La fin des utopies

SCENES | Sans être désenchantée, la génération de Julie Deliquet regarde dans le rétroviseur via Brecht et Lagarce, avant de se coltiner à sa réalité dans un triptyque peu novateur sur le fond, mais épatant dans sa forme.

Nadja Pobel | Mardi 15 mars 2016

Photo : © Sabine Bouffelle


Trentenaire passée par le Conservatoire de Montpellier, l'École du Studio Théâtre d'Asnières et l'école de Jacques Lecoq, Julie Deliquet a trouvé en route des compagnons avec lesquels créer en 2009 ce collectif portant en lui la notion d'expérimentation, In Vitro. D'emblée, ils montent Derniers remords avant l'oubli dans lequel Jean-Luc Lagarce signe la fin des utopies : un trio amoureux ayant acheté une maison se retrouve flanqué et d'un nouveau conjoint, et de leur solitude, pour clore ce chapitre. Sans éclat, entre cynisme et lassitude, ces personnages sont justement interprétés ; sans trop en faire, par une troupe qui une heure plus tôt a démontré à quel point elle savait jouer collectif.

En effet, à cette échappée dans les années 80, Julie Deliquet a trouvé un prequel avec la pièce de Brecht, La Noce, qui tourne comme dans un film de Vinterberg, au règlement de compte à mesure que les verres d'alcool se vident et que le mobilier, construit par l'époux, se dézingue. La metteuse en scène parvient habilement à établir une tension au long court, évitant les trous d'air grâce à ses acteurs qui savent occuper l'espace et le temps sans jamais donner, ne serait-ce qu'un instant, une impression de brouillon.

Tant pis pour les victoires, tant mieux pour les défaites

En fin de parcours, après plus de 2h30, elle présente la version 90's : celle des descendants de 68 devenus bobos parisiens, partis s'installer à la campagne pour renaître ou s'enterrer, c'est selon. Vidéo et témoignages d'enfants à l'appui, elle questionne l'héritage en réunissant autour de la table (élément central et sommaire de ce triptyque) des quadragénaires désormais parents d'ados.

La famille et l'argent ne sont pas plus qu'hier les ingrédients d'un supposé bonheur après lequel chacun court. Souvent drôle, cette dernière partie ne nous apprend pas grand-chose sur nos condisciples, mais les regarde avec lucidité. Et donne surtout naissance à un collectif très uni, convaincant, que l'on aimerait voir partir à l'abordage de textes plus rugueux ou, à défaut, d'un grand classique comme celui que les Possédés – artistes qui leur ressemblent tant - ont récemment livré avec Platonov. NP

Des années 70 à nos jours, le triptyque
Au théâtre de la Croix-Rousse ​le samedi 19 mars
La Noce le mercredi 16 mars
Derniers remords avant l'oubli le jeudi 17 mars
Nous sommes seuls maintenant le vendredi 18 mars


Des années 70 à nos jours : le triptyque

Par le collectif In Vitro. La Noce + Derniers remords avant l'oubli + Nous sommes seuls maintenant
Théâtre de la Croix-Rousse Place Joannès Ambre Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Des années 70 à nos jours : La Noce

Triptyque par le Collectif In Vitro. De Bertolt Brecht, ms Julie Deliquet, 1h10, dès 14 ans. Entre une mariée enceinte et les mauvaises plaisanteries des uns et des autres, tout se déglingue et pas seulement les chaises fabriquées par le marié
Théâtre de la Croix-Rousse Place Joannès Ambre Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Des années 70 à nos jours : Derniers remords avant l'oubli

De Jean-Luc Lagarce, ms Julie Deliquet, 1h05, dès 14 ans. Une maison, vestige d'un amour utopique vécu à trois. Pierre y vit toujours, seul, Hélène et Paul ont refait leur vie chacun de leur côté
Théâtre de la Croix-Rousse Place Joannès Ambre Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Des années 70 à nos jours : Nous sommes seuls maintenant

Création, ms Julie Deliquet, 1h35, dès 14 ans. Un repas dans une maison des Deux-Sèvres au début des années 90. Sous l'oeil de leurs enfants de vingt ans et malgré les utopies envolées, les révolutionnaires d'hier refusent l'idée de vieillir
Théâtre de la Croix-Rousse Place Joannès Ambre Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Julie Deliquet : le théâtre, hors caméra

Entretien | Alors qu’elle est en short-list pour succéder à Jean Bellorini à la tête du Théâtre Gérard-Philipe à Saint-Denis, la metteuse en scène Julie Deliquet prend le temps de revenir pour nous sur son adaptation théâtrale du magistral film d’Arnaud Desplechin, Un conte de Noël.

Nadja Pobel | Mardi 4 février 2020

Julie Deliquet : le théâtre, hors caméra

Vous avez précédemment monté des textes de théâtre (Tchekhov, Brecht, Lagarce), un téléfilm de Bergman (Fanny et Alexandre à la Comédie Française), qu’est-ce qui vous a poussé à vous pencher sur le film d’Arnaud Desplechin ? Julie Deliquet : C’est parce que j’ai travaillé sur Fanny et Alexandre que j’ai eu cette idée. Cette pièce commence par un Noël et Un conte de Noël débute par un hommage à Fanny et Alexandre, avec un petit théâtre d’ombre. Ça m’a vraiment passionnée de travailler sur les différents supports de Fanny et Alexandre, car ça a effectivement d’abord été un scénario novellisé, puis un téléfilm en quatre épisodes, puis remonté en film. Et l’auteur, Ingmar Bergman, est un homme de théâtre. Je me suis interrogée sur l’émergence d’adaptations cinématographiques qui ont un peu envahi nos scènes ces dernières années et j’ai eu envie de poser la question à un réalisate

Continuer à lire

De l'écran aux planches

Adaptés du cinéma | Longtemps Shakespeare a fait les beaux jours d’Orson Welles et Elia Kazan fit un Tramway nommé désir plus fort que bien des adaptations scéniques. (...)

Nadja Pobel | Mardi 4 février 2020

De l'écran aux planches

Longtemps Shakespeare a fait les beaux jours d’Orson Welles et Elia Kazan fit un Tramway nommé désir plus fort que bien des adaptations scéniques. D’où vient que ces dernières années, la matière filmique — ou plus exactement scénaristique — se répand dans les salles de théâtre ? La puissance des films adaptés intrigue les metteurs en scène qui cherchent souvent un récit choral fort. Ainsi Julie Deliquet, après Fanny et Alexandre, a-t-elle sondé l’âme de la famille Vuillard qui n’a rien à envier aux héros shakespeariens. En ce mois de janvier, Maud Lefebvre qui a pour habitude de travailler des textes originaux avec le Collectif X, a adapté Une femme sous influence. « Ma pièce n’a rien à dire sur Cassavetes, disait-elle. Il ne s’agit pas de faire un discours sur son œuvre mais de l’interpréter comme on le fait d’une partition mus

Continuer à lire

Au bout des contes : et pour les enfants, quelles pièces réserver ?

Conte | Loin du théâtre collé à l’actu, d’autres artistes ont choisi les contes et s’adressent aussi aux petits. Mais leur propos n’est pas si déconnecté du réel qu’il n’y paraît.

Nadja Pobel | Mardi 10 septembre 2019

Au bout des contes : et pour les enfants, quelles pièces réserver ?

Drôle, sombre, grinçant et pour tout dire ébouriffant est la Blanche-Neige, histoire d’un prince (au Théâtre de la Croix-Rousse en janvier) de Michel Raskine qui a fait les beaux jours du In d’Avignon cet été. L’autrice Marie Dilasser y a incorporé ses préoccupations sur l’écologie, a détourné le genre et avec un castelet de marionnettes (101 nains dont Lèche-botte), l’ancien directeur du théâtre du Point du Jour livre aux enfants une fable parfaite. Joël Pommerat lui ne signe pas la suite de Ça ira mais sa nouvelle création, Contes et légendes (au TNP en décembre), se fera avec des enfants confrontés aux adultes et androïdes pour tenter de comprendre de quoi demain sera fait. Autre conte pour les grands cette fois, celui de Desplechin, Un Conte de Noël (au Radiant, via une programmation Célestins et Théâtre de la Croix-Rousse, en février) sera créé par Julie Deliquet. Le plus brillant des cinéastes français qui se délecte de mises en scène théâtrales occasionnellement, à la Comédie-Française (Père en 2015, Angels in America

Continuer à lire

Noce de fer

SCENES | Roumanie 1953. Des familles composées d'hommes à moitié - voire totalement - saouls et de femmes enceintes et/ou constamment en train d’allaiter se (...)

Nadja Pobel | Vendredi 15 février 2013

Noce de fer

Roumanie 1953. Des familles composées d'hommes à moitié - voire totalement - saouls et de femmes enceintes et/ou constamment en train d’allaiter se chamaillent, s’aiment, vivent. Le fils des uns va bientôt épouser la fille des autres. Les grands-parents, eux, observent en retrait dans cette pièce chorale que Didier Bezace (dont La Version de Browning ou plus récemment les très émouvantes Conversations avec ma mère nous restent en mémoire) fait valser. Malgré la présence du maire communiste (le génial Jean-Claude Bolle-Reddat), l’intrigue met du temps à se mettre en place et son sujet réel – les noces et la fête contrariées par le deuil national imposé par le décès de Staline – n’occupe que la moitié de la pièce, celle-ci privilégiant de fait la farce villageoise à une intrigue politique qui aurait pourtant méritée d'être traitée plus en profondeur. Adapté avec une extrême fidélité d'un film de Horatiu Malaele, Au diable Staline, vive les mariés ! (2008), le spectacle, avec ses incroyables "gueules" de théâtre, autorise cela dit de magnifiques tableaux de groupe (ah !

Continuer à lire