Ponta Preta : seins et surf

Surf Rock | Révélés par le Ninkasi Music Lab en 2019, les cinq Lyonnais de Ponta Preta sacrent le printemps avec leur premier album, Tits Up, impeccable dégradé psychédélique de surf music et de garage pop qui convoque le soleil et réchauffe corps et cœurs, tous azimuts.

Stéphane Duchêne | Vendredi 23 avril 2021

Photo : © DR


Avec le retour des beaux jours, et même – qui sait ? – des « jours heureux », et bientôt tous vaccinés d'ici quinze jours-trois mois, voilà qu'on va pouvoir réinvestir l'extérieur jusqu'à des 20h, 20h30, tomber sinon les masques du moins chemises et t-shirts, sortir les pantacourts et les mini-jupes, gonfler les torses et pointer les seins vers l'azur même, si on veut – c'est fait pour ça les jours heureux, non ? Eh bien voilà qu'arrive à point nommé le premier album des rookies lyonnais du moment, Ponta Preta, qui pourrait bien être la bande son idéal de ces prémices estivales.

La chose a pour nom Tits Up et résonne donc comme une invitation à se dépoitrailler, y compris à se dépoitrailler l'esprit qui commence à sérieusement sentir le renfermé et la chaussette confite. Un titre qui est aussi, les fins limiers de la pop moderne l'auront compris, un clin d'œil plus ou moins avoué au Surf's Up des Beach Boys.

Car ces jeunes surfers en partie révélés il y a deux ans — cette douce éternité —, par le Ninkasi Music Lab (ils y ont remporté un prix qui a permis de financer la réalisation dudit disque) ont un petit penchant pour la musique West Coast, la pop façon autoroute à quatre voix et particulièrement les ombres portées par le soleil éclatant de la surf music de (grand) papa et maman.

Empire du Soleil et Grand Chaparral

Oui, à leur tout jeune âge, la vingt-cinquaine, par là, ces cinq types ont été bercés trop près du rouleau par les riffs twangués en Apache, façon western sur l'eau, des antiques Shadows. Et d'à peu près tout ce qui s'en réclame, de montées psyché en descente au garage chemin fuzzant, d'Allah-Las en Limiñanas, de La Luz en Tame Impala, c'est ici le règne de l'Empire du Soleil, un pays où il fait jour toutes les nuits.

En ouverture, le single I wanna know est un parfait avant-goût martial et aérien – le tranchant de la guitare et la mousseline de pistes vocales passées au chinois – de tout ce qui va suivre en traînage de pieds et cavalcades estivales. Atavisme surf oblige, les instrumentaux sont ici obligés tels Tits Up en groove lascif format space pop, basse ronde comme une queue de comète – même tarif ou presque sur le lanceur spatial Scusi Frate dont le solo cingle comme une pluie de météores – ; From Baya with Love, carte postale carillonnante ou Someday en (re)visite spaghetti au Grand Chaparral.

Comme sont incontournables les enchillades (You & I pour emballer les cœurs et déballer les corps en cocktail Sex on the Beach, Circus Smile soundtrack du moment où tu regardes pousser tes orteils ; tout cela au ralenti) et les prises d'assauts toutes exécutées la bouche en chœurs (Lost in the mountains et ses embardées psychobilly-esques, In The wind au thème très Impala).

De cela, on se réveille un peu vacillant comme d'un week-end très prolongé (Morning Tuesday) sur un psyché-tube taillé en (orgue) Hammond et vrillé en roucoulades façon Armée Rouge. Tout ça est, il faut bien le dire, pratiquement impeccable et a tout du braquage en bonne et due forme : en sortie de disque, seins en l'air, bras ballants, personne ne bouge.

Ponta Preta, Tits Up (Le Surf Records)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Retour des concerts : summer time au Transbordeur

Summer Sessions | Retour des Summer Sessions le 1er juillet, avec en ouverture Pat Kalla & co. Hors d'œuvre d'une saison estivale qui s'annonce prometteuse aux abords extérieurs du Transbordeur.

Stéphane Duchêne | Lundi 14 juin 2021

Retour des concerts : summer time au Transbordeur

Il était déjà revenu un peu timidement et reviendra sans doute encore bien plus fort mais voici que le live fait sa rentrée d'été au Transbordeur. En extérieur et selon la désormais bonne vieille tradition des Summer Sessions. Lesquelles fleurissent généralement avec le mois de juillet. Ouverture le 1er juillet donc avec Pat Kalla & le Super Mojo en release party du tout frais album Hymne à la vie, à la pochette (et musique) très Summer Session. Kalla qui sera accompagné ce soir-là du projet tout aussi solaire de Paola, Povoa et Jerge (appelez-les PPJ), trio né du confinement et dont le 1er EP vient de paraître. Un set encadré en ouverture du warm-up (où on fera chauffer les pneus, sauf qu'il n'y aura pas de pneus) d'Heavenly Sweetness Sound System (avec Hugo Mendez, fondateur du label Sofrito !) et du closing (c'est quand on ferme la soirée) dispensé par Pedro Bertho. Comme c'est l'ouverture, c'est gratuit (même si sur réservations, la cour du Transbo n'est pas extensib

Continuer à lire

Ninkasi Musik Lab : Ponta Preta récompensé

Tremplin | Alors certes, au Ninkasi Musik Lab, c'est un peu comme à l'École des fans, on aime à dire que tout le monde a gagné, ce qui n'est pas faux. Il n'empêche que le (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 28 mai 2019

Ninkasi Musik Lab : Ponta Preta récompensé

Alors certes, au Ninkasi Musik Lab, c'est un peu comme à l'École des fans, on aime à dire que tout le monde a gagné, ce qui n'est pas faux. Il n'empêche que le grand finale de la saison sert aussi à départager les trois protagonistes sélectionnés : Claire Days, Effigie et Ponta Preta. Le 15 mai dernier, devant un Kao comble, c'est Ponta Preta qui a été désigné par le jury, séduit par ce surf-rock pétri de facilités et toujours au bord de la crise aiguë de nonchalance. Pour la peine le groupe lyonnais se voit gratifié d'un accompagnement artistique et financier d'un an d'une valeur de 5000 euros pour lui permettre de se développer. Et comme Claire Days et Effigie écumera les festivals locaux cet été (24h de l'Insa, Woodstower, Lyon Street Food Festival). Attendez vous à ce que l'on reparle d'eux.

Continuer à lire

Ninkasi Music Lab : le Season Finale

Tremplin | Peu sans doute souscriront à cette affirmation mais il n'y a pas que Game of Thrones dans la vie. Il y a aussi le Ninkasi Music Lab dont l'haletante (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 14 mai 2019

Ninkasi Music Lab : le Season Finale

Peu sans doute souscriront à cette affirmation mais il n'y a pas que Game of Thrones dans la vie. Il y a aussi le Ninkasi Music Lab dont l'haletante saison 3 s'achève ce mercredi 15 mai sur la scène du Kao. Un peu comme dans Game of Thrones, ils étaient au commencement près de 150 candidats au trône et douze élus pour les prestations live de décembre à mars. Au final, seulement trois ont survécu (façon de parler) jusqu'à cette ultime étape. Même si ici on ne parle pas de finale ou de lauréat(s), juste de best-of appelé à résumer ce que cette saison a compté de meilleur – le Music Lab se voulant surtout un projet de repérage et d'accompagnement. Ont ainsi été choisis par le jury maison – mélange de programmateurs, de professionnels de la profession et de journalistes –, trois artistes forcément prometteurs : la folkeuse Claire Days (anciennement connue sous le nom de CMK), les surfeurs-rockeurs de Ponta Preta qui font de la nonchalance un sport de haut niveau et le du

Continuer à lire