Le tourbillon de la vie

SCENES | La journée de deux enfants confrontés à la vie, la vraie : "Ma mère qui chantait sur un phare" est un agréable spectacle de François Rancillac, porté par deux comédiens épatants. Aurélien Martinez

Benjamin Mialot | Mercredi 3 avril 2013

Le théâtre a plusieurs buts. Il peut questionner, alerter, dénoncer... Il peut aussi amuser, enchanter, voire divertir (un gros mot pour certains puristes). Le metteur en scène François Rancillac et l'auteur Gilles Granouillet ont, eux, pris le parti de se contenter de faire du théâtre, avec des outils tout simples : un texte, quelques éléments scéniques et une poignée d'acteurs. Un alliage léger qui suffit à embarquer le public dans une aventure familiale drôle, touchante et amère à la fois, racontée du point de vue de deux gamins contraints de rentrer de plein fouet dans le monde des adultes. Car leur mère, quittée par leur père, n'a plus la force de continuer à vivre, préférant s'abandonner à son chagrin, là-haut, sur le phare. Finis alors les jeux avec les grenouilles et les tentatives pour noyer les chiots, il faut aller la secourir. Mais que peuvent bien faire deux petits êtres face au tourbillon de la vie que personne, pas même les grands autour d'eux, ne semble pouvoir contrôler ?

Mon frère

L'écriture de Gilles Granouillet, simple et imagée, ne s'interdit rien, allant aussi bien du côté du dépouillement que de l'emphase. Les deux prénoms des enfants – Marzeille et Perpignan – sont à eux seuls emplis de poésie, et dans le même temps marqués du sceau du réalisme. Les mots sont ainsi l'essence même de ce spectacle et François Rancillac a l'intelligence de ne pas les surligner, de ne pas les maltraiter, préférant les laisser s'exprimer dans une scénographie évocatrice qui autorise toutes les projections mentales. Le metteur en scène fait pleinement confiance au texte et surtout à ses deux acteurs principaux pour l'incarner.

Deux interprètes beaucoup plus vieux que les personnages, mais qui réussissent à théâtraliser l'enfance sans la singer. Antony Breurec (Perpignan, le plus jeune) compose une partition savoureuse, quand Riad Gahmi (Marzeille, l'aîné) contrebalance les excès désopilants de son partenaire, à la façon de deux clowns se renforçant l'un l'autre. Un numéro de duettistes qui porte habilement un spectacle tout aussi drôle que poignant et divertissant qu'intelligent. Du beau théâtre en somme, simple et sans prétention.

Ma mère qui chantait sur un phare
Au théâtre Théo Argence, vendredi 12 avril


Ma mère qui chantait sur un phare

De Gilles Granouillet, ms François Rancillac, théâtre de l'Aquarium. Dans un village perdu, deux frères ont appris à se débrouiller seuls depuis que leur père est parti et que leur mère se noie dans l'alcool
Théâtre Théo Argence Place Ferdinand Buisson Saint-Priest
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Sexe sans issue

TNP | Ils veulent tout embrasser et le font bien. Il est parfois des écritures viscérales, débordantes, qui si elles ne submergent ou n'assomment pas le lecteur, (...)

Nadja Pobel | Mardi 28 février 2017

Sexe sans issue

Ils veulent tout embrasser et le font bien. Il est parfois des écritures viscérales, débordantes, qui si elles ne submergent ou n'assomment pas le lecteur, font preuve d'un bel équilibre. En 2007, Riad Gahmi, élève comédien à la précieuse école de la Comédie de Saint-Étienne, a rencontré Philippe Vincent, alors intervenant. Depuis, ils font route commune, comme avec Un arabe dans mon miroir en 2011, pièce tout en pudeur et justesse sur les rapports violents entre Occident et Orient au travers des drames et attentats de ces soixantes dernières années. Au TNP, du 7 au 11 mars, tous deux présentent les toutes premières représentations de Gonzoo, s'inspirant d'un fait réel : l'employée de l'année d'une entreprise chinoise se voit offrir une nuit avec un acteur de X. Interrogeant d'une manière différente cet éternel rapport à l'argent et aux pouvoirs, l'auteur et le metteur en scène s'appuient sur la façon très subject

Continuer à lire

Lectures de saison

TNP | Voilà une autre façon de faire une présentation de saison. Les comédiens de la troupe du TNP lisent ce vendredi 23 septembre à la Maison de l'Image du livre et (...)

Nadja Pobel | Mardi 20 septembre 2016

Lectures de saison

Voilà une autre façon de faire une présentation de saison. Les comédiens de la troupe du TNP lisent ce vendredi 23 septembre à la Maison de l'Image du livre et du son à 19h de nombreux textes qui seront à l'affiche du théâtre villeurbannais cette année, à commencer par celui dans lequel ils joueront : La très excellente et lamentable histoire de Roméo et Juliette d’après William Shakespeare mise en scène par l'une d'entre eux, Juliette Rizoud, extraordinaire dans le rôle de la Jeanne de Delteil il y a quelques temps. Tous les autres écrits, très éclectiques, seront montés et interprétés par des personnes extérieures : La Boîte de Jean-Pierre Siméon, Bella Figura de Yasmina Reza, Gonzoo – Pornodrame de Riad Gahmi, Meurtres de la princesse juive d’Armando Llamas, Le Temps et la chambre

Continuer à lire

De Kateb Yacine au Printemps arabe, Riad Gahmi illumine le Point du Jour

SCENES | C’est une histoire de grands frères un peu trop sûrs d’eux, protecteurs sans que l’on ne sache qui d’eux ou des autres ils cherchent à cajoler. C’est en (...)

Nadja Pobel | Mardi 22 mars 2016

De Kateb Yacine au Printemps arabe, Riad Gahmi illumine le Point du Jour

C’est une histoire de grands frères un peu trop sûrs d’eux, protecteurs sans que l’on ne sache qui d’eux ou des autres ils cherchent à cajoler. C’est en fait l’histoire de l’Occident voulant éduquer — comme s’il en avait la légitimité — les populations d’Orient. Des manifestations anti-colonialistes du 8 mai 1945 en Algérie se terminant en massacres (et entraînant l'engagement indépendantiste de l'écrivain Kateb Yacine alors lycéen dans cette ville) jusqu'aux révolutions arabes, Riad Gahmi et Philippe Vincent écrivent en pointillés, élaborent un enchaînement de séquences qui sont autant d’événements ayant émaillé ce récit croisé. Avec seulement quelques cartons — objet figurant le déplacement et l'exil — Philippe Vincent dessine une scénographie laissant libre cours aux mouvements, parfois chorégraphiés grâce à Florence Girardon, acolyte de Maguy Marin. Durant 1h20, dans ce spectacle créé en 2011, la diplomatie française «s’égare» en Égypte et en Tunisie ; l’immolation du vendeur à la sauvette à Sidi Bouzid, qui déclencha le Printemps arabe en décembre 2010, est particulièrement poignante sans allumer qu'aucun feu ne soit montré. La place Tahrir, Sab

Continuer à lire

Stratégie de la Poucette

SCENES | Et si dans la fable du Petit Poucet, il n’y avait pas que l’ogre et le petit garçon ? Et s'il fallait aussi compter avec la femme de l’ogre et ses (...)

Nadja Pobel | Mardi 26 février 2013

Stratégie de la Poucette

Et si dans la fable du Petit Poucet, il n’y avait pas que l’ogre et le petit garçon ? Et s'il fallait aussi compter avec la femme de l’ogre et ses filles, les ogresses, qui révèlent le caractère ravageur du père et la part insoumise de Madame ? Dans ce contexte digne d'un épisode de Strip-tease, l'auteur et metteur en scène Gilles Granouillet s’attache tout particulièrement à une des filles de l’ogre. Une fille pas comme les autres puisqu’elle est végétarienne et préfère se balader plutôt que jouer à «crever les yeux des chats» et «couper les pattes des sauterelles». Et puis elle aime lire, plongeant ses yeux dans les grandes pages du Petit Poucet tant et si bien qu’elle sait tout ce qui va advenir de l’histoire. Omnisciente et malicieuse, elle dévie astucieusement les plans machiavéliques de son père et protège Poucet qui finit par la trouver si charmante que le récit vire à la douce romance pré-adolescente. Granouillet trempe son spectacle dans la nuit (cage de scène noire), donnant ainsi plus d’éclats aux personnages qu’il choisit de mettre en lumière (la bonne ogresse et sa méchante sœur, la mère et Poucet). La ribambelle des ogresses et d

Continuer à lire

La Bâtie grandit

SCENES | Peu à peu, se dessine au cœur du Forez un festival qui monte qui monte qui monte… Entendez par là que L’Estival de la Bâtie, né l’an dernier de la fusion des (...)

Nadja Pobel | Jeudi 21 juin 2012

La Bâtie grandit

Peu à peu, se dessine au cœur du Forez un festival qui monte qui monte qui monte… Entendez par là que L’Estival de la Bâtie, né l’an dernier de la fusion des Nuits de la Bâtie et de l’Été musical, a accueilli plus 12 000 spectateurs pour sa première édition, plus que le cumul des éditions lorsqu’elles étaient dissociées. Il faut dire, que ne serait-ce que pour découvrir le Château de la bâtie d’Urfé mais aussi l’excentrique grotte de rocailles, la chapelle à la voûte azur et dorée qu’il abrite, le voyage vaut le détour. C’est dans cette illustre maison et au milieu des jardins à l’italienne savamment entretenus tels qu’au XVIe siècle que durant un mois, danse, cirque, théâtre et musique se mêlent avec une forte attention portée au jeune public (des spectacles gratuits pour les enfants sont programmés du 11 au 14 juillet). Parfois aussi le festival se déroule sur d’autres terres du département : c’est la partie «escapades» du programme qui complète les «castellades». Ici ou là donc, il sera possible d’écouter des hommages à Claude Nougaro ou Georges Brassens. Guy Marchand fera lui résonner le son jazz latino et Ibrahim Ferrer Jr. des airs cubains. Côté dan

Continuer à lire