La Dombes et ses étangs

Ain | Il pleut, il mouille… autant aller voir les grenouilles. Pour faire passer l’hiver, ne reste plus que les comptines enfantines qui sont parfois de bons conseils. Cap sur la Dombes et son millier d’étangs, en pleine saison de la pêche. Avec un stop à Châtillon-sur-Chalaronne.

Nadja Pobel | Jeudi 16 décembre 2021

Photo : © Nadja Pobel


De grenouilles, il n'en reste plus assez pour qu'elles soient encore pêchées de manière professionnelle et intense. Depuis 1980 c'est même interdit en France. Seuls les particuliers peuvent le faire pour leur consommation personnelle. Les grenouilles que l'on déguste au restaurant, si elles sont indiquées "fraîches", sont de même variété que celles de la Dombes mais proviennent de Turquie ou d'Europe de l'Est. Gare à celles qui se vendent surgelées, d'une autre espèce et toutes droit venues de Chine ou d'Indonésie.

À une heure de Lyon, et même si sa principale activité touristique (le Parc des Oiseaux de Villars-les-Dombes) connait sa fermeture annuelle jusqu'en avril, la Dombes est une destination douce, côté nature pour découvrir poissons et volatiles dans son millier d'étangs (dont seuls cinq ou six ne sont pas privés et appartiennent à des communes ou l'ONF…) comme côté ville, en se rendant dans la médiévale Châtillon-sur-Chalaronne.


Étangs et pêche

Il n'y a que la Sologne et la Brenne, en région Centre – Val de Loire pour faire concurrence à cette étendue d'étangs en France. C'est au Moyen-Âge que des moines veulent transformer les marécages en étangs de façon à se procurer la nourriture des jours de jeûne (plus de 140 par an à l'époque !) : le poisson. Ainsi, aujourd'hui encore se trame ce réseau ingénieux qui regroupe à chaque fois quatre à cinq étangs entre eux. Ils communiquent par un système de ruissellements et de thous. Ces mini-écluses permettent de vider l'un (alors en "assec") au profit du voisin ("évolage"). C'est au moment de l'évacuation de l'eau que les poissons se retrouvent piégés dans un bassin un peu plus profond, le bief, et empêchés de passer de l'autre côté par une simple grille (la daraise). Bien sûr, cela nécessite une légère déclivité qui ne se sent pas sous les pas du marcheur — le point culminant de la Dombes étant à Chalamont, 334 m. Une fois les bassins vidés, c'est alors le paradis des oiseaux qui viennent se nourrir comme les élancées et majestueuses aigrettes, les hérons cendrés ou les plus petits foulques macroules (tout noirs) qui se baladent tranquillos. Parfois, des ragondins passent par là. Mais ils sont considérés comme nuisibles, en partie parce qu'ils s'ingénient à creuser des trous dans les berges, là où l'eau est censée être retenue !

En vous baladant sur les routes communales, vous rencontrerez peut-être des pêcheurs car la saison, amorcée en octobre, bat son plein jusqu'en février-mars. Dans les filets : 60% des poissons sont des carpes (dont depuis cinq ans la peau, jusqu'alors jetée, est utilisée comme cuir en maroquinerie), les autres sont des tanches, gardons, brochets ou sandres. Mais aussi des poissons-chats et des perches soleil qui bouleversent un peu trop l'écosystème.

Encadré par un guide, il est possible d'assister à une pêche et déguster des rillettes de carpes. Prochaine date le 17 décembre (entre 7h45 et 10h, 7, 5€). Réservation au 04 74 55 02 27. D'autres seront programmées en 2022.

Au final, la Dombes est la première région productrice de poissons d'eau douce en France avec 1200 tonnes récoltées chaque année. Et quand il n'y a plus de poissons, la terre de l'étang se cultive ! C'est une singularité de ce territoire où les tracteurs prennent place dans les bassins vides l'année du repos de l'étang (environ une sur quatre) pour y semer des céréales (avoine, sorgho, maïs) et, du même coup, régénérer le sol et favoriser l'apparition de phytoplanctons lors du retour de l'eau.


Balade

Pour apprécier le calme et écouter tous les différents chants d'oiseaux (un vrai récital !), aller se promener au départ de Bouligneux (regarder le beau château rouge brique du XIVe siècle, privé et non visitable). Boucle de 7 km sur route goudronnée entre les étangs de la Petite et grande Baronnière, ceux de La Forêt et Moguet. Toujours se munir de jumelles. Et au retour, reprendre sa voiture et ne pas hésiter à s'arrêter vers les observatoires à oiseaux des étangs du Vernange ou du Chapelier.


Châtillon-sur-Chalaronne

Le village médiéval brille par ses halles du XVe siècle, longues de 80m, reconstruites au XVIIe en bois de chêne où se tient chaque samedi un marché alimentaire très réputé (élu troisième plus beau marché de France cet été par un concours du Progrès et du 13h de TF1 qui s'y connait en la matière…). Le mercredi quelques producteurs bio s'y installent. Le long de la Chalaronne, jolis ponts de pierre et ruelles escarpées, maisons à colombages et immense porte, vestige d'une enceinte fortifiée. De quoi supporter même un jour pluvieux. C'est dire !


Où manger ?

Auberge de Montessuy. À deux minutes en voiture du centre de Châtillon, magnifiques assiettes du menu de la Dombes (30€) avec grenouilles fraîches et gratin dauphinois ou poulet fermier aux morilles. Desserts excellents et énooormes (une profiterole grosse comme un gâteau pour quatre) ou un parfait glacé aux marrons. Menu du jour extra fin à 15€. Impeccable.
Châtillon-sur-Chalaronne, route de Marlieux
T. 04 74 45 01 51

La Gourmandine. Y aller surtout aux beaux jours pour sa terrasse en bois en bord de rivière au cœur de la cité médiévale. Menu complet à 33€ avec notamment des quenelles de brochets.
Châtillon-sur-Chalaronne, 142 rue Pasteur
T. 04 28 31 69 59


Où acheter des produits locaux ?

La Marande. Boutique de producteurs locaux avec des délices du type rillettes de carpe (3.95€ le pot de 90 g) ou soupe de carpe. Et même un saucisson de carpes ! Plein de fruits, légumes et volailles également. Ainsi que des fromages, notamment de brebis. Sans oublier les viennoiseries au feu de bois !
Châtillon-sur-Chalaronne
T. 04 74 55 73 88
Du mardi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 15h à 19h ; le samedi de 8h30 à 13h et de 14h30 à 19h

Les Fermiers de la Dombes. Même produits que mentionné ci-dessus.
Villars-les-Dombes
T. 04 74 98 16 66
Mercredi et jeudi de 9h à 12h30 et de 15h à 19h ; vendredi et samedi de 9h à 13h et de 15h à 19h


Comment y aller ?

En voiture : 48 km pour aller de Lyon à Châtillon et 37 km entre Lyon et Villars-les-Dombes

En train : du lundi au vendredi, TER Lyon-Villars (47 min / 8, 40€). Pour Châtillon, prendre une navette Oura à Villars (16 min / 2€), douze trajets par jour


Plus de renseignements

Site très complet : dombes-tourisme.com et office du tourisme de Châtillon avec un accueil très chaleureux, fiches d'idées balades pédestres et fiche balade cyclable pour les beaux jours entre les étangs (32 km, 3h30 entre les deux cités dombistes…)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter