Liam Gallagher, Thom Yorke et Woodkid seront à Fourvière cet été

Nuits de Fourvière | À l'approche du printemps tombe le programme de l'été, du moins du côté de Fourvière dont les Nuits vont une fois de plus occuper nos soirées de juin et juillet. Revue d'effectif du casting musical de cette édition 2020, toujours enrichi du programme parallèle des Salons de musique.

Stéphane Duchêne | Mardi 10 mars 2020

Passer aux Salons

Commençons par Les Salons de musique des Nuits, cette extension intimiste et indoor des Nuits de Fourvière chargée de proposer une sorte de contre-programmation. La chose débutera avec un énième projet de l'intenable saxophoniste Thomas de Pourquery : Von Pourquery accompagné de chœurs du Conservatoire à Rayonnement Régional (2 juillet).

Suivront le trio de multi-instrumentistes Bernard Lubat, André Minvielle et Fabrice Vieira (3 juillet), le Valetti Quintetto (5 juillet) formé par le même Minvielle, Raphaël Imbert, Beer-Demander et Serge Valtetti à la création et production ; un hommage à Henri Crolla, sorte de Django Reinhardt napolitain avec Dominic Cravic, concert suivi du film Le Bonheur est pour demain avec Crolla et Higelin (7 juillet) ; le spectacle Si oui, oui, Si non, non, où le jazz rock d'Albert Marcoeur rencontre les appétences contemporaines du Quatuor Bela (8 juillet). La très versatile Marion Rampal de son côté nous confiera son secret avec l'aide de quelques invités à découvrir.

Le finale de ces Nuits de salon interviendra avec 3 MA, précieux trio qui réunit le Malien Ballaké Sissoko à la Kora, le Marocain Driss El Maloumi au Oud et le Malgache Rajery au Valiha malgache (10 juillet).

On a omis de vous dévoiler la date du 4 juillet, mais c'est pour mieux souligner son statut de coup de cœur : Arandel, dont nous avions longuement évoqué la sortie de l'album InBach qui, comme son titre l'indique, est une époustouflante revisite du grand Jean-Séb à coups d'électro-acoustique et d'instruments anciens. Le voici invité à une création live autour du disque avec pour invités quelques uns des illustres musiciens qui l'y ont accompagné. À ne pas rater.

Franco phonies

Du côté du Grand Théâtre, beaucoup, et de l'Odéon un peu, les affiches francophones alterneront avec les piliers du rock et quelques sensations sono mondiale. La jeune caluirarde Pomme, en pleine explosion, aura l'honneur d'ouvrir les festivités le 5 juin avec les titres de son tout récent Les Failles cachées. Le 11, Stephan Eicher fera son retour au Grand Théâtre avant que le 18, Catherine Ringer ne vienne corriger son absence de passage lyonnais au cœur de sa tournée... chante les Rita Mitsouko (c'était pour mieux se réserver pour les Nuits). Suivra Alain Souchon pour deux dates les 22 et 23 juin.

Le 29, François Morel viendra, lui, présenter son spectacle La Vie (titre provisoire) accompagné par 40 musiciens du CRR dans une version symphonique s'il vous plaît créée par Antoine Salher. On appréciera aussi un joli double plateau composé de Vincent Delerm et Yael Naïm (10 juillet) avant d'aller applaudir trois piliers forts différents de la chanson française : Louis Chedid (12 juillet à l'Odéon), l'indispensable et impayable Philippe Katerine (précédé d'Oxmo Puccino) le 15 et une double ration du ménestrel d'Astaffort Francis Cabrel les 16 et 17 juillet.

Le rideau francophone retombera après un double plateau Suzane (nouvelle petite bête qui monte) et Izia le 28 juillet et une prestation très attendue par les fans des revenants Dionysos autour de l'album Surprisier qui fait également l'objet d'un film (29 juillet).

Classiques 90's

Côté rock international (pour faire court), une place importante est une fois de plus dévolue à quelques totems de l'indie music avec une certaine résonance 90's : ainsi de Thom Yorke (le concert événement du festival le 9 juillet (le temps de lire cette phrase il n'y a peut-être déjà plus de places disponibles)). Mais aussi des Tindersticks qui viendront présenter sur scène, avec ces élans fiévreux qui les caractérisent, leur No Pleasure not hope, soirée doublement savoureuses puisqu'en co-plateau on retrouvera le caverneux alt-countryman Bill Callahan (le 6 juin, précédés de Matt Elliott & Vacarme).

Nostalgie 90's toujours pour d'autres musiciens ayant connu leur pic artistique en cette décennie : Beck (précédé d'Hot Chip le 8 juin) ; les sémillants Supergrass qui viennent de publier une intégrale valant reformation (30 juin, après le rock embrumé d'Editors) ; Liam Gallagher, anciennement bouille à gifle d'Oasis, à la carrière solo pas ouf-ouf (1er juillet). Et même le nu metal de Deftones le 9 juin. S'il est rare, le metal sur la colline qui prie, il se doublera pourtant quelques jours plus tard de celui (option death) du monstre français du genre Gojira (nul doute que la Basilique de Fourvière se retournera sur ses quatre pattes d'éléphant pour gagner la colline d'en face).

Pour compléter le tableau, l'Israélien à la voix d'ange Asaf Avidan (un classique le 3 juillet) ; le grand retour, le 9 juillet, de Woodkid qui avait pourtant annoncé avoir arrêté la musique (la preuve que non) ; la bien nommée poétesse multicarte Kate Tempest (le 11 juillet à l'Odéon) ; et deux autres classiques du festival : Agnes Obel, pour laquelle ouvrira, avec la délicatesse ad hoc, Piers Faccini le 18 juillet, et (Alison) Goldfrapp précédée du Cinematic Orchestra le 27 juillet.

Enfin, une date qu'on aura tendance à vous conseiller avec insistance : celle d'Andrew Bird, chanteur-violoniste-guitariste-siffleur, que l'on voyait régulièrement à Lyon, souvent en homme-orchestre solitaire dans les années 2000 (il fut l'un des grands songwriters pop-folk de la période), moins depuis, et qui se produira avec l'Orchestre de l'Opéra de Lyon dans des arrangements signés Gabriel Kahane. Et puisqu'on parle d'orchestre le classique sera réduit à la portion congrue de deux bonnes grosses tranches, avec tout de même une IXe de Beethoven servie par l'ONL le 2 juillet. Ainsi que le divo Robert Alagna et la soprano polonaise Aleksandra Kurzak accompagnés, eux aussi de l'Orchestre de l'Opéra de Lyon, le 24 juillet.

Tout le monde

Pour évoquer ce qu'on appelle (un peu trop) commodément les musiques du monde ou la sono mondiale : signalons dans la tradition des nuits thématiques, une Nuit du jazz italien avec Enrico Rava, Stefano Di Battista et Stefano Bollano le 19 juin à l'Odéon comme la Nuit amazonienne avec la diva du carimbo, la Brésilienne Dona Onete et Los Wembler's de Iquitos (cumbia psychédélique du Pérou) le 19 juillet ; et une soirée 100 % saharienne avec Lemma et le blues touareg de Tiwariwen (le 14 juillet).

À noter une soirée exceptionnelle hors-les-murs ou plutôt dans-les-murs, en l'occurence ceux du Musée des Confluences le 26 juin, avec Polyphonie-Polyfolie, un opéra mené par les chœurs Pygmées Aka et l'Ensemble Ongo Brotto de Bambari pour une composition signée du guitariste Camel Zekri. Ainsi que l'ensemble Al-Kindi et les derviches tourneurs de Damas (Odéon, le 26 juillet).

Quelques autres figures incontournables complèteront un tableau de haute volée : le prodige Tigran Hamasyan en trio (le 13 juillet à l'Odéon avec Dakhabrakha et son folk ukrainien) ; les fidèles Rodrigo y Gabriela (y leurs guitares le 22 juillet) et un triple menu servi par Rokia Traoré, la chanteuse marocaine Oum et la joueuse de kora anglo-gambienne Sona Jobarteh le 23 juillet. Fin des festivités mondialistes après le mariage électro world d'Orange Blossom et la chanteuse tuinisenne Emel Mathlouthi se partageront la scène le 30 juillet et avec l'éclat final qui se partagera avec le désormais habituel Karaoké Arte et l'éthiojazz d'Arat Kilo.

Les Nuits de Fourvière
Au Théâtre antique de Fourvière (sauf mentions) ​du 2 juin au 31 juillet

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Nuits de Fourvière : en juillet, ce sera jauge pleine

Festival | Plus de monde, mais pas pour autant de réouverture de la billetterie globale. On vous explique.

Nadja Pobel | Jeudi 10 juin 2021

Nuits de Fourvière : en juillet, ce sera jauge pleine

Ce mercredi 9 juin au soir, alors que la France entamait son deuxième palier de déconfinement — il faut désormais se munir d’un pass sanitaire valide pour entrer dans une enceinte de plus de 1000 personnes —, Dominique Delorme s’est exprimé devant le public des Nuits de Fourvière qu’il dirige. À compter du 1er juillet, en accord avec le préfet du Rhône Pascal Mailhos et la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, il n’y aura plus de réduction de jauge du public. C’était annoncé, de même que la levée du couvre-feu à cette date, dans le calendrier de déconfinement énoncé par Emmanuel Macron le 29 avril dernier. Mais cela devait se faire « selon la situation sanitaire locale » et était soumis à l’autorisation des préfets. Celui du Rhône a donc donné le feu vert aux Nuits de Fourvière. Mais attention, cela n’engendre pas la réouverture de la billetterie, ou alors au cas par cas et à une date encore inconnue. En effet : il y a des listes d’att

Continuer à lire

Nick Cave aux Nuits de Fourvière en 2022

Festival | Les fans de Nick Cave n'ont sans doute pas oublié, ni ne se sont remis du magistral concert perpétré par l'Australien en juillet 2013 à Fourvière, en sortie du (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 25 mai 2021

Nick Cave aux Nuits de Fourvière en 2022

Les fans de Nick Cave n'ont sans doute pas oublié, ni ne se sont remis du magistral concert perpétré par l'Australien en juillet 2013 à Fourvière, en sortie du classieux Push the sky away. Parmi ces fans, l'une des plus hardcore, Sophie Broyer arrivée l'an dernier aux fonctions de programmatrice des Nuits de Fourvière – et qui n'a guère eu l'occasion d'étrenner de manière satisfaisante ses grandes compétences. Elle se rattrapera manifestement l'an prochain puisque viennent d'être annoncés non pas un mais deux concerts du Cave et de ses Bad Seeds, les 6 et 7 juin 2022 sur la scène du théâtre antique. Certes, ce n'est pas demain la veille – et d'ailleurs la billetterie n'ouvrira pas avant l'année prochaine – mais c'est toujours de la belle perspective de vrai monde d'après. Ce soir là, on repensera sans nostalgie à 2020 et 2021 et on kiffera

Continuer à lire

Nuits de Fourvière : notre sélection concerts

Festival | Pour leur grand retour, les Nuits de Fourvière ont fait avec les contraintes – et sans doute un peu les moyens du bord – pour concocter un programme 2021 digne de ce nom. Avec beaucoup de têtes d'affiches françaises et plus d'internationaux qu'on ne pourrait le penser. Une édition finalement très voyageuse. Tour d'horizon.

Stéphane Duchêne | Mardi 25 mai 2021

Nuits de Fourvière : notre sélection concerts

La chance aux chansons (françaises) Conjoncture sanitaire – et absence presque totale de tournées internationales – oblige, les Nuits ont surtout donné – plus qu'à l'habitude, déjà bien ancrée – la chance aux chansons. Avec l'idée que dans la chanson (française), tout est bon. D'où un tableau All-star de vedettes françaises (ou francophones) qui comprend quand même Alain Souchon, Benjamin Biolay, Philippe Katerine, Catherine Ringer (qui vient enfin chanter les Rita Mitsouko), Jane Birkin, Louis Chedid, Stephan Eicher, la révélation pop-chanson Suzane et même François Morel qui se paie un orchestre symphonique – celui du Conservatoire à Rayonnement Régional. Un vrai plateau (télé) de Victoires de la Musique, comme à la maison mais (enfin) hors-les-murs. Voyage à Lyon Tant qu'à faire et peut-être plus que d'habitude, les Nuits ont profité de ce contexte à la mobilité entravée pour opter pour le voyage immobile en s'offrant une édition aux accents très lyo

Continuer à lire

Lyon : Nuits de Fourvière, le grand retour

Festival | Oui – trois fois youpi ! – les Nuits de Fourvière auront bien lieu cette année en juin et juillet. Avec au menu, une édition quelque peu adaptée – horaires, jauges, mesures barrières – mais surtout une édition en vrai, avec des gens. On vous détaille la programmation ici, où vous pourrez retrouver une bonne partie des têtes d'affiche et spectacles empêchés l'an dernier.

La rédaction | Lundi 3 mai 2021

Lyon : Nuits de Fourvière, le grand retour

La Biennale de la Danse, des fidélités, quelques reports de l’édition avortée et au final pas moins de onze propositions théâtre-cirque-danse aux Nuits de Fourvière cette année qui se dérouleront en très grande partie aux amphithéâtres et puis tout près, chez les voisins du 5e arrondissement (ENSATT et Point du Jour) jusqu’à faire un pas à la Renaissance d’Oullins. L’ouverture du festival se fera le 1er et 2 juin à 19h30 (attention horaires avancés en raison du couvre-feu), en collaboration avec la Biennale de la Danse devenue estivale, avec Alarm clocks are replaced by floods and we awake with our unwashed eyes in our hands … a piece about water without water signé de la chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin qui retrouve pour l’occasion la chanteuse Camille après leur première collaboration sur l’album Ilo Veyou de cette dernière. L’interprète (qui se fait aussi danseuse) sera également au générique de Comprendre, en tant que co-compos

Continuer à lire

Jérôme Bub nouveau président des Nuits de Fourvière

Politique | Pour peu, l’information serait passée inaperçue si le principal intéressé ne l’avait révélée sur Twitter : l’élu métropolitain EELV Jérôme Bub a été désigné mardi 20 octobre nouveau président des Nuits de Fourvière.  

Vincent Raymond | Mercredi 21 octobre 2020

Jérôme Bub nouveau président des Nuits de Fourvière

Fin juillet dernier, le Conseil métropolitain avait, au milieu d’un flot de délibérations, choisi ses neuf élus chargés de former le conseil d’administration de la régie personnalisé des Nuits de Fourvière, festival dépendant de sa juridiction, parmi lesquels Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne ou Véronique Dubois Bertrand, maire du 3e arrondissement de Lyon. Il a depuis désigné son président en la personne de Jérôme Bub en remplacement de Myriam Picot, ancienne vice-présidente à la Culture à la Métropole et… présidente du Musée des Confluences — où Fanny Dubot vient de lui succéder, comme au siège de maire du 7e arrondissement de Lyon. Élu grignerot de la circonscription Lônes et Coteaux, le nouveau venu dans l’assemblée de la rue

Continuer à lire

Damon Albarn et Thom Yorke reprogrammés en 2021

Pop | Ils devaient jouer à l'Auditorium et aux Nuits de Fourvière : Damon Albarn et Thom Yorke ont tous deux reportés leurs dates respectives en avril et juillet 2021.

Sébastien Broquet | Vendredi 22 mai 2020

Damon Albarn et Thom Yorke reprogrammés en 2021

Les fondus de pop anglaise des 90's seront soulagés : le leader de Blur et celui de Radiohead feront bien halte à Lyon. Pas cette année, on l'a bien compris, qui restera comme une sorte de vide intersidéral en terme de spectacle vivant, mais en 2021, puisque tous deux reportent leurs dates respectivement prévues à l'Auditorium et aux Nuits de Fourvière à l'année prochaine. Ce qui relève du tour de force de la part des organisateurs pour des artistes de ce calibre ayant des agendas surchargés longtemps à l'avance. Alors bien sûr, on dit brit pop, mais tous deux viennent en solo et leurs parcours ont largement explosé les frontières d'un seul genre, Damon Albarn travaillant entre autre beaucoup autour des musiques africaines et de l'opéra, Thom Yorke ne s'étant lui jamais vraiment remis de l'écoute des disques de Warp Records. Commençons par ce dernier, vu récemment au Transbordeur : il revient aux Nuits de Fourvière le mercredi 7 juillet 2021, au grand théâtre bien

Continuer à lire

Nuits de Fourvière confirme l'annulation intégrale de son édition 2020

Covid-19 | C'est par un succinct communiqué que Nuits de Fourvière vient confirmer ce qui était inévitable : il n'y aura pas d'édition 2020 du festival (...)

Sébastien Broquet | Mardi 14 avril 2020

Nuits de Fourvière confirme l'annulation intégrale de son édition 2020

C'est par un succinct communiqué que Nuits de Fourvière vient confirmer ce qui était inévitable : il n'y aura pas d'édition 2020 du festival lyonnais. « Suite aux dispositions d’ordre public annoncées par le Président de la République le 13 avril 2020, le Festival des Nuits de Fourvière est annulé. Cette édition devait être présentée du 2 juin au 31 juillet. Les conditions de cette annulation seront précisées dans les prochains jours. (...) En 2021 le festival aura 75 ans, nous allons résolument nous engager avec les artistes vers l’avenir pour perpétuer ce rendez-vous créé en 1946. »

Continuer à lire

Le Felyn Festival annulé, Nuits de Fourvière au moins en partie également

Covid-19 | Emmanuel Macron l'a annoncé : les festivals et grands rassemblements ne pourront avoir lieu avant, a minima, la mi-juillet.

Sébastien Broquet | Lundi 13 avril 2020

Le Felyn Festival annulé, Nuits de Fourvière au moins en partie également

Lors de son intervention télévisée le lundi 13 avril, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé que les festivals et grands rassemblements resteraient interdits « au moins jusqu'à mi-juillet ». Ce qui de facto met fin à la première édition du Felyn Festival, qui devait se tenir en juin au Parc OL avec en particulier Red Hot Chili Peppers et Bad Bunny, comme aux Nuits de Fourvière, qui devaient débuter le 2 juin. La fin des Nuits des Nuits de Fourvière étant prévue le 31 juillet, il reste encore un léger doute sur la tenue des festivités après le 15 juillet, mais il semble peu probable que cet événement puisse se tenir au vu des annulations successives des tournées des artistes et des gros festivals européens durant tout l'été. Le Printemps de Pérouges, prévu du 11 au 28 juin avec en particulier Sting, ne pourra se tenir également. Nuits sonores, qui a choisi de repousser ses dates du 22 au 26 juillet, est en suspens.

Continuer à lire

L’art vivant brille aux Nuits

Nuits de Fourvière | Hormis un spectacle d’ouverture sans grand suspens ("Message in a Bottle"), la programmation arts vivants de cette édition des Nuits de Fourvière s’annonce de très haut vol avec notamment la crème de l’émergence en théâtre et deux pépites absolues dans le domaine du cirque.

Nadja Pobel | Mardi 10 mars 2020

L’art vivant brille aux Nuits

Passons vite sur ce Message in a bottle, tout juste créé à Londres et dont les seules dates françaises auront lieu à Lyon. La chorégraphe Kate Prince n’aurait-elle pas pu s’atteler à un répertoire moins attendu pour déployer son travail de danse-théâtre ? Elle devrait en tout cas mêler les tubes du chanteur Sting à une danse très physique et hip hop comme elle le fait dans sa compagnie du Zoo Nation depuis presque vingt ans. Passée cette ouverture, le grand théâtre des Nuits sera le terrain de spectacles très attendus et plein de promesses comme le Room with a view (20 et 21 juillet) où la jeune et engagée compagnie (La) Horde et le ballet de Marseille qu’elle dirige depuis peu s’allie à Rone. Le musicien électro les a invités à dialoguer avec lui sur la notion d’effondrement dans une vraie-fausse carrière blanche où 18 danseurs tentent de résister à la délinquance. Au vu du talent des uns et des autres, le résultat créé en ce début mars au Châtelet à Paris est attendu avec impatience. Toujours dans cet écrin de pierres ancestrales, le Cirque acrobatique de Tanger présente

Continuer à lire

L’espion qui venait de l’asile : "Le Lion"

Comédie | Médecin en hôpital psychiatrique, Romain s’est vu confier le cas de Léo Milan, “le Lion”, un malade surexcité se disant agent secret. Quand la compagne de Romain disparaît, le Lion y voit un coup des services ennemis et accepte d’aider son toubib, à condition qu’il le fasse évader…

Vincent Raymond | Mardi 28 janvier 2020

L’espion qui venait de l’asile :

Inépuisable mais loin d’être simple à réussir, le buddy movie est un genre payant lorsque sa mécanique, bien huilée, est respectée : il suffit en général d’allier deux caractères dissemblables, et plus spécifiquement d’adjoindre à un costaud sûr de lui un velléitaire ayant le tracassin (clown banc & auguste), et de les plonger dans une quête (compte à rebours, poursuite, fuite, etc.). Force est de constater que les scénaristes du duo Matt Alexander ont respecté les codes à la lettre. Et que l’association fonctionne entre Dany Boon — de plus en plus attiré par les emplois physiques — et Philippe Katerine, qui ne surexploite pas ici, à raison, son aura de Pierrot lunaire. Cavale burlesque autant que film d’action dans la lignée des Bébel-Lautner (la B.O. très blaxploitation en rajoute une jolie couche vintage années 1970), la réalisation de Ludovic Colbeau-Justin est à la hauteur de celle du Zidi de La Totale, auquel Le Lion renvoie également — et qui, on s’en souvient, inspira True Lies à

Continuer à lire

Katerine à confesse

Pop | Retour en forme olympique d'un très grand Katerine, livrant avec Confessions sa complexité évangélique comme on s'offre entièrement. Le Transbordeur est promis à la renverse.

Stéphane Duchêne | Mardi 10 décembre 2019

Katerine à confesse

Allez donc le choper, le Katerine : réalisateur what the fuck (Peau de cochon) ; clown chez Gilles Lellouche et Éric Judor, panouillant chez Claire Denis ou Jonathan Demme ; ancien roi confidentiel de l'easy-listening intronisé mangeur de banane ; chevauchant de concert avec Arielle Dombasle et Alkpote, The Herbaliser et Pink Martini ; reprenant Mélissa sur l'album de duos de Juju Clerc

Continuer à lire

Thom Yorke aux Nuits de Fourvière

À venir | Nouveau nom dévoilé par Nuits de Fourvière : Thom Yorke, leader de Radiohead, sera présent le mercredi 8 juillet 2020 avec son projet Tomorrow's Modern (...)

Sébastien Broquet | Mardi 5 novembre 2019

Thom Yorke aux Nuits de Fourvière

Nouveau nom dévoilé par Nuits de Fourvière : Thom Yorke, leader de Radiohead, sera présent le mercredi 8 juillet 2020 avec son projet Tomorrow's Modern Boxes, du nom de son second album solo paru initialement en 2014 et produit alors par Nigel Goldrich, qui sera également de la partie à Lyon, tout comme l'artiste visuel Tarik Barri. Les billets seront en vente le vendredi 13 mars.

Continuer à lire

Benoît Forgeard : « à force de laisser entrer les IA dans le quotidien, il va devenir de difficile de leur résister »

Yves | Quand le cinéaste montre le frigo qui fait du rap, le spectateur peut rire mais aussi s’inquiéter. Benoît Forgeard grime en comédie ses inquiétude devant l’avénement des intelligences artificielles destinées aux consommateurs superficiels.

Vincent Raymond | Mercredi 26 juin 2019

Benoît Forgeard : « à force de laisser entrer les IA dans le quotidien, il va devenir de difficile de leur résister »

Après Gaz de France, vous continuez avec un scénario racontant une sorte de fin de monde… Benoît Forgeard : Oui c’est vrai : c’est ça la définition d’apocalypse d’ailleurs : pas forcément la destruction de la planète, plutôt le début d’un nouveau monde. Comment Yves a-t-il germé dans votre esprit ? Pendant plusieurs années, je faisais des pitchs de films imaginaires pour la revue So Film, et j’avais pour habitude de les écrire de façon assez poétique, sans trop me soucier de leur faisabilité. Là, j’étais allé à une conférence sur la domotique au Collège de France ; un spécialiste parlait des IA domestiques qui allaient arriver dans les maisons, notamment de la voiture automatique de demain qui lorsqu’elle percevra l’abaissement de vos paupières, prendra le contrôle du véhicule, se mettra sur le côté et appellera un proche (rires). Quand j’ai entendu ça, je me suis dit qu’il y avait une possibilité de faire une comédie : le potentiel burlesque est important dans cette idée que les IA prennent des initiatives.

Continuer à lire

New Order : Les cendres du tempo

MUSIQUES | Né sur les cendres d'un groupe à l'esthétique post-punk radicale et singulière, Joy Division, et dans le sillage du suicide de son fascinant chanteur, Ian Curtis, New Order est sans doute, comme aucun groupe avant ou après lui, un exemple de résilience artistique sans précédent et de révolution quasi permanente. Ou comment une formation orpheline d'un leader au charisme et à l'inspiration incandescente a su se réinventer aux frontière du rock et de la musique électronique pour devenir, toutes esthétiques, l'un des groupes les plus influents de sa génération. Et encore aujourd'hui l'une des plus belles machines à danser du paysage live contemporain. Le mythique groupe de Manchester sera l'une des têtes d'affiche des Nuits de Fourvière, le 28 juin prochain.

Stéphane Duchêne | Vendredi 21 juin 2019

New Order : Les cendres du tempo

Au tournant des décennies 70 et 80, Manchester abrite l'un des groupes les plus fascinants qu'il ait été donné de voir. Une créature post-punk atypique baptisée Joy Division, portée par le charisme fantomatique et la voix d'Outre-tombe du crooner zombie Ian Curtis, jeune homme marié bien sous tout rapport, timide maladif mais aussi écorché vif et sauvage et de surcroît lourdement épileptique, amoureux de littérature et fanatique de Jim Morrison et Iggy Pop. Curtis concentre à lui seul toute la poésie fossile et l'inquiétante étrangeté d'un groupe que complète un trio d'irréductibles trublions : le guitariste Bernard « Barney » Sumner, son ami d'enfance le sémillant bassiste au style inimitable Peter « Hooky » Hook et un métronome humain à la batterie, le dénommé Stephen Morris, qui a vendu le mobilier de sa chambre comme bois de chauffage pour s'acheter une batterie. « Généralement Ian était plus réservé et plus calme, raconte Peter Hook, mais il pouvait devenir complètement dingue » (1) A Manchester, il est « le type au blouson avec marqué « Hate » dans le dos »

Continuer à lire

Robot après tous : "Yves"

ECRANS | Un rappeur en échec se retrouve propulsé au sommet grâce à l’aide de son réfrigérateur intelligent, qui va peu à peu exciter sa jalousie… Une fable contemporaine de Benoît Forgeard sur les périls imminents de l'intelligence artificielle, ou quand l’électroménager rompt le contrat de confiance. Grinçant.

Vincent Raymond | Mercredi 26 juin 2019

Robot après tous :

En galère personnelle et artistique, Jérem (William Lebghil) s’est installé chez sa feue grand-mère pour composer son album. Mentant sur sa situation, il s’inscrit pour devenir testeur d’un réfrigérateur tellement intelligent baptisé Yves qu'il va devenir son valet, son confident, son inspirateur et finalement son rival… Mieux vaut rire, sans doute, de la menace que constituent les progrès de l’intelligence artificielle et le déploiement – l’invasion – des objets connectés dans l’espace intime. D’un rire couleur beurre rance, quand chaque jour apporte son lot "d’innovations" dans le secteur du numérique et des assistants personnels ou de l’agilité des robots androïdes. Sans virer dans le catastrophisme ni prophétiser pour demain le soulèvement des machines décrit par la saga Terminator, mais en envisageant un après-demain qui déchante lié à l’omniprésence de ces technologies ou à notre tendance à tout leur déléguer inconditionnellement. Mister Freezer Yves n’es

Continuer à lire

Iver en été

Folk Pop | Une soirée avec Bon Iver, voilà ce que nous promettent les Nuits de Fourvière en ce jour. Or, il faut bien reconnaître qu'il est peu de manière de passer une (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 11 juin 2019

Iver en été

Une soirée avec Bon Iver, voilà ce que nous promettent les Nuits de Fourvière en ce jour. Or, il faut bien reconnaître qu'il est peu de manière de passer une soirée surprenante que de la passer en compagnie du projet musical de Justin Vernon. Déjà vu sur la scène de Fourvière en 2012, le petit génie du Wisconsin revient en majesté. Son dernier album en date 22, A Million accuse déjà trois années et avait surpris (ce qui en soi n'était pas une surprise) par son caractère expérimental poussant à l'envie une sorte d'électro folk r'n'bisant dans des retranchements quasi surnaturels et surtout schizophréniques. Un peu à l'image de la carrière de l'intéressé, bâtie sur une dialectique de la dépression et de la grâce. Mais il faut aussi savoir que Vernon, toujours fascinant en live, pourrait bien livrer quelque avant-goût d'un nouveau disque qui semble imminent et que les premiers extraits annoncent plus classiques. Au sens boniverien du terme, bien entendu. Bon Iver

Continuer à lire

Cher Watson

Pop | Ceux qui ont découvert Patrick Watson un peu par hasard l'an dernier, à Fourvière même, ont sans doute eu la curiosité et le temps de se familiariser avec la (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 11 juin 2019

Cher Watson

Ceux qui ont découvert Patrick Watson un peu par hasard l'an dernier, à Fourvière même, ont sans doute eu la curiosité et le temps de se familiariser avec la pop grandiose et planante du Canadien. Ceux qui le suivent depuis Wooden Arms, l'album qui a révélé par chez nous ce compositeur de la trempe d'un Sufjan Stevens et d'un Conor O'Brien (Villagers) ne manqueront sans doute pas la soirée proposée par la maison Fourvière. Soit la pop de Watson toute entière abandonnée aux envolées de l'Orchestre National de Lyon. On ne sait que trop pour l'avoir maintes fois constaté aux Nuits de Fourvière ce que ce genre d'accompagnement orchestral peut avoir de grandiose et d'inoubliable dans un lieu pareil (de Woodkid à Antony Hegarty (par deux fois), de Seu Jorge à... IAM) pour ne pas penser que le moment risque de s'ancrer profondément dans les souvenirs du public de ce 8 juillet. Patrick Watson avec l'O

Continuer à lire

Meilleurs vieux

Radio Nostalgie | Avec l'été des festivals revient en général l'heure de la nostalgie musicale et la programmation en cascade d'anciennes gloires de la pop, venues la plupart du temps rejouer leurs plus belles années (et les nôtres). Une tendance particulièrement lourde cette année. État des vieux. Euh... des lieux.

Stéphane Duchêne | Mardi 11 juin 2019

Meilleurs vieux

Alors que Phil Collins vient d'enflammer le Parc OL pour achever de convaincre qu'il n'était pas plus fini que mort, en dépit de ses avanies médicales et que Mark Knopfler, chanteur et guitariste des iconiques bluesmen autoroutiers de Dire Straits est lancé dans une tournée d'adieu qui passe par la Halle Tony Garnier le 19 juin et par le festival Guitare en Scène en juillet, le business du dinosaure rock semble n'avoir jamais été aussi vivant que cette année en festival. Oh, la chose n'est pas nouvelle et il n'est point, on le sait, de festival digne de ce nom sans sa dose de grands anciens venus remuer un peu la fibre nostalgique d'un public toujours enclin à revivre en musique ses jeunes années. Rien de tel, à vrai dire pour rameuter les foules endormies par la torpeur estivale et/ou qui n'ont plus vraiment l'œil rivé sur l'actualité musicale et le dernier clip d'Eddy de Pretto. Mais cette année donne pourtant l'impression que le curseur est monté d'un cran. Alors, occasions faisant le larron, difficultés à dénicher de nouveaux talents ou des têtes d'affiches, constat froid du vieillissement de la population (et par là des idoles), volonté de s'assurer une

Continuer à lire

Thom Yorke et la maison du bonheur

Minimalisme | Pour un peu, en envahissant leur Minimalist Dream House (deuxième du nom) posée pour un soir à l'Auditorium, Thom Yorke volerait presque la vedette aux (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 2 avril 2019

Thom Yorke et la maison du bonheur

Pour un peu, en envahissant leur Minimalist Dream House (deuxième du nom) posée pour un soir à l'Auditorium, Thom Yorke volerait presque la vedette aux sœurs Katia et Marielle Labèque. Une invasion bienvenue qui occupera la deuxième partie de ce concert exceptionnel pour lequel le leader de Radiohead a composé spécialement ou presque (le Barbican Centre de Londres et les Philharmonies de Paris et de l'Elbe en sont avec l'Auditorium les heureux co-commanditaires) Don't Fear the Light, un ensemble de pièces pour deux pianos, électronique et synthétiseur modulaire, ses premières compositions pour des musiciens et salles de concert classiques. Autres attractions, on retrouvera également sur scène aux côtés des Labèque, Bryce Dessner (The National) et David Chalmin, ainsi que, en plus de compositions des deux derniers cités, des œuvres (pour deux pianos et deux guitares), de Timo Andres, David Lang, Max Richter et Caroline Shaw. Que du bonheur, en ce lundi 8 avril.

Continuer à lire

De nouveaux noms pour Nuits de Fourvière

Festival | En attendant le 12 mars, jour du grand dévoilement de la programmation du festival, les Nuits de Fourvière nourrissent de temps à autre la (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 8 février 2019

De nouveaux noms pour Nuits de Fourvière

En attendant le 12 mars, jour du grand dévoilement de la programmation du festival, les Nuits de Fourvière nourrissent de temps à autre la curiosité du spectateur en dévoilant quelques noms en guise de mise en bouche. Et non des moindres, puisqu'on apprend ce vendredi la venue de Cat Power le 5 juillet mais aussi celle de pas moins de trois poids lourds du rock progressif : le King Crimson de Robert Fripp et les inoxydables Magma de Christian Vander se partageant la scène le 2 juillet avant la venue du batteur de Pink Floyd, également producteur de Gong et du Rock Bottom de Robert Wyatt, Nick Mason le 21 juillet. La suite au prochain épisode et le 15 mars pour la mise en vente.

Continuer à lire

Bartabas de retour à Fourvière

Nuits de Fourvière | Du 14 juin au 24 juillet, durant trente représentations, Bartabas sera de retour aux Nuits de Fourvière, sous chapiteau au parc de Parilly pour (...)

Nadja Pobel | Mardi 29 janvier 2019

Bartabas de retour à Fourvière

Du 14 juin au 24 juillet, durant trente représentations, Bartabas sera de retour aux Nuits de Fourvière, sous chapiteau au parc de Parilly pour présenter sa création de l'automne 2017, Ex Anima. Crépusculaire et sidérante, cette proposition est vierge de présence humaine ! Les chevaux (et quelques loups et volatiles) livrent la partition seuls. La billetterie ouvre le 29 janvier à 14h (places de 24€ à 53€).

Continuer à lire

Thom Yorke sur scène avec les sœurs Labèque à l'Auditorium

Minimalist Dream House | On connaissait déjà une partie du programme de la Minimalist Dream House que tiendront Katia et Marielle Labèque le lundi 8 avril à l'Auditorium de (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 17 janvier 2019

Thom Yorke sur scène avec les sœurs Labèque à l'Auditorium

On connaissait déjà une partie du programme de la Minimalist Dream House que tiendront Katia et Marielle Labèque le lundi 8 avril à l'Auditorium de Lyon, autour d'œuvres nouvelles des Américains Caroline Shaw, David Lang, Timo Andres mais aussi Bryce Dessner (guitariste et co-compositeur du groupe The National) et David Chalmin. Les deux derniers se joignant sur scène aux deux sœurs pianistes. À cela s'ajoutera une pièce de Max Richter et, comme cela était convenu, une très attendue création de Thom Yorke. Or c'est toute la deuxième partie du concert qui sera consacrée aux créations mondiales composées spécialement par le leader de Radiohead pour Katia et Marielle Labèque sous le titre Don't Fear The Light. Ce n'est pas la moitié d'un événement puisque ces pièces pour deux pianos, électronique et synthétiseur modulaire sont les premières que Thom Yorke compose pour des musiciens et salles de concerts classiques. Et le bonheur ne prenant pas toujours des formes minimalistes, la grande nouvelle de cet événement est la présence sur scène de Tho

Continuer à lire

Les festivals se dévoilent

Rentrée Festivals | Pour les festivals comme pour la météo, il n'y a plus de saison : zoom sur les noms d'ores et déjà dévoilés de Nuits sonores et Nuits de Fourvière, et sur la programmation de Transfer et des Chants de Mars.

La rédaction | Mardi 8 janvier 2019

Les festivals se dévoilent

Transfer Pour sa troisième édition, qui s'étale sur trois soirs entre Transbordeur et Épicerie Moderne, le festival Transfer « de musiques indépendantes et intrépides » va en faire voir de toutes les couleurs aux indie fans. Celles du psychédélisme d'abord à travers ses deux principales têtes d'affiche que seront Jacco Gardner, qui vient présenter Somnium, son troisième album entièrement instrumental, et les très perchés Temples. Mais aussi Toy et dans une certaine mesure les Norvégiens azimutés de Pom Poko. Ajoutez à cela, entre autres, la cold wave classieuse de Lebanon Hanover, la pop ombrageuse et élégiaque de Marble Arch, le trio de Leeds Drahla, les Bristoliens de Lice protégés du label d'Idles, le noise expérimental des Américains de Health, et, plus proche de nous, le garage punk de Johnny Mafia, l'indie rock des Valentinois d'Off Models, et la folk vaporeuse du lyonnais Raoul Vignal et vous obtenez les ingrédients d'un festival qui s'annonce en effet intrépide. Au Transbordeur et à l'Épicerie Moderne les 8, 9 et 10 mars

Continuer à lire

M aux Nuits de Fourvière les 26 et 27 juin 2019

Nuits de Fourvière | Non content d'avoir dévoilé le 22 novembre le tracklisting de son prochain album, Lettre infinie, à paraître le 29 janvier prochain, ainsi que le premier (...)

Stéphane Duchêne | Lundi 26 novembre 2018

M aux Nuits de Fourvière les 26 et 27 juin 2019

Non content d'avoir dévoilé le 22 novembre le tracklisting de son prochain album, Lettre infinie, à paraître le 29 janvier prochain, ainsi que le premier titre qui en est extrait, Superchérie, voilà que M s'annonce à la prochaine édition des Nuits de Fourvière, deux ans seulement après un passage remarqué avec son projet Lamomali. Le chanteur aux cheveux lettrés y investira le Grand Théâtre deux soirs de suite, les 26 et 27 juin. Pour se jeter sur les billets, il faudra néanmoins être un peu patient, la billetterie ouvrant mi-mars. Mais au moins, on est prévenu.

Continuer à lire

Tout premier concert à Lyon pour Belle & Sebastian

Nuits de Fourvière | Plus de vingt ans de carrière, dont quelques années et albums cultes, et pas un concert lyonnais pour les Écossais de Belle & Sebastian. Les amateurs de cette pop ouvragée aux accents folk et mélancoliques peuvent mourir tranquille, réparation est (enfin) faite par les Nuits de Fourvère.

Stéphane Duchêne | Mardi 19 juin 2018

Tout premier concert à Lyon pour Belle & Sebastian

Si vous avez eu entre 20 et 30 ans au milieu des années 90, pratiquez la religion de la pop inventive et du rock indé anglo-saxon, et êtes un tant soit peu casanier, alors il se peut que l'annonce de la venue de Belle & Sebastian à Fourvière vous ait fait comme un petit frisson dans l'échine. Et pour cause, la troupe d'âmes sensibles de l'esthète Stuart Murdoch n'avait jamais jusque-là fait de détour par Lyon et il est probable que vous ne les ayez jamais vu en concert. Un frisson venu de loin faisant naturellement écho à celui ressenti lors de l'entrée tout en entrechats de la formation écossaise dans un paysage pop qui rugissait alors d'accords brit pop et de petites frappes au menton haut et au verbe court, dont Belle & Sebastian est l'antithèse. À l'origine du groupe, on trouve Stuart Murdoch, héros très discret et fatigué chronique (il est atteint d'encéphalomyélite myalgique, ce qui l'empêche d'étudier) se réfugiant dans une sorte d'isolement musical qui nourrira sa pratique musicale comme les thèmes de ses chansons. Lorsqu'il crée Belle & Sebastian

Continuer à lire

Au Transbordeur, Thom Yorke, cher

Pop expérimentale | Concert événement au Transbordeur de Thom Yorke, passé maître dans l'art de se faire rare et de créer l'envie au goutte-à-goutte.

Stéphane Duchêne | Mardi 5 juin 2018

Au Transbordeur, Thom Yorke, cher

Tel l'Arum Titan, énigmatique fleur géante qui n'éclot que tous les deux à dix ans, tout se passe comme si la moindre manifestation artistique de Thom Yorke était sujette à auscultation. Comme la fleur précitée qui à chaque apparition dévoile une odeur (de viande avariée, mais ce n'est ici pas le sujet) qui peut "embaumer" dans un rayon d'un kilomètre, chaque fois que le chanteur de Radiohead annonce un concert, dévoile une nouvelle chanson en loucedé, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre (ou mieux, une odeur), vidéo mal branlée de fan appareillé à l'appui. Ce fut le cas il y a quelques jours lorsque sur la scène du Théâtre Verdi à Florence fleurirent un titre inédit, The Axe, et pour la première fois en live, Spectre, écrit avec Radiohead pour l'épisode de James Bond du même nom, et offert aux fans sur le Net en fin d'année

Continuer à lire

10 concerts à ne pas louper en juin

Bons Plans | Début du festival Nuits de Fourvière et gros noms à foison, Thom Yorke en solo au Transbo, saison des festivals lancée : en juin, point d'ennui, les esgourdes ne risquent pas encore de s'ensabler.

La rédaction | Samedi 2 juin 2018

10 concerts à ne pas louper en juin

King Khan & the Shrines + Reverend Beat-Man Soyons clairs, voici probablement réunis deux des performers les plus dingos du paysage musical : un King de la soul à l'excentricité consommée (et bien connue), mêlant le groove de James Brown et la folie de Sun Ra, et un révérend, one-man band helvète souvent évoqué ici, capable de jeter un sort à n'importe quel audience avec son blues de l'enfer. Au Marché Gare le samedi 2 juin Amadeus Sorti en 1984, Amadeus, signé Miloš Forman, conte les élucubrations, parfois fantasmées, d'un certain Wolfgang Amadeus Mozart, précoce génie un brin excentrique. Bercé de louanges, le film est un classique

Continuer à lire

Thom Yorke le 13 juin au Transbordeur

MUSIQUES | On l'espérait, comme chaque année, du côté de Fourvière, avec ou sans Radiohead, c'est finalement au Transbordeur et en solo que l'on retrouvera Thom Yorke (...)

Stéphane Duchêne | Lundi 19 mars 2018

Thom Yorke le 13 juin au Transbordeur

On l'espérait, comme chaque année, du côté de Fourvière, avec ou sans Radiohead, c'est finalement au Transbordeur et en solo que l'on retrouvera Thom Yorke pour une date forcément événement (en France, la tournée ne passera que par Lyon et l'Olympia à Paris). Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule pour ses fans, le musicien d'Oxford y jouera des titres de ses albums solo, The Eraser et Tomorrow's Modern Boxes, en compagnie de son plus illustre complice le musicien et producteur Nigel Godrich et du compositeur audiovisuel Tarik Barri, habitués des scénographies de Radiohead. Rendez-vous le 13 juin. Les places seront mises en vente le 23 mars à 11h.

Continuer à lire

Julien Clerc : 50 ans de carrière aux Nuits de Fourvière

Plus Loin | 50 ans déjà (ça file, non ?) que Julien Clerc promène son cœur de rocker et ses trémolos sur des scènes toujours plus acquises à sa cause. Pour fêter cela, (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 20 octobre 2017

Julien Clerc : 50 ans de carrière aux Nuits de Fourvière

50 ans déjà (ça file, non ?) que Julien Clerc promène son cœur de rocker et ses trémolos sur des scènes toujours plus acquises à sa cause. Pour fêter cela, "Julien" sera l'invité des Nuits de Fourvière, le 4 juillet prochain au Grand-Théâtre (on garde son calme les places ne seront en vente que le 16 mars à 14 h). À noter que cette même édition des Nuits s'ouvrira avec une pièce du chorégraphe Mourad Merzouki. Pour le reste de la programmation, en revanche, il faudra patienter encore un peu.

Continuer à lire

Variable à orageux : "Un beau soleil intérieur" de Claire Denis

ECRANS | de Claire Denis (Fr, 1h34) avec Juliette Binoche, Xavier Beauvois, Philippe Katerine…

Vincent Raymond | Mardi 26 septembre 2017

Variable à orageux :

Isabelle, parisienne à la quarantaine flamboyante, traverse une mauvaise passe sentimentalement parlant. Les hommes ne manquent pourtant pas dans sa vie : un amant balourd, son ex mesquin, un jeune comédien qui boit trop, un voisin fantasque. Mais aucun ne ranime sa petite flamme… Tout musicien qui se respecte éprouve, en présence d’un stradivarius, la nécessité de le faire vibrer entre ses doigts. Juliette Binoche est de ce bois dont les instruments d’exception sont faits : une source d’inspiration, de vie et de naturel à même de sauver bien des scripts défaillants ; un sauf-conduit pour film sans centre de gravité. Un beau soleil intérieur ne tient que sur (et grâce à) elle : Claire Denis se contente de la filmer dans tous ses états (une aubaine), chopant forcément des instants magiques de vérité au milieu d’un océan de pas grand chose. C’est moins ouvragé que lorsque Sautet façonnait du sur-mesure pour Romy Schneider. Le pompon du WTF revient au face-à-face final avec Depardieu jo

Continuer à lire

Benjamin Clementine, le fantôme de la Liberté

Pop | Programmé à Fourvière, Benjamin Clementine, figure spectrale du piano-voix venu d'ailleurs, est enfin de retour sur scène et avec un single Phantom of Aleppoville qui lui va comme un linceul et annonce la suite, magnifique et toujours aussi aventureuse.

Stéphane Duchêne | Mardi 27 juin 2017

Benjamin Clementine, le fantôme de la Liberté

Benjamin Clementine s'est toujours avancé comme un spectre. Lorsqu'il arrive sur scène, orné de son manteau noir, c'est bien à une rencontre paranormale que l'on a l'impression d'avoir affaire. Or on le sait les spectres, fantômes ou esprits frappeurs, quelle que soit la manière dont on les nomme seraient avant tout des entités intranquilles coincées entre les vivants et les morts par un flot de souffrances irrésolues les empêchant de franchir la frontière d'un autre monde – si tant est que ce monde fut possible. C'est sans doute pourquoi sa musique est à ce point capable de nous hanter. Parce qu'elle est la complainte d'un spectre habillé de noir, une ombre sur de l'ombre, de la noirceur sur de la noirceur, de la souffrance sur de la souffrance. Ce n'est sans doute pas un hasard si l'un des morceaux qui a fait décoller la popularité du géant anglais avait pour titre Condolence, avec cette impression qu'on n'avait jamais rien entendu de tel, et que pourtant, il y avait là quelque chose de familier. Dans cette chanson, où il se disait né d'un néant consécutif à un orage, il chantait, cette drôle d'impression de déjà vu : « I swear, that you

Continuer à lire

Mirage de l'Atlas

Pop | Déjà présents sur la scène du théâtre antique en 2012, c'est avec davantage de bouteille et de notoriété que revient Frànçois & the Atlas Mountains. (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 20 juin 2017

Mirage de l'Atlas

Déjà présents sur la scène du théâtre antique en 2012, c'est avec davantage de bouteille et de notoriété que revient Frànçois & the Atlas Mountains. Entre-temps sont sortis Piano Ombre, album de l'envol, critique comme esthétique, et Solide Mirage, paru en ce début d'année. Un disque enregistré en Belgique qui se veut, comme c'est l'ère du temps, plus politique, et léger changement de line-up oblige, musicalement ré-orienté – et parfois désorientant. Où l'on retrouve donc, un peu différemment et en français dans le texte seulement, la grâce dansante et la candeur poétique de Frànçois Marry et ses troupes, jamais autant à leur affaire que quand il s'agit d'enflammer une scène avec des morceaux retravaillés ad hoc. Ce qui donne toujours une envie supplémentaire d'aller vérifier ce dont leurs disques sont capables une fois mis en scène. S'agissant-là de la première (la seule ?) date française de cette tournée Solide Mirage, peut-être faut-il se précipiter. Yann Tiersen + Frànçois & The Atlas Mountains Au Théâtre antique de Fourvière le mercredi 7 juillet

Continuer à lire

Pet Sounds : le son Wilson aux Nuits de Fourvière

Pop | Événement aux Nuits de Fourvière : Brian Wilson, grand maître d'œuvre des Beach Boys, vient célébrer son chef d'oeuvre Pet Sounds, album mythique et concurrent sérieux au titre de meilleur album d'une pop music qu'il contribua à révolutionner, l'élevant au rang d'art majeur.

Stéphane Duchêne | Mardi 20 juin 2017

Pet Sounds : le son Wilson aux Nuits de Fourvière

L'année même des cinquante ans de Sgt. Pepper, se pose fatalement la question de savoir quel est le meilleur album pop de tous les temps. Dans la balance, on trouve bien sûr Sgt. Pepper – sinon on n'en parlerait pas – mais aussi deux ou trois autres pépites du Fab Four : Rubber Soul, Revolver, l'album blanc, les avis divergent... Mais comme il n'y a pas que les Beatles dans la vie, d'autres vous répondront que le meilleur candidat à opposer à l'œuvre tardive des Beatles est celle d'un génie fou de 23 ans (à l'époque), qui en 1966 accoucha d'un album intitulé "Bruits d'animaux de compagnie", Pet Sounds. Un disque dont on pourrait dire qu'il est lui aussi un album des Beatles. Car c'est en se comparant à la grandeur des liverpudliens et à leur Rubber Soul que Brian Wilson – puisque c'est de lui qu'il s'agit – a fomenté son propre chef d'œuvre contre vents, marées et attaques de panique. Un disque des Beach Boys, mais composé en solo et assumé comme tel. À l'époque, les Beach boys sont considérés comme un boys band des plus efficaces et Wilson comme un redout

Continuer à lire

Plume sur le départ

Nuits de Fourvière | 33 ans après sa naissance, le Cirque Plume vit son ultime spectacle, une bien nommée Dernière saison avant que cette troupe avant-gardiste du nouveau cirque plie définitivement son chapiteau. A quelques mois de s'installer aux Nuits de Fourvière, Bernard Kudlak, le directeur se confiait.

Nadja Pobel | Mardi 20 juin 2017

Plume sur le départ

Ils ont voulu mettre la rêverie et l'esprit vagabond sur un plateau, ils ont inventé le cirque sans animaux, rendant aux humains leur part d'animalité (No animo mas anima, 1990). Alors que les arts du cirque n'étaient pas institutionnalisés en CNAC, les membres de Plume ont défriché un nouveau. Voilà l'épilogue de leur histoire. Qu'est-ce que le cirque pour vous ? Bernard Kudlak : La culture du cirque a à voir avec l'inconscient. Le mot "poétique" n'était pas bien vu à nos débuts. Il fallait être plus guerrier que poète. Le cirque est un art resté longtemps marginal, avec pour fait essentiel de partager un large public sans étiquette sociale. À quoi va ressembler cette Dernière saison ? Nous sommes des gens de la campagne, des indiens, des apaches (sic), on travaille sur les feuilles, la mer... On va créer une 5e saison. On se baladera notamment dans une forêt, cet endroit interdit avec des fuyards, des réprouvés, des immigrés, des hommes sauvages... On sera quinze : sept circassiens et huit musiciens, des Catalans, Italiens, Argentins.

Continuer à lire

Les Nuits de Nadja - Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #2

Les Nuits de Nadja | Les Nuits de Nadja se poursuivent avec cette deuxième émission dans laquelle nous vous emmenons à la découverte du célèbre italien Mario Tronca et de son Orchestra Piazza di Vittorio, du multiartiste Aurélien Bory sur les planches de l'ENSATT et du retour des Belges de la compagnie Marius.

Nadja Pobel | Jeudi 8 juin 2017

Les Nuits de Nadja - Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #2

Continuer à lire

"Bled Runner" aux Nuits de Fourvière : Fellag indépendant !

Humour | Avec ce spectacle en forme de florilège des précédents, l'humoriste algérien prouve qu'il n'a rien perdu de sa superbe.

Nadja Pobel | Mardi 20 juin 2017

C'est l'histoire d'un spectacle recomposé à partir d’anciens. Mais ce n'est pas une facilité, plutôt un constat : la réalité accrédite malheureusement ce que Fellag livre depuis plus de vingt ans dans ses seul-en-scène. Dans Bled Runner, il y a cette scène d'un attentat à la valise piégée, écrite pour Petits chocs des civilisations en 2011 : on jurerait que c’est plus récent... En remontant à son enfance dans les années 1950, l'Algérois trace ainsi, l'air de rien, une histoire française sur ce sujet encore si crispant, comme l'attestent les vives réactions ayant fait suite aux propos d'Emmanuel Macron, alors en campagne, qualifiant cette colonisation de crime contre l'humanité. Fellag choisit le terrain du saltimbanque, évoque les femmes « qui sentent l'huile d'olive et la menthe » et se moque du ramadan « qui rend livide et agressif » sans que jamais ce ne soit un potentiel sujet de discorde. Au contraire : il fait œuvre de pacification, grâce à une forme d'humour et surtout de tendresse pour ces deux pays qui sont les siens. La langue est au cœur de son propos. Celles qu'il a app

Continuer à lire

Les Nuits de Nadja - Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière 2017 #1

CONNAITRE | Dans ce premier numéro des Nuits de Nadja, la journaliste part à la rencontre des metteurs en scène Jean-Christophe Meurisse des Chiens de Navarre et Lorraine de Sagazan. Elle nous parle aussi musique avec l’ouverture du festival par M et son aventure malienne, Lamomali, et les Canadiens d'Arcade Fire.

Nadja Pobel | Jeudi 1 juin 2017

Les Nuits de Nadja - Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière 2017 #1

Continuer à lire

Arcade Fire à Fourvière : le feu dans l'arène

Rock | Réputé pour ses prestations live flamboyantes, Arcade Fire revient à Fourvière retrouver le public qui l'avait tant aimé il y a dix ans, alors qu'il entamait leur ascension fulgurante. Communion collective en vue.

Stéphane Duchêne | Mardi 30 mai 2017

Arcade Fire à Fourvière : le feu dans l'arène

Dans le live filmé à la Salsathèque de Montréal en 2013 par nul autre que Roman Coppola, alors qu'Arcade Fire se livrait à une série de concerts happenings secrets, en apéritif de leur dernier album en date Reflektor, une poignée de caméos venaient pimenter le moment, incluant James Franco, Ben Stiller, Bono ou Michael Cera. Parmi eux, Zach Galifianakis (aka le gros barbu de Very Bad Trip) y allait de cette blague : « Lors de vos premiers concerts, il y avait plus de personnes sur scène que dans le public, vous n'avez pas besoin de trois batteurs. » S'il y a un peu de vérité dans cette blague de sale gosse, tant la troupe Arcade Fire pourrait reprendre pour elle le slogan d'Anonymous (dont ils sont un peu le versant rock) : « nous sommes légion », cela n'a pas duré longtemps. Il aura suffit, il y a douze ans, d'un buzz né des internets, à l'époque beaucoup moins prescripteurs qu'aujourd'hui où la viralité ne connaît pas de limite, puis de la sortie de Funeral, pour qu'Arcade Fire passe en quelques mois de curiosité indé à nouveau sauveur du rock des années 2000. Fanfare rock et f

Continuer à lire

Arcade Fire et Brian Wilson aux Nuits de Fourvière

Festival | Le festival Nuits de Fourvière vient de dévoiler sa programmation et ne déçoit pas : Arcade Fire, Benjamin Clementine ou encore Brian Wilson seront à Lyon cet été.

Sébastien Broquet | Jeudi 23 mars 2017

Arcade Fire et Brian Wilson aux Nuits de Fourvière

Musique On connaissait le nom de l’artiste chargé de l’ouverture : M, avec son projet infusé au Mali, Lamomali. Il faut ajouter aux dates immanquables du calendrier Arcade Fire ou encore la légende Brian Wilson, venant fêter les 50 ans du culte album Pet Sounds. Le programme complet : 1er au 3 juin : M présente Lamomali 5 juin : Arcade Fire + Barbagallo 16 juin : Julien Doré 19 juin : Benjamin Biolay + La Femme 20 juin : Paolo Conte 28 juin : Foals + Pumarosa 29 juin : Benjamin Clementine 4 juillet : Alt-J 5 juillet : Titi Robin + Rebel Diwana 6 juillet : Goran Bregovic & l'Orchestre National de Lyon 7 juillet : Yann Tiersen + François & the Atlas Mountain 9 juillet : Gaëtan Roussel & Rachida Brakni + Labelle

Continuer à lire

Le dernier tour du Cirque Plume

SCENES | Les Nuits de Fourvière réinvestissent en 2017 le parc de Parilly et présentent, avec la Maison de la Danse, la der des der création du Cirque Plume, la (...)

Nadja Pobel | Jeudi 2 février 2017

Le dernier tour du Cirque Plume

Les Nuits de Fourvière réinvestissent en 2017 le parc de Parilly et présentent, avec la Maison de la Danse, la der des der création du Cirque Plume, la bien-nommée Dernière saison. Du 30 juin au 5 août, 30 dates sont prévues pour mille spectateurs attendus chaque soir sous l'immense chapiteau de cette compagnie historique du nouveau cirque, née au début des années 80. Déjà venus à ce même endroit pour Tempus fugit en 2013, Bernard Kudlak et sa troupe travaillent cette fois-ci, non pas sur un best of de 30 ans de carrière comme pour le précédent, mais sur la matière qui émaille le déroulement d'une année : les feuilles, la neige, la mer... Cette balade se fera avec sept circassiens dont beaucoup de petits nouveaux venus de Catalogne, Italie, Argentine, et les fidèles musiciens (piano, accordéon, basse, clarinette). Pour cette compagnie, grandiose par l'ambition de son entreprise mais artisanale dans son fonctionnement économique et artistique, ce spectacle est aussi

Continuer à lire

Édouard Baer : “Je rêvais de constituer une troupe de cinéma”

Rencontre | On se l’imagine souriant, légèrement décoiffé, la main fouillant la poche droite de sa veste à la recherche d’un hypothétique briquet ou d’un trousseau de clefs fantôme. Et c’est ainsi qu’il apparaît, affable, érudit et charmeur. Tel qu’en lui-même, et en Luigi, son lui-autre…

Vincent Raymond | Mardi 10 janvier 2017

Édouard Baer : “Je rêvais de constituer une troupe de cinéma”

Quelle est la distance entre votre personnage, Luigi, et vous-même ? Édouard Baer : Elle est totale parce que j’ai vraiment écrit un personnage de fiction à partir de choses que je connais ou que j’ai vécues ; à partir de gens que j’ai croisés, comme Jean-François Bizot [NDLR le créateur d’Actuel et de Nova] que j’admirais ou certains producteurs de cinéma. J’ai mélangé des sentiments, des peurs et des envies… Luigi, c’est moi, très exagéré, en bien et en mal : il est beaucoup plus enthousiasmant, plus courageux et, j’espère, plus sombre, plus menteur et manipulateur. Si on se croit suffisant pour être un personnage de cinéma, il faut aller voir un psy ! Même les grands maîtres de l’ego-cinéma comme Woody Allen — qui, dans la vraie vie, fait de la boxe — s’inventent un personnage de fiction. Que vous a apporté Benoît Graffin, votre co-scénariste, dans l’écriture d’un film en apparence aussi personnel ? Il a été une sorte d’accoucheur pour ce road movie que je ne voulais pas linéaire, ni plat. J’avais lu ses scénarios pour Pierre Salvadori (H

Continuer à lire

Matthieu Chedid ouvrira les prochaines Nuits de Fourvière

Festival | On connaît le nom de celui qui ouvrira la prochaine édition des Nuits de Fourvière. Ou plutôt, de ceux qui l'ouvriront... car Matthieu Chedid, alias M, sera (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 14 décembre 2016

Matthieu Chedid ouvrira les prochaines Nuits de Fourvière

On connaît le nom de celui qui ouvrira la prochaine édition des Nuits de Fourvière. Ou plutôt, de ceux qui l'ouvriront... car Matthieu Chedid, alias M, sera bien accompagné pour ces trois dates (du 1er au 3 juin) dans le grand théâtre : Toumani Diabaté et Sidiki Diabaté seront là pour l'entourer, avec en prime des invités spéciaux dont font partie Oxmo Puccino et Fatoumata Diawara. Ce seront les premiers concerts de son nouveau projet, Lamomali, dont la cover est réalisé par JR. Ouverture de la billetterie prévue le lundi 27 mars à 14h.

Continuer à lire

Fellag, invité d'honneur aux Nuits de Fourvière 2017

Nuits de Fourvière | Bilan positif pour les Nuits de Fourvière, malgré une fréquentation en baisse : 136 000 spectateurs se sont déplacés pour cette édition 2016, il est vrai perturbée (...)

Sébastien Broquet | Lundi 15 août 2016

Fellag, invité d'honneur aux Nuits de Fourvière 2017

Bilan positif pour les Nuits de Fourvière, malgré une fréquentation en baisse : 136 000 spectateurs se sont déplacés pour cette édition 2016, il est vrai perturbée plusieurs fois par la pluie (voire le déluge, lors de l'Éclat Final en compagnie de Celso Piña et Danyel Waro). Côté artistique, c'est une réussite : de la création autour de Moondog au cirque débridé des frères Forman, en passant par les émouvants et toujours aussi classe Tindersticks, ou encore la très réussie

Continuer à lire

Voilà l'été : un jour, une sortie #3

SAISON ESTIVALE | Durant toutes les vacances, c'est un bon plan par jour : concert ou toile, plan canapé ou expo où déambuler.

La rédaction | Mercredi 20 juillet 2016

Voilà l'été : un jour, une sortie #3

15 / Mercredi 20 juillet : cirque Obludarium Puisque les gens normaux n'ont rien d'exceptionnel (et l'urbanité en juillet ça va bien cinq minutes), hâtez-vous au domaine de Lacroix-Laval voir les grosses caboches toutes biscornues et étranges d'Obludarium. Signé des fils jumeaux du cinéaste Miloš Forman, ce spectacle qui a fait le tour du monde s'arrête depuis hier et jusqu'au 31 juillet dans ce village dédié au cirque. Si vous le pouvez, venez même dès 18h profiter des lampions, du bar digne d'un diners US et du plancher en bois où vous pourrez faire résonner vos tongs (en bois, les tongs). Fourvière version campagne : c'est ici ! Au domaine de Lacroix-Laval dans le cadre des Nuits de Fourvière 16 / Jeudi 21 juillet : chanson Michel Polnareff Moins on l'attend, plus il revient, le Polnaroïde. On a arrêté de compter avant même notre naissance, mais le

Continuer à lire

Le concert de William Sheller annulé

Nuits de Fourvière | Le concert de William Sheller, prévu ce mardi 12 juillet dans le cadre des Nuits de Fourvière, est annulé : le chanteur étant toujours souffrant n'est pas en (...)

Sébastien Broquet | Lundi 11 juillet 2016

Le concert de William Sheller annulé

Le concert de William Sheller, prévu ce mardi 12 juillet dans le cadre des Nuits de Fourvière, est annulé : le chanteur étant toujours souffrant n'est pas en mesure d'assurer sa prestation. Il ne défendra donc pas à Lyon son dernier album Stylus, paru fin 2015, mais espère pouvoir reprendre la scène en septembre prochain. Les spectateurs munis d’un billet peuvent demander le remboursement à partir du vendredi 15 juillet et avant le jeudi 15 septembre 2016 sur le lieu d’achat du billet.

Continuer à lire

"Les Nuits de Nadja" : Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #6

CONNAITRE | 58 spectacles et quasi 200 représentations. En partenariat avec les Nuits de Fourvière, Le Petit Bulletin vous fait découvrir la richesse et la diversité de ce festival. Chaque jeudi, dès 10h, nous vous proposons d’aller à la rencontre des artistes qui, semaine après semaine, feront vos nuits plus belles que vos jours.

Nadja Pobel | Mardi 30 novembre 1999

Voilà déjà le 6e et dernier numéro de cette émission ! Pour l'occasion, nous sommes allés tourner sous les lampions du village cirque installé au parc de Lacroix-Laval où vont se dérouler plusieurs bals durant tout le mois de juillet. Puisque ce festival estival veut allier le plaisir culturel à la fête, les comp. Marius sont conviés pour la troisième fois. Aux Subsistances, ils donnent la trilogie de Pagnol entrecoupée par un repas, un apéro, un dessert... Enfin, l'italien Venicio Capossela fera résonner la Méditerranée ce week-end à l'Odéon. Et puis les Nuits de Fourvière continuent jusqu'à la toute fin du mois avec une série de concerts, du cirque et Sophocle dans le rues du 5e arrondissement. Enjoy !

Continuer à lire

"Les Nuits de Nadja" : Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #6

CONNAITRE | 58 spectacles et quasi 200 représentations. En partenariat avec les Nuits de Fourvière, Le Petit Bulletin vous fait découvrir la richesse et la diversité de ce festival. Chaque jeudi, dès 10h, nous vous proposons d’aller à la rencontre des artistes qui, semaine après semaine, feront vos nuits plus belles que vos jours.

Nadja Pobel | Jeudi 7 juillet 2016

Voilà déjà le 6e et dernier numéro de cette émission ! Pour l'occasion, nous sommes allés tourner sous les lampions du village cirque installé au parc de Lacroix-Laval où vont se dérouler plusieurs bals durant tout le mois de juillet. Puisque ce festival estival veut allier le plaisir culturel à la fête, les comp. Marius sont conviés pour la troisième fois. Aux Subsistances, ils donnent la trilogie de Pagnol entrecoupée par un repas, un apéro, un dessert... Enfin, l'italien Venicio Capossela fera résonner la Méditerranée ce week-end à l'Odéon. Et puis les Nuits de Fourvière continuent jusqu'à la toute fin du mois avec une série de concerts, du cirque et Sophocle dans le rues du 5e arrondissement. Enjoy !

Continuer à lire

"Hibou" : le style Dupieux se devine à chaque recoin

ECRANS | Un film de & avec Ramzy Bedia (Fr, 1h23) avec également Élodie Bouchez, Etienne Chicot, Philippe Katerine…

Vincent Raymond | Mardi 5 juillet 2016

Si vous avez vu Frank (2015) de Lenny Abrahamson, portrait du leader d’un groupe de rock recouvrant sa tête d’une sphère pour parvenir à affronter le monde extérieur ; si vous avez lu/vu La Moustache (2005) d’Emmanuel Carrère, l’histoire d’un malheureux qui, après avoir rasé son attribut pileux, constate avec effroi que personne ne remarque la différence, et finit par s’interroger sur sa propre existence, alors vous pouvez faire l’impasse sur Hibou racontant comment un type ignoré par tous soigne sa self-estime en enfilant un costume de grand-duc — l’oiseau, pas l’artisto. Le style de Quentin Dupieux, dont Ramzy Bedia

Continuer à lire

"Les Nuits de Nadja" : Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #5

CONNAITRE | 58 spectacles et quasi 200 représentations. En partenariat avec les Nuits de Fourvière, Le Petit Bulletin vous fait découvrir la richesse et la diversité de ce festival. Chaque jeudi, dès 10h, nous vous proposons d’aller à la rencontre des artistes qui, semaine après semaine, feront vos nuits plus belles que vos jours.

Nadja Pobel | Jeudi 30 juin 2016

Des nuits aux Nuits... toujours des Nuits ! Cette semaine, dans cette 5e et avant-dernière émission, nous vous emmenons à la rencontre du saxophoniste Raphaël Imbert et de la directrice de la Maison de la danse Dominique Hervieu, chacun étant très impliqués dans, respectivement, la Nuit blues (16 juillet) et la Nuit de la rumba (3 juillet). Entre temps, et même plus largement (Du 1er au 23), Gwenael Morin met en scène trois pièces de Sophocle (gratuitement, dans différents quartiers du 5e arrondissemen)t. Le metteur en scène nous explique ce projet au long cours et sa troupe nous livre quelques instant de répétition d'Ajax.

Continuer à lire

"Les Nuits de Nadja" : Le Petit Bulletin aux Nuits de Fourvière #4

CONNAITRE | 58 spectacles et quasi 200 représentations. En partenariat avec les Nuits de Fourvière, Le Petit Bulletin vous fait découvrir la richesse et la diversité de ce festival. Chaque jeudi, dès 10h, nous vous proposons d’aller à la rencontre des artistes qui, semaine après semaine, feront vos nuits plus belles que vos jours.

Nadja Pobel | Jeudi 23 juin 2016

C'est sous le soleil enfin de retour que nous sommes allés au parc de Lacroix-Laval où peu à peu s'installe le village cirque qui sera ouvert chaque jour entre le 1er et 31 juillet. Cinq spectacles sont programmés dont "Petit théâtre de gestes" de la compagnie Bête de foire que nous avions rencontrée à Albertville récemment. Et puis, en co-plateau avec Katerine, Dionysos retrouvera le grand théâtre des Nuits le 27 juin. Ils nous racontent leur nouvelle aventure peuplée de vampires en pyjama.

Continuer à lire