«Un théâtre de l'insolence»

SCENES | Entretien / Laurent Brethome et Philippe Sire de la Compagnie Le menteur volontaire se présentent en duo pour succéder à Philippe Faure. Propos recueillis par DA

Dorotée Aznar | Jeudi 2 décembre 2010

Petit Bulletin : Laurent Brethome, pourquoi voulez-vous diriger la Croix-Rousse ?
Laurent Brethome : Le Théâtre de la Croix-Rousse, c'est un théâtre et une équipe que je connais bien pour y avoir eu mes premiers succès et y avoir développé un important travail d'action culturelle, que ce soit l'animation d'ateliers amateurs, des présentations de chantiers, un travail en milieu carcéral…On vous a incité à postuler ?
Laurent Brethome : Je termine mes trois années de résidence au Théâtre de Villefranche. Depuis quelques mois et plus particulièrement depuis les récents succès de mon travail au niveau national, je reçois des encouragements à postuler pour la direction d'un lieu. Mon attachement à Lyon et la possibilité de poursuivre ma collaboration avec Philippe Sire à travers un projet ambitieux et militant m'encouragent à présenter cette candidature. C'est ce lieu en particulier qui vous intéresse ?
Laurent Brethome : J'ai songé à postuler à la direction du CDN de Poitiers, mais je n'en avais pas vraiment envie. J'ai un lien très fort avec le Théâtre de la Croix-Rousse, c'est ce lieu en particulier qui m'intéresse effectivement.Pourquoi vous présentez-vous en duo ?
Philippe Sire : La force du duo, c'est de garder une activité artistique forte avec Laurent et de pouvoir se reposer sur des compétences de direction, de gestion de budgets et d'équipe que j'ai pu développer, notamment au sein de la compagnie Le menteur volontaire. Un duo, c'est à la fois rassurant et efficace, je pense.Votre projet s'intitule «Un théâtre de l'insolence». Qu'est-ce que cela signifie ?
LB & PS : Cela signifie que nous voulons défendre un théâtre fondé sur l'audace artistique et qui garde une vraie dimension populaire : un théâtre de création et d'engagement. Actuellement, ce sont principalement les 40-60 ans qui vont au théâtre. Nous pensons qu'il est possible d'attirer un public plus jeune au théâtre et ce, sans rebuter les habitués. Votre projet est également fédéré autour de quatre artistes associés….
Philippe Sire : Oui, nous avons voulu donner une dimension locale et nationale à notre projet. Quatre artistes se sont associés : Mathurin Bolze, Michel Fau, Yannick Jaulin et Vincent Macaigne. Ce sont tous des artistes aux parcours singuliers. Ils sont inventifs, audacieux et subversifs ; ce sont des artistes de dimension nationale qui ne s'inscrivent dans aucun réseau lyonnais, or je pense que leur esthétique doit être vue à Lyon.Avez-vous été contactés par la Ville de Lyon ?
LB & PS : Non. Les artistes qui se sont associés à notre projet nous demandent régulièrement où en est le projet… Nous n'avons reçu aucun signe.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter