"Le Prince de Hombourg", souverain poussif

Nadja Pobel | Mardi 24 février 2015

Photo : Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon


S’il nous reste un souvenir empesé de ce Prince de Hombourg présenté en ouverture du dernier festival d’Avignon, ce n’est certainement pas à cause de son décor. Grandiose et modeste à la fois, la scénographie avait beau s'encombrer de peu d’éléments au sol, elle habillait à merveille la cour d’honneur du Palais des Papes. C’est que le metteur en scène Giorgio Barberio Corsetti sait depuis longtemps manier les projections vidéo, autorisant notamment ici son héros à chevaucher un animal dessiné à même les murs, tout comme il a su intelligemment jouer des ouvertures de la façade.

C'est plutôt côté rythme (les 2h20 que durent la pièce ne sont pas exemptes de longueurs) et distribution que l'entreprise pêche, Corsetti semblant avoir mis toute son énergie au service du héros éponyme (Xavier Gallais), attachant rêveur qui désobéit aux ordres de son supérieur militaire et part à l’assaut de ses ennemis suédois, là où l'aréopage de personnages plus classiques qui l'entoure est interprété sans véritable allant (celui d'Anne Alvaro en tête).

Reste la langue superbement versifiée d’Heinrich von Kleist, traduite ici par Eloi Recoing et Ruth Orthmann. Elle vaut presque à elle seule la vision de cette pièce, présentée au TNP de Villeurbanne du mercredi 25 février au dimanche 8 mars.

Nadja Pobel


Le Prince de Hombourg

De Von Kleist, ms Giorgio Barberio Corsetti, 2h30. Au combat, le prince de Hombourg transgresse les consignes et s'évade
Théâtre National Populaire 8 place Lazare-Goujon Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Prince de Hombourg

CONNAITRE | Parallèlement à l'exposition «Identités(s) en Slovaquie» inscrite dans Lyon Septembre de la photographie, l'Astrée entame sa rentrée théâtre. Françoise Maimone crée (...)

Nadja Pobel | Vendredi 3 octobre 2008

Le Prince de Hombourg

Parallèlement à l'exposition «Identités(s) en Slovaquie» inscrite dans Lyon Septembre de la photographie, l'Astrée entame sa rentrée théâtre. Françoise Maimone crée du 7 au 17 octobre une œuvre majeure du romantisme allemand, Le Prince de Hombourg, dernière pièce écrite par Heinrich von Kleist. Un militaire somnambule désobéit à ses supérieurs mais reste sous le joug de son père. Variation sur le conscient et l'inconscient, la soumission et la révolte, cette pièce avait été un échec lors de sa parution en 1811, Kleist s'était suicidé avec son épouse dans la foulée. Mais la pièce a depuis rencontré un écho retentissant dans la cour d'honneur du Palais des Papes à Avignon en 1951 avec le duo Jean Vilar – Gérard Philipe. Puis elle a été adaptée par de grands metteurs en scène tels que Peter Stein, Mathias Langhoff ou Daniel Mesguich.

Continuer à lire