The Black Madonna : « créer un environnement dans lequel les gens peuvent ressentir l'espoir »

House | Quelques mois après son passage à Nuits sonores, Marea Stamper, aka The Black Madonna, est de retour à Lyon le 29 novembre pour une soirée d'anthologie au Sucre. Ce sera dans le cadre d'une tournée visant à recueillir des fonds et à sensibiliser autour de la cause des réfugiés LGBT+. Entretien.

Gabriel Cnudde | Mercredi 27 novembre 2019

Photo : © Studio Moross


Tu tournes actuellement en Europe en partenariat avec l'association Help Refugees. Peux-tu nous expliquer l'origine de cette collaboration et de cette tournée We Still Believe – Choose Love ?
The Black Madonna :
Ça a commencé de manière très simple. J'adorais l'association et ses t-shirts. J'ai acheté plusieurs Choose Love que je portais en tournée. C'était une des nombreuses associations que j'appréciais et que je voulais aider. Une grande partie de l'association est basée à Londres. On nous a présenté. À côté, je parlais avec une amie à moi, Diana Arce, membre du collectif Black Lives Matter à Berlin, sur ce qu'on pouvait faire pour les réfugiés queer. J'ai des amies, un couple de lesbiennes, qui sont en train de demander l'asile. Elles ont beaucoup de mal, parce que c'est très différent des démarches pour les couples hétéro. Alors, on se demandait avec Diana comment aider les queers demandeurs d'asile du monde entier.

C'est une question que mon équipe et moi-même on a fini par poser à Help Refugees. On voulait travailler avec eux, alors on a demandé : « hey, vous faites quelque chose en particulier pour les réfugiés queer ? » Et ils nous ont dit : « bien sûr, on a une organisation qui s'occupe de cette problématique à Londres qui s'appelle le Say It Loud Club ! » C'est une association gérée par Aloysius, un réfugié queer de l'Ouganda. Comme mes amies sont aussi de là-bas, ça a été très naturel. Il connaissait les réponses aux questions que je me posais. On a fini par penser à faire du merchandising spécifique. Des tabliers aux t-shirts : tout ce qui pouvait comporter les slogans que l'on projetait sur les écrans pendant les festivals et les shows. L'argent récolté irait directement à l'association. On a commencé par ça, puis on a décidé de monter une tournée entière autour de ce partenariat. Comme ça, on pourrait récolter des fonds et parler de cette problématique dans le plus d'endroits possibles.

As-tu toujours ressenti ce besoin de mettre ta popularité au service d'une cause d'intérêt public ?
Au début, comme tout le monde, je voulais surtout apprendre à être une bonne DJ, à passer deux disques ensemble et à les faire sonner. Je ne peux pas dire que je suis spéciale ou que j'ai une histoire personnelle unique. J'ai commencé par passer des disques sur la radio de la fac et j'essayais dur d'être une vraie DJ, de ne pas faire trop d'erreurs. Mais j'ai toujours été une personne très politique, comme tout le monde dans ma famille. Mes grands-parents étaient des activistes lors du mouvement des droits civiques. On est ce genre de famille. J'ai toujours cet attrait très fort pour le devoir civique. Quand j'ai commencé à être dans cette position qui a fait que, comme toutes les femmes DJs, j'entendais des questions du genre : « qu'est-ce que ça fait d'être une femme DJ », je me suis dit que je voulais donner une vraie réponse. Si les gens m'écoutaient, je me devais de leur donner une vraie réponse. Être dans cette position, ça a réveillé quelque chose en moi. Et je pense aussi tout simplement que le monde a changé. Beaucoup d'entre nous sont plus conscients des difficultés que les gens affrontent dans le monde. On discute beaucoup plus, les Blancs se réveillent enfin et sont capables de se poser des questions difficiles, des questions qu'on devrait tous être assez responsables pour se poser. Disons que j'ai toujours eu ce besoin en moi mais qu'il ne se manifestait pas au début de ma carrière de DJ. Il y a vingt ans, personne ne s'intéressait à ce que je pensais !

Est-ce que tu penses que la scène techno va expérimenter de plus en plus d'initiatives de ce genre ?
Il y a de plus en plus de DJs qui s'impliquent dans des grandes causes. Je suis allée dans des endroits en conflit, ou qui sortaient juste d'un conflit et j'ai vu un lien direct entre la scène EDM et les manifestations. En Géorgie, à Tbilissi, ils ont amené des haut-parleurs au Parlement après les raids contre les clubs. Il y a des manifestations anti-racistes à Berlin avec de la techno en fond. Pareil à Londres. Certains événements anti-Brexit ont des line-ups qui feraient rêver n'importe quel club. Il n'y a pas de doute sur le fait que les choses changent. Combien de temps ça durera, je n'en sais rien, mais je veux en faire partie.

"We Still Believe"... Quel est le message derrière ces trois mots iconiques ?
C'est un message d'espoir et de possibilités. Les gens apportent leurs propres espoirs, leurs peurs et leurs vœux et les transposent comme ils veulent dans ce message. Il est là pour palier la demande d'un espoir décentralisé. C'est tout. À la fin, tout ce qui compte c'est de créer un environnement dans lequel les gens peuvent ressentir l'espoir et le transmettre sur le dancefloor le temps d'une nuit.


The Black Madonna + Louise Chen


Le Sucre 49-50 quai Rambaud Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

The Black Madonna, icône en terre sainte

Clubbing | Habituée à faire transpirer Chicago, Londres ou New York, The Black Madonna n'a jamais caché son amour pour Lyon. Ce vendredi soir, au Sucre, elle risque bien de clamer à nouveau son attachement à la capitale des Gaules et à ses danseurs nocturnes.

Gabriel Cnudde | Mardi 26 novembre 2019

The Black Madonna, icône en terre sainte

Si la Vierge est à Lyon gardienne et qu'elle exauce les vœux de ses protégés, elle n'a jamais encore fait danser les Lyonnais après minuit. Fort heureusement, elle est suppléée, depuis 2014, par une Vierge noire, icône des soirées dansantes rhodaniennes qui vient régulièrement prêcher la bonne parole de la house sur les bords de Saône. Ce vendredi 29 novembre, The Black Madonna sera encore au centre du tableau, derrière ses platines, pour son "We Still Believe – Choose Love tour". L'occasion pour elle de revenir à Lyon, ville chère à son cœur. « J'aime tellement Lyon. C'est un de mes endroits préférés au monde. J'ai des amis très chers ici. C'est un endroit très spécial, une ville dans laquelle j'ai vécu certaines de mes expériences musicales les plus incroyables. J'ai vraiment hâte d'y revenir », explique-t-elle à quelques heures d'un set à Glasgow. Un amour qui a habité tous ses passages ici, du premier au Sucre, en décembre 2014, jusqu'au dernier, à Nuits sonores 2019. Nul doute que son nouveau passage sur le rooftop le plus connu de la ville sacralisera encore un peu plus celle qui vient défendre les opprimés LGBT+ et défendre un message d

Continuer à lire

Aldo Paredes, challengeur

Portrait | Vous avez sûrement déjà croisé le flash de son appareil photo sans savoir qui le déclenchait. Il vous a tiré le portrait ? Voici le sien.

Anaïs Gningue | Mercredi 28 mars 2018

Aldo Paredes, challengeur

Au terme de son cursus aux Beaux-Arts de Lyon, une correspondance épistolaire avec l’artiste chilien Alejandro Jodorowsky, attaché à l’irréel, ramène Aldo Paredes sur Terre. Nous sommes en 2011 : Aldo est rongé par des démons intérieurs, il n’arrive pas à expliquer ses doutes. Cet échange lui permet de poser les mots sur les tourments qui l’ont poussé à quitter son Équateur natal six ans plus tôt. « C’était tellement intelligent par sa simplicité et sa profondeur que c’était clair en moi », explique-t-il. À l’adolescence, il était balloté de lycées en lycées ; il fait partie de ceux qui disent tout haut ce que les autres pensent tout bas. Ces souvenirs d’Équateur sont aujourd’hui flous ou ont disparu au profit de ceux qu’il a créés à Lyon. Je me souviens avoir touché un point très obscur. Mais il fallait que je passe par là pour savoir que c’était le moment d’agir. Aldo pose ses valises dans la capita

Continuer à lire

La programmation des Days du festival Nuits Sonores

Nuits sonores 2017 | Retour aux Subsistances, une carte blanche à Lisbonne, Derrick Carter et ESG en invités, une offre food revisitée : Nuits sonores 2017 est sur de bons rails.

Sébastien Broquet | Mardi 24 janvier 2017

La programmation des Days du festival Nuits Sonores

The Black Madonna, curatrice du Day 1 (jeudi 25 mai) dévoile un programmes des plus intéressants, conviant le légendaire Derrick Carter qui jouera 100% disco. C'est un grand retour à Lyon pour celui qui était déjà présent lors des éditions 1, 5 et 15 du festival. Beaucoup de filles sur ce line-up : la new-yorkaise Honey Dijon, adepte d'une house très Chicago ; les légendaires ESG, groupe post-punk totalement groovy échappé du Bronx et des années 80, toujours aussi efficace et classe. L'échappée de Ninjatune qu'est Throwing Shade ou encore la Coréenne installée à Berlin Peggy Gou sont aussi à l'affiche. La patronne (The Black Madonna, donc) jouera elle-même en back2back avec les écossais de Optimo, qui lui ont donné l'envie de s'engager dans ce monde du clubbing. On notera aussi la présence sur ce même programme du jeudi de Jamie 3:26, de Rahaan (une forte prédominance du son de Chicago, donc) et du

Continuer à lire

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches ce week-end

Clubbing | Trois plans pour vos nuits blanches.

Sébastien Broquet | Mardi 27 septembre 2016

Insomniaque : trois plans pour vos nuits blanches ce week-end

30>09>16 LA PLATEFORME LAZARE HOCHE La bonne nouvelle, c'est la relance d'une activité clubbing régulière à La Plateforme avec une nouvelle direction artistique axée house, le tout à prix modique ce qui n'est plus si fréquent la nuit venue : 6€. Pour cette seconde 01046, le parisien Lazare Hoche, fondateur des labels LHR et Oscillat Music et protégé de DJ Grégory, est l'invité de marque : adepte d'une house aérienne emplie de soul, le jeune producteur arrive précédé d'une belle réputation en tant que DJ. Le local Hergè et Wavesonik sont aussi à l'affiche. Planant. 30>09>16 LE SUCRE THE BLACK MADONNA Difficile de passer outre le retour dans la ville de l'américaine, tant The Black Madonna a marqué les esprits lors de la dernière édition de Nuits sonores... Issue de la

Continuer à lire

Insomniaque - Soirées du 10 au 16 décembre

MUSIQUES | Trois RDV nocturnes à ne pas manquer : Black Strobe au Club Transbo, Genius of Time et The Black Madonna au Sucre et Tessela au DV1. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mardi 9 décembre 2014

Insomniaque - Soirées du 10 au 16 décembre

10.12 Don't mess with us #3 Après les avoir inaugurées en DJ set, Arnaud Rebotini prend les commandes des soirées punks-et-clubbers-friendly du Transbo avec la clique à la tête de laquelle il célèbre, depuis le milieu des années 2000, les noces crépusculaires des guitares et des synthétiseurs. Il y présentera l'obsédant Godforsaken Roads, deuxième album de Black Strobe où, vocalisant comme un Nick Cave assommé par une boule à facettes – ou Dave Gahan après un bain de bouche à la tourbe – il s'impose une fois pour toutes comme le plus badass des crooners. Lui chercher des poux dans la gomina ? Aucun risque.   12.12 The Cosmic Adventure Deux garçons, une fille, des tas de possibilités ondulatoires. Ce pourrait être le pitch du prochain périple aux confins de la house auquel Le Sucre et Kosme vous proposent de prendre part. Les deux garçons, ce sont le

Continuer à lire