Vincent Dedienne : profession amuseur

SCENES | Et si l’humour et le théâtre se réconciliaient ? C’est ce que propose le jeune comédien Vincent Dedienne avec son spectacle "S’il se passe quelque chose" : un seul-en-scène alternant sketchs savoureux et textes plus personnels. Un véritable bijou, accessible et excellemment bien écrit, que l’on vous invite à découvrir dans le cadre des 20 ans du "Petit Bulletin" – oui, le journal se la joue programmateur ! Mais au fait Vincent, qui êtes-vous ?

Aurélien Martinez | Mardi 18 février 2014

Photo : Louise Rossier


Comment un comédien de formation classique, après avoir joué divers grands auteurs (Hugo, Molière, Duras...), se retrouve à faire un spectacle d'humour ?

Vincent Dedienne : Parce que j'en rêve depuis que j'ai découvert le théâtre par ce biais. Muriel Robin, Pierre Palmade... : ce sont eux qui m'ont donné envie de faire le métier de comédien. L'idée d'être seul en scène m'a toujours excité. Avant de connaître Shakespeare, Claudel ou je ne sais qui, je pensais que le théâtre c'était ça : uniquement des gens qui écrivent leurs propres textes et qui les disent seuls en scène. J'y suis donc revenu quand j'ai eu un peu moins de travail, pour voir comment ça pouvait se réconcilier avec une formation classique.

Avec l'idée d'être mieux armé grâce à cette formation (à l'école de la Comédie de Saint-Étienne) ?

Ce n'est pas tant d'être armé... Dans une école supérieure d'art dramatique, quand tu fais justement de l'art dramatique, il y a l'idée que c'est honteux d'avoir l'ambition d'être un amuseur. Être acteur et amuseur, c'est une paire qui ne va pas de soi. Alors que je trouve que c'est le même métier – celui que je voulais faire petit ! C'est donc plutôt : à un moment, rien à faire, j'assume ce désir. Je pourrais l'enfouir et me dire que je ne suis pas un amuseur, que je ne rêve pas de l'être. Mais je préfère m'assumer et voir quel amuseur je peux être en utilisant la plus-value qui me vient de la formation reçue.

D'où l'idée que S'il se passe quelque chose soit présenté comme un seul-en-scène, et non comme un one-man-show...

Être un amuseur, ce n'est pas la même chose qu'être un comique comme on l'entend aujourd'hui. Ça ne peut donc pas être un one-man-show, je ne peux pas être un humoriste ou un comique, parce que je n'ambitionne pas de faire marrer les gens. J'ambitionne de faire un spectacle, c'est ça que j'aime ; pas les blagues... Après, avec le terme seul-en-scène, le glissement sémantique façon Télérama est un peu risible, certes, mais on n'est pas obligé de dire seul-en-scène !

Comment a été pensé le spectacle ? Il y a dû, au début, avoir la peur de la page blanche ?

Il y a la page blanche longtemps, la paralysie en se disant : de quoi je vais bien pouvoir parler, moi qui n'ai que 24 ans – l'âge auquel j'ai commencé à écrire le spectacle –, moi qui n'ai vu que trois régions en France métropolitaine... Pendant plusieurs semaines, je me suis donc dit que je ne pouvais parler de rien car je ne connaissais rien ! Et puis un matin, il y a eu cette idée de sujet que je maîtrise finalement pas mal : moi ! En plus, ça tombe à un moment où je suis en pleine lecture de romans issus du courant de l'autofiction, ce qui confirme que j'ai du goût pour les gens qui se racontent eux-mêmes, parce que j'y trouve de l'universalité. Donc c'est décidé, je vais le faire, tout en me moquant de l'idée que c'est forcément mégalo de faire un spectacle sur soi !

Ça peut être très mégalo, mais aussi très impudique...

Oui, ça m'a aussi fait peur. Quand j'ai commencé à écrire le spectacle, j'en répétais un sur Hervé Guibert [écrivain français qui a beaucoup utilisé l'autobiographie et l'autofiction – ndlr]. Lui, il a très vite rangé ces questions au grenier en affirmant que la pudeur et l'impudeur étaient la même chose, et qu'on ne pouvait écrire que sur soi. Du coup, cette peur de l'impudeur m'a quitté pendant l'écriture. Et puis, de toute façon, il y a des gens qui ne disent rien sur eux mais qui sont infiniment impudiques, alors que d'autres posent leurs tripes sur la table en le faisant, bizarrement, avec beaucoup de pudeur... C'est étrange la pudeur...

Le fait de ne pas avoir conçu le spectacle seul a-t-il aussi permis d'éviter les écueils de l'impudeur ?

La première mouture du spectacle faisait trois heures ! Mélanie Le Moine et Juliette Chaigneau [la première a participé à l'écriture, la seconde à l'écriture et à la mise en scène – ndlr] m'ont aidé à couper. On a notamment enlevé les choses beaucoup trop impudiques, où l'on sentait qu'il n'y avait pas assez de distance, que je réglais des comptes... Je ne le voyais pas, je pensais que tout avait la même valeur, qu'il n'y avait pas des choses plus douloureuses ou plus intimes que d'autres. Alors que si. Elles ont enlevé tout ce qui aurait pu empêcher cette universalité.

À quel moment de l'écriture sont arrivés les nombreux sketchs qui émaillent le spectacle ?

Le tout début, c'est les sketchs, c'est celui de Marie-Antoinette. Un jour, j'ai entendu la comédienne Dominique Reymond, invitée à la radio par Guillaume Gallienne, lire la lettre de Marie-Antoinette adressée à sa sœur avant d'être guillotinée. Du coup, j'ai eu l'idée d'écrire la réaction de la sœur. En parallèle, j'avais commencé un monologue plus personnel. Je me suis alors rendu compte que ce sketch et ce monologue étaient deux aspects de moi à des âges différents : les sketchs, c'est le goût pour l'humour que j'ai depuis tout petit, et le monologue, c'est vraiment mon expérience de lecteur à ce moment-là à travers Guibert.

Dans les sketchs, on perçoit l'influence d'humoristes stars comme Muriel Robin, Pierre Palmade, mais aussi Élie Semoun, Alex Lutz... Ce sont des références assumées ou inconscientes ?

C'est les deux en même temps. Inconscientes parce que, comme j'ai été très spectateur de ces gens-là, ça imprime forcément l'écriture et le jeu. Petit, j'ai fait la queue longtemps devant des zéniths pour être assis au premier rang d'Élie Semoun, de Pierre Palmade, même de Jean-Marie Bigard. Aujourd'hui encore c'est ma culture. Même avant d'avoir l'idée de faire ce spectacle, j'allais et à la Colline [théâtre parisien centré sur les écritures contemporaines – ndlr] et au Point Virgule [salle axée humour – ndlr].

Les sketchs du spectacle sont de véritables petites pièces (comme ceux des humoristes déjà cités), avec la création d'un personnage, d'une situation, d'une intrigue... On est donc loin d'une partie de la scène comique actuelle, issue de la culture stand-up, avec ses éternels thèmes mon mec / ma meuf, mes amis, mon téléphone, l'alcool... Là aussi, c'est assumé ou inconscient ?

Je ne me suis jamais dit que j'allais faire un truc à contre-courant de ce qui se passe maintenant. Mais simplement, comme je n'ai pas beaucoup de goût pour ce qui se passe maintenant, j'étais content de voir que ce qui sortait naturellement de ma plume et de celle de Juliette, ce n'était pas ça. On me dit souvent qu'il y a un côté un peu désuet dans le spectacle... En plus, je cite des gens que ma génération ne connaît plus trop, comme Jacqueline Maillan... Mais en même temps, comme je n'ai pas 45 ans, le tout donne une alchimie à mon avis marrante !

Le spectacle a été créé en mai dernier à Paris, mais une toute première version avait été présentée en octobre 2011 à Grenoble...
Oui. Et le théâtre a fait faillite après [Le Fitzcarraldo, devenu depuis La basse Cour – ndlr] !

Et depuis mai dernier, tout va très vite, avec notamment un succès rapide, ou encore le premier prix au dernier Montreux Comedy Festival (Suisse). C'est encourageant ou effrayant ?

C'est un peu effrayant, même si c'est plus encourageant qu'effrayant ! Ce qui est très encourageant surtout, c'est que ça me plaît de le faire. Au tout début à Grenoble, l'idée était de vérifier si j'aimais toujours être seul en scène. Est-ce que je n'allais pas m'ennuyer et avoir vite envie de retrouver des partenaires. Et, bien sûr, c'est aussi encourageant d'entendre les gens rigoler, de voir que le spectacle leur plaît !

Il plaît aussi à de grands noms de l'humour, comme François Rollin qui a récemment apporté sa patte...

C'est dingue, car je suis fan de François Rollin depuis très longtemps ! On s'est rencontrés par hasard à Paris, gare de Lyon, alors que j'étais en train d'écrire le spectacle. Je lui ai envoyé le texte, puis ensuite la vidéo de la première. C'est après ça qu'il s'est rendu compte que l'ensemble lui plaisait bien, mais qu'il manquait un petit quelque chose. Petit quelque chose que, du coup, on a décidé de chercher ensemble.

Un autre nom connu est récemment entré dans la boucle : c'est Laurent Ruquier, via sa boîte de production. Sachant que, contrairement à ce que l'on pourrait croire, il ne produit que deux autres artistes (Gaspard Proust et Michael Gregorio) : ça laisse présager une belle carrière au spectacle !

On n'en sait rien ! Ruquier, Rollin, moi, on ne peut rien prévoir. Il n'y a que le public qui va faire ou non le succès du spectacle. Mais bien sûr, j'ai énormément de chance, parce que j'aurais peut-être mis cinq ans à faire seul ce qui maintenant va prendre un mois, parce que je suis entouré d'une équipe formidable.

L'avenir, c'est donc le développement du spectacle... Ce qui, on imagine, ne veut pas dire l'abandon du théâtre plus classique par exemple ?

J'espère. Je veux tout faire ! Quand j'étais petit, je disais que ma vie idéale serait de faire un one-man-show en janvier, en février un Claudel, en mars un spectacle de danse, en avril de la radio... Je trouve qu'un comédien a plus de facettes que ce dont on a l'habitude en France. Du coup, si je développe mon spectacle l'année prochaine, j'espère qu'on me laissera la possibilité de faire autre chose dans deux ans. J'ai notamment hâte de rejouer de grands auteurs...

S'il se passe quelque chose, lundi 24 février à 20h au Théâtre 145. Réservations sur www.digitick.com ou au 04 76 84 79 30


Vincent Dedienne / "S'il se passe quelque chose"

Programmé dans le cadre des 20 ans du Petit Bulletin. Un seul-en-scène de et avec Vincent Dedienne, écrit avec la collaboration de Juliette Chaigneau et Mélanie Le Moine. Mis en scène par Juliette Chaigneau et Vincent Dedienne, sous l'œil très complice de François Rollin.
Théâtre 145 145 cours Berriat Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


S'il se passe quelque chose

Seul-en-scène de Vincent Dedienne, à partir de 12 ans
Le Coléo Avenue Jean-François Champollion Pontcharra
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un seul être vous manque...

La rentrée théâtrale | Des spectacles par centaines au programme. Lyon et son agglo regorgent de propositions théâtrales mais il manque toujours des noms majeurs du théâtre contemporain.

Nadja Pobel | Lundi 10 septembre 2018

Un seul être vous manque...

Bien sûr, nous ne nous ennuierons pas cette saison en matière de théâtre à Lyon et dans les alentours, tant il y a un foisonnement d’offres et pourtant, lorsqu'à la fin du printemps, nous prenions connaissance de ce qui ferait nos soirées prochaines, s'imposaient d'abord les absents. Cruel constat qui n'est pas neuf sous nos cieux gaulois. L'ex-enfant terrible du théâtre français – qui désormais gesticule beaucoup, soit - Vincent Macaigne ? Jamais venu. Christiane Jatahy, metteuse en scène brésilienne qui a fait les beaux jours de la Comédie-Française avec sa version très populaire, limite démago de La Règle du jeu de Renoir et qui a signé une version des Trois sœurs tcheckhoviennes renversante et renversée par des écrans vidéo qu'elle manie parfaitement ? Pas là. Et surtout, Milo Rau, l'artiste européen majeur actuellement, de surcroît francophone ? Aucune trace. Les Lyonnais n'ont eu la chance de connaître son travail que via Hate radio programmé à Sens interdits en 2015 (le festival, off cette année, fait tout de même revenir la très agitante polonaise Martha Gornicka avec H

Continuer à lire

Vincent Dedienne : « La scène, un lieu sacré »

Seul en scène | Alors qu'il s'apprête à jouer (à guichet fermé) les dernières dates de son seul en scène si émouvant, Vincent Dedienne nous parle, avec une sincérité qui n'est pas si commune, du théâtre, de son amour du jeu, du cinéma à venir et de cette diversion qu'est la télévision. Sans oublier la joie.

Nadja Pobel | Mardi 26 septembre 2017

Vincent Dedienne : « La scène, un lieu sacré »

Vous avez suivi une des formations les plus solides pour un comédien en France, la Comédie de Saint-Etienne. Comment y êtes- vous arrivé ? Vincent Dedienne : Comme je voulais faire du spectacle quand j'ai découvert Muriel Robin, j'ai fait un bac théâtre. J'ai dû aller pour cela à Chalon sur Saône, le seul endroit où il y avait cette option dans mon département. Puis je ne savais pas quoi faire après le bac alors je suis allé à Lyon en fac d'art du spectacle. Alors c'était déjà... à Bron (rires). C'était très théorique or je pensais que j'allais jouer la comédie. J'y suis donc peu allé et j'ai entendu parler de l'école de la Scène du Saône. J'ai passé le concours l'année d'après. C'est là que je me suis fait tous mes copains et que j'ai joué beaucoup. Et un garçon de ma promo, Gabriel Le Chevallier, passait les concours des grandes écoles ; je lui ai donné la réplique à Rennes. On a fait 9h de train pour trois minutes de scène. Après il passait Saint-Étienne ; là je me suis inscrit aussi parce que ça faisait trop de train pour même pas avoir un peu de trac. Je n'ai passé que Saint-Étienne. J'ai été pris. Si je passais ces concours aujourd'

Continuer à lire

Vincent Dedienne : cap sur le cinéma !

ECRANS | Alors qu'il termine sa tournée le 31 décembre avec son seul-en-scène Il se passe quelque chose (à guichets fermés au Radiant et au Toboggan), Vincent (...)

Nadja Pobel | Jeudi 21 septembre 2017

Vincent Dedienne : cap sur le cinéma !

Alors qu'il termine sa tournée le 31 décembre avec son seul-en-scène Il se passe quelque chose (à guichets fermés au Radiant et au Toboggan), Vincent Dedienne passe devant la caméra. Dans une interview qu'il nous a accordé ce mercredi 20 septembre, il nous précise qu'il tourne très prochainement dans un film de Marie-Castille Mention-Schaar (réalisatrice du Ciel attendra), un film choral dans lequel il joue le fils de Nicole Garcia. À leurs côtés se trouvent Clotilde Courau, Gustave Kervern, Carmen Maura. Ensuite, il tournera dans Premières vacances, écrit par Camille Chamoux et réalisé par Patrick Cassir avec Camille Cottin, Jérémie Elkaim et Jonathan Cohen. Enfin viendra un film avec Josiane Balasko en janvier. Au théâtre, il sera Porte Saint-Martin dès le 16 janvier dans Le Jeu de l'amour et du hasard de Marivaux, mis en scène par Catherine Hiegel avec Nicolas Maury (vu chez Cantarella et dans 10 pour cent) et Clotide Hesmes.

Continuer à lire

6 pièces de théâtre à réserver sans tergiverser

Sélection | Les cadors on les retrouve aux belles places, nickel comme disait le chanteur. La preuve par six.

Nadja Pobel | Mardi 5 septembre 2017

6 pièces de théâtre à réserver sans tergiverser

Vincent Dedienne Bien sûr, ce spectacle n’est pas neuf. Il date même de 2013. Mais voilà, c’est la fin d’une tournée triomphale méritée et largement médiatisée par l’aura de ce chroniqueur passé par Inter et Canal +, avant de livrer des revues de presse redoutables chez Yann Barthès. Au commencement, Vincent Dedienne est un comédien brillant qui, contrairement à la plupart des ses confrères solistes et humoristes, sait occuper un plateau. Et qui, à la place de blagues politico-foireuses se met à nu avec une délicatesse tout simplement bouleversante. Il signe là l’un des grands spectacles de théâtre de ces dernières années. Au Radiant les 19, 20, 25 et 26 septembre, les 20 et 21 octobre, et au Toboggan le 27 septembre Bovary par Tiago Rodrigues Il l'avait créé dans le Théâtre National de Lisbonne qu'il dirige. Devenu coqueluche de l'Hexagone (malgré l'ennuyeux Sopro présenté à Avignon cet été), le très doué Tiago Rodrigues présente sa version du roman de Flaubert, avec notamment Jacques Bonnaffé et Grégoire Monsaingeon (vu chez Gw

Continuer à lire

Vincent Dedienne de retour à la salle Rameau

SCENES | Vous n'avez toujours pas vu l'excellent seul-en-scène de Vincent Dedienne ? Alors qu'il l'a récemment joué pas moins de huit soirs à l'Espace (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 27 mai 2015

Vincent Dedienne de retour à la salle Rameau

Vous n'avez toujours pas vu l'excellent seul-en-scène de Vincent Dedienne ? Alors qu'il l'a récemment joué pas moins de huit soirs à l'Espace Gerson ? Vous ne faites aucun effort. Mais le successeur de Stéphane de Groot au Supplément de Canal + n'est pas rancunier : il sera de retour à Lyon le 12 mars 2016, à la Salle Rameau. Oui, ce n'est pas pour tout de suite. Mais comme notre coqueluche n'est plus uniquement la nôtre, on préfère vous prévenir en avance.

Continuer à lire

Pas juste pour rire

SCENES | L'année café-théâtre 2014 s'est terminée sur une création hors-normes comiques de Dominic Palandri (New York Paradis). Amusant hasard : 2015 débutera sur une (...)

Benjamin Mialot | Mardi 6 janvier 2015

Pas juste pour rire

L'année café-théâtre 2014 s'est terminée sur une création hors-normes comiques de Dominic Palandri (New York Paradis). Amusant hasard : 2015 débutera sur une tentative similaire de son complice Jacques Chambon, Les Sentinelles (20 février au Karavan), une intrigante «tragédie burlesque sur l’incapacité des hommes à se reconnaître dans l’autre». Autre auteur et metteur en scène pas-que-drôle, Jocelyn Flipo présentera lui Sale mentor (à

Continuer à lire

Annulation du spectacle de Vincent Dedienne

SCENES | Ce devait être l'événement (café)-théâtral de la semaine, il n'aura finalement pas lieu : la représentation du 26 juin à la salle Victor Hugo de S'il se passe (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 25 juin 2014

Annulation du spectacle de Vincent Dedienne

Ce devait être l'événement (café)-théâtral de la semaine, il n'aura finalement pas lieu : la représentation du 26 juin à la salle Victor Hugo de S'il se passe quelque chose, l'excellent seul en scène de Vincent Dedienne, est annulée. Informées ce matin d'un préavis de grève des personnels la Ville de Lyon (à laquelle appartient le lieu), les sociétés Rain Dog Productions et Ruq Spectacles ne se retrouvent plus en mesure de garantir son bon déroulement. Dans l'attente d'une éventuelle date de remplacement, les porteurs de billets pour ce spectacle pourront obtenir le remboursement de leurs places auprès des points de vente où ont été effectuées les réservations.

Continuer à lire

Profession : amuseur

SCENES | Et si l’humour et le théâtre se réconciliaient ? C’est ce que propose le jeune comédien Vincent Dedienne avec son spectacle "S’il se passe quelque chose", un seul-en-scène alternant sketchs et textes plus personnels. Un véritable bijou, accessible, drôle et surtout excellemment bien écrit. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 24 juin 2014

Profession : amuseur

Comment un comédien de formation classique, après avoir joué divers grands auteurs comme Hugo, Molière ou Duras, se retrouve à faire un spectacle d’humour ? Vincent Dedienne : Parce que j’en rêve depuis que j’ai découvert le théâtre par ce biais. Muriel Robin, Pierre Palmade : ce sont eux qui m’ont donné envie de faire le métier de comédien. L’idée d’être seul en scène m’a toujours excité. Avant de connaître Shakespeare, Claudel ou je ne sais qui, je pensais que le théâtre, c’était ça : uniquement des gens qui écrivent leurs propres textes et qui les disent seuls en scène. J’y suis donc revenu quand j’ai eu un peu moins de travail, pour voir comment ça pouvait se réconcilier avec une formation classique [à l’école de la Comédie de Saint-Étienne, NdlR].  Avec l’idée d’être mieux armé grâce à cette formation  ? Ce n’est pas tant d’être armé... Dans une école supérieure d’art dramatique, quand tu fais justement de l’art dramatique, il y a l’idée que c’est honteux d’avoir l’ambition d’être un amuseur. Être acteur et amuseur, c’est une paire qui ne va pas de soi. Alors que je trouve que c’est le même méti

Continuer à lire

Vincent Dedienne à la salle Victor Hugo

SCENES | Depuis sa création en mai 2013 à Paris, S'il se passe quelque chose, le seul-en-scène du jeune comédien Vincent Dedienne, fait beaucoup parler de lui – en (...)

Benjamin Mialot | Lundi 26 mai 2014

Vincent Dedienne à la salle Victor Hugo

Depuis sa création en mai 2013 à Paris, S'il se passe quelque chose, le seul-en-scène du jeune comédien Vincent Dedienne, fait beaucoup parler de lui – en bien, cela va sans dire. Du coup, Laurent Ruquier l'a récemment signé sur sa boîte de prod (qui ne s'occupe que de Gaspard Proust et Michael Gregorio), avec à la clé, notamment, trois mois non-stop à Paris à la rentrée. En attendant, ce spectacle mariant habilement humour et théâtre repassera par Lyon le mois prochain, après les dates de l'Espace Gerson en novembre dernier. Ce sera le jeudi 26 juin à la salle Victor Hugo, et c'est tout simplement immanquable.

Continuer à lire

Drôlerie extrême

SCENES | Qu’un jeune comédien monte seul sur scène pour parler de lui : l’idée, sur le papier, semble complètement mégalo. Mais "S’il se passe quelque chose" est tout le contraire : un spectacle de théâtre à l’humour mitraillette conçu par un auteur-interprète bluffant, tant dans l’écriture que dans le jeu. Son nom ? Vincent Dedienne. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Dimanche 3 novembre 2013

Drôlerie extrême

Formé à l’École de la Comédie de Saint-Étienne, Vincent Dedienne est ce que l’on appelle communément un comédien. Du Hugo, du Molière, mais aussi du Guibert : il a un CV qui fait son petit effet. Qu’un artiste au parcours classique se lance dans le one-man-show a quelque chose de surprenant. Et, dans ce cas précis, de captivant. Car il y a beaucoup de théâtre dans ce S’il se passe quelque chose. Un supplément d’âme (et de culture) qui se diffuse d’emblée sur le plateau, dès les premiers mots prononcés (ceux de Marguerite Duras). D’où l’idée que Vincent Dedienne ne fasse pas un one-man-show (terme sans doute trop connoté à ses yeux), mais un seul-en-scène (c’est même marqué sur l’affiche). Un glissement sémantique très Télérama comme dirait Gaspard Proust, qui devient une évidence ici. Oui, S’il se passe quelque chose est bien une pièce de théâtre, et Vincent Dedienne en est l’auteur-interprète ainsi que le sujet principal. «Mon autoportrait» Pendant 1h30, Vincent Dedienne parle donc de lui («un sujet qui n’a jamais été

Continuer à lire