Hargreaves, coeur à vif

Dorotée Aznar | Lundi 23 avril 2012

Photo : Nicolas Zlatoff


Que se passe-t-il quand un metteur en scène refuse de se plier à l'obligation de produire  à intervalles réguliers des spectacles nouveaux, des spectacles «finis» ? Catherine Hargreaves s'est lancée dans un projet aux multiples étapes autour du poème de Coleridge, La Ballade du Vieux Marin. Un voyage sur un cargo effectuant la liaison Le Havre/Buenos-Aires Cargo, diverses résidences et des spectacles, présentés entre les étapes de travail. Si la première partie du spectacle, présenté en janvier au Théâtre de La Croix-Rousse, a été fraîchement accueillie, Hargreaves ne désarme pas. Dans La Ballade du vieux marin, II – Cargo, elle souhaite continuer son travail sur l'expérience du spectateur.

«Je travaille sur ce que signifie La Ballade du Vieux Marin pour nous aujourd'hui, sur l'histoire de cet homme qui tue l'albatros sans raison». Elle se défend cependant de toute provocation : «je cherche à faire penser les gens, pas à les provoquer. Pour ce projet, je travaille sur une forme particulière, entre le théâtre de recherche et le spectacle. Mais je ne cherche pas la radicalité artistique sur le plateau, je veux simplement montrer quelque chose de vivant. Je suis à la recherche de la beauté, de l'accident». Cargo, qui s'appuie sur le poème de Coleridge, des vidéos prises sur le cargo, des témoignages, de la musique, surprendra sans doute, décevra peut-être, mais ne devrait pas laisser les spectateurs indifférents.

«C'est un poker, je remets une carte sur Le Vieux Marin. Le 29 avril, je me poserai pour savoir si je me suis trompée. Si les gens se sont ennuyés, j'ai raté, s'ils sont en colère, c'est moins un échec, s'ils sont touchés, c'est gagné».

Dorotée Aznar

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le désarroi des artistes dans des théâtres fermés

Théâtre | Lors du deuxième confinement, les théâtres ont pu rester ouverts — pour les artistes. Ces derniers ont occupé les plateaux pour répéter ce qui aurait dû se créer ces derniers mois. Comment traverse-t-on cette période qui ne dit pas sa fin ? Réponses avec les comédiens / metteurs en scène Philippe Caubère, Catherine Hargreaves et Laurent Ziserman.

Nadja Pobel | Mercredi 27 janvier 2021

Le désarroi des artistes dans des théâtres fermés

Une deuxième annulation ? Et combien d’autres ? Catherine Hargreaves devait présenter son Happy Hours avec sa complice Adèle Gascuel en octobre. Puis mi-décembre. Elle-même s’embrouille dans les dates : tout se mêle, entre confinement à demi, couvre-feu à 20h, à 18h, réouverture avortée le 15 décembre... Au final, rien. « Je ne sais pas quoi penser. On ne sait plus, avec ma compagnie des Sept sœurs, comment axer le travail de production. On tourne en rond — alors je reste dans mon coin et j’écris ». Elle devait partir en résidence d’écriture durant l’hiver 2020 en Angleterre. C’est sans cesse différé : « je pourrais y aller mais je serai enfermée dans un appartement. Or mon projet est basé sur la rencontre avec des gens. De plus, le Brexit influe sur nos capacités à renouveler des histoires » constate la Franco-Britannique qui refuse de se plaindre — sa compagnie étant subventionnée. Être empêchée de travailler ne la dis

Continuer à lire

Catherine Hargreaves entre deux rives

Théâtre | Formée à l'ENSATT, la comédienne Catherine Hargreaves s'illustre depuis une quinzaine d'années comme metteuse en scène et développe un travail parfois obscur, souvent percutant. Elle présente Un Chêne de Tim Crouch cette semaine au TNG. Esquisse de portrait.

Nadja Pobel | Mardi 24 avril 2018

Catherine Hargreaves entre deux rives

2009-2010. Catherine Hargreaves présente sur les plateaux lyonnais un auteur britannique contemporain, Anthony Neilson, qui dit frontalement (Réalisme à L'Élysée) et oniriquement (Le Monde merveilleux de Dissocia, aux Célestins) la déchéance de l'époque qui pousse soit à la passivité et au renfermement sur soi-même, soit au déséquilibre permanent. Dans les deux cas, il est question de s'extraire de la crasse. Elle aurait pu rester sur ces rails de "montreuse" des écritures d'Outre-Manche, qu'en tant que franco-britannique elle traduit aussi, mais elle s'est aventurée sur des territoires plus abrupts qui parfois lui collent encore aux basques. Dans La Ballade du vieux marin créé en 2012 au Théâtre de la Croix-Rousse, elle rend compte avec le texte de Colridge, d'un voyage au long cours sur un cargo. Vidéos filmées à bord, extraits de textes. Tout est épars. Trop pour que la compréhension ou même les émotions affleurent. Pourtant, cette recherche assumée de l'accident a pour corollaire un résultat non garanti. Si sur ce grand plateau, le milieu ne lui pardonne pas ses errements, ce sont précisément ces doutes q

Continuer à lire

Le TNG s'ouvre à tous les possibles

Théâtre | Sur les vingt spectacles programmés au TNG cette saison, près de la moitié n'ont pas encore été créés : allez rencontrer l'équipe pour en savoir plus, (...)

Nadja Pobel | Mardi 12 septembre 2017

Le TNG s'ouvre à tous les possibles

Sur les vingt spectacles programmés au TNG cette saison, près de la moitié n'ont pas encore été créés : allez rencontrer l'équipe pour en savoir plus, lors de la présentation de saison, ce jeudi 14 à 20h à Vaise. Ou rendez-vous aux visites du théâtre, avec chasse aux trésors, le samedi 16 dès 10h30. Dernière solution : filez au Théâtre des Ateliers, à la rencontre des artistes invités (Jean-Paul Delore, Antoine Volodine ou la surdouée Phia Ménard) dans l'après-midi de cette même Journée du Patrimoine, le 16. Aux Ateliers toujours, la pièce Un Chêne, née à l'Élysée en janvier dernier, sera reprise. Elle est chaque soir recommencée : un seul des deux comédiens sait de quoi il retourne. Gilles Chabrier incarne un hypnotiseur. Comment faire croire au public ce que l'on joue ? Comment y croire soit-même ? Avec ce texte de l'anglais Tim Crouch (voir photo), auteur contemporain britannique qui mêle théâtre et performance, Catherine Hargreaves joue une fois de plus avec la narration et l'effet de flottement que peut procurer le théât

Continuer à lire

Entre deux eaux

SCENES | Pour l’avoir beaucoup suivie, on voit bien ce que tisse spectacle après spectacle Catherine Hargreaves : une certaine envie de rendre palpable et (...)

Nadja Pobel | Mardi 28 octobre 2014

Entre deux eaux

Pour l’avoir beaucoup suivie, on voit bien ce que tisse spectacle après spectacle Catherine Hargreaves : une certaine envie de rendre palpable et immersive la littérature anglo-saxonne, dont elle est une très grande spécialiste, de Kerouac à Burroughs ou, ici, Coleridge. «Qui ça ?» comme le demande promptement un des personnages. Un poète britannique du XVIIIe siècle, leader d’un mouvement romantique que la metteur en scène avait déjà mis en avant avec sa troupe des 7 Soeurs dans un dytique pas toujours bien ficelé mais loin d’être inintéressant :

Continuer à lire

Vue sur mer

SCENES | À l’heure où le plus titré des frères Peyron, Loïck, vient de boucler le tour du monde (en équipage et sur multicoque) en à peine 45 jours, Catherine Hargreaves (...)

Nadja Pobel | Jeudi 5 janvier 2012

Vue sur mer

À l’heure où le plus titré des frères Peyron, Loïck, vient de boucler le tour du monde (en équipage et sur multicoque) en à peine 45 jours, Catherine Hargreaves prend le temps. Elle revient de deux mois de navigation sur un cargo à travers l’Atlantique, où elle a rencontré des marins d’aujourd’hui qui vivent à un rythme plus lent que le nôtre. Ils sont les vieux marins d’aujourd’hui. Car la metteur en scène aborde à nouveau la littérature anglaise. Après le contemporain Anthony Neilson (Dissocia, Réalisme), la voici dans le monde de Coleridge et de son long poème La Ballade du vieux marin. Hargreaves et Coleridge ont une vision pessimiste du monde mais «c’est dans cette pourriture que l’on cherche le beau» dit-elle. Avec six comédiens et Nicolas Zlatoff pour parfaire l’aspect visuel, elle va fouiller cette écriture. Dans sa dernière création, Dead woman laughing, elle montait elle-même son plongeoir au-dessus du vide et titubait au bout de cette piste. À quelques jours de la première de La Ballade du vieux marin, elle n’est encore sûre de rien, a peur de se crasher mais prend le risque de retrouver la parole de ce compagnon d

Continuer à lire

Alice dans ta gueule

SCENES | Théâtre / Catherine Hargreaves met en scène «Le Monde merveilleux de Dissocia» dans la Célestine. Une version trash et déjantée d’«Alice aux pays des merveilles», tout à fait convaincante. Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Lundi 18 janvier 2010

Alice dans ta gueule

Les spectateurs s’installent alors que Lisa est déjà là. Elle lit, mange et s’amuse avec son téléphone comme si elle était seule avant de fermer la porte de son «appartement» à clé, nous indiquant qu’il n’y aura aucune échappatoire. Alice aux pays des barges peut alors commencer. Lisa Jones entend des voix. Lisa voit des gens qui n’existent pas. Un réparateur de montres frappe à sa porte, il vient lui expliquer l’origine de son mal : lors d’un voyage à New York, elle a perdu une heure. Depuis, son univers est déséquilibré, ses proches ne la reconnaissent plus. Pour que tout redevienne comme avant, elle va devoir se rendre dans le monde de Dissocia afin de reprendre possession de l’heure perdue. Comme chez Lewis Carroll, Lisa-Alice va débarquer dans un monde parallèle, où la logique ne fonctionne pas, où l’absurde et le chaos règnent en maîtres. À Dissocia, avant de laisser les voyageurs franchir la frontière, on s’assure qu’ils ne transportent pas de plumes et qu’ils prêtent serment d’allégeance à la reine. À Dissocia, le bureau des objets perdus a malheureusement été égaré et le grand cafard risque de détruire le pays à tout moment. Et si l’on ne risque pas de se faire couper la t

Continuer à lire

Apologie d'un glandeur

SCENES | Théâtre / A priori le sujet n’est pas vendeur : que fait quelqu’un qui ne fait rien, "un gros mollasson de merde" comme il le dit lui-même sans excès de (...)

Nadja Pobel | Mardi 13 janvier 2009

Apologie d'un glandeur

Théâtre / A priori le sujet n’est pas vendeur : que fait quelqu’un qui ne fait rien, "un gros mollasson de merde" comme il le dit lui-même sans excès de poésie ? Pas sûr de vouloir vraiment le savoir. Pourtant la compagnie des Sept sœurs intrigue en occupant le théâtre de l'Élysée cette saison avec quatre projets dont une série de films, de la danse et du théâtre. Elle invente et défriche. C'est le cas avec Réalisme, une pièce traduite par la metteur en scène Catherine Hargreaves de l'auteur borderline, aujourd'hui institutionnalisé et associé à la Royal Shakespeare Company, Anthony Neilson. Du mobilier Ikea amputé jonche le sol. Des tables aux pieds sciés, de l'électroménager égaré et un Frédéric Bévérina, même nom à la scène qu'à la ville, qui se réveille après une nuit trop arrosée avec l'envie de rien. Défilent alors dans un joyeux capharnaüm et grâce à l'énergie insatiable de cinq autres acteurs toutes les interrogations politiques qui l'animent et l'épuisent, ses fantasmes, ses peurs, sa place en tant qu'enfant, amant, aimant. Il y a profusion de lumières, de sons, de mouvements, une vraie demeure du chaos à la place d'un cerveau fatigué et surtout une utilisation pleine des

Continuer à lire

Si ce n’est toi…

SCENES | Théâtre / Pour sa première mise en scène au Théâtre Les Ateliers, Catherine Hargreaves choisit de tout recommencer à zéro. Un grand nombre de Caryl Churchill, (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 14 mars 2008

Si ce n’est toi…

Théâtre / Pour sa première mise en scène au Théâtre Les Ateliers, Catherine Hargreaves choisit de tout recommencer à zéro. Un grand nombre de Caryl Churchill, texte sur lequel elle choisit de travailler, est une drôle d’histoire de nouveau départ. Un père de famille veuf (interprété par Gilles Chavassieux) réalise qu’il n’a pas réussi à donner à son jeune fils l’éducation qu’il désirait. Plutôt que de s’acharner dans l’erreur, il préfère abandonner-là l’expérience en laissant le jeune garçon à l’assistance publique. Rongé par la culpabilité, il pensera trouver le salut en acceptant la proposition d’un savant : cloner son fils pour retenter sa chance. L’essai paraît plutôt probant, jusqu’au jour où l’on s’aperçoit que le deuxième fils n’est pas un exemplaire unique. Combien sont-ils ? Comment sont-ils ? Et comment expliquer à son fils qu’il n’est pas exactement celui qu’il croyait être ? Sur la scène, la père, le fils et ses clones débattent, s’accusent ou se pardonnent. Gaël Leveugle confirme ses qualités d’acteur ; en gentil benêt, en déséquilibré au regard fou, en homme trahi ou indifférent il est également juste, s’amuse dans ses rôles et propose au public d’en

Continuer à lire

Le grand débarquement

SCENES | Made in GB / Beaucoup plus rares dans nos salles de théâtre que leurs homologues allemands, les auteurs contemporains britanniques débarquent en nombre (...)

| Mercredi 12 septembre 2007

Le grand débarquement

Made in GB / Beaucoup plus rares dans nos salles de théâtre que leurs homologues allemands, les auteurs contemporains britanniques débarquent en nombre cette saison. Avec Edward Bond en éclaireur, désormais bien connu du public français. Deux de ses trois pièces qu'Alain Françon avait créées en 2006 à Avignon, Si ce n'est toi et Chaise seront reprises au Toboggan de Décines, programmées par le TNP (du 1er au 4 avril). De la même génération, mais beaucoup moins traduite et jouée chez nous, Caryl Churchill est pourtant familière du Royal Court Theatre de Londres où ses pièces sont régulièrement saluées. Catherine Hargreaves, grande défricheuse de textes anglophones, mettra en scène Un grand nombre, où un père, peu satisfait de l'éducation qu'il a prodiguée à son fils, l'abandonne et s'en voit proposer un second, identique. Si l'on se fie à la belle mise en lecture qu'elle avait proposée aux Européennes l'an passé (Machinal de Sophie Treadwell), la jeune metteur en scène devrait s'emparer avec brio du ton a priori comique et surréaliste de cette pièce, en mars aux Ateliers. Aux Ateliers également, mais en ouverture de saison cette fois (octobre), séance de rattrapage pour ceux qui rat

Continuer à lire

Plus on est de fous...

SCENES | Table ronde / Il fallait y penser, le théâtre des Ateliers l'a fait. Ce n'est plus un, mais quatre metteurs en scène qui prennent leurs quartiers au théâtre : Gilles Chavassieux, Simon Delétang, Catherine Hargreaves et Olivier Rey. Qu'est-ce que cela va changer ? Propos recueillis par Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Mercredi 10 octobre 2007

Plus on est de fous...

Petit Bulletin : Vous parlez d'un «collège de metteurs en scène». En quelques mots, présentez-nous ce collège et expliquez-nous ce qui va changer aux Ateliers.Gilles Chavassieux : C'est le résultat de plusieurs années d'expérience. L'idée centrale est de produire les projets artistiques de jeunes metteurs en scène, en assurant une longue série de représentations et une reprise des créations la saison suivante. L'objectif est que les metteurs en scène n'aient pas besoin de créer une compagnie, avec toutes les responsabilités que cela implique. Il s'agit également de leur assurer un nombre de représentations raisonnable, de manière à ce que la profession puisse venir voir leur travail. L'autre chose, c'était de se demander si c'était intéressant de continuer comme on le faisait depuis trente ans. J'ai pensé que ce n'était pas drôle. C'est là qu'est venue l'idée de mettre en place un théâtre de metteurs en scène ; un collège artistique. Les metteurs en scène proposent des projets artistiques aux Ateliers qui sont discutés et qui, une fois retenus, sont pris en charge comme de véritables productions. Quels sont les engagements de la structure à l'égard du collège

Continuer à lire