Les pas de deux de Preljocaj

Danse | Focus sur le chorégraphe français Angelin Preljocaj : l'on pourra revoir Roméo et Juliette, un patchwork de duos et découvrir sa nouvelle création, La Fresque.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 24 janvier 2017

Photo : © Jean-Claude Carbonne


Difficile de cataloguer sous une étiquette le chorégraphe Angelin Preljocaj, et c'est, au fond, plutôt bon signe pour un artiste. Formé sur les terres de la danse classique, il s'est tourné ensuite vers l'abstraction de Merce Cunningham ou l'incongruité fantasque de Dominique Bagouet, avant de fonder en 1984 sa propre compagnie et de signer quelques cinquante pièces.

Du solo épuré aux formes chorales les plus lyriques, de la musique de Prokofiev à celle de Karlheinz Stockhausen, des contes pour enfants à l'univers littéraire de Laurent Mauvignier, l'œuvre du chorégraphe s'avère être pour le moins protéiforme... On lui connaît aussi des collaborations avec des artistes aussi hétéroclites que le DJ Laurent Garnier, le couturier Jean-Paul Gaultier, le cinéaste Olivier Assayas, l'artiste contemporain Claude Lévêque ou... l'auteur de bande dessinée Enki Bilal. Ce dernier a signé les costumes et les décors de Roméo et Juliette, pièce créée à Lyon en 1996 et transposant l'histoire des deux amants au temps d'une dictature moderne.

L'art et la vie

On pourra revoir cette belle épopée shakespearienne de Preljocaj à l'occasion de son Archipel organisé par la Maison de la Danse, et, parallèlement, redécouvrir nombre de ses pièces anciennes à travers l'une des obsessions du chorégraphe : le duo, le pas de deux. Sa Soirée duos réunit des fragments de huit de ses pièces, où l'on retrouve ce mélange de vocabulaire classique et d'expression plus moderne et abstraite, propre au travail de Preljocaj.

Dans un troisième temps, le chorégraphe dévoilera sa dernière création pour dix danseurs (datant de septembre 2016), La Fresque, inspirée d'un conte médiéval chinois. Il y est notamment question d'une grande peinture murale où l'un des protagonistes se voit projeté dans la scène représentée, le conte gommant ainsi la frontière entre le réel et l'imaginaire, le vrai et le fictif. Un récit qui résonne particulièrement avec les préoccupations de Preljocaj quant à la représentation, au spectacle, à la différence ténue mais essentielle entre l'art et la vie.

Archipel Angelin Preljocaj :

Roméo et Juliette
À la Maison de la Danse du 25 au 29 janvier

La Fresque
À la Maison de la Danse du 1er au 4 février

Soirée duos
Au Radiant-Bellevue les 2 et 3 février


Roméo et Juliette

Chor Angelin Preljocaj
Maison de la Danse 8 avenue Jean Mermoz Lyon 8e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les 10 spectacles de danse à voir absolument cette saison à Lyon

Danse | Dix, seulement dix. Côté danse, voici nos incontournables pour lesquels il faut absolument réserver, au cœur d'une saison hétéroclite dans ses formes esthétiques et marquée par de nombreux grands noms de la danse contemporaine : Pina Bausch, Angelin Preljocaj, Ohad Naharin, Jiří Kylián, Maguy Marin et William Forsythe...

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 10 septembre 2021

Les 10 spectacles de danse à voir absolument cette saison à Lyon

Les dragons pop d’Eun-Me Ahn Pour la troisième fois, la Sud-Coréenne Eun-Me Ahn revient sur la scène de la Maison de la Danse… Avec à nouveau un spectacle un peu déjanté et à l’esthétique pop. Dragons réunit quatorze jeunes danseurs (dont six en hologrammes !) tous nés en 2000 (l’année du dragon pour l’astrologie chinoise), et se propose de dresser un portrait vitaminé et extravagant de l’Asie d’aujourd’hui et de demain. Eun-Me Ahn, Dragons À la Maison de la Danse les mardi 21 et mercredi 22 septembre Vania Vaneau en solo Originaire du Brésil, danseuse pour Maguy Marin ou Wim Vandeykebus (entre autres), Vania Vaneau s’est lancée dans la chorégraphie en 2014

Continuer à lire

La fièvre chorégraphique lyonnaise

Biennale de la Danse | Festival international reconnu, la Biennale de la Danse s’inscrit aussi dans un dispositif lyonnais voué à la danse contemporaine en pleine ébullition. Retour sur ce contexte stimulant, et sur les grands axes de l’édition 2018.

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 10 septembre 2018

La fièvre chorégraphique lyonnaise

Derrière la (trop ?) haute toque de la gastronomie, Lyon serait-elle en passe de devenir l'une des capitales internationales de la danse, voire La capitale de la danse ? Qu'importe les emblèmes et les titres de gloire direz-vous, mais force est de constater, à chaque Biennale notamment, l'engouement particulier des Lyonnais pour la danse : qu'elle soit populaire avec le défilé qui reprendra cette année son circuit sur la Presqu'île, ou un peu plus "cultivée" dans les salles de spectacle. Bientôt, en 2021, un élément majeur viendra s'ajouter à l'édifice chorégraphique local : les Ateliers de la Danse, dans l'ancien Musée Guimet, qui accueillera des artistes en création sur des temps longs de résidence. C'est donc une véritable (et joyeuse) hydre à plusieurs têtes que dirigera alors Dominique Hervieu : la Maison de la Danse, les Ateliers, la Biennale, le Défilé... sans compter encore la Triennale de Yokohama au Japon (dont elle est directrice artistique, appliquant là-bas le modèle lyonnais) et l'exportation de la Biennale à Saint-Étienne et à Clermont-Ferrand cette année. Ou encore, petite biennale dans la Bie

Continuer à lire

Nuits de Fourvière 2013 - La programmation

MUSIQUES | Pour certains, le début du printemps coïncide avec la floraison des crocus et le réveil des hérissons. Pour d'autres, elle s'incarne dans un bouillonnement hormonal, dans une atmosphère révolutionnaire ou dans une recrudescence de la présence de punks à chien (les hirondelles des citadins). Au Petit Bulletin, le printemps devient réalité au moment où les Nuits de Fourvière dévoilent l'intégralité leur programmation. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Samedi 23 mars 2013

Nuits de Fourvière 2013 - La programmation

Cette année, c'est ve lundi 25 mars à 11h que les Nuits de Fourvière ont annoncé qui, à l'instar de M (13 juin), Dead Can Dance (27 juin), Crosby, Stills & Nash (16 juillet) et Nick Cave (27 juillet), aura cet été l'insigne honneur d'être enseveli sous des coussins – au contraire du Cirque Plume qui, pour rappel, investira le Parc de Parilly du 28 juin au 1er août. La colline a des vieux S'il fallait résumer la teneur de cette édition 2013 des Nuits en un mot qui n'existe pas, ce serait vénérabilité. Et pour cause ! L'événement a beau accueillir chaque année son lot de mythes vivants, on a rarement vu une telle concentration d'artistes aux carrières longues comme des jours sans communiqués de presse (notre pain quotidien) à son affiche. Jugez plutôt : outre le rereretour du metteur en scène Georges Lavaudant (en ouverture du 4 au 12 juin avec un Cyranoc de Bergerac), les antiques hauteurs de Lyon verront défiler les chorégraphes Angelin Preljocaj

Continuer à lire

Angelin Preljocaj, Empty moves (part I) + Noces

SCENES | Sa dernière création (Blanche Neige) était tellement pompeuse et ennuyeuse, qu'on en aurait presque oublié qu'Angelin Preljocaj est un chorégraphe de très grand (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 24 avril 2009

Angelin Preljocaj, Empty moves (part I) + Noces

Sa dernière création (Blanche Neige) était tellement pompeuse et ennuyeuse, qu'on en aurait presque oublié qu'Angelin Preljocaj est un chorégraphe de très grand talent. Le Toboggan a eu la bonne idée de programmer deux parmi ses meilleures pièces le 29 avril : l'abstraite et émouvante Empty moves pour quatre danseurs sur une bande musicale de John Cage, la plus théâtrale et prolixe Noces sur la partition d'Igor Stravinski. Dans l'une comme dans l'autre, on retrouve on retrouve cette énergie gestuelle, cette précision et cette rigueur qui font la marque de fabrique du chorégraphe, lorsqu'il ne croque pas de pomme empoisonnante.

Continuer à lire