Ibsen au menu de la Grande Tablée

SCENES | Travaillée par des anciens élèves de l’ENSATT constitués en collectif (La Grande tablée), la pièce "Les Piliers de la société" de l’inégalable Ibsen résonne toujours aussi fort en 2015 qu’à la fin du XIXe siècle. Mais la transcription sur le plateau du théâtre de l'Elysée manque de force malgré des comédiens de haut niveau. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 28 avril 2015

Photo : DR


Écrite en 1877, dix ans après Peer Gynt et juste avant une série de pièces inoubliables (Maison de poupée, Hedda Gabler, Le Petit Eyolf…), Les Piliers de la société est traversée par le même souffle politique et social qu'Un ennemi du peuple (1882). Il y est question de Karsten Bernick, un homme d'état qui, ayant construit une vie bien sous tous rapports avec une femme réduite au rôle d'accessoire, détient pouvoir et richesse. Mais dans la ville côtière où l'action prend place, affluent des bateaux qui charient des relents d'une Amérique lointaine et menaçante, et ramènent de vieilles connaissances promptes à démontrer à quel point les fondations sur lesquelles Bernick s'est bâti sont vermoulues.

Vieille Europe (déjà !) versus nouveau continent. Paternalisme et secret contre décadence et transparence. Telles sont les oppositions de valeur que met en lumière le récit. Mais Ibsen n'est pas si manichéen : il ne vénère pas tant les États-Unis qu'il s'adosse à leur image pour dire, par contraste, comment les notables participent au progrès tout en se jouant du peuple (et de la condition féminine) au nom d'un prétendu bien commun. Et déploie ce sens inouï de l'intrigue et cette modernité de propos qui lui valent encore d'être omniprésent sur les scènes de théâtre – ici celle de l'Élysée, où La Grande Tablée a fait de lui le pilier, justement, de sa première création.

Sables mouvants

Sortis de l'ENSATT il y a un ou deux ans, les membres de ce collectif ont fait le choix de travailler tous ensemble, comédiens comme techniciens, sans metteur en scène attitré, s'imprégnant des personnages au cours de nombreuses lectures avant même de savoir qui allait les interpréter.

La méthode n'est pas sans risque : lors de la première représentation, tout ce petit monde manquait de repères, d'autant qu'il évoluait dans un décor astucieusement instable (à l'image des personnages d'Ibsen) mais incitant au statisme – notamment durant la longue scène d'exposition, de surcroît opacifiée par le mélange des rôles.

Pour autant, il est indéniable que ces jeunes comédiens ont du talent (Joseph Bourillon et Pierre Cuq en tête). Mais le travail, même en collectif, nécessite la présence d'un chef de file à même de faire part d'observations impossibles de l'intérieur. Á ce spectacle propre quoique pour l'instant fragile, il manque surtout un peu de l'audace et de la rage que contiennent les textes d'Ibsen, ainsi que le résume ce trop anodin verre d'eau jeté à la tête d'un comédien pour signifier rien moins qu'une tempête.

Les Piliers de la société
Au Théâtre de l'Élysée jusqu'au 30 avril


Les piliers de la société

D'après Henrik Johann Ibsen, par la Cie La grande tablée. Un individu peut-il œuvrer pour la communauté de manière totalement désintéressée ?
Théâtre de l'Élysée 14 rue Basse-Combalot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un Oeil sur... La Grande Tablée

SCENES | En partenariat avec la Ville de Lyon, le Petit Bulletin vous présente les talents locaux qui feront parler d'eux demain. Quatrième épisode avec le collectif théâtral La Grande Tablée. Journaliste : Stéphane Duchêne - Réalisation : La Brêche - Crédit musique : Péthrol – Summer Rise

Benjamin Mialot | Mardi 14 avril 2015

Un Oeil sur... La Grande Tablée

Expression d’une certaine idée de la créativité autant que réaction à la morosité économique ambiante, le collectif est une forme d’organisation de plus en plus prisée par les jeunes artistes. C’est le cas de La Grande Tablée, regroupement d’émules de l’ENSATT qui présentera prochainement une mise en scène à plusieurs voix des Piliers de la société d’Ibsen au Théâtre de l’Elysée. Portrait d’une compagnie décidée à faire bouger les lignes.

Continuer à lire

Interview de Thomas Ostermeier

SCENES | Au lendemain de la triomphale première représentation de "Un ennemi du peuple" au TNP, Thomas Ostermeier a rencontré son public durant 1h30 au Goethe Institut, avant de nous accorder un entretien où il évoque inlassablement et passionnément son approche du théâtre... Nadja Pobel

Nadja Pobel | Jeudi 31 janvier 2013

Interview de Thomas Ostermeier

... en commençant par expliquer pourquoi, après avoir monté des auteurs contemporains (Sarah Kane, Jon Fosse, Lars Noren…), il a ces dernières années tiré nombre de spectacles de textes d'Ibsen ou Shakespeare.

Continuer à lire

Ostermeier ce norvégien

SCENES | Metteur en scène allemand de génie, Thomas Ostermeier monte pour la cinquième fois une pièce du norvégien Ibsen, "Un ennemi du peuple". Décryptage de cette filiation entre deux géants avant que Ostermeier lui-même ne vienne à la rencontre du public lyonnais au Goethe Institut. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 18 janvier 2013

Ostermeier ce norvégien

Depuis 2002, Thomas Ostermeier a monté cinq pièces d’Henrik Ibsen. S’il a commencé par ses classiques et brillantissimes pamphlets féminins et féministes (Une maison de poupée, qu’il a rebaptisé du nom de l’héroïne Nora, puis Hedda Gabler), il a poursuivi avec des textes empreints de politique : Solness le constructeur (monté entre les deux précédents), John Gabriel Borkman, Un ennemi du peuple aujourd’hui, et en mars Les Revenants créé (en français !) à Vidy-Lausanne. Dans l’intervalle, Ostermeier a fricoté avec d’autres et notamment Shakespeare (avec le foudroyant et déchaîné Mesure pour mesure). Mais inlassablement, Ostermeier revient à l’auteur norvégien qui, entre 1867 et 1899, signa une quinzaine d’oeuvres qui ont secoué la froide Scandinavie. Il ne suffit toutefois pas de jouer Ibsen pour s’apercevoir qu’il est infiniment contemporain. Encore faut-il malaxer son écriture, la raboter parfois, la modifier à l’occasion, à tout le moins lui porter un regard actuel pour ne pas la momifier dans le XIXe déclinant. Et dans 150 ans Ostermeier avait changé la fin d’Hedda Gabler

Continuer à lire