Extrapolation du futur : Nos Futurs au TNG

Théâtre Nouvelle Génération | Avec la première édition de la biennale Nos Futurs, le TNG invite petits et grands spectateurs à regarder le monde de demain grâce à six spectacles simples, drôles, plus audacieux dans leur propos que dans leur réalisation.

Nadja Pobel | Mardi 8 novembre 2016

Photo : © DR


Comment ça va sur la terre ?
- Ça va ça va, ça va bien.
- Les petits chiens sont-ils prospères ?
- Mon Dieu oui merci bien.
- Et les nuages ?
- Ça flotte.
- Et les volcans ?
- Ça mijote.
- Et les fleuves ?
- Ça s'écoule.
- Et le temps ?
- Ça se déroule.
- Et votre âme ?
- Elle est malade / le printemps était trop vert / elle a mangé trop de salade.

Cette Conversation de Jean Tardieu écrite en 1951, que les écoliers ont récité plus d'une fois, est d'un doucereux optimisme cruellement daté. La tranquillité affichée n'a, 75 ans plus tard, plus vraiment lieu d'être et pourtant cette question introductive est de plus en plus l'entame des spectacles actuels. En choisissant d'interroger demain, le TNG prend des nouvelles de la Terre autant que du théâtre.

Pas d'appel à candidature pour construire cette programmation concentrée entre mi-novembre et mi-décembre. Plutôt, à l'inverse, constater que l'une des préoccupations majeures des artistes actuels — notamment quand ils s'adressent au jeune public — est l'avenir de l'Homme, des êtres vivants et du lieu où il va falloir vivre et migrer (les exoplanètes) à l'horizon de plusieurs siècles. Des adolescents finlandais, roumains et brésiliens seront dans les murs du théâtre pour explorer des scenaris et des pistes de réflexions sur le futur ; ce label se déplacera aussi au Lieu Unique de Nantes, au TJP de Strasbourg et au théâtre Am Stram Gram genevois.

Il n'est pas question d'un saupoudrage pour être dans l'air du temps. Joris Mathieu, directeur du TNG et instigateur de ce projet, le relie même à son époque : « En partant du constat que notre société est à comprendre comme l'héritage d'une génération post-punk qui a construit l'institution, nous nous sommes demandés comment faire bouger l'ordre public et redonner des perspectives », Nos Futurs étant un décalque du slogan 70's no future.

Ich möchte nicht ein Eisbär sein

Comment ça va sur Terre ? Tous les spectacles répondent par la négative avec des solutions plus ou moins réalistes et, dans un premier temps, un exposé de la situation comme le fait en cinq épisodes le géographe Frédéric Ferrer avec les Cartographies 4 (Pôle Nord) et 5 (Wow!). Nous sommes dans l'ère de l'anthropocène (cette révolution géologique causée par l'Homme) ; autant l'analyser avec drôlerie, comme lorsqu'il explique la convergence des méridiens : « ce qui fait qu'il est toutes les heures possibles en même temps au Pôle Nord. Ou pas d'heure du tout. »

Ces spectacles contiennent aussi une masse d'informations, à commencer par celle-ci : le Pôle Sud est un continent, contrairement au Nord qui est entièrement une banquise flottant sur l'eau et bougeant de fait tout le temps. Les concepts scientifiques, les récits d'expéditions donnent une dimension épique à ces créations qui convoquent même la philosophie et la sociologie via Edgar Morin et la possible métamorphose du globe pour éviter sa probable désintégration.

Moins terre à terre si l'on peut dire, Halory Goerger (présent aussi aux Subs en décembre avec son spectacle précédent Germinal) convie avec Corps diplomatique à un voyage dans l'espace, au sein du module Jean Vilar afin d'apporter le théâtre à d'hypothétiques autres êtres vivants. Ce que l'on voit, c'est plutôt une interpellation sur la valeur de la culture et l'incapacité de l'humain à sortir des « carcans normatifs ». Il y a peu d'espoirs.

Sur un mode plus éberlué et moins homogène, le chorégraphe Michel Schweizer amène lui des vrais-faux architectes pour imaginer demain, comme le dit la pub. Au programme de Primitifs, s'affiche (au sens littéral) « un projet atypique d'exception sur la commune de Bure dans la Meuse », soit « une cité radioactive pour tous » avec une « identité auditive » (Love is in the Air de John Paul Young, support de la pub Air France) où l'on danse sur les décombres de l'humanité engendrées par ses habitants inconscients et autodestructeurs. Le cynisme et l'absurde animent gaiement ce spectacle hautement recommandable.

Curieusement, dans chacune de ces formes artistiques, centrées sur la parole, la scénographie est cheap, beaucoup de micro en main, présentations diapos et Powerpoint ; soit l'exact opposé de la création de Joris Mathieu, Hikikomori qui a officiellement ouvert Nos futurs en octobre. De quoi avoir encore — et c'est heureux — une marge artistique pour « Imaginer demain » comme dit le slogan d'un point de vue tant formel que discursif.


Pôle Nord

De Frédéric Ferrer, par la Cie Vertical Détour, dès 10 ans. Conférence sur un espace d'accélération du monde.
Théâtre de la Renaissance 7 rue Orsel Oullins
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Wow !

De Frédéric Ferrer, par la Cie Vertical Détour, dès 10 ans. Conférence sur nos possibilités de vivre ailleurs que sur Terre, où l'espèce humaine n'a pas d'avenir
Théâtre de la Renaissance 7 rue Orsel Oullins
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Terre d'absurdie

Théâtre | Géographe, auteur, metteur en scène, acteur, Frédéric Ferrer ouvre le festival Nos Futurs en créant Borderline(s) investigation et poursuit un travail au long cours relatif aux dérèglements du monde. Rencontre.

Nadja Pobel | Mardi 30 octobre 2018

Terre d'absurdie

Ni professeur ni militant, encore moins expert ès bonne conscience ou préconisateur des bons comportements, Frédéric Ferrer est artiste. Mais sa matière unique est le réel dont il montre l'absurdité. Depuis la création de sa compagnie Vertical Détour en 2001, il vogue par cycles. Celui des Chroniques du réchauffement puis de L'Atlas de l'anthropocène (les six cartographies dont plusieurs furent déjà présentées au TNG). Voici venir les Borderline(s) investigations. Le principe des conférences théâtrales est maintenu mais Ferrer n'est plus seul en scène et compose avec trois acolytes pour une séquence d'une heure trente non-écrite. « Tout est calé avec des projections d'images précises mais le texte n'est pas figé. Je préfère les profs sans notes » confie-t-il. Chacun des sujets dont il a fait spectacles pourraient aisément se traiter sur quinze ou vingt heures ; son travail premier est bien d'extraire la moelle des publications scientifiques, enquêtes journalistiques ou au

Continuer à lire

Nos futurs, plein d'avenir

Théâtre Nouvelle Génération | Mais comment diable expliquer aux enfants que le monde va mal mais qu'il peut devenir meilleur ? L'art est parfois la meilleure option. Surtout lorsque l'on pense au dernier né des événements culturels au format biennale : Nos Futurs.

Antoine Allègre | Mardi 18 octobre 2016

Nos futurs, plein d'avenir

Imaginés par le Théâtre Nouvelle Génération et son directeur Joris Mathieu, ces deux mois et demi de formes théâtrales libérées, baptisées Nos Futurs, ont un mantra obsessionnel : « pour pouvoir anticiper, il faut savoir observer le réel. » Le metteur en scène poursuit : « On est dans l'idée d'imaginer un futur au pluriel. Développer des imaginaires permet de créer des perspectives, d'expliquer au jeune public que la capacité de l'humain à rebondir est notre ressource principale. » Ce jeune public (à partir de 8 ans) pourra notamment (re)découvrir la création maison Hikikomori, l'histoire d'un jeune homme qui se mure dans le silence et dans sa chambre. Chaque membre de la famille aura un casque et, en fonction de son âge, entendra des sons de cloche différents. Les 6 ans et (beaucoup) plus se questionneront sur notre place dans l'univers avec Cosmos 110 grâce aux yeux d'une petite fille qui cherche à converser a

Continuer à lire

Spectacles jeune public : Le futur, c'est maintenant

Avec les kids | Rien ne sert de gaver les petits (comme les grands) de théâtre au risque de faire une indigestion. Mieux vaut piocher astucieusement du côté du retour de (...)

Nadja Pobel | Mardi 6 septembre 2016

Spectacles jeune public : Le futur, c'est maintenant

Rien ne sert de gaver les petits (comme les grands) de théâtre au risque de faire une indigestion. Mieux vaut piocher astucieusement du côté du retour de L'Après-midi d'un foehn de Phia Ménard (La Mouche, 23 novembre) ou de Petit bain (du 7au 11 février) du très inventif Johanny Bert capable de faire un spectacle pertinent même avec des post-it®. Ici, il reconstitue une montagne de mousse avec une petite marionnette, allégorie d'un jeu éphémère pour les enfants dès 2 ans. Le spectre de l'enfance se fait de plus en plus large : Joris Mathieu accueille au TNG le très délicat spectacle (dès 16 ans) de Myriam Marzouki, Ce qui nous regarde, où est interrogé avec délicatesse (oui c'est possible) le port du voile. Le jeune directeur lance également son festival biennal, Nos futurs, qui s'étalera jusqu'à Noël avec des spectacles — souvent à l'adresse des ados — ayant trait à demain pour « mieux affronter le r

Continuer à lire