Ainsi dansait Béjart

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 3 mars 2009

Photo : © F.Paolini


Le grand Maurice Béjart est mort en 2007. En décembre 2005, à 78 ans, le chorégraphe créait son ultime opus, Zarathoustra, le Chant de la danse, grosse production pour 34 danseurs en hommage au plus danseur des philosophes, Friedrich Nietzsche. Les œuvres tardives de Béjart ne sont pas ses meilleures, mais comme on dit : il faut avoir vu un Béjart dans sa vie. Alors pourquoi pas celui-ci dans le gros OVNI de l'Amphithéâtre de la Cité Internationale (du 11 au 18 mars) ?

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un moi dénoyauté

Moi de la Danse | Le jeune collectif lyonnais ÈS ouvre cette semaine le festival Moi de la Danse aux Subsistances, avec une création prometteuse.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 22 janvier 2019

Un moi dénoyauté

Depuis quatre ans, le festival Moi de la Danse explore la notion d’identité à travers le corps et le mouvement. Le sujet dansant s’y révèle être souvent une singularité plurielle : divisé en lui-même, multiple en ses ressources physiques et expressives, et toujours en rapport dialectique avec les autres… Le Collectif ÈS, né en 2011, s’empare de cette question à partir d’une approche originale : chacun des trois danseurs qui le composent creuse son sillon personnel, ses impulsions propres, et c’est à travers ce processus même que des liens se créent, se découvrent, se tissent avec les autres. 1ère mondiale est ainsi composée de trois soli d’Émilie Szikora, Sidonie Duret et Jérémy Martinez. Despacito Cette création au titre ironique se donne aussi pour but de revisiter les fondamentaux de la danse à partir de trois pistes de travail inattendues : le solo de John Travolta dans Saturday Night Fever, la célèbre pièce Messe pour le temps présent

Continuer à lire

Maîtres à danser

SCENES | Béjart, Cunningham, deux possibilités de réviser ses «classiques» et, surtout, de se rendre compte avec joie que les œuvres de ces chorégraphes n’ont pas pris une ride, voire surprennent toujours. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 25 mai 2012

Maîtres à danser

Une Biennale 2008 consacrée à la relecture d’œuvres chorégraphiques historiques, la multiplication des transmissions ou les nombreuses reprises par certains chorégraphes de pièces anciennes, l’édition récente de DVD consacrés à Pina Bausch, Dominique Bagouet et Anne Teresa de Keersmaeker, la numérisation de vidéos de danse disponibles aujourd’hui sur la plateforme Numeridanse, un temps fort de la prochaine saison de la Maison de la danse dédié aux fertiles années 1980… Depuis plusieurs années, la danse contemporaine se penche sur son passé et la conservation de sa mémoire. À Lyon, coup sur coup, on pourra ainsi voir ou revoir quatre pièces emblématiques du parcours de Maurice Béjart par le Béjart Ballet Lausanne, et deux autres de Merce Cunningham interprétées par le Ballet de l’Opéra de Lyon. Deux grands chorégraphes qui, si bien des choses les différencient sur le plan stylistique, ont en commun une œuvre importante (en quantité et en qualité), influente pour beaucoup de leurs «descendants» ou élèves (Maguy Marin et Anne Teresa de Keersmaeker formées à l’École Mudra de Béjart, Trisha Brown et Lucinda Child dans la Cie de Cunningham) et irriguée par le meilleur des musi

Continuer à lire

Maurice Béjart, quatre pièces rares

SCENES | Si les dernières créations du grand Maurice Béjart (1927-2007), empesées et grandiloquentes, nous avaient laissés pour le moins sceptiques, on sera (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 31 août 2011

Maurice Béjart, quatre pièces rares

Si les dernières créations du grand Maurice Béjart (1927-2007), empesées et grandiloquentes, nous avaient laissés pour le moins sceptiques, on sera reconnaissant au Ballet de Lausanne (qu’il fonda en 1987) de reprendre à Lyon quatre pièces rares, singulières et dépouillées. Des pièces inspirées par les musiques de Bartok, Webern ou Boulez ; dont une œuvre majeure, Le Marteau sans maître, sur une musique de Boulez inspirée du recueil éponyme de René Char. Incontournable ! Du 30 mai au 3 juin à la Maison de la danse.

Continuer à lire