Rue Hippolyte Flandrin, la fête des voisins

Restaurants | La Martinière s'impose comme un quartier de choix pour faire bonne chère. Alors que l'on attend l'ouverture prochaine de la Halle, tout juste rénovée, la toute proche rue Hippolyte Flandrin a vu éclore, depuis la rentrée, de nouvelles adresses.

Adrien Simon | Mardi 28 novembre 2017

Photo : © Anne Bouillot


La ruelle était déjà bien connue des amateurs de cocktail, de fromage et de cuisine branchée. Sur le même trottoir, on y trouve alignés : La Bijouterie, servant la bouffe mode d'Arnaud Laverdin, à sa gauche les délicats frometons du B.O.F. de la Martinière, voisinant L'Antiquaire, fameux repère mixologique. Que demander de plus ? Une boulangerie ? Le pain au levain d'Antoinette vient de prendre position en face.

À ses côtés, c'est Hector qui régale depuis le mois de septembre : un restaurant dit de "partage". On y trouve en cuisine, alternativement, Laura Zani et Phanara Sok. L'une est diplômée d'école de commerce, le second fut ingénieur, les deux se sont convertis à la cuisine, qu'ils apprirent d'abord au Greta avant de faire leurs armes culinaires à Paris (les Climats, le R Café). Au déjeuner, ils proposent dans ce resto de poche, décoré dans l'air du temps par Clémence Boyer (papier-peint géométrique, enseigne en néon, comptoir en mosaïque), une formule qui change toutes les semaines.

Lors de notre venue, elle s'ouvrait par un tout doux velouté de potimarron rôti, garni de chorizo. On enchaînait avec un suprême de poulet cuit très (trop) tendrement à basse température, accompagnées de nouilles de sarrasin roulées dans le jus de volaille, et de feuilles de chou de Chine sautées. Enfin un dessert simple et réussi : une compotée de pomme, servie froide, sucrée au miel, rendue adorable par une quenelle de ricotta montée (19€). Le soir, on pioche à la carte de jolies assiettes (céramique La Redoute) à partager (ou pas) : houmous ; gravlax de saumon, granny et menthe ; tentacule de poulpe rôtie, patate siphonnée ; œuf parfait poireau et noisette... À accompagner, par exemple, d'une bouteille de Pic Saint-Loup bio du Mas Foulaquier (31€).

Hector

On n'en a pas fini avec la rue Flandrin, puisqu'au numéro 22, c'est une pizzeria qui vient de s'installer. À la barre de cet Harvest, point de Napolitains mais la famille Rozand, qui tint un camping en Ardèche, avant que le paternel ne passe par l'Institut Paul Bocuse. Avec ses deux fils, on le retrouve dans la cuisine de l'ex-Anthocyane, rénové et éclairci (briques apparentes, mobilier en chêne clair, banquette à coussins). Où il confectionne des pizze qu'on pourrait qualifier de régionales. La carte affiche fièrement la liste de ses fournisseurs, travaillant pour la plupart en bio et majoritairement dans le coin : légumes et fromages de chèvre des monts du lyonnais, chocolat et olives drômoises, glaces ardéchoises, viande d'Éric Rantet, huiles du beaujolais, etc.

Harvest

La pâte est faite, non avec une farine ultra-raffinée supplémentée en gluten, mais à partir d'une T65 fournie par le Moulin Marion. Après pétrissage, elle fermente 48 heures minimum, grâce à un levain de graines toastées. Le résultat est plus rustique et plus nourrissant que les galettes évanescentes qui servent trop souvent de support au coulis de tomate indus'. Elle est ici garnie de légumes de saison (en ce moment, des lamelles de carottes et de poireaux) et pour la Harvest, d'une fior di latte des Pouilles (seul produit exotique) et de chèvre frais.

Harvest

La bonne affaire se situe du côté de la formule à 19€ (même le week-end, même le soir) : avec la pizza, on profite aussi d'une buratta en entrée, de ravioles sucrées (Maury, au chocolat Valrhona) et d'une glace à la châtaigne (Terre Adélice) en dessert. En bonus, on pourra déboucher quelques excellents vins naturels des domaines Viret, des 7 Lunes ou Pellerin ou des bières artisanales des brasseries de la Loire, l'Agrivoise ou encore la Soyeuse.

Hector
13 rue Hippolyte Flandrin

Du mardi au samedi, de midi à 13h45 et de 19h30 à 21h30

Harvest
22 rue Hippolyte Flandrin
Tous les jours, de midi à 14h (sauf dimanche) et de 19h30 à 22h

EnregistrerEnregistrer

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Mariée dans l’ânée : "Antoinette dans les Cévennes" de Caroline Vignal

Comédie | ★★★☆☆ De Caroline Vignal (Fr, 1h35) avec Laure Calamy, Benjamin Lavernhe, Olivia Côte…

Vincent Raymond | Mercredi 9 septembre 2020

Mariée dans l’ânée :

Institutrice et maîtresse du père d’une de ses élève, Antoinette décide de faire une surprise à son amant en le retrouvant dans les Cévennes où il doit randonner en famille avec un âne. Menant Patrick, un baudet têtu, elle part à l’aventure… Moquant les citadins et leurs lubies de reconnexion avec une “nature authentique” (dans des circuits ultra cadrés), ce trotte-movie sentimentalo-burlesque sort des sentiers de la prévisibilité grâce notamment à un défilé de personnages secondaires — dont la légitime de l’amant, subtilement campée par Olivia Côte —, parce qu’il constitue également la rencontre entre un rôle et une actrice. Abonnée aux seconds plans depuis une petite dizaine d’années, souvent employée sur un registre de légèreté fo-folle qui la piégeait, Laure Calamy avait accédé avec Nos Batailles et Ava à des personnages plus nuancés mais trop courts ; rebelote dans Seules les bêtes — film choral oblige. Elle s’épanouit ici totalement avec cette partition du mineur au majeur que Caroline Vignal

Continuer à lire

Los Modernos, image et magie

Photographie | « Image et magie, ce sont les mêmes lettres et c’est la photographie » dit Edouard Boubat. C’est particulièrement vrai dans le cas des (...)

Lisa Dumoulin | Mardi 19 décembre 2017

Los Modernos, image et magie

« Image et magie, ce sont les mêmes lettres et c’est la photographie » dit Edouard Boubat. C’est particulièrement vrai dans le cas des photographes mexicains, souvent considérés comme surréalistes même si leur intention de départ est très éloignée. Selon Manuel Alvarez Bravo, légende de la photographie mexicaine du XXe siècle, « elle est une écriture surréaliste en soi » et de nombreux photographes mexicains développent une poésie visuelle reflétant la réalité de leur pays, confrontant les rites et la violence de leur culture. Entre documentaire, journalisme et expression personnelle, les photos d’Hector Garcia sont fortes et esthétiques. Graciela Itubirde s’intéresse à la culture indigène mexicaine et aux confrontations entre la tradition et le contemporain, offrant des images poétiques et oniriques. La Révolution mexicaine et l’effervescence sociopolitique et culturelle qui l’a suivi ont aussi attiré de nombreux photographes étrangers dans les années 1920/30. Dont le regard se porte avant tout sur les enjeux esthétiques et conceptuels, reléguant le "mexicanisme" et le folklore en arrière

Continuer à lire

À la petite semaine : "7 jours pas plus" de Héctor Cabello Reyes

Du sur mesure pour Benoît Poelvoorde | de Héctor Cabello Reyes (Fr, 1h31) avec Benoît Poelvoorde, Alexandra Lamy, Pitobash…

Vincent Raymond | Mardi 29 août 2017

À la petite semaine :

Quincailler pointilleux attaché à ses habitudes de célibataire, Pierre se trouve contraint d’héberger un Indien dépouillé de ses biens et papiers, le temps qu’il parvienne à contacter sa famille. Pierre lui a donné sept jours, pas plus. Et c’est déjà énorme pour lui… Pour sa première réalisation, Héctor Cabello Reyes signe le remake de El Chino (2012), comédie sud-américaine ayant connu son petit succès en salles — troquant par le jeu de la transposition, le massif Ricardo Darín contre l’explosif Poelvoorde et le Chinois contre un Indien. Commun outre-Atlantique, où les films étrangers sont rarement vus (et recherchés), ce type d’adaptation reste marginal dans l’Hexagone, gouverné par la tradition de l’auteur. Mais quel est ici l’auteur réel ? Le cinéaste ayant flairé un matériau adéquat pour Poelvoorde mais qui se borne à une réalisation utilitaire théâtralisante, ou bien le comédien déployant impeccablement ses gammes de l’hystérie à l’émotion, dans un emploi sur mesure, comme jadis de Funès, Fernandel ou le Gabin tar

Continuer à lire

Antoinette prend la relève de Luc Mano

Boulangerie | À l'angle de rue Chevreul-Gryphe, dans le 7e, c'est le drame : un mythe sur pattes est parti ! Luc Mano retraité, de jeunes gens reprennent sa boulangerie. Est-ce qu'on perd au change ?

Adrien Simon | Mardi 8 novembre 2016

Antoinette prend la relève de Luc Mano

Cédric Albert et Agathe Simonnot travaillaient pour un vendeur d'ingrédients pour boulangeries. Ils sont partis : ils voulaient faire et vendre leur propre pain. Après avoir lorgné du côté de la capitale, ils ont finalement atterri à Lyon. Et pas n’importe où ! À la place du jeune retraité Luc Mano (les Blés d'Or) : un boulanger mythique pour les restaurateurs (il travailla pour l’immense chef Alain Chapel) comme pour les voisins, dont certains conservent encore précieusement quelques pains dans leur congélateur. Aussi l’annonce de son départ à la retraite, en milieu d’année, a mis l’amateur de mie fraîche en émoi. Allait-il devoir se déplacer jusqu'à la maison Drap, à Guichard — c’est là où se fournit désormais Katsumi Ishida le cuistot génial du coin — voire sur le plateau de la Croix Rousse, où le bon pain ne manque pas ? Mais Luc Mano n'est pas parti

Continuer à lire

Voilà l'été : un jour, une sortie #6

Saison Estivale | Durant toutes les vacances, c'est un bon plan par jour : concert ou toile, plan canapé ou expo où déambuler.

La rédaction | Jeudi 11 août 2016

Voilà l'été : un jour, une sortie #6

36 / Mercredi 10 août : cinéma C’est quoi cette famille ?! Un titre à la Nicole de Buron, un sujet à la Patrick Braoudé, un décor des plus banals dans lequel des enfants bien peignés, lassés de transbahuter leurs affaires d’une famille recomposée à l’autre, décident d’investir en colocation “sauvage” le vaste et cossu 7 pièces de la rue Turgot, inoccupé depuis qu’une aïeule a eu l’infortune de décéder. (lire la suite de l'article) 37 / Jeudi 11 août : cinéma L’économie du couple Déjà qu’il est peu plaisant d’être le témoin privilégié d’une dispute de couple ; alors imaginez une compilation de soupe à la grimace, d’arguties fielleuses, de museaux bouffés servie par un duo jamais à court de reproches mutuels, achoppant sur sa séparation à cause d’une appréciation différente de la valeur du domicile conjugal.

Continuer à lire

Avec Terre Adélice et La Fabrique Givrée, t'es glacé !

Les Meilleurs Glaciers | L'été arrivé : besoin de gourmandises glacées. Les deux meilleurs fournisseurs de la ville (voire plus) sont dans la même rue. Enchaînez les deux...

Adrien Simon | Mardi 12 juillet 2016

Avec Terre Adélice et La Fabrique Givrée, t'es glacé !

La Fabrique Givrée Une nouvelle boutique jaune pétant vient de s'installer dans le Vieux Lyon. Ici, on s'appelle modestement "artiste glacier" et on entend "redonner du sens" à la double boule (4, 70€) et au dessert à l'assiette (en carton, 10€). Les ingrédients de base viennent d'Ardèche : le lait pour les glaces, l'eau pour les sorbets, les fruits rouges. Pour le reste (les 22 parfums), on nous parle de beaux produits et on y croit : glaces aux noisettes du Piémont ou à la vanille de Tahiti, sorbets au jus de pommes d'Ardèche ou aux mangues d'Inde. Quant aux "créations", elles sont mimis, comme J'en suis baba : une boule de fraise, une boule de pèche-verveine, un baba imbibé de rhum et jus de citron vert, des morceaux de fraise et une bonne dose de chantilly. 66 rue Saint-Jean, 5e www.lafabriquegivree.com Terre Adélice Depuis six ans l'on voit tous les étés la file d'attente se reformer, au même endroit. Ici, des coupes kitscho-classiques : trois boules, des fruits frais découpés, de la chantilly ou diver

Continuer à lire

Aux Bons Sauvages, la carte des vins mérite l'exploration

Restaurant | Un café-concert (since 1670 !) à sept mètres de Lyon, en bord de Saône, avec terrasse, beau bar, source et vins naturels.

Adrien Simon | Mercredi 1 juin 2016

Aux Bons Sauvages, la carte des vins mérite l'exploration

Fuir Lyon : prendre l'autoroute du Soleil, et finalement renoncer, à l'entrée du tunnel. Après un audacieux virage à gauche et une ligne droite d'une double encablure, on entre de sept bons mètres dans la Mulatière. Et l'on découvre la terrasse d'Aux Bons Sauvages, avec vue étendue sur Lyon outre-Saône : de la gare de Perrache au néo-quartier Confluence. Le quai des Étroits a beau être passant, on se sent au calme. L'adresse est (facile) tri-centenaire. Elle fut sans doute entourée de nombreuses guinguettes, aujourd'hui disparues. Après une courte période de fermeture, une troupe de jeunes gens a repris l'affaire. À l'intérieur, la salle du fond, voutée, pierres apparentes (ex-écurie ou stockage à bateau ?) accueille deux-trois fois par semaine des concerts (tout y passe : jazz oriental, rock tzigane, indie folk, fanfare, slam, etc). Sur un mur coule une source... Dans la salle de bar : un zinc, de vieilles tables de bistrot et un poêle à bois fonctionnel. L'ardoise change toutes les semaines, parfois d'un soir sur l'autre : trois puissance trois choix d'entrée-plat-dessert. Ainsi, pour commencer, un soir de mai, l'on hésitait entre une omelette aux mousser

Continuer à lire

Insomniaque - Semaine du 25 septembre au 1er octobre

MUSIQUES | 27.09 AF014 – TRKPNP.plAvec un tel patronyme,  Luke Slater semblait avoir devant lui une carrière de surfeur toute tracée… s’il n’avait pas été plus attiré (...)

Benjamin Mialot | Dimanche 15 septembre 2013

Insomniaque - Semaine du 25 septembre au 1er octobre

27.09 AF014 – TRKPNP.plAvec un tel patronyme,  Luke Slater semblait avoir devant lui une carrière de surfeur toute tracée… s’il n’avait pas été plus attiré par les récifs que par les vagues. Ce Britannique s’est en effet fait une spécialité des beats compacts et infrangibles, qu’il laisser émerger depuis le début des années 90 d’étendues techno aussi chatoyantes que des océans de mazout. Lors de la dernière édition de Nuits Sonores, sous le pseudo Planetary Assault Systems, il a manqué faire s’effondrer la verrière des Subsistances. Autant dire que Le Sucre n’aura plus l’air aussi neuf après son passage. 27.09 Fly #5Honte à nous, depuis le lancement de cette rubrique, nous ne vous avons pas dit un mot des soirées Fly, co-organisées par le Biztoofly et le DV1. Leur reprise cette semaine est l’occasion de corriger le tir, d’autant qu’elles verront se produire l’un des DJs les plus mystérieux du moment : le Berlinois Hector, qui à coups de photos moins-sexy-tu-meurs (il arbore toujours le même regard bovi

Continuer à lire