeurs

Si l’on s’en tient aux leçons dispensées par la vénérable - bien que très maquillée - Armande Altaï – ses «bah-beuh-bih-buh», ses «Kiki la cocotte voulait un caraco kaki avec un col en caracul» et autres techniques de respiration par l’anus – Ben Shemie, vocaliste de Suuns, est, techniquement parlant, l’un des pires chanteurs de la Création, tant il donne l’impression de psalmodier alors même qu’on vient soit de lui souder les mâchoires, soit de lui anesthésier la langue. Or cela traduit bien les deux facettes développées par le groupe montréalais sur son dernier album, Images du futur qui, au regard de l’hiver nucléaire développé par le précédent et comme le symbolise le titre Holocene City, témoigne d’une forme de réchauffement climatique : certes il débute par un bel exercice de rage froide et rentrée (Power of Ten), mais la suite, genre de psychédélisme kraut frappé d’électronite aiguë, rappelle ces types qui prennent des calmants pour atténuer les effets d’une descente d’amphét'. Avec bien sûr, à l’occasion, entre deux sursauts (Bambi, 2020, où l

Continuer à lire