Pablo Valentino, l'organique

Portrait | Digger passionné, Pablo Valentino convie des artistes éclectiques à ses côtés pour sa résidence Children Of The Drum — la plus ancienne du Sucre. On a rembobiné les années pour dresser le portrait de celui qui ne jure que par le groove, au Café du Rhône, qu’il a découvert dès son arrivée à Lyon il y a cinq ans. Story.

Anaïs Gningue | Mardi 15 octobre 2019

Photo : © Flavien Prioreau


C'est l'histoire d'un gamin de Strasbourg tombé dans un bac à vinyles quand il était petit. Le funk et le disco tournent en boucle à la maison, sur la chaîne hi-fi made in 80's de son père. À dix ans, son oncle qui tient lui-même une émission le dimanche sur Radio Bienvenue Strasbourg (RBS), programme du reggae, du hip-hop à la A Tribe Called Quest ou Digable Planets, et lui file des CDs du rap français qui explose alors — Assassin, NTM… « La RBS m'a beaucoup influencé. Les DJs passaient non stop, sans pub ni annonce. Le matin ils jouaient du trip-hop, de la drum&bass, et l'après-midi des mixes de house de Chicago ou Detroit. Je les appellais pour avoir le nom des morceaux jusqu'à découvrir que la radio n'était pas si loin de chez moi » raconte Pablo.

Son père imagine-t-il lancer sa carrière de digger lorsqu'il lui construit une table de mixage pour un anniversaire ? L'ado Pablo y est déjà. Il écume dès quinze ans les magasins de disques de Strasbourg, après trente minutes de vélo depuis son village : « tu achètes un seul disque comme tu as peu de sous, tu l'écoutes une semaine et tu reviens en prendre un autre. » Ces magasins sont de véritables points de rendez-vous à l'heure où les évènements Facebook n'existent pas. Au milieu des vinyles et des fanzines, les organisateurs de soirées côtoient les fêtards venus chercher leurs flyers. Pablo comprend vite qu'il est aux premières loges. Il finit par faire ses gammes durant trois ans chez Soul Tronik. 1998 : il envoie ses premières mixtapes. Le destin lui fait du pied lorsqu'on le booke pour une soirée… le jour de son brevet. Encore mineur, c'est donc sa mère qui reçoit le chèque et le billet d'avion à la maison, interloquée. Lotfi, un ami DJ aussi implanté à Lyon, s'en amuse : « 2000 francs à l'époque, ce n'était pas rien. Son père n'était pas au courant. Sa maman a couvert le truc. Vingt ans après, il est toujours là. » Pablo de renchérir : « mais on n'appelle plus ma mère ! », dans un éclat de rire.

Acolytes

Les dates s'enchaînent en Europe et les rencontres aussi. Il côtoie de futurs noms comme Christopher Irfane Khan-Acito, chanteur de Breakbot, ou le producteur et DJ Danilo Plessow, aka Motor City Drum Ensemble. Pablo revient sur sa rencontre décisive avec MCDE : « c'était dans un club à Stuttgart où je mixais, il avait seize ans. Il m'a tendu un CD que j'ai écouté à l'hôtel. Je l'ai rappelé le lendemain matin. Il était dans une chambre de Cité U à faire déjà du son mortel ! » Du hip-hop et du broken beat que le jeune Danilo signe Inverse Cinematics, et que Pablo souhaite graver sur vinyle. L'occasion de lancer son premier label, Faces Records, maison-mère de la subdivision MCDE. « Il m'a fait écouter Raw Cuts 1 & 2, les deux premières sorties sur MCDE, cette fois orientées musiques électroniques, je lui ai donc proposé ce second label qui porte ses initiales. On a sorti le premier disque comme ça » décrit Pablo. Si l'aventure dure, ce n'est pas pour rien. Graphiste et membre du binôme de DJs Sheitan Brothers, Patrick a travaillé avec lui sur la direction artistique de sa résidence Children Of The Drum et des pochettes de vinyles chez Faces : « quand Pablo me demande quelque chose je sais que ça va être un moment facile à gérer car il m'a toujours fait confiance. Il y a un respect des territoires de chacun. » Les deux épicuriens se retrouvent aussi musicalement, partageant une forte affinité pour les sonorités brésiliennes. Hilares, ils se remémorent leur première fois tous les trois au Transbordeur, lors d'un Extra! de Nuits sonores. « On avait inventé un nom éphémère ce soir-là, (en chœur) Los Hijos Del Tambor ! Children Of The Drum en espagnol. »

Intimement universel

Parlons-en, de cette fameuse résidence au Sucre. Lorsqu'il la lance en 2015, le digger « anti set-autoroute-de-techno » souhaite « ramener les gens vers du groove, des musiques organiques. » Sans cliché du « jazz-pantoufle-papi » comme il dit, car « il y a du jazz spirituel dansant comme Pharoah Sanders. Ce n'est pas évident sur le papier mais ça peut fonctionner si c'est bien amené au bon moment. C'est magique et tu comprends pourquoi tu as fait ça avec le retour des gens. » D'après Patrick si son public, que Pablo décrit comme connaisseur et curieux, le lui rend bien, c'est grâce à sa générosité : « pas qu'avec ses amis, je pense que ça se ressent aussi quand il joue. Il a un côté très familial qui s'étend jusqu'à son public, qui est très attaché à lui. Il dégage cette espèce d'aura, de bonhomie et de générosité à la fois avec ses amis et avec la scène. »

Boulimique de vinyles — vous l'aurez compris, le Lyonnais de cœur aime se perdre des après-midis entières dans les shops des pays qu'il visite. Lors de la première édition de Nuits sonores en Colombie, il déniche près de 80 disques colombiens ! Au Japon, il est fasciné par la qualité et la diversité des collections :

avec la globalisation, tu peux trouver de supers disques du monde entier au Japon. La première fois que j'y suis allé, un mec a trouvé une cassette de mon émission de radio de Strasbourg par je ne sais quel moyen !

Ses voyages sont aussi riches des sons qu'il capture partout, muni de son enregistreur Tascam. Du bord de mer au Portugal — pays d'origine de ses parents — aux premiers rires de son fils, qu'il a immortalisé dans le morceau My Son's Smile.

Trouver son bonheur dans le grain d'un son, l'organique, le palpable... Pablo Valentino poursuit sa quête le 26 octobre, en invitant le Sun Ra Arkestra. Un rêve du gamin de Strasbourg : « Sun Ra est mort mais l'Arkestra tourne encore avec des musiciens du groupe original des années 1970. Dont le leader du groupe Marshall Allen qui a 95 ans ! C'est fou de jouer dans la même soirée, sur ma résidence ! » On le retrouvera également en octobre avec son prochain maxi Space Tribe EP sur le label japonais Eureka!. On le laisse sur le challenge irrationnel de ne garder qu'un titre, pour l'éternité. Ses platines en ont vu défiler, et pourtant. Ce sera My Favorite Things : en 1966, John Coltrane étend sa pièce initiale de 13 minutes à 57, lors d'un concert… au Japon. Une musique généreuse qui s'exporte en tout point du globe ? Ça nous rappelle quelqu'un.


Children of the Drum avec Sun Ra Arkestra
Au Sucre le samedi 26 octobre


Repères

Novembre 1982 : naissance à Strasbourg

2001 : création du label FACES

2002 : rencontre avec Danilo Plessow alias Motor City Drum Ensemble

2008 : création du label MCDE

Novembre 2014 : arrivée à Lyon

Mars 2015 : lancement de la résidence Children Of The Drum au Sucre


Sun Ra Arkestra


Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Studio Hirundo : le monde en "Faces"

Sono Mondiale | Le vendredi 12 mars a paru "Faces" de Studio Hirundo, un album 6 titres disponible sur Soundcloud, Bandcamp et YouTube, réunissant une poignée d'individualités en exil. Un projet porté par un quatuor d'étudiants de Lyon 2 avec le soutien de l'association Singa et du Jack Jack. Une belle initiative qui a su se muer en projet artistique à la découverte à la découverte de voix fortes.

Stéphane Duchêne | Lundi 15 mars 2021

Studio Hirundo : le monde en

Au commencement est un projet académique dans le cadre du Master développement de projets artistiques et culturels internationaux à Lyon 2. Quatre étudiants tous musiciens et désireux de faire leur trou dans ce milieu autant qu'intéressés par les liens qu'entretiennent le social et l'artistique projettent une idée un peu folle : créer et enregistrer en cinq mois, à partir d'octobre 2020, un album multiculturel qui puisse être un vecteur d'expression et de visibilisation des personnes exilées, musiciens ou pas. Les quatre se rapprochent alors de l'association Singa, « association et mouvement citoyen qui propose des espaces de rencontres et d'échanges avec des personnes nouvellement arrivées et des membres de la société d'accueil », nous détaille Leïla, l'une des quatre étudiantes à la racine du projet. Rapidement, ils deviennent porteurs de projets pour Singa dans l'idée « de se regrouper autour de la musique et des textes et de montrer notre diversité. » L'association se fait notamment le relais de l'appel à candidature qui voit affluer les participants. Parmi eux, Camara qui

Continuer à lire

Par ici les sorties

Newcomers | Fidèle à sa volonté énoncée par ailleurs de continuer à miser sur la belle jeunesse entre défense et accompagnement des régionaux, le Ninkasi offre à deux formations (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 25 septembre 2018

Par ici les sorties

Fidèle à sa volonté énoncée par ailleurs de continuer à miser sur la belle jeunesse entre défense et accompagnement des régionaux, le Ninkasi offre à deux formations lyonnaises et au public curieux une double release party. Si Yeast a déjà un peu de bouteille avec déjà deux EP au compteur, Smne You Cn't Hve et Water et plus d'une centaine de concerts, et s'avance avec le troisième Dust of Light au rythme d'une pop aérienne qui n'est pas sans rappeler Phoenix, Two Faces fait davantage office de nouveau visage dans le trombinoscope musical lyonnais en dépit d'un premier EP en 2017. Le duo qui réactive avec force l'esthétique trip-hop dans une veine bien fat fut le lauréat 2016/2017 du Ninkasi Music Lab, la Ligue des Talents du lieu, et ne cesse de marquer les esprits depuis. Après une résidence chacun dans les murs de la salle où ils ont pu travailler leur live, c'est nulle part ailleurs que sur la scène du Kao, dont l'entrée sera aussi libre que gratuite, que viendront s'ébat

Continuer à lire

Insomniaque

MUSIQUES | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 18 octobre 2016

Insomniaque

22>10>16 NINKASI KAO EZ! #43 Amateurs de bass music, cette soirée va vous combler : c'est un best of du label Château Bruyant qui est ici convié, avec celui qui est sans doute le meilleur représentant du dubstep dans nos contrées, Niveau Zéro, accompagné d'un duo calorifère sur scène (Tambour Battant), d'un DJ passionnant repéré par Gilles Peterson (Nikitch) et enfin de The Unik : clairement pas une nuit pour âmes sensibles, mais les adeptes de breaks tropicalisés et de basses massives vont se caler sur le beat. Heavy. 22>10>16 LE PETIT SALON KEVIN SAUNDERSON Voici venir le quota de légende techno hebdomadaire dans la ville : et pour le coup, c'est rien moins que l'un des trois fondateurs du genre à Détroit, Kevin Saunderson, qui fait une halte au Petit Salon... On lui doit ce qui est devenu un mouvement de masse, mais aussi quelques hits absolus continuant de réveiller n'importe quel dan

Continuer à lire

Nuits sonores : Tony Allen donne le tempo

MUSIQUES | Cette édition 2016 du festival Nuits sonores est telle un strip-tease, se dévoilant lascivement de semaine en semaine : voici que ce matin un autre (...)

Sébastien Broquet | Vendredi 15 janvier 2016

Nuits sonores : Tony Allen donne le tempo

Cette édition 2016 du festival Nuits sonores est telle un strip-tease, se dévoilant lascivement de semaine en semaine : voici que ce matin un autre voile se soulève et qu’apparaît dénudée la programmation du jeudi 5 mai en journée, concoctée par le curateur Motor City Drum Ensemble. Danilo Plessow, DJ fondu de house music, mais aussi à l’origine batteur, a très logiquement invité le maître en la matière : le nigérian Tony Allen, king de l’afrobeat, compagnon de route de Fela Kuti, Doctor L ou encore Damon Albarn, viendra donner le tempo au Sucre pour un live enthousiasmant et annonçant l’une des tendances pressenties de Nuits sonores : plus de concerts en vue. Illustration avec le retour à 62 ans d’un grand méconnu du funk : Leroy Burgess, pour un live unique. Bonne pioche. Le Sucre, qui sera donc pour la première fois associé à ce parcours des Days, accueille aussi Pablo Valentino, l’un de ses résidents et co-dirigeant du label MCDE, digger en quête perpétuelle de la galette inconnue pour faire le liant entre les deux concerts des papys du groove. La salle 1930 se tourne également vers l’Af

Continuer à lire

Les soirées du 30 septembre au 6 octobre

MUSIQUES | 03.10 Encore Tel Van Pelt, le chasseur qui voulait faire de Robin Williams une descente de lit dans Jumanji (chacun ses classiques), le collectif (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 30 septembre 2015

Les soirées du 30 septembre au 6 octobre

03.10 Encore Tel Van Pelt, le chasseur qui voulait faire de Robin Williams une descente de lit dans Jumanji (chacun ses classiques), le collectif Encore n'aura visiblement de répit que le jour où il aura accroché à son tableau de chasse toutes les figures historiques de la techno. Cette semaine, c'est ainsi au tour de Kevin Saunderson de voir sa tête placardée au-dessus de la cheminée, en l'occurrence celle du Petit Salon, en sa qualité d'originator, à égalité avec Juan Atkins et Derrick May, du "nouveau son pour danser de Detroit" – il paraît qu'on utilise trop d'anglicismes, alors voilà, enjoy (oups).

Continuer à lire

The Two Faces of January

ECRANS | D’Hossein Amini (EU-Ang-Fr, 1h37) avec Viggo Mortensen, Kirsten Dunst, Oscar Isaac…

Christophe Chabert | Mardi 17 juin 2014

The Two Faces of January

Dans les années 60 en Grèce, un petit arnaqueur américain officie comme guide touristique et se rapproche d’un couple bien sous tous rapports, lui très riche, elle très belle. Sauf que le mari est en fait un escroc recherché, cachant à sa femme la réalité de ses activités et embringuant le guide dans un jeu dangereux. Tiré d’un roman de Patricia Highsmith, The Two Faces of January prolonge le travail entrepris par feu-Anthony Minghella sur Le Talentueux Monsieur Ripley, à qui Hossein Amini, scénariste de Drive — ce qui est à la fois un bon et un mauvais présage, la valeur du film tenant surtout à la mise en scène de Winding Refn — reprend une évidente volonté de classicisme. De fait, The Two Faces of January tente de retrouver l’atmosphère des polars exotiques à l’ancienne, mais ne dépasse pas, dans sa mise en scène, le niveau d’un joli catalogue d’images glacées et racées, lissant tout le trouble de l’intrigue et réduisant les personnages à des stéréotypes sans épaisseur. Cette aseptisation touche particulièrement le jeu d’ordinaire fiévreux de Mort

Continuer à lire

Danse avec la Sioux

MUSIQUES | Si on dénonce souvent le copinage et le favoritisme, il faut parfois reconnaître que de temps à autre il peut avoir du bon. Car en plus de venir présenter son (...)

Dorotée Aznar | Mardi 8 avril 2008

Danse avec la Sioux

Si on dénonce souvent le copinage et le favoritisme, il faut parfois reconnaître que de temps à autre il peut avoir du bon. Car en plus de venir présenter son très chouette album de folk pastoral, Alela Diane en profitera pour nous présenter, en guise de première partie et de choriste, sa très chouette (et très jolie) copine Mariee Sioux. Laquelle n'est d'après nos informations pas plus mariée que sioux. Elle n'en a pas moins des origines indiennes dont l'écoute de son album Faces in the rocks ne permet guère de douter. Un disque qui n'a rien à envier à celui d'Alela Diane (qui avoue lui devoir son look de squaw) et mérite sans aucun doute de connaître le même succès. Habité par le souci animiste de dénicher le Grand Esprit sous le moindre caillou ou la moindre feuille morte, c'est-à-dire de chercher le Tout dans le souci du détail, Faces in the rock n'en est pas moins d'une simplicité évangélique : une guitare sous hypnose, de discrètes percussions, quelques flûtes et chœurs indiens pour attirer la pluie et bien sûr la voix de Mariee Sioux. Soit la grâce légère de Joni Mitchell, l'esprit ethnique de Buffy Sainte-Marie et ce qu'il faut de dévian

Continuer à lire