Simon Delétang, un créateur de son temps

SCENES | Après un début de carrière rapide, Simon Delétang s'est pris les pieds dans le tapis revêche des Ateliers. Le voilà qui revient à ce qu'il sait le mieux faire, la mise en scène, avec "Un fils de notre temps". Portrait de ce trentenaire déjà vieux baroudeur du théâtre contemporain. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 27 janvier 2015

Photo : © Jean-Louis Fernandez


Tout commence par Jean Giraudoux. Non pas que ce dramaturge soit au panthéon de Simon Delétang, mais voilà, il est né sur les mêmes terres que l'écrivain, à Bellac (Limousin). Ses parents sont même impliqués dans la bonne tenue de la maison natale de l'auteur et dans le festival créé à sa mémoire. Le Centre Dramatique National de Limoges est pour Simon Delétang un lieu habituel qu'il fréquente très jeune et où d'ailleurs il s'ennuie souvent. C'est pourtant là, au théâtre, qu'il veut grandir.

Stage de 3e auprès d'un régisseur plateau («une révélation, dit-il, j'étais passionné par le travail avec les accessoires»), bac A3, licence à Paris 3 pour continuer à creuser l'histoire de la discipline puis l'ENSATT, où il rentre en 1999 à 21 ans : «Je n'en pouvais plus de la théorie, j'avais uniquement envie d'être sur le plateau, mais quelque chose me manquait» : la mise en scène, département qui n'existeait pas encore dans la prestigieuse école. S'il apprend à être comédien, c'est lui qui mène le projet de fin d'études de sa promo. Ce sera Roberto Zucco de Koltès, qui lui ouvre les portes de la vie professionnelle. «C'est le premier acte théâtral que j'ai vraiment osé, on m'en parle encore. Ça m'a permis de faire ma première création au Point du Jour, Woyzeck, d'être invité aux Ateliers par Gilles Chavassieux... C'était une sorte de carte de visite à Lyon.»

État de veille

Etranger à la notion de collectif, très en vogue et souvent à très bon escient (Chiens de Navarre, D'ores et déjà, La Meute...), Simon Delétang avoue sans ambages être un solitaire dans son travail, sans dramaturge, sans assistant. Toutes les pièces qu'il a montées évoquent d'ailleurs ce rapport de l'individu au groupe, comment l'homme croit trouver son salut dans la masse mais s'y noie, que ce soit chez Lars Noren (dans Froid, où trois nationalistes suédois fomentent des exactions, ou 20 novembre, récit du school shooting d'Emsdetten en Allemagne), chez Mark Ravenhill avec Shopping and fucking ou Éric Arlix et Jean-Charles Massera pour Le Guide du démocrate, critique d'une société de consommation qui sous couvert de promettre le bonheur renvoir chacun à sa solitude. Son travail sur Un fils de notre temps creuse ce même thème : un homme perdu s'engage dans l'armée "volontaire" pour tromper sa langueur mais y rencontre l'horreur. «J'ai eu cette expérience de la violence du groupe face à l'individu, que ce soit à l'école ou dans des clubs de sport, et j'ai de fait toujours été touché par les anti-héros» explique-t-il. «Ce qui m'intéresse est la faille, la fragilité, le destin brisé et en quoi cela peut transformer le regard sur le monde» poursuit-il.

Dans chacune de ses créations, Simon Delétang refuse le plateau nu, même quand il monte Manque de Sarah Kane, souvent donné avec quatre comédiens assis sur des chaises. «J'aime travailler avec la dimension plastique du décor, l'élégance des matériaux». Lui qui dit être obsédé par le fait que le spectateur ne s'ennuie pas a par ailleurs toujours réfuté le quatrième mur, même s'il admet maintenant être «moins volontariste ; je fais plus confiance à l'acteur et au récit». Autre idée fixe : que le spectacle dise quelque chose du monde. A cet égard, sans renier la longévité des Grecs ou de Shakespeare, c'est vers les auteurs contemporains qu'il s'est toujours tourné, notamment pour le caractère irreprésentable des viols ou meurtres qu'ils décrivent. «Mon plus grand choc de lecture fut Anéantis de Sarah Kane», sans nul doute l'ouvrage le plus percutant de la jeune Anglaise.

The show must go on

Cet attrait pour les textes du XXe siècle additionné à son envie d'aider d'autres metteurs en scène à se faire une place, l'a presque naturellement mené à diriger un lieu. Le Théâtre des Ateliers lui est confié en 2010, mais son fondateur Gilles Chavassieux ne lui laisse pas les coudées franches. Las, face à la passivité des tutelles publiques, il jette l'éponge deux ans plus tard. «Je ne regrette absolument pas d'être parti» affirme-t-il. Mais la blessure, profonde, sera longue à cicatriser. Après sa démission, il fait l'acteur pour Ludovic Largarde dans une trilogie Büchner, puis crée sa compagnie Kiss my kunst, avec laquel il retrouve aujourd'hui sa place de metteur en scène pour Un fils de notre temps, retour qu'il qualifie de «renaissance». La suite prendra la forme d'une création autour d'un artiste, comme il avait pu le faire en 2009 avec Heiner Müller le temps d'un spectacle galvanisant et interrogateur. En attendant, peut-être, de diriger une autre salle, lui, cet enfant de la décentralisation qui croit tant en la fonction des CDN.

 

Encadré - Un fils de notre temps

Dernier roman publié par Ödön von Horvath avant sa mort accidentelle à 37 ans en 1938, Un fils de notre temps, ici adapté pour trois acteurs, est dans la droite ligne de ce que fut le plus grand succès de l'Allemand, Casimir et Caroline, en cela qu'il évoque la confrontation de la jeunesse à la montée du fascisme. De cette véritable valse de personnages et de lieux, Simon Delétang en tire un travail impeccablement coordonné. Signifiant avec clarté (et beauté) l'ordre et le chaos par la disposition ou le retrait de bottes noires et jouant d'un mur à la fois opaque et lumineux, il crée une boîte de jeu grandeur nature pour son trio d'acteurs. Lequel, et notamment Thibault Vinçon, que l'on avait découvert en Lorenzaccio chez Claudia Stavisky en 2010,  porte haut ce texte désenchanté mais jamais naïf.

Aux Célestins jusqu'au samedi 31 janvier


Un fils de notre temps

D'après Ödön von Horváth, ms Simon Delétang. Un jeune chômeur se laisse tenter par la vie de soldat pour rompre avec la faim et l'isolement
Célestins, théâtre de Lyon 4 rue Charles Dullin Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Zapping

SCENES | Maintenir un jeune metteur en scène à la tête d’un théâtre serait-elle la dernière utopie en date du milieu culturel ? Alors que récemment encore, dans le (...)

Nadja Pobel | Vendredi 16 novembre 2012

Zapping

Maintenir un jeune metteur en scène à la tête d’un théâtre serait-elle la dernière utopie en date du milieu culturel ? Alors que récemment encore, dans le passionnant Mai, juin, juillet créé au TNP en octobre par Christian Schiaretti, on pouvait voir un double de Roger Planchon réclamer haut et fort, lors de la Déclaration de Villeurbanne en 1968, la nécessité de donner le pouvoir aux jeunes créateurs, quid de la réalité ? Simon Delétang, 34 ans, quitte la direction du Théâtre des Ateliers faute d’avoir pu en prendre totalement les rennes. Pourtant en 2008, une proposition de co-direction lui avait été faite pour assurer en deux ans la transition avec Gilles Chavassieux, directeur fondateur du lieu depuis 35 ans. Depuis plus d’une saison, Simon Déletang, comédien formé à l’ENSATT, était bien seul directeur dans la nomenclature mais devait cohabiter avec la figure tutélaire notamment auprès des financeurs (dans l’ordre, Etat, Région, Département – qui vient de baisser de 50% son apport – et Ville de Lyon). Las, Delétang reprend sa liberté heureux d’avoir pu grandi

Continuer à lire

Société, mode d’emploi

SCENES | Qui sont ces démocrates vivant sous la dictature de Facebook, du téléphone portable et de la nourriture bio ? Nous tous. Dans sa nouvelle création, Simon Delétang, en partance du théâtre des Ateliers, laisse place à la parole des marketeurs et d’un couple de consommateurs déboussolés. Un miroir grossissant de nous-mêmes. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 16 novembre 2012

Société, mode d’emploi

«Le capitalisme, le désert, le chaos. On est bien. C’est super». Tout est dit. Le monde court à sa perte, chacun de nous participe à sa chute mais faute d’avoir su recréer un collectif solide («l’avantage des petits groupes, c’est que ça fait pas de révolution» nous dit violemment le texte) pour adoucir la pente, alors autant trouver son bonheur individuellement. Après avoir accueilli le tonitruant We are l’Europe de Jean-Charles Massera il y a deux ans, Simon Delétang a souhaité travailler avec l’écrivain et critique d’art. Il mêle donc ici quelques extraits de cette pièce déjantée à un corpus plus important, Le Guide du démocrate, les clés pour gérer une vie sans projet, sorte de manuel écrit à quatre mains (par Massera donc, et Eric Arlix, écrivain et éditeur), et trouve ainsi un moyen malin d’amener le politique sur son plateau. Simon Delétang avait déjà précédemment malaxé l’existence de ses contemporains avec les faits divers (Froid,

Continuer à lire

Corps au chœur

SCENES | Critique / «Pourquoi tu bois autant ? - Les clopes ne me tuent pas assez vite». Manque de Sarah Kane n’est pas une pièce de théâtre comme on les imagine, (...)

Dorotée Aznar | Lundi 16 mai 2011

Corps au chœur

Critique / «Pourquoi tu bois autant ? - Les clopes ne me tuent pas assez vite». Manque de Sarah Kane n’est pas une pièce de théâtre comme on les imagine, avec un début, une fin, des personnages bien définis. Dans son avant-dernière pièce, la jeune auteur britannique a en effet imaginé un chœur de quatre «voix», qui ne portent pas de nom mais des lettres et qui, sur scène, racontent leur impossibilité à vivre, à aimer, à être aimé en retour. Simon Delétang s’est saisi de ces morceaux de «puzzle» pour leur donner vie. Le metteur en scène nous plonge dans les locaux d’une entreprise où l’on s’agite, range, brasse de l’air, se rencontre autour d’une machine à café transformée en juke-box diffusant des tubes de chanteurs suicidés. Dans ces locaux sans âme, deux couples guindés s’affrontent, s’étreignent maladroitement, tentent de soumettre l’autre à leur désir ou disent ce fameux manque. En donnant «corps» au chœur, Delétang fait entendre avec précision les mots de Kane et son humour, féroce. Delétang et ses quatre comédiens osent tout (mention spéciale à Constance Larrieu) sans jamais nuire à la justesse de l’ensemble. Et progressivement, la légèreté se dis

Continuer à lire

Le Goût des autres

SCENES | Entretien / Simon Delétang, directeur du Théâtre Les Ateliers met en scène «Manque» de Sarah Kane. Propos recueillis par Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Lundi 16 mai 2011

Le Goût des autres

Le Petit Bulletin: «Manque» est une pièce d’un genre un peu particulier. Des personnages sans nom qui parlent, mais ne se répondent pas forcément…Simon Delétang : Manque est une pièce complexe à mettre en scène. L’écriture de Sarah Kane va vers la disparition du théâtre, elle cherche à investir la poésie comme un champ possible pour son écriture et, avec «Manque», le projet c’est de voir comment un poème peut être théâtral. Sarah Kane était auteur mais également metteur en scène. Avait-elle imaginé de mettre en scène «Manque» ? Son idéal pour cette pièce était un théâtre radiophonique sans aucune forme d’illustration, d’incarnation, mais simplement des voix que l’on entend. On ferme les yeux, on écoute, comme une sorte de pièce intérieure, des âmes qui parlent, qui parfois se répondent et parfois non. Sarah Kane s’est inspirée d’une pièce de Fassbinder qui s’appelle Preparadise sorry now qui est une suite de petites séquences où les personnages sont désignés par des lettres et d’un poème de T.S. Eliot, La Tette vaine. Elle a également pris des extraits du Livre de Job,

Continuer à lire

Fait d’hiver

SCENES | Simon Delétang met en scène “Le 20 novembre“ de Lars Norén au Théâtre Les Ateliers. Une pièce coup de poing livrée avec subtilité par un comédien d’exception. Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Lundi 15 novembre 2010

Fait d’hiver

«Vêtu de noir, le visage masqué et ceinturé d’explosifs, un ancien élève d’un collège du nord-ouest de l’Allemagne âgé de 18 ans a semé mercredi matin la terreur dans l’établissement, tirant au hasard et faisant plusieurs blessés dont certains graves avant de se donner la mort». Ce fait-divers s’est déroulé le 20 novembre 2006. Quelques semaines plus tard, Lars Norén, auteur suédois, décide d’écrire sur ce jeune homme qui a prémédité l’assassinat d’écoliers et d’enseignants avant de se donner la mort. Il livre un monologue qui retrace les heures précédant la tuerie et tente de répondre à la question que tous se sont posée : pourquoi ? Les deux tiers du texte de Lars Norén reprennent très exactement le journal intime de Sebastian Bosse. Il y raconte les souffrances ordinaires d’un adolescent qui ne répond pas à ce que le système scolaire et la société attendent de lui et sa réponse, extraordinaire, à cette exclusion. Norén ne juge jamais Sebastian. Une écriture sèche, froide, heurtée traduit la violence qui s’annonce et rend difficile le travail de mise en scène. Là où il aurait été simple de montrer un déséquilibré fasciné par la violence, là où on aurait imaginé un personnage agre

Continuer à lire

L'Europe du théâtre

CONNAITRE | Festival / À défaut d'avoir une Europe économiquement fiable et solide, il semblerait que l'Europe du théâtre se porte bien, merci. Le festival Les (...)

Nadja Pobel | Jeudi 20 mai 2010

L'Europe du théâtre

Festival / À défaut d'avoir une Europe économiquement fiable et solide, il semblerait que l'Europe du théâtre se porte bien, merci. Le festival Les Européennes passe le cap des dix ans cette année et propose de découvrir sept auteurs mis en jeu par des metteurs en scène français. Parmi les dramaturges, le hasard fait qu'il y a trois allemands. «Ce n'est pas tout a fait une coïncidence, corrige Simon Delétang, directeur du théâtre des Ateliers et programmateur de ce festival, les traducteurs de cette langue sont très actifs». Lors de cette édition, plus encore encore que les saisons passées, Simon Delétang tient à mettre en avant le travail des traducteurs : «ce sont in fine, leurs textes aussi que l'on montre au public». De sensibilité germanique (sa dernière création concernait la vie d'Heiner Müller), il reconnaît que la langue allemande est particulièrement difficile à transposer en français : «la capacité de théâtralité du texte original ou traduit est même très différente». Une table ronde est donc consacrée au métier de traducteur samedi 29. Le Nord de l'Europe sera décidément bien représenté avec les textes du Danois Christian Lollike et du Norvégien Arne Lygre. Si le choix

Continuer à lire

Müller sous acides

SCENES | Théâtre / Drôle d’objet théâtral que propose Simon Delétang, le nouveau co-directeur du Théâtre les Ateliers, jusqu’au 4 décembre. En bon fan, le metteur en scène se (...)

Dorotée Aznar | Lundi 23 novembre 2009

Müller sous acides

Théâtre / Drôle d’objet théâtral que propose Simon Delétang, le nouveau co-directeur du Théâtre les Ateliers, jusqu’au 4 décembre. En bon fan, le metteur en scène se livre à une déclaration d’amour à Heiner Müller, figure emblématique et anti-conformiste du théâtre allemand, décédé en 1995. Il ne choisit pas de monter l’une de ses pièces dans son intégralité, mais de lui rendre hommage en réunissant différents matériaux : interviews à la presse (un art dans lequel Müller était passé maître), conversations, moments d’intimité, extraits de pièces… Et c’est là que le bât du fan blesse ; Simon Delétang veut en dire et en montrer beaucoup, multipliant les décors, les genres, les musiques, les images, les références et les plaisanteries. Au risque de noyer son discours sous une montagne d’effets et de laisser le spectateur un peu lessivé après plus de deux heures de spectacle mené avec une énergie folle (surtout si le spectateur ne maîtrise pas la langue allemande). Et c’est vraiment dommage, car, comme à son habitude, Delétang fait le choix d’un théâtre bordélique et joyeux, intelligent et sans prétention mais qui aurait mérité, pour le coup, un peu plus de simplicité. Dorotée Aznar

Continuer à lire

(R)évolutions

CONNAITRE | Théâtre / Question : que devient un festival après neuf années d’existence ? Réponse : «soit il s’arrête, soit il s’enrichit», selon Simon Delétang co-directeur (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 7 mai 2009

(R)évolutions

Théâtre / Question : que devient un festival après neuf années d’existence ? Réponse : «soit il s’arrête, soit il s’enrichit», selon Simon Delétang co-directeur du Théâtre Les Ateliers. C’est bien évidemment la seconde option qu’a choisie le metteur en scène, en charge de la programmation des Européennes cette année avec Sébastien Lepotvin. La neuvième édition de ce festival de mises en lecture de textes inédits fait ainsi la part belle aux metteurs en scène étrangers, invités à travailler avec une distribution imposée (tous les comédiens sont Lyonnais ou Stéphanois). Du côté des auteurs, on trouve aussi bien des noms qui ont déjà résonné dans ce théâtre comme l’Italien Antonio Tarantino que de jeunes plumes (Stephano Massini ou Dennis Kelly par exemple) dont les œuvres seront peut-être créées aux Ateliers les saisons prochaines. Les Européennes s’intéresseront également à la traduction et surtout aux traducteurs, grands oubliés des manifestations théâtrales. Un temps de réflexion, ouvert au public, autour «des écritures européennes, leur circulation, leur réception et la traduction» sera proposé le samedi 16 mai à 16h30. Ces nouvelles orientations, qui permettent de partir à la dé

Continuer à lire

Le grand débarquement

SCENES | Made in GB / Beaucoup plus rares dans nos salles de théâtre que leurs homologues allemands, les auteurs contemporains britanniques débarquent en nombre (...)

| Mercredi 12 septembre 2007

Le grand débarquement

Made in GB / Beaucoup plus rares dans nos salles de théâtre que leurs homologues allemands, les auteurs contemporains britanniques débarquent en nombre cette saison. Avec Edward Bond en éclaireur, désormais bien connu du public français. Deux de ses trois pièces qu'Alain Françon avait créées en 2006 à Avignon, Si ce n'est toi et Chaise seront reprises au Toboggan de Décines, programmées par le TNP (du 1er au 4 avril). De la même génération, mais beaucoup moins traduite et jouée chez nous, Caryl Churchill est pourtant familière du Royal Court Theatre de Londres où ses pièces sont régulièrement saluées. Catherine Hargreaves, grande défricheuse de textes anglophones, mettra en scène Un grand nombre, où un père, peu satisfait de l'éducation qu'il a prodiguée à son fils, l'abandonne et s'en voit proposer un second, identique. Si l'on se fie à la belle mise en lecture qu'elle avait proposée aux Européennes l'an passé (Machinal de Sophie Treadwell), la jeune metteur en scène devrait s'emparer avec brio du ton a priori comique et surréaliste de cette pièce, en mars aux Ateliers. Aux Ateliers également, mais en ouverture de saison cette fois (octobre), séance de rattrapage pour ceux qui rat

Continuer à lire