Aux Célestins, une Carmen de la plus belle eau

SCENES | Quoiqu’un peu fouillis, le "Carmen" de Michel Laubu apparaît comme la somme de tout que ce le créateur de la Turakie a inventé en 30 ans. Où l’on voit que ses marionnettes ont du chien, et même une flamboyance nouvelle.

Nadja Pobel | Mardi 22 décembre 2015

Photo : Romain Etienne


En une minute, la première, tout le paradoxe Turak est résumé. Un plongeur, palmes aux pieds, arrive de jardin en faisant des bulles de savon. Puis Michel Laubu ôte son masque et prend la parole pour une sorte d'exposé introductif à cette création. Autant l'image est douce et fait instantanément pénétrer dans un univers à part, autant la parole casse illico cette magie, par excès de didactisme et de calembours, par cet agaçant accent un peu slave que Laubu a inventé et qu'il attribue depuis trente ans aux habitants de ce pays imaginaire qu'est la Turakie – dont l'aventure a été contée dans un ouvrage paru récemment.

Sur le plateau, foisonnant, il semble avoir mis tout son savoir-faire, quitte à saturer l'espace, comme lors de la scène des taureaux, qui ne fonctionne guère. Ce type de séquence fragilise d'ailleurs le rythme de la pièce (dès 8 ans), qui comporte de fait quelques longueurs sur son déroulé d'1h20. Elle n'en demeure pas moins une surprenante réussite, avec ces marionnettes grandeur nature ou presque, aux traits affinés mais suffisamment irréalistes pour que le charme opère.

Mi-femme mi-sermon

C'est lorsque Michel Laubu se consacre à ses personnages principaux qu'il est le meilleur. Cachée derrière un éventail, Carmen surgit d'un kayak, le "corps" dissimulé dans sa jupe, et prend soudain toute sa stature de femme-monde, entonnant ses airs les plus connus. Vouté, «envouté, prisonnier, libéré» Don José est comme une balle de ping-pong entre les mains de la séductrice et d'une Micaëla particulièrement frondeuse, se déplaçant comme un bélier sans pour autant manquer de grâce – par ailleurs figurée par une robe de mousseline blanche très appropriée.

Dans ce ballet que Michel Laubu a voulu aquatique, des intermèdes vidéo, tournés image par image, d'un orchestre de crustacés en pâte à modeler digne de La Petite Sirène ponctuent les actes avec la complicité du guitariste Rodolphe Burger. Bienvenues, ces virgules témoignent là encore d'une imagination débordante et, surtout, d'une grande tendresse du metteur en scène vis-à-vis de cette œuvre populaire et tragique qu'il emmène à la plage au son de la voix sublime de Rosmary Standley. À l'abri de leurs parasols, les prétendants auront tous leur quart d'heure de gloire, comme en témoigne à la fin un judicieux bal des poussettes dans lesquelles sont assis… de nombreux bébés Carmen !

Une cArMen en Turakie
Aux Célestins jusqu'au jeudi 31 décembre

En cyclo-pédie à travers la Turakie (Éditions Fage), 256 p.


Une cArMen en Turakie

De et par Michel Laubu et le Turak Théâtre, 1h15. A la croisée du théâtre, de la marionnette et de la musique, l'opéra-comique de Bizet est transfiguré. Les aventures de Carmen se déroulent en milieu marin où l'on trouve un phare breton, un orchestre de crevettes mandolinistes, une fanfare de crabes...
Célestins, théâtre de Lyon 4 rue Charles Dullin Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Réveillon 2015 : du côté du théâtre

SCENES | De moins en moins de salles restent ouvertes pour le 31. Les Célestins eux, se tiennent à la tradition, avec un spectacle à destination des grands et (...)

Nadja Pobel | Mardi 15 décembre 2015

Réveillon 2015 : du côté du théâtre

De moins en moins de salles restent ouvertes pour le 31. Les Célestins eux, se tiennent à la tradition, avec un spectacle à destination des grands et petits. Cette année, il sera signé Turak, que l’on a connu jadis avec son armée de pingouins en pommes de terre et de retour pour une création où il mêle son univers loufoque à celui d’un classique, Carmen. Ce maître du théâtre d’objets, de son vrai nom Michel Laubu, plonge l’héroïne espagnole dans sa Turakie, ce pays imaginaire pensé comme un «reflet un peu déformé du monde qui nous entoure». Il a choisi au passage de transposer cette célèbre histoire sous l’eau avec, en entame de show, un film d’animation montrant un orchestre composé de moules, crabes et langoustines jouant de la trompette, des cymbales ou du violon – apparaîtront ensuite ses fameuses créatures bricolées, dont une Carmen avec cheveux de vinyle et portant pour robe une toile de tente. À noter que si un musicien est sur le plateau, c’est le précieux guitariste Rodolphe Burger qui a prêté son talent à la bande son enregistrée. Toujours à destination des enfants (dès 7-8 ans), le TNP ouvre lui s

Continuer à lire