Murgia et Celestini ravivent la lutte des classes

Nadja Pobel | Mardi 7 avril 2015

Photo : Hélène Legrand


Nous n'avons pas encore vu intégralement Discours à la nation, mais il nous apparaît nécessaire de se précipiter le voir au Théâtre de la Croix-Rousse du 8 au 11 avril pour trois raisons.

D'abord, son auteur (et metteur en scène), Ascanio Celestini, est un des plus passionnants du moment. Né en 1972, cet Italien est le chef de fil actuel du théâtre-récit initié par Dario Fo, cette façon de raconter le monde avec peu de décor et de faire du propos l'enjeu majeur d'une pièce via des acteurs transformés en porte-paroles.

En l'occurrence c'est David Murgia, co-fondateur du Raoul collectif (responsable du très inventif et fort en thème Signal du promeneur) et figure récurrente du jeune cinéma belge (Bullhead) qui s'y colle.

Il incarne ici des puissants qui se succèdent derrière un pupitre fait de cageots pour railler les «prolétaires de tous pays». Ce qu'interrogent en chœur Celestini et Murgia, c'est tout simplement la lutte des classes, dont tous deux soutiennent l'existence, le langage et son utilisation, sa manipulation surtout, devenant ici le nerf de ce qui est en vérité une guerre. «Dominant/dominé, ce sont des termes beaucoup plus beaux que bourreau/victime» explique l'un des protagonistes. Voilà qui est clair. Et salutaire.

Nadja Pobel


Discours à la nation

D'Ascanio Celestini, ms David Murgia, 1h20. Manifeste politique
Théâtre de la Croix-Rousse Place Joannès Ambre Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Murgia sur orbite au Théâtre de la Croix-Rousse

Théâtre | David Murgia. Il est des comédiens comme celui-ci que l'on suivrait n'importe où. Pour leur talent bien sûr, mais aussi parce qu'ils ont toujours quelque chose à nous dire de ce monde malade. Laïka en est une nouvelle preuve.

Nadja Pobel | Mardi 17 octobre 2017

Murgia sur orbite au Théâtre de la Croix-Rousse

À peine étions-nous assis dans cette patinoire (lieu phare du off d'Avignon) qu'il s'est mis à parler, parler et parler encore. Comme une victime d'accident déviderait tout ce qui vient de se dérouler sous ses yeux ahuris. David Murgia n'a pas cet état de sidération, il est même étonnamment tranquille. Il est habité par cette nécessité de livrer, à toute allure (sans jamais faire riper sa diction) ses récits et faire ainsi exister ceux qu'on voit peu, que la société laisse dans un coin, au bord des rues ou dans l'isolement bien pratique de leur habitat lorsqu'ils en ont un. Voici que le comédien raconte à un ami ce qu'il vient de raconter à des copains éphémères de bistrot : la vie de travailleurs pauvres, de malades d’Alzheimer ou d'une prostituée. Il n'y a rien de cafardeux dans l'heure quinze passée avec eux : dans ce texte, Ascanio Celestini a la politesse d'aimer ses personnages sans les stigmatiser ni les "héroïser". Être en bas de l'échelle sociale (le principe de classes existe toujours, n'en déplaise à ceux qui se tiennent tout en haut de la pyramide) n'est pas qu'une longue plainte. L'aplomb de la prostituée est à cet égard é

Continuer à lire

La parole est à l'adversaire

Théâtre de la Croix-Rousse | Fidèle à lui-même, le Raoul collectif questionne les grands maux de l'époque (propriété, consommation, politique) mais reste à la surface de ses sujets dans un décor trop strict. Avant une envolée finale enfin belle et absurde.

Nadja Pobel | Mardi 11 octobre 2016

La parole est à l'adversaire

Ne pas s’attendre à un spectacle formaté, linéaire et récitatif : le Raoul collectif souhaitait même ne pas parler dans cette création. Résultat, ils ne font que ça. Muets, bavards... ils n'ont pas le goût des choses simples mais une idée fixe : comprendre comment il est possible de grandir en ce monde mis sous cloche du capitalisme, du libéralisme assassin. Avec Le Signal du promeneur, les cinq membres issus du Conservatoire de Liège proposaient en 2009 une série de portraits de figures en marge (le faux médecin et vrai meurtrier Jean-Claude Romand, le navigateur Mike Horn, le héros d'Into the wild...) ayant dérapé, recrachant à la société ce qui la rend indigeste (la compétition, la destruction de la nature). Ici, le même quintet s'est donné rendez-vous pour la 347e et d

Continuer à lire

La saison théâtre 2016/2017 : Chroniques d'un mal annoncé

Quand le théâtre se penche sur notre époque | Des raisons d'espérer ? Il n'en reste pas beaucoup. La saison qui vient de s'écouler fut noire en France comme ailleurs. C'est à partir de ce terreau sombre, celui du Mal, que les artistes nous éclaireront le temps d'un spectacle. Voici les meilleurs à venir. De quoi ne pas (trop) se décourager. Et même de rire.

Nadja Pobel | Mardi 6 septembre 2016

La saison théâtre 2016/2017 : Chroniques d'un mal annoncé

Ce pourrait être l'événement (encore) de cette année : Acceso, porté par Roberto Farias, un inconnu au bataillon, est une pièce dont on ne se remet pas qui sera de nouveau à Lyon (aux Célestins, petite salle, du 8 au 19 novembre). On l'avait vu il y a un an ; le spectacle était programmé dans le si vivifiant festival Sens Interdits. Une heure durant, le comédien est seul sur une scène réduite au minimum et il circule, cherche à dire ce qu'a été, gamin, sa vie sous Pinochet : élevé par des prêtres qui le violaient mais lui donnaient, eux, de l'amour quand sa nation l'abandonnait. Le danger rôde dans la salle, accompagnant ce personnage qui maintenant ne craint plus rien. Farias épouse son rôle d'une manière absolument troublante, profondément déstabilisante. Pablo Larrain, cinéaste remarquable et remarqué (Ours d'argent pour

Continuer à lire

L'Appel au peuple de David Murgia

SCENES | Prenez quelques cageots, un acteur exceptionnel et Belge (David Murgia) et un auteur engagé et Italien (Ascanio Celestini) et vous voilà face à un (...)

Nadja Pobel | Mercredi 2 mars 2016

L'Appel au peuple de David Murgia

Prenez quelques cageots, un acteur exceptionnel et Belge (David Murgia) et un auteur engagé et Italien (Ascanio Celestini) et vous voilà face à un spectacle sur l'économie capitaliste d'une drôlerie et d'une justesse hautement recommandables. Discours à la nation sera de nouveau dans l'agglo au Radiant, le samedi 5 mars. C'est l'une des dernières occasions de le voir : sa création remonte à 2013. Murgia, qui a façonné son travail main dans la main avec Célestini, porte comme un étendard cette verve des possédants s'imaginant détenir la planète quand ils n'entretiennent que leur ego surdimensionné. « Le monde ne change pas, seule la place de l'homme change » nous dit-il narquois et méprisant, mais par cette surprenante mise en avant des soi-disant puissants, le duo made in Europe dresse un portrait en force de ceux qui subissent et ne peuvent qu'un jour se réveiller. Sans tomber dans la démagogie, ce fidèle du déglingué Raoul collectif fait preuve de son fascinant talent à raconter des histoires dépourvues d'accessoires superflus, flirtant adroitement avec le cinéma. NP

Continuer à lire

Une saison théâtrale sous le signe du politique

SCENES | Souvent taxé d’art vieillissant, le théâtre ne cesse pourtant, à l’instar des sociologues ou historiens, d’ausculter le monde contemporain. Cette saison, plusieurs auteurs décryptant la trivialité des rapports sociaux seront portés au plateau. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 8 septembre 2015

Une saison théâtrale sous le signe du politique

Christine Angot le déclarait fin août au Monde : «il n’y a pas de vérité hors de la littérature». Théâtre inclus. Le festival international Sens Interdits, en prise directe avec les maux du Rwanda, des réfugiés ou de la Russie, en sera une déflagrante preuve en octobre. Plus près de nous, avec la vivacité d’un jeune homme, Michel Vinaver (88 ans) a repris la plume pour signer Bettencourt boulevard ou une histoire de France, une pièce en trente épisodes mettant au jour les rouages de la fameuse affaire. Ne surtout pas chercher dans ce texte monté par Christian Schiaretti au TNP (du 19 novembre au 19 décembre) des règlements de comptes entre un chef d’État, une milliardaire et un photographe-abuseur, des comptes-rendus judicaires ou de grands discours. Vinaver fait de ses célèbres protagonistes les personnages d’une tragédie grecque contemporaine, remontant à leurs origines et évoquant leur rapport à la judéité, montrant ainsi, loin des polémiques, comment une vieille dame absolument sénile se laisse courtiser par un bellâtre peu scrupuleux. Ce simple jeu d’influence

Continuer à lire

Geronimo

ECRANS | De Tony Gatlif (Fr, 1h44) avec Céline Salette, Rachid Yous, David Murgia…

Christophe Chabert | Mardi 14 octobre 2014

Geronimo

Le début "kusturickien" de Geronimo, où l’éducatrice incarnée par la toujours géniale Céline Salette vient faire la leçon à des jeunes de banlieue turbulents, témoigne d’une jolie vivacité de la part de Tony Gatlif. Cette fraîcheur est toutefois de brève durée : plus qu’un banlieue-film revisité par ce spécialiste de la culture gitane, c’est un West Side Story d’aujourd’hui que raconte Gatlif, où deux bandes rivales, l’une turque, l’autre manouche, s’écharpent suite au mariage entre Nil et Lucky. Cela donne quelques séquences où l’affrontement est autant musical et chorégraphique que physique, mais la mise en scène peine à suivre cette énergie dégagée par ses protagonistes. La rigueur, c’est ce qui manque cruellement à Geronimo pour transformer en instants de cinéma ses intentions ; celles-ci sont pourtant intéressantes, notamment le travail sur les décors, mélangeant friches industrielles transformées en tags géants, nature sauvage et cités urbaines. Mais les personnages les traversent sans vraiment s’y fondre, comme si les mythologies éternelles — familles rivales, amour impossible, cœur pur sacrifié — peinaient à s’incarner dans ces corps fu

Continuer à lire

Des paroles et des actes

SCENES | Ils sont jeunes, misent sur l’acteur et adaptent des textes peu théâtraux. Ils font pourtant bel et bien du théâtre, avec un engagement total, signant des spectacles remuants et intelligents. Balade dans une saison marquée du sceau de cette génération éprise de narration. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 9 septembre 2014

Des paroles et des actes

Raconter. Parfois de manière saccadée ou par le prisme de plusieurs personnages. Mais dire le monde avec force et rage. Voilà l'intention qui semble traverser la saison théâtrale 2014/2015, portée par une génération qui ne tutoie pas encore les quadragénaires, quand elle n'a tout simplement pas encore franchi la barre des trente ans. Première pièce emblématique de ce constat : Les Particules élémentaires (aux Célestins en février). Houellebecq lui-même n’a pas quarante ans quand il écrit son deuxième roman, hybride à deux têtes où, à travers les vies de deux frères, l'une hippie, l'autre trop calibrée, se dessinent le désenchantement, l’annihilation du bonheur et l’avènement du clonage scientifique. Véritable gifle, sans concession avec son époque mais parcourue par un souffle romanesque évident, ce livre n’avait jamais été porté à la scène en France alors que nos voisins européens (et notamment les Allemands) s’en sont depuis longtemps délectés. Il a fallu attendre que Julien Gosselin sorte de l'école du Théâtre du Nord, à Lille, et que dès sa deuxième mise en scène, il prenne à bras le corps ce bouquin paru alors qu'il n’avait que onze ans. Av

Continuer à lire