Cocotte, une admirable cuisine de bistrot

Restaurant | L’adresse de la rentrée, c’est ce bistrot excentré cours d’Herbouville, mené par une petite troupe italiano-parisienne : Cocotte.

Adrien Simon | Mardi 3 septembre 2019

Photo : © Cocotte


La rentrée serait un nouveau prétexte pour les bonnes résolutions. Comme si la nouvelle année et ses promesses intenables ne suffisaient pas. Les prescripteurs en bien-être recommandent encore simplicité et moins d'excès. Ne cédez pas : quelques bonnes adresses ont mûri dans la canicule estivale. Parmi celles-ci, Cocotte, ses plats simples (tout de même) mais bistrot (donc pas healthy), ses breuvages natures, mais vineux. Une éclaircie pour ceux et celles qui vivaient mal le retour dans le bruit et la pollution. Et pour faire oublier les détroussages de bords de mer : ici la formule déjeuner est à 18€ ; elle les vaut.

À l'origine de la bonne nouvelle ? Vertigo, qui ouvrit à la fin des années 2000 deux adresses dans le Marais, désormais bien connues des amateurs de vins naturels et de néobistroterie : Jaja et Glou. Le groupe (qui possède sept restos : ce n'est pas non plus une multinationale) mène aussi la brasserie parigote Grand Cœur en collab' avec le chef italo-argentin Mauro Colagreco, dont le resto mentonnais vient d'être élu meilleur au monde par le célèbre classement 50 Best. Chef qui se pointera ce mois-ci au Lyon Street Food Festival, parait-il par l'entremise de Julien Foin, l'un des patrons de Vertigo, qui a décidément un intérêt prononcé pour notre façon de manger.

Un vieux rade donnant sur le Rhône

Le Lyonnais, toujours méfiant, se dira : ce ne sont tout de même pas des Parisiens qui vont nous initier à la bonne chère. Ou encore : ils ont du se perdre – en effet, cours d'Herbouville. On dira plutôt qu'ils apportent un autre regard, bienvenu (on ne commençait pas un peu à tourner en rond ?). À la manœuvre on retrouve un vrai gone, Paul Lacroix, formé à la finance, reconverti au service et au vin chez Goguette (Paris XIe). Il est accompagné d'un ancien Bolognais, Massimiliano Monaco qui produisait chez Jaja une admirable cuisine de bistrot, pas plus italienne que ça. Les trois compères (Julien, Paul, et Massimiliano) sont tombés en amour, comme on dit, pour un vieux rade donnant sur le Rhône, qu'ils ont largement rénové et éclairci tout en conservant l'essentiel : le mobilier en formica. Dont un comptoir 70's produit à l'époque à Vaise. Pour l'anecdote, par le grand-père de l'excellent chef Hubert Vergoin du Substrat, qui vient manger ici tous les samedis, quand il n'est pas aux fourneaux de son nouveau resto du plateau (on en reparle bientôt).

Depuis sa toute neuve cuisine toute ouverte, Massimiliano expédie une tambouille bien dans ses baskets, c'est-à-dire à l'aise avec les fondamentaux. Pour nous ce fut au déjeuner, une toute bête salade de tomates, mozza, et jambon cuit dans un four à charbon de bois – oui, ça existe encore et offre une chaleur sèche, forte et point trop de fumée. Ensuite : sur une brillante purée de chou-fleur, un parfait pavé de merlu, cuit selon le même procédé, et courgettes sautées à l'ail et au persil. Et, enfin, une part de tarte à la rhubarbe et boule de glace amande (de Terre Adélice), vite engloutie. Quelques détails, encore, font plaisir : la formule disponible aussi le samedi midi, l'accès à la carte aussi au déjeuner, le pot de Côteaux du Lyonnais à 14 euros. Les pifs sont inspirants : Hauvette, Belluard, Pithon, Arena, à privilégier en quille (à partir de 28€), certains prix au verre pouvant faire tousser (Mâcon-Villages à 8€). On reviendra le soir, tenter la poularde rôtie de la ferme d'Alice, le bœuf du champion du monde Massot cuit à la braise, le tiramisu…

Cocotte
2 cours d'Herbouville, Lyon 4e
Tél. 04 72 98 85 03
Du mardi au samedi, midi et soir

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Street Art en Colombie : couleurs, chaleur et revendications

Trublyon street art festival | Fervent défenseur d’un art chaleureux et engagé, le street art colombien est l’invité d’honneur du festival TrubLyon. L’occasion de se pencher sur des œuvres et des artistes nés d’une nouvelle scène dynamique, revendicatrice et fière de sa culture.

Corentin Fraisse | Mardi 29 août 2017

Street Art en Colombie : couleurs, chaleur et revendications

Longtemps considéré comme vandale, comme partout ailleurs, le street art colombien fait peau neuve. En quelques années, cet art est devenu l’un des attraits touristiques majeurs de Medellin et surtout de sa capitale Bogota. Il suffit de voir le nombre de touristes déambuler autour des fresques urbaines de la Candelaria, Teusaquillo, Barrio Santa Fe, Calle 26 ou Avenida El Dorado… Les graffs et pochoirs ont transformé la capitale colombienne en immense galerie à ciel ouvert, riche en couleurs et en œuvres d’une technique irréprochable. Les jeunes artistes colombiens partagent une culture de la couleur naturelle, instinctive, aussi chaude que le climat, dans des compositions que les regards européens trouveraient sans doute kitsch voire criardes. Le street art transpire de ce que les Colombiens vivent au quotidien : chaleureux, il respire la positivité et la culture de l’alegria, la joie de vivre. S’il n’y a pas un seul street art colombien, il y a un graffiti typique, notamment à Bogota, très empreint de revendications, presque punk dans l’iconographie et l’imagerie : fusils tirant des cœurs au lieu de balles, le mot "paix" éclatant sur de nombreuses façades...

Continuer à lire

Cocotte au CCN

Danse | Nouveau rendez-vous au CCN de Rillieux-la-Pape (ce samedi 11 juin à partir de 19h), Cocotte fait bouillir la danse dans sa dimension performative (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 7 juin 2016

Cocotte au CCN

Nouveau rendez-vous au CCN de Rillieux-la-Pape (ce samedi 11 juin à partir de 19h), Cocotte fait bouillir la danse dans sa dimension performative avec pas moins de 16 performances proposées durant cette soirée : des six minutes interprétées par le metteur en scène Michel Raskine sur une proposition chorégraphique de Yuval Pick, aux cinq heures (et jusqu'à épuisement) de la danseuse et chorégraphe japonaise Mikiko Kawamura...

Continuer à lire

Vidéo-clubs : les derniers des Mohicans

ACTUS | En pleine explosion dans les années 80, incontournables dans les années 90, les vidéo clubs ont connu un lent déclin dans les années 2000. À Lyon, certains résistent, d’autres se résignent, d’autres s’adaptent. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 27 septembre 2013

Vidéo-clubs : les derniers des Mohicans

Alors que le festival Lumière s’apprête à remettre son prix à Quentin Tarantino, il n’est pas inutile de rappeler la légende qui entoure ses jeunes années : employé dans un vidéo club, il y a ingurgité tout ce qui allait constituer sa cinéphilie délirante, avant d’alimenter son cinéma jusqu’à la transformer en philosophie personnelle et en discours politique. Un autre cinéaste a immortalisé le vidéo-club comme lieu alternatif, à la fois commerce de proximité et temple d’une érudition débridée et sans chapelle : Kevin Smith, dont le premier film Clerks se déroulait à moitié dans un vidéo club tenu par un gérant débonnaire et volontiers critique envers ses clients. Dans les années 80, époque glorieuse de la VHS et du magnétoscope dans tous les foyers, les vidéo clubs explosent partout en France ; dans les années 90, ils s’installent pépère dans le paysage, certaines chaînes devenant même des acteurs majeurs du secteur, proposant bornes automatiques et forfaits imbattables. L’apparition du DVD au tournant du siècle aurait dû logiquement donner un coup d’accélérateur au secteur ; mais ce sont plutôt les coups

Continuer à lire

Le Jeu de l'amour et des reprises

SCENES | Café-théâtre / À l'instar des théâtres, les cafés-théâtres ont aussi leurs classiques qu'ils ne se privent pas de reprogrammer au cours de cette première moitié de (...)

Nadja Pobel | Vendredi 4 septembre 2009

Le Jeu de l'amour et des reprises

Café-théâtre / À l'instar des théâtres, les cafés-théâtres ont aussi leurs classiques qu'ils ne se privent pas de reprogrammer au cours de cette première moitié de saison. Les Cocottes retrouvent les planches de l'Espace Gerson pour une virée au supermarché qui tourne au rire. En novembre et en décembre, le Complexe du rire accueille Jacques Chambon (Monsieur Merlin dans Kaamelott) qui invente une rencontre improbable dans une clinique psychothérapeutique entre un prof d'histoire-géo dépressif et un homme qui tente de sauver sa peau. Le Rideau rouge reprend les aventures de Pénélope durant tout l'automne. Ce premier volet est l'occasion de revoir les trois amies de longue qui s'apprêtent à enterrer la vie de jeune fille d'une quatrième copine. Et si les Monologues du vagin sont absents de la programmation de fin 2009, la réplique masculine des Monologues du pénis prendra le relais de septembre à décembre, toujours au Rideau rouge. La salle jumelle du Boui Boui surfe sur l'éternelle opposition des genres puisque, chaque soir, le Mode d'emploi homme-femme sera joué du point de vue des hommes (à 19h45) et des femmes (à 21h30). Le nouveau café-théâtre créé cet été, les Tontons flingueu

Continuer à lire