María Pagès : "Carmen est toutes les femmes"

SCENES | À 51 ans, María Pagès ose enfin se confronter au mythe de Carmen. Mieux : avec "Yo, Carmen", présenté cette semaine aux Nuits de Fourvière, la Sévillane, au fait de son art du flamenco, parvient à insuffler une profondeur inédite à l’héroïne de Mérimée. Nous l’avons rencontrée à Jerez de la Frontera, au cœur de son Andalousie natale. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 2 juin 2015

Votre spectacle s'intitule Yo, Carmen ("Moi, Carmen"). Quelle est votre Carmen ?
María Pagès :
C'est toutes les femmes. Je crois que le mythe de Carmen s'est construit pour de mauvaises raisons. Mérimée a mis en Carmen ses désirs d'homme pour exprimer ses passions. Mais Carmen est le nom le plus commun en Espagne ! Dans ma classe à l'école, il y en avait six ! Carmen c'est donc ma tante, ma cousine, la femme en général, ce n'est pas cette invention masculine. Elle peut bien sûr être sensuelle, mais c'est aussi la femme qui souffre. La situation de la femme a avancé mais pas beaucoup. Il faut toujours démontrer qu'une femme peut être forte, capable… Carmen était une femme sans voix, c'est l'homme qui parlait pour elle et si elle parlait on la tuait.

Votre Carmen se plie d'ailleurs à des tâches ménagères…
Oui, c'est important de montrer que c'est encore la femme qui s'occupe de la base de la société. On dit d'ailleurs "la langue maternelle". Pourquoi ? Parce que c'est la femme qui transmet la communication. Il faut mettre en valeur cela.

Carmen, selon vous, n'est pas qu'espagnole, mais aussi française, russe, américaine…
Oui, elle est le symbole de la parole. Pendant deux ans, j'ai été en tournée et j'ai eu l'opportunité de connaître les femmes d'ailleurs. J'ai parlé avec une geisha de 90 ans. Elle est vieille, mais a une fraîcheur admirable. J'ai parlé avec une femme nigérianne qui a quitté son pays car elle était persécutée. J'ai parlé aux gagnantes et aux perdantes de la vie, une actrice russe qui a vécu sous la période communiste… Et toutes les femmes du monde ont les mêmes désirs, les mêmes peurs, les mêmes blessures.

Vous nous parlez de ce qui vous a nourri. Vous n'auriez pas pu monter ce spectacle il y a vingt ans ?
Non. Comme toutes les personnes, j'ai vécu une transformation. J'ai vécu la mienne comme femme, artiste, directrice d'une compagnie, etc. Avant je n'étais pas prête pour convaincre de tout ce que je veux dire maintenant. Je suis sûre qu'on peut arriver à améliorer la situation des femmes quand on a un dialogue d'égal à égal avec les hommes. Ça commence dans les maisons, dans la vie privée.

Cette égalité existe-t-elle dans le milieu de la danse ?
Dans la profession, je ne connais pas cette inégalité, même si les hommes sont mieux payés que les femmes et que je ne comprends pas pourquoi. C'est vrai aussi que comme la majorité du public de la culture est féminin, un homme star peut être mieux considéré qu'une femme star. Par exemple, au Japon, 90% du public est féminin, c'est complètement fou.

Carmen c'est ma tante, ma cousine, la femme en général, ce n'est pas cette invention masculine. Elle peut bien sûr être sensuelle, mais c'est aussi la femme qui souffre. La situation de la femme a avancé mais pas beaucoup. Il faut toujours démontrer qu'une femme peut être forte, capable…

Vos costumes sont pourpres, alors que le flamenco est associé au rouge et au noir. Pourquoi avoir choisi ces couleurs ?
Le rouge est seulement présent au moment où le mythe prend place. Nos costumes sont comme la peau. Et je me suis demandée de quelle couleur pouvait être l'âme, à ne pas confondre avec la passion. Au Japon, j'ai appris que la passion intérieure, qui n'est pas la passion sexuelle, est violette. Par ailleurs, l'éventail n'est pas un folklore, c'est un instrument que j'adore et dont je me sers depuis toujours à Séville parce qu'il fait chaud. Chaque fois que je l'ouvre, c'est une façon de m'ouvrir moi-même. C'est pour ça que je l'ouvre sur du pourpre, sur moi.

Vous dansez un flamenco de plus en plus moderne. Y a-t-il encore des gens en Espagne qui le considèrent comme trop moderne ?
Bien sûr. C'est normal, car le flamenco c'est la cohabitation entre la tradition et l'évolution. Il faut respecter les deux. On a besoin de la tradition, c'est notre source. En même temps, l'évolution est nécessaire car sinon on meurt. On a besoin des deux.

En dehors du flamenco, quelles sont les chorégraphes contemporains que vous admirez ?
Je travaille avec Sidi Larbi Cherkaoui. C'est un ami. Mais je me souviens que la première danseuse contemporaine que j'ai vue de ma vie est Carolyn Carlson. Et je me suis dit : «Qu'est-ce que c'est que ca ?». J'arrivais à Madrid car il n'y avait pas de danse contemporaine à Séville. Ou si elle existait nous ne la voyions pas car il y a 40 ans, le flamenco prenait toute la place. Quand j'ai vu Pina Bausch, j'ai pleuré, c'était la délicatesse et la force en même temps. J‘aime beaucoup la danse contemporaine, car d'une certaine manière elle est plus proche du flamenco que la danse classique qui est pour nous complètement contraire à notre art. Quand on danse le flamenco, ça doit se faire de la meilleure manière pour soi. Le classique c'est le contraire : la technique commande, on ne peut pas s'exprimer sans technique en classique. Alors que j'ai vu des danseuses de flamenco merveilleuses sans technique. Je crois que la mentalité du contemporain est plus flexible.

Le vent en pourpre

Un jeu d'éventails blancs semble remuer par prestidigitation. Ils entament une danse : la première de cette nouvelle création de María Pagès. Puis arrive un éventail rouge. Carmen est là. Mais la muse de Mérimée perdra vite de cet éclat trop symbolique. Incroyablement soudée avec ses danseuses, la chorégraphe offre une puissante ode aux femmes. Des femmes qui ne sont pas qu'objets de désir, mais aussi travailleuses, exécutant avec art des mouvements de lavage de vitre. Dans une mue permanente, celle qui a su renouveler le flamenco depuis trente ans joue de la superposition des vêtements, approchant au fil du spectacle de sa véritable identité : une femme d'aujourd'hui, multiple – María Pagès a aussi voulu internationaliser sa Carmen via les textes de femmes écrivains, telle Marguerite Yourcenar et ses Mémoires d'Hadrien pour la France – et qui, bien sûr, n'exclut pas la gent masculine, représentée ici par trois danseurs et des musiciens épatants.

Yo, Carmen
Aux Nuits de Fourvière mardi 9 et mercredi 10 juin


Yo, Carmen

Par la Cie María Pagés
Théâtres romains de Fourvière 6 rue de l'Antiquaille Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Carmen Maria Vega : La Vida Loca

Portrait | À 35 ans, la chanteuse et comédienne lyonnaise Carmen Maria Vega publie Le Chant du bouc, récit d'une quête hallucinée, entreprise il y a presque une décennie au Guatemala. Celle de la terrible vérité sur son adoption et ses origines sur fond de trafic d'enfants.

Stéphane Duchêne | Mardi 14 janvier 2020

Carmen Maria Vega : La Vida Loca

« Je m'appelle Carmen. Mettons. » En les reprenant à son compte et à son nom, Carmen Maria Vega eut pu faire siens les premiers mots de Moby Dick tels que livrés dans sa traduction française la plus connue, celle de Lucien Jacques, Joan Smith et Jean Giono. Un incipit parfait en ouverture de son Chant du bouc, récit d'une invraisemblable épopée intime à l'autre bout du monde, Carmen y campant à la fois Ismaël, narrateur balloté par l'aventure, et le Capitaine Achab menant la traque. À ceci près que sa baleine blanche à elle est identitaire. Car en réalité, ici, tout réside dans le "mettons" et ce qu'il implique : une identité réglée par l'adoption, via une association belge ; par le récit qui en est fait, posé sur un mensonge par défaut, partagé par tous : celui d'une mère activiste que la politique, la guerre au Guatemala, auraient conduite à faire adopter sa fille pour la protéger. Sur ses papiers officiels, à l'état civil Carmen s'appelle Anaïs. À l'adolescence, Anaïs, qui reconnaît « avoi

Continuer à lire

Gitanes sans filtre : "Carmen et Lola"

¡Hola Amor! | de Arantxa Echevarría (Esp, 1h43) avec Rosy Rodriguez, Zaira Romero, Moreno Borja…

Vincent Raymond | Mardi 13 novembre 2018

Gitanes sans filtre :

Carmen s’apprête à convoler avec un jeune Gitan de sa communauté madrilène, quand elle rencontre Lola, travaillant sur les marchés comme elle. Rebelle, grapheuse et lesbienne, Lola lui révèle la possibilité d’une autre romance. Avec, comme conséquences, le secret ou l’exil… De la difficulté de sortir du rang et des traditions séculaires… Drame sentimental urbain et bariolé, Carmen et Lola est aussi un film ethnographique où Arantxa Echevarría montre à quel point l’homosexualité féminine, considérée comme une malédiction dans une culture soumise à des codes ultra patriarcaux, peut encore créer de rejet et de violence, avec de surcroît — hélas — la complicité des femmes de la précédente génération. En filigrane, la réalisatrice montre l’ostracisme et la méfiance dont les Gitans sont l’objet en Espagne, qui les contraint à demeurer en vase-clos, dans un analphabétisme humiliant. Ce contexte permet de mieux mesurer la menace pesant sur les deux protagonistes hors du groupe : une marginalisation définitive sans espoir de futur, ni retour en

Continuer à lire

Pépins d’avocat : "L'Affaire Roman J."

ECRANS | de Dan Gilroy (E-U, 2h03) avec Denzel Washington, Colin Farrell, Carmen Ejogo…

Vincent Raymond | Mardi 13 mars 2018

Pépins d’avocat :

Issu du militantisme afro-américain, vêtu comme l’as de pique et passant ses journées dans ses dossiers, l’avocat Roman J. Israel est un excellent procédurier, mais un maladroit plaideur. À la mort de son patron, un cabinet de prestige le recrute pour ses talents. Il va alors “changer”… Ce film-marathon semble hésiter à cerner son sujet, comme à croquer son personnage principal dont le caractère girouette plus vite qu’un Dupont-Aignan en période électorale. Présentant de nombreuses caractéristiques de certains syndromes d’Asperger (mémoire hallucinante, sociabilité “particulière”, attachement à des rites…), la probité et le désintéressement d’un saint, Roman J. Israel oublie brusquement tous les préceptes ayant gouverné son existence pour commettre une action contraire à l’éthique. En plus d’être improbable, ce retournement psychologique s’accompagne d’une métamorphose physique aussi absurde que le costume hors d’âge / vintage dont ce pauvre avocat est affublé. L’idée initiale de confronter l’idéalisme d’un juriste de bureau versé dans les droits civiques aux requins de prétoire

Continuer à lire

Les Chants de Mars

Festival | Mathieu Boogaerts, Carmen Maria Vega, Karimouche, Pomme, Adrien Soleiman, Gaël Faye, Rodolphe Burger… Voici quelques-uns des noms qui viendront (...)

Lisa Dumoulin | Vendredi 3 février 2017

Les Chants de Mars

Mathieu Boogaerts, Carmen Maria Vega, Karimouche, Pomme, Adrien Soleiman, Gaël Faye, Rodolphe Burger… Voici quelques-uns des noms qui viendront enjoliver le silence et sublimer les notes de musique pendant la semaine des Chants de Mars, du 18 au 25 mars. Les mots et les voix se poseront un peu partout dans Lyon, au Marché Gare, à la salle Léo Ferré et à la salle des Rancy, les organisateurs du festival, mais aussi au Périscope, à l’Épicerie Moderne, à l’Auditorium, chez Bizarre!, Sous le Caillou, Agend’arts et au Transbordeur. À suivre !

Continuer à lire

"Born To Be Blue" : De déchet à Chet

ECRANS | de Robert Budreau (GB-EU-Can, 1h37) avec Ethan Hawke, Carmen Ejogo, Callum Keith Rennie…

Vincent Raymond | Mardi 10 janvier 2017

1966. Vaincu par ses addictions, Chet Baker n’est plus ce James Dean du jazz qu’il a été. Mais la rencontre avec la belle Jane à la faveur du tournage d’un film hommage, l’encourage à entreprendre une renaissance. Ce ne sera pas la première, ni la dernière… La douloureuse trajectoire torve de Baker appartient à cette mythologie du jazz faite de cycles de grandeur-déchéance, de caves enfumées et d’ivresses prolongées ; en cela, elle est éminemment cinématographique. Encore faut-il savoir y prélever les éléments les plus saillants, et confier cette réelle mission à un comédien inventif, capable de surcroît d’éviter l’odieux piège de la surcomposition. Ethan Hawke, décidément abonné aux vieilles gloires éthyliques (voir Les 7 mercenaires), se révèle excellent pour interpréter la partition du bugliste à la voix d’ange et au visage de jeune premier désespéré. Dans cette élégie élégante et délicate, jouant parfois avec sa propre structure et faisant fi

Continuer à lire

Marie-Carmen Garcia : les amants enchaînés

Sociologie | Après les cultures hip-hop et le cirque contemporain, la sociologue Marie-Carmen Garci se donne un nouvel objet d'étude original : les amours clandestines de longue durée.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 28 juin 2016

Marie-Carmen Garcia : les amants enchaînés

« La clandestinité amoureuse paraît méprisable dans un monde qui fournit la possibilité aux couples de se séparer, de s'ouvrir ou de s'échanger d'un commun accord. Les amours clandestines sont ainsi souvent pensées dans différents secteurs de la vie sociale comme le fruit d'une pathologie, d'un problème psychique ou d'un problème de couple faisant porter le poids de la dualité qu'elles supposent sur les individus. » Dès l'introduction de son ouvrage, la sociologue Marie-Carmen Garcia plante le décor : celui de multiples normes sociales qui s'infiltrent jusqu'aux plus intimes de nos activités (on notera aussi ici que la transgression des normes est aujourd'hui souvent traduite par une pathologie mentale, une psyché à la dérive. On ne dit plus : c'est mal, mais va voir un psy !). Malgré ce que notre société offre de possibles séparations simplifiées ou de libertinage assumé officiellement, certains "anormaux" plongent dans la clandestinité et engagent des relations adultères durables (au moins deux ans dans les cas étudiés dans cet ouvrage), objet du livre de la sociologue. Le symbolique caché dans le placard À partir de blogs sur Internet

Continuer à lire

Aux Célestins, une Carmen de la plus belle eau

SCENES | Quoiqu’un peu fouillis, le "Carmen" de Michel Laubu apparaît comme la somme de tout que ce le créateur de la Turakie a inventé en 30 ans. Où l’on voit que ses marionnettes ont du chien, et même une flamboyance nouvelle.

Nadja Pobel | Mardi 22 décembre 2015

Aux Célestins, une Carmen de la plus belle eau

En une minute, la première, tout le paradoxe Turak est résumé. Un plongeur, palmes aux pieds, arrive de jardin en faisant des bulles de savon. Puis Michel Laubu ôte son masque et prend la parole pour une sorte d’exposé introductif à cette création. Autant l’image est douce et fait instantanément pénétrer dans un univers à part, autant la parole casse illico cette magie, par excès de didactisme et de calembours, par cet agaçant accent un peu slave que Laubu a inventé et qu’il attribue depuis trente ans aux habitants de ce pays imaginaire qu’est la Turakie – dont l’aventure a été contée dans un ouvrage paru récemment. Sur le plateau, foisonnant, il semble avoir mis tout son savoir-faire, quitte à saturer l'espace, comme lors de la scène des taureaux, qui ne fonctionne guère. Ce type de séquence fragilise d'ailleurs le rythme de la pièce (dès 8 ans), qui comporte de fait quelques longueurs sur son déroulé d’1h20. Elle n'en demeure pas moins une surprenante réussite, avec ces marionnettes grandeur nature ou presque, aux traits affinés mais suffisamment irréalistes pour que le charme opère. Mi-femme mi-sermon C’est lorsque Michel Laubu se consacre à se

Continuer à lire

Réveillon 2015 : du côté du théâtre

SCENES | De moins en moins de salles restent ouvertes pour le 31. Les Célestins eux, se tiennent à la tradition, avec un spectacle à destination des grands et (...)

Nadja Pobel | Mardi 15 décembre 2015

Réveillon 2015 : du côté du théâtre

De moins en moins de salles restent ouvertes pour le 31. Les Célestins eux, se tiennent à la tradition, avec un spectacle à destination des grands et petits. Cette année, il sera signé Turak, que l’on a connu jadis avec son armée de pingouins en pommes de terre et de retour pour une création où il mêle son univers loufoque à celui d’un classique, Carmen. Ce maître du théâtre d’objets, de son vrai nom Michel Laubu, plonge l’héroïne espagnole dans sa Turakie, ce pays imaginaire pensé comme un «reflet un peu déformé du monde qui nous entoure». Il a choisi au passage de transposer cette célèbre histoire sous l’eau avec, en entame de show, un film d’animation montrant un orchestre composé de moules, crabes et langoustines jouant de la trompette, des cymbales ou du violon – apparaîtront ensuite ses fameuses créatures bricolées, dont une Carmen avec cheveux de vinyle et portant pour robe une toile de tente. À noter que si un musicien est sur le plateau, c’est le précieux guitariste Rodolphe Burger qui a prêté son talent à la bande son enregistrée. Toujours à destination des enfants (dès 7-8 ans), le TNP ouvre lui s

Continuer à lire

À l'Opéra, une Carmen endiablée

SCENES | Le Ballet de l'Opéra s'aventurant habituellement sur les terres de la danse contemporaine, il est surprenant de le découvrir au milieu d'une (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 10 novembre 2015

À l'Opéra, une Carmen endiablée

Le Ballet de l'Opéra s'aventurant habituellement sur les terres de la danse contemporaine, il est surprenant de le découvrir au milieu d'une scénographie très théâtrale, en costumes et... sur pointes ! Ceux, en l'occurrence, de deux pièces de Roland Petit (1924-2011), auteur de plus de cent cinquante créations et chorégraphe difficilement classable. Entre académisme et innovation (l'introduction, par exemple, de gestes du quotidien dans ses pièces), entre théâtralité et abstraction, Roland Petit s'est essayé à tous les genres, signant quelques chefs-d’œuvre (Le Jeune homme et la mort en 1946 notamment) comme des spectacles plus légers (dans le domaine du music-hall, à la télévision ou pour Hollywood). L'Arlésienne (1974) et Carmen (1949), les deux oeuvres sur une musique de Bizet au programme du Ballet, sont représentatives de sa danse "patchwork" où les pirouettes et les figures classiques le disputent à de plus singulières positions "en dedans" ou à des chutes et des mouvements au sol. Les danseurs semblent plus à l'aise et motivés dans Carmen, spectacle aux décors hauts en couleurs (signés par le peintre espagn

Continuer à lire

À la Machine

MUSIQUES | Florence Welch a toujours lorgné vers les grandes voix féminines des années 60 (Candi Staton) à 80 (Kate Bush). Chose étrange sur Ship to Wreck – notons au (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 1 juillet 2015

À la Machine

Florence Welch a toujours lorgné vers les grandes voix féminines des années 60 (Candi Staton) à 80 (Kate Bush). Chose étrange sur Ship to Wreck – notons au passage que son obsession ophéliaque de la noyade, entrevue depuis Lungs, est toujours bien... ancrée, si l'on ose dire – le morceau très classic rock qui ouvre How Big, How Blue, How beautiful, elle semble d'emblée habitée par l'esprit, la voix et le débit ensorcelant de Stevie Nicks de Fleetwood Mac lorsqu'elle chantait en une transe dévorante leur fameux Rhiannon, l'histoire d'une sorcière galloise – «Welsh witch» en anglais. Étrange coïncidence qui ne fait sans doute que confirmer les pouvoirs sorciers de la rousse anglaise à la voix inflammable. Laquelle ne sort quasiment jamais, tout au long de ce nouvel album, de cette transe, si ce n'est pour quelque secondes d'une intro en ballade de nouveau bushienne sur le morceau-titre, qui lui aussi explose en bouche sans prévenir. Ici, tout est en effet big, à commencer par les arrangements en superpositions de cuivres, ces rythmiques de films d'aventures et cette voix qui donne l'impression que Florence e

Continuer à lire

Les Nuits de Fourvière – Jusqu'au 31 juillet à Lyon (69)

SCENES | Après une édition 2014 riche en prises de risques, le festival phare de l'été lyonnais est revenu à ses fondamentaux bankable. On peut le déplorer. On peut, plus prosaïquement, se satisfaire de l'aubaine que constitue la venue d'artistes de haute stature dans un cadre aussi magistral que celui dessiné par les théâtres romains de Fourvière. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mercredi 24 juin 2015

Les Nuits de Fourvière – Jusqu'au 31 juillet à Lyon (69)

Timorée la programmation des Nuits de Fourvière 2015 ? Assurément. Mais ce ne serait un problème que si la perspective de revivre cet instant magique où les coussins à l'effigie du festival, propulsés en signe d'acclamation par les 4500 spectateurs du grand théâtre qui l'accueille chaque été depuis 70 ans, éclipsent les étoiles et les lumières de la ville en contrebas, ne valait pas blanc-seing. Qu'importe en effet, s'il honore son vœu de pluridisciplinarité jusqu'au non sens, en accueillant six représentations de Florence Foresti et s'il nous refait pour la énième fois le coup des phénomènes de foire médiatique (Lily Wood & the Prick, Christine & the Queens), de la variété propre sur elle (Charlie Winston, Calogero) et du rock'n'roll fossilisé (Iggy Pop, Patti Smith, Robert Plant). Là-haut, tout est forcément plus beau. Surtout ce qui l'est déjà à la base, évidemment : l'électro-pop givrée de Björk, les miniatures avant-gardistes de Pascale Comelade, l'indie rock patraque de

Continuer à lire

Les 7 Doigts de la Main font la tambouille

SCENES | Avec "Psy", "Traces" et "Séquence 8", le collectif canadien des 7 Doigts de la Main nous avait habitué au meilleur. Avec "Cuisine et confessions", présenté à la Maison de la Danse pour les Nuits de Fourvière, il signe un spectacle tout en auto-satisfaction et en démagogie. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Lundi 29 juin 2015

Les 7 Doigts de la Main font la tambouille

Un décor de cuisine monumental à faire pâlir tous les marquis de salades, des artistes venant à la rencontre des spectateurs qui s’installent pour s’enquérir de leur plat préféré alors que d’appétissantes émanations d’ail s’échappent du plateau : les 7 Doigts de la Main savent recevoir et allécher. Sauf que ce prélude, même une fois les lumières éteintes, n’en finit plus, au point que le spectacle semble ne jamais commencer, nonobstant quelques numéros de jonglage avec des fouets métalliques. D’emblée, Cuisine et confessions manque cruellement de rythme – et cela se vérifiera sur ses 90 minutes – un comble pour des circassiens, par ailleurs de très haut niveau (ah ! leur maîtrise du mât chinois...). De là, les 7 Doigts de la Main se laissent prendre au piège de l’adresse réitérée au public, le conviant fréquemment sur scène, comme s’ils ne pouvaient convaincre par leur seul talent, allant jusqu'à se planquer tandis que trois spectateurs meublent la scène. Dans cet aveu de faiblesse, ce n’est pas tant l’embarras des cobayes qui met mal à l'aise que la limpide démission des artistes. Se (faire) rouler dans la farine Autre facilit

Continuer à lire

Comelade imaginaire

MUSIQUES | You're Never Alone with a Schizo. Le titre du cinquième morceau du vingt-huitième album (selon la police) de Pascal Comelade (une embardée garage avec les (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 23 juin 2015

Comelade imaginaire

You're Never Alone with a Schizo. Le titre du cinquième morceau du vingt-huitième album (selon la police) de Pascal Comelade (une embardée garage avec les Liminanas) résume sans doute à merveille sa musique. Alors bien sûr, Pascal Comelade n'est pas un schizo, du moins pas à notre connaissance. Mais rarement on aura vu dans l'histoire du rock (car oui, Comelade c'est du rock) un type à l'imaginaire à la fois aussi touffu – il n'y a qu'à réciter à haute voix la liste des titres de ses morceaux – et obsessionnel, maniaque et éparpillé. Si l'on dit des grands cinéastes qu'ils font toujours le même film et que c'est même à ça qu'on le reconnaît, alors Comelade est, lui, un très grand musicien, décidé, mais aussi déchiré et déchirant dans ses aspirations à la transsubstantiation musicale. La preuve : quand il emprunte un morceau à autrui (Wyatt, les Stones, Deep Purple), ce qui ébaubit c'est sa capacité non seulement à le dissoudre mais surtout, comme on dit au Groland, à la ressoudre, pour ne pas dire à la ressusciter dans un mouvement contradictoire. Souvenons-nous de ce film d'Hal Hartley pour une collection Arte sur le passage à l'an 2000. Jésus, inca

Continuer à lire

Sylvie Guillem : une étoile disparaît

SCENES | A 50ans, la danseuse étoile Sylvie Guillem fait ses adieux et débute son ultime tournée au Théâtre antique de Fourvière. Une scène qu'elle a beaucoup fréquentée mais qui n'est malheureusement pas toujours propice à la danse intimiste. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 23 juin 2015

Sylvie Guillem : une étoile disparaît

La chorégraphe espagnole Maria Pagès et la danseuse étoile Sylvie Guillem incarnent toutes deux l'essentiel de la programmation danse des Nuits de Fourvière ces dernières années (à quelques intéressantes exceptions près : Marie Chouinard, Sasha Walz, Ohad Naharin...). Concernant Sylvie Guillem, on ne peut affirmer s'en lasser tant ses spectacles, souvent composés de soli ou de duos, y sont difficilement visibles : on n'a jamais bien vu davantage qu'une silhouette fine et véloce gesticulant parmi des lumières colorées et un peu de musique. Bref, programmer de petites formes au sein du grand théâtre, c'est au fond vouloir s'adresser surtout à un public de pilotes de chasse. Life in progress, annoncé comme les adieux à la scène de la grande danseuse, ne dérogera sans doute pas à la règle puisque son programme réunit, une fois encore, deux soli et deux duos (dont deux créations : le solo techne d'Akram Khan et le duo Here & After, signé du chorégraphe canadien Russell Maliphant). Nous retiendrons nos larmes donc. Caprices Nous les retiendrons d'autant plus qu'ailleurs, nous avons déjà pu découvrir le navrant sol

Continuer à lire

Yael Naim en concert surprise au Lavoir

MUSIQUES | Surprise : la chanteuse franco-israelienne donnera ce soir un concert des plus intimistes au Lavoir Public, ainsi qu'elle l'a annoncé hier soir à (...)

Benjamin Mialot | Lundi 15 juin 2015

Yael Naim en concert surprise au Lavoir

Surprise : la chanteuse franco-israelienne donnera ce soir un concert des plus intimistes au Lavoir Public, ainsi qu'elle l'a annoncé hier soir à Fourvière entre deux triomphes. Pour faire partie de la centaine de privilégiés qui pourront y assister, direction Digitick dès 8h. Il vous en coûtera 15 euros (+ 2 euros d'adhésion à l'association le soir venu).

Continuer à lire

Olivier Py assassine Carmen

MUSIQUES | L’Opéra de Lyon remet à l’affiche un Carmen qui avait pourtant déclenché, il y a 3 saisons, plus d’une mauvaise critique. Et pour cause : la mise en scène d'Olivier Py, guère visionnaire, passe complètement à côté du chef-d’œuvre de Bizet. Pascale Clavel

Pascale Clavel | Mardi 5 mai 2015

Olivier Py assassine Carmen

Carmen, c’est cet opéra romantique qui a su en son temps bousculer tous les codes du genre. C’est aussi cette œuvre d’une puissance aussi rare qu’éblouissante qui, depuis sa création, exacerbe nos fantasmes les plus enfouis. Carmen, femme libre dans un XIXe siècle corseté par les conventions. Carmen, bohémienne et cigarière, héroïne rebelle éprise de liberté jusqu’à en mourir. Las, dans cette production, l’oeuvre n’a plus rien à voir avec celle de Bizet. Nous ne sommes pourtant pas les derniers à défendre les mises en scène qui s'attachent à dépoussiérer des univers quelques peu fânés. Mais là où Olivier Py croit faire montre d'un propos moderne, audacieux et transgressif, il n'est que scandaleusement hors sujet. On est d'emblée médusé devant ce décor monumental qui tourne et tourne encore. Un hôtel miteux d’un côté, un commissariat qui ne l'est pas moins de l’autre et les actes s’enchaînent, tantôt dans l’auberge de Lillas Pastia, tantôt sur une scène de music hall – où travaillerait Carmen – ou dans ses loges. Py tente à ce point de nous éblouir qu'il nous détourne du sujet. Bruyamment. Mille personnages arrivent et repartent : là un si

Continuer à lire

Nuits de Fourvière 2015 : la programmation

ACTUS | Des adieux, des retrouvailles, des rencontres : bien que moins surprenante que sa prédécesseur, la 22e édition des Nuits de Fourvière promet son lot d'émotions fortes. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Mercredi 25 mars 2015

Nuits de Fourvière 2015 : la programmation

Pas de créations, peu de cautions indé, aucune réelle exclusivité : là où la programmation musicale de l'édition 2014 épatait par sa diversité et son audace, celle de 2015 a comme un parfum d'austérité. Du phénomène Christine & the Queens à Calogero, de Ben Harper à Joan Baez en passant par Selah Sue, Véronique Sanson, Jeanne Cheral (pour un concert avec l'orchestre du CRR de Lyon), le clan Chédid, Moriarty, Charlie Winston, Iggy Pop, Robert Plant, Patti Smith (qui interprétera l'intégralité de son premier album Horses) ou Björk (dont la venue reste cependant un événement), ce ne sont pas les valeurs sures – au sens boursier de l'expression – qui manquent cette année. Sorti d'une poignée d'auteurs avec un grand A (Dominique A, forcément, Pascal Comelade, Lambchop), c'est donc ailleurs qu'il faudra chercher un peu de fraîcheur. Au Brésil (avec la légende tropicali

Continuer à lire

Björk aux Nuits de Fourvière

MUSIQUES | Tout est dans le titre : la diva islandaise fera son grand retour au Grand théâtre le 20 juillet prochain. Le festival en profite pour (...)

Benjamin Mialot | Lundi 16 mars 2015

Björk aux Nuits de Fourvière

Tout est dans le titre : la diva islandaise fera son grand retour au Grand théâtre le 20 juillet prochain. Le festival en profite pour rappeler que l'édition 2015 sera dévoilée intégralement mercredi 25 mars à 11h15 (nous ne manquerons pas de la commenter dans la foulée). Et que la billetterie ouvrira le lendemain à 16h avec un lancement public place Bellecour.

Continuer à lire

Bartabas en création mondiale aux Nuits de Fourvière

SCENES | Toutes les créations de Bartabas, depuis près de 30 ans qu'il porte à leur quintessence les rapports homme/animal, sont passées par ici. Lyon est même la seule (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 18 février 2015

Bartabas en création mondiale aux Nuits de Fourvière

Toutes les créations de Bartabas, depuis près de 30 ans qu'il porte à leur quintessence les rapports homme/animal, sont passées par ici. Lyon est même la seule ville de France, avec Paris, dans laquelle ses treize spectacles auront été présentés. C’est donc logiquement que les Nuits de Fourvière accueilleront la première mondiale de son nouvel opus, On achève bien les anges - Elégies. En plein travail dans son théâtre équestre au Fort d’Aubervilliers, Bartabas a donc encore quatre mois de travail devant lui pour mener à bien cette création, avant de la présenter sous chapiteau au parc de Parilly, où il avait déjà, en 2012, montré le fabuleux Calacas,  inspiré des (joyeux) rites mortuaires mexicains. Ce sera aussi pour lui l’occasion de retrouver un espace de jeu qu’il avait abandonné depuis quelques années. 26 chevaux, 9 cavaliers et 6 musiciens seront sur la piste. Ces derniers feront entendre du Prokofiev, du Bach et du Messiaen, mais aussi et surtout du Tom Waits, que le cavalier a depuis longtemps en tête. «C’est un Jacques Brel américain» dit-il pour lui rendre hommage. Waits ne sera évidemment pas

Continuer à lire

Florence Foresti aux Nuits de Fourvière

SCENES | Depuis quelques semaines, Lyon bruissait d'incompréhensions quant à l'absence de Florence Foresti des programmations de la Halle (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 4 février 2015

Florence Foresti aux Nuits de Fourvière

Depuis quelques semaines, Lyon bruissait d'incompréhensions quant à l'absence de Florence Foresti des programmations de la Halle Tony Garnier, de la Bourse du travail et autres lieux capables d'accueillir une showwoman de son calibre. On sait désormais de quoi il retourne : c'est exclusivement aux Nuits de Fourvière que l'enfant du pays présentera son nouveau spectacle, Madame Foresti, du 6 au 12 juillet (avec une relâche le 9, soit six représentations). Ouverture de la billetterie mardi 17 mars à 16h.

Continuer à lire

Selah Sue aux Nuits de Fourvière

MUSIQUES | Après la famille Chedid (dont une deuxième date est annoncée pour le 23 juin suite au succès foudroyant de la première), c'est au tour de Selah Sue de rejoindre (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 17 décembre 2014

Selah Sue aux Nuits de Fourvière

Après la famille Chedid (dont une deuxième date est annoncée pour le 23 juin suite au succès foudroyant de la première), c'est au tour de Selah Sue de rejoindre la programmation de l'édition 2015 du festival. L'interprète du lourdement playlisté Raggamuffin' se produira dans le Grand théâtre le 19 juin, quelques mois après la parution de son deuxièle album, Reason. Ouverture de la billetterie le 18 mars !

Continuer à lire

Les Parapluies de Cherbourg aux Nuits de Fourvière

SCENES | Invitée de l'émission La Bande Originale sur France Inter aujourd'hui, Natalie Dessay a fait une petite bourde, en annonçant la reprise l'été prochain à (...)

Benjamin Mialot | Mardi 25 novembre 2014

Les Parapluies de Cherbourg aux Nuits de Fourvière

Invitée de l'émission La Bande Originale sur France Inter aujourd'hui, Natalie Dessay a fait une petite bourde, en annonçant la reprise l'été prochain à Fourvière, après sa création au Chatelet, de la comédie musicale Les Parapluies de Cherbourg. Oui, comme le film de Jacques Demy. Même que c'est Michel Legrand en personne qui dirigera la partie musicale. Pas de dates définitives pour l'instant, mais quelques infos ici : http://chatelet-theatre.com/fr/event/parapluies-de-cherbourg

Continuer à lire

A Fourvière, les adieux de Sylvie Guillem

SCENES | A peine avons-nous fait le deuil de l'été 2014 que les Nuits de Fourvière lèvent le voile sur un premier RDV de leur édition 2015. Ce n'est pas tout à fait une (...)

Benjamin Mialot | Mardi 4 novembre 2014

A Fourvière, les adieux de Sylvie Guillem

A peine avons-nous fait le deuil de l'été 2014 que les Nuits de Fourvière lèvent le voile sur un premier RDV de leur édition 2015. Ce n'est pas tout à fait une bonne nouvelle, car du 29 juin au 2 juillet, c'est dans le cadre d'une tournée d'adieu mettant fin à pas moins de quarante ans de carrière au service des plus grands (Noureev, Béjart, Bob Wilson...) et d'elle-même que la chorégraphe Sylvie Guillem se produira dans le Théâtre antique. Pour l'occasion (qui concorde avec les soixante-dix ans officieux du festival), elle présentera deux créations (un solo sur une chorégraphie d'Akram Khan, un duo signé Russell Maliphant) et deux reprises (Bye, solo de Mats Ek, et un Duo de Forsythe dansé cette fois par deux interprètes de sa compagnie).

Continuer à lire

L'amour à mort (ou presque)

SCENES | Après un Swan Lake magnifique et unanimement ovationné, dans lequel elle revisitait Le Lac des cygnes façon black power, Dada Masilo, bondissante chorégraphe (...)

Aurélien Martinez | Mardi 14 octobre 2014

L'amour à mort (ou presque)

Après un Swan Lake magnifique et unanimement ovationné, dans lequel elle revisitait Le Lac des cygnes façon black power, Dada Masilo, bondissante chorégraphe sud-africaine de vingt-neuf ans, a fait son retour cet automne à la Biennale de la danse de Lyon avec sa version de Carmen, reprise d’une création de 2009. Une Carmen libre et sensuelle, en robe rouge sang, pour qui les hommes se déchirent. Une Carmen moderne qui garde pourtant les traits que la culture populaire lui prête, grâce notamment à l’œuvre de Bizet : tout sauf lisse, à la fois bourreau et victime. Carmen, sur scène, c’est Dada Masilo elle-même, à la présence magnétique, qu’elle incarne à la croisée des genres – le flamenco bien sûr (on est à Séville), le contemporain (elle est passée par l’école d’Anne Teresa de Keersmaecker) ou encore la danse zoulou (dans les tableaux de groupe). Elle explique : «Carmen parle de sexe, de manipulation, de douleur, d’ambition et de mort – ce dont le monde est vraiment fait. Donc, je ne veux pas être polie ou timide à propos de quoi que ce soit. Je suis aussi influencée par ce qui se passe autour de moi dans notre pays».

Continuer à lire

Les Sorcières de Zugarramurdi

ECRANS | Alex de la Iglesia fait de nouveau exploser sa colère dans un film baroque et échevelé, comédie fantastico-horrifique qui règle ses comptes avec la crise espagnole et, mais là le bât blesse, la gente féminine. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 2 janvier 2014

Les Sorcières de Zugarramurdi

L’Espagne va mal, plombée par la crise et le retour d’un obscurantisme rallumé par le gouvernement Rajoy. Il n’en fallait pas plus pour raviver la colère d’Alex de la Iglesia, dont le cinéma s’est toujours nourri à égale mesure de culture geek et de révolte politique. L’entrée en matière des Sorcières de Zugarramurdi restera comme un de ses gestes les plus éminemment subversifs : en plein cœur de Madrid, un Christ, un soldat vert et Bob l’éponge vont faire un hold-up dans une boutique de cash contre or, autrement dit un usurier moderne qui profite de la précarisation ambiante. La charge est violente, mais pas autant que les images elles-mêmes, puisque le casse vire au carnage, et la mise en scène à un impressionnant morceau de bravoure où de la Iglesia arrive à faire sentir physiquement le chaos de la situation. Les faux mimes et gangsters amateurs doivent donc fuir à bord d’un taxi direction la frontière franco-espagnole, avec étape à Zugarramurdi. En chemin, les voilà qui dissertent hystériquement sur les raisons qui les ont poussés à commettre leur forfait : leurs ex-femmes ou nouvelles copines qui les ont réduits à l’état de mâles pleurnichards et dévirilisé

Continuer à lire

Carmen à lui tout seul

SCENES | Ceci n’est pas un opéra. "Ô Carmen" est le solo cartoonesque d’un acteur fou, Olivier Martin-Salvan, qui endosse tous les rôles d’un spectacle lyrique. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Jeudi 2 mai 2013

Carmen à lui tout seul

On vient de le laisser sur la scène du TNP dans les vêtements d’un Pantagruel plus vrai que nature. Le revoici au Théâtre de la Croix-Rousse dans un nouvel exercice de haut vol : l'interprétation à lui seul de tous les rôles de Carmen. Autant dire que le comédien Olivier Martin-Salvan est unique. Avec son corps et sa voix élastiques, il peut tout jouer à une vitesse folle : faire les questions et les réponses entre un chef d’orchestre et un chef de chœur, se transformer en soprano et redevenir un metteur en scène au timbre posé en une fraction de seconde, le tout en salopette bleu et tee-shirt moutarde, plus Coluche que grande diva. Comme dans Pantagruel ou Le Gros, la vache et le mainate, Martin-Salvan est une émanation presque monstrueuse du spectacle, une créature anormale lâchée dans une pièce par ailleurs simple : un opéra clownesque démontant habilement les codes de l’art lyrique par le burlesque. Pas de décor (ah si, un banc !), pas de costume, juste un pianiste, Aurélien Richard, et ce c

Continuer à lire