Fosse laisse sceptique

Nadja Pobel | Lundi 16 décembre 2013

Photo : Manon Valentin


Comme souvent chez l'écrivain norvégien Jon Fosse, il ne se passe rien dans le court texte Violet (publié en France en 2005 avec Rêve d'automne). Un groupe de jeunes musiciens s'apprête à répéter, mais la présence d'une fille crée le trouble. On ne sait pas vraiment si elle est avec l'un d'eux, si un autre la convoite. Ils ne se disent que des banalités. Tout étant propret, malgré la description d'une cave un peu crade, on pourrait se croire dans le garage de José, Sébastien, Nicolas & co., les fameux garçons des années phares d'AB Productions. D'ailleurs, comme eux, ils ne savent pas jouer de quoi que soit et l'affirment à l'envi.

Le jeune metteur en scène Mathieu Gérin, assistant de Claudia Stavisky sur plusieurs de ses récents spectacles, a toutefois su trouver une direction d'acteurs sensible dans ce texte éminemment casse-gueule. Annabelle Hettmann par exemple, pieds en dedans, genoux tournés vers l'intérieur, mine boudeuse et tête basse, se glisse avec finesse dans ce personnage fade. Mais l'ensemble, minimaliste, pêche paradoxalement par manque de simplicité, notamment à cause dudit décor, presque bling bling, qui laisse le spectateur de côté d'entrée de jeu, les comédiens semblant évoluer dans une cage de verre, trop belle pour correspondre aux mots de l'auteur, trop hermétique pour y insuffler de la vie.

Le travail sur le son (en sourdine par moments, exagérément fort à d'autres), intéressant mais qui aurait gagné à être poussé plus loin, ne permet pas de rattraper une pièce qui avait pourtant, dans les murs un peu branlants de l'Elysée, un cadre idéal. Reste aussi cette question centrale et gênante : Jon Fosse avait-il vraiment quelque chose à nous dire ?

Nadja Pobel

Violet
Au Théâtre de l'Elysée, jusqu'au vendredi 20 décembre


Violet

De Jon Fosse, ms Mathieu Gerin, Chœur des fous, 45 min. Dans les sous-sols d'une usine désaffectée, un garçon invite une fille à visiter le lieu de répétition de son groupe de musique
Théâtre de l'Élysée 14 rue Basse-Combalot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Parie ici ta sortie : "Action ou vérité"

Cap ou pas cap ? | de Jeff Wadlow (É.-U., 1h40) avec Lucy Hale, Tyler Posey, Violett Beane…

Vincent Raymond | Lundi 30 avril 2018

Parie ici ta sortie :

Springbreak pour Olivia et ses potes, qui vont se soûler au Mexique. Sur place, ils suivent un étudiant dans une église abandonnée et se défient à “Action ou vérité”. Au retour, ils découvrent avec effroi qu’une malédiction les condamne à prolonger le jeu sans fin sous peine de mort… Issue de la très prolifique maison Blumhouse Productions (Get Out, Happy Birthdeath), cette bien sympathique série B s’inscrit sans trembler dans les rails d’un cinéma de genre que les ongles des victimes de Destination finale (1, 2, 3, 4, 5) ou Urban Legend (1, 2) ont déjà largement labouré — sans parler des griffes de Freddy Krueger. Le principe ne varie pas d’un iota : les membres d’une troupe d’écervelé·e·s ayant commis individuellement et/ou collectivement une forme de sacrilège doivent subir une vengeance plus ou moins paranormale avant de périr à tour de rôle selon des protocoles rivalisant en raffinement. Le procédé étant relativement mécanique, et malgré les coups de théâtre cout

Continuer à lire

La faim du fin

SCENES | Adepte des textes d'auteurs contemporains, Gabriel Dufay crée et joue "Ylajali", variation de Jon Fosse sur la pauvreté. Loin de s'engluer dans un univers glauque, il signe un spectacle inventif et parfois déchirant. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Lundi 27 mai 2013

La faim du fin

La misère est peut-être moins pénible au soleil. Mais sur le plateau noir, ténébreux et venteux des Célestins, elle suinte par tous les pores du comédien et metteur en scène Gabriel Dufay. Quand le jour se lève sur la scène, en début de pièce, il fait encore nuit. A peine distingue-t-on un paysage brumeux au loin, sur une toile peinte du plus bel effet, puis un homme errant. Il arpente l'espace dans tous les sens, se cogne à un lampadaire, découvre un autre homme caché sous un monticule de feuilles mortes et s'entend demander à de nombreuses reprises «Où habitez-vous ?». Mais le personnage principal de cette pièce écrite par Jon Fosse, d'après le roman de Knut Hamsun, culte pour des générations de norvégiens, Faim, n'a pas de domicile. Ce qui constitue la vie normale des uns n'a rien à voir avec la sienne. Cette différence qui se répercute sur tout (comment entrer en amitié, en amour quand on n'a pas de toit ? Comment se nourrir ? Comment s'habiller ? Comment dialoguer normalement avec un inconnu ?) n'est pas montrée de manière ostensible, elle ne se perçoit que par le travail pertinent d'une mise en scène qui ne sombre jamais dans

Continuer à lire