Nora Hamzawi au Radiant : enfin grande !

Humour | À la télévision, à la radio, dans les magazines et les librairies : Nora Hamzawi est partout. Elle est aussi et surtout sur scène, avec un spectacle qui cartonne, à voir au Radiant le 21 avril.

Gabriel Cnudde | Mardi 11 avril 2017

Photo : © Sylvain Norget


Comment expliquez-vous le succès de votre spectacle depuis 2013 ?
Quand j'ai commencé, il était beaucoup plus court, il ne faisait que quarante minutes. Je m'autoproduisais à l'époque. Le spectacle a évolué. Je ne sais pas vraiment comment expliquer son succès... Moi qui suis angoissée, j'ai plutôt tendance à me dire « pourvu que ça dure ». Je suis hyper heureuse : je l'ai joué à une époque devant dix personnes... Pourquoi les gens sont au rendez-vous aujourd'hui ? Je crois qu'il y a du travail, de la chance, une question de timing. Je pense qu'il y a aussi une question de sincérité : je fais ça depuis des années, ça n'a pas toujours marché. Je pense aussi que le portrait que je dresse sur scène est celui de quelqu'un d'extrêmement normal, qui n'a pas peur de se livrer et de se tourner en dérision. C'est quelqu'un qui rassure les gens dans leur folie ou leur normalité : ils s'y retrouvent.

Ce personnage que vous incarnez, c'est Nora Hamzawi ou un personnage de fiction ?
Entre les deux. C'est un personnage que j'ai créé, mais il n'est pas éloigné de moi. Le quotidien de mon personnage sur scène n'est pas du tout mon quotidien actuel. Généralement quand j'écris, je prends toujours comme base – en caricaturant un peu – une version de moi d'il y a deux ans. J'ai besoin d'avoir du recul sur la situation pour pouvoir en parler. Tout est sincère, ça part de choses que j'ai vraiment vécues. Ensuite je gonfle le trait pour créer le personnage. Quand j'ai pensé le spectacle, je me suis demandé qui était cette fille. Être juste moi, ce n'était pas possible.

Pour remonter un peu plus loin, pourriez-vous nous raconter d'où vient cette envie de faire rire ?
Je pense que plus que de faire rire – il y a tellement de façons différentes de faire rire – j'ai toujours aimé être dans l'empathie. Je n'arrive pas vraiment à expliquer le pourquoi et le comment, mais j'aime bien sentir que ce que je dis résonne chez les gens, que ça les rend moins seuls. Quand les gens me remercient parce qu'ils ont rigolé après une journée pourrie, c'est très chouette. Mais moi j'ai juste envie de leur dire : « en fait merci à vous parce que sans vous je ne peux pas jouer ! » J'ai toujours eu envie de raconter des histoires sans forcément faire rire. Mais je me suis rendu compte que j'aimais bien me tourner en dérision. Je préfère montrer des mauvais côtés de moi que des bons. Du coup ça pousse plus à la comédie qu'à autre chose.

Vous êtes devenue mère il y a un an. De quoi donner de nouvelles idées ?
Évidemment c'est quelque chose d'immense dans une vie, mais justement, tant que je suis au premier degré, que je vis les choses frontalement, j'ai du mal à prendre du recul et à trouver la distance nécessaire à l'autodérision. Pour l'instant, ça reste dans la sphère intime. Là, je commence à avoir du recul sur ces premiers moments, à les observer. Ce qui m'intéresse plus, au-delà de la maternité, c'est le passage à l'âge adulte. Qu'est-ce que ça signifie d'être devenue une grande fille ? C'est un peu tôt pour réussir à trouver les choses justes autour de ça. Mais ça vient doucement.

Vous allez tourner dans le film de votre frère (ndlr, Amro Hamzawi)...
Oui ! On tourne normalement en septembre. Il était scénariste sur le film 20 ans d'écart. Sur le prochain, il sera scénariste et réalisateur, une première. On a hâte. C'est génial, on est vraiment très proches. On a un humour et des goûts artistiques en commun.

Est-ce qu'après toutes ces années à tourner, à animer vos chroniques et à écrire, vous vous faites rire ?
Non, pas trop. Je suis rarement satisfaite de mon travail. Sauf sur scène. Quand il y a eu une soirée où ça a été fou, où j'ai senti que le public a accroché, là j'adore. Ça me rend heureuse. Mais c'est plus le fait d'avoir passé une bonne soirée, pas tellement que je me fais rire. En revanche, je me rends compte que souvent j'ai été hyper dure vis-à-vis de moi-même. En revoyant des trucs d'il y a quelques années, je me dis : « oh bah pourquoi tu t'es pris la tête, c'était pas si mal. » Je me souviens de chroniques sur France Inter dont je suis sortie complètement déprimée. En les revoyant deux ans après, je me dis que ça va, quoi. J'apprends à être plus indulgente avec moi-même, mais pas au point de me faire rire, non.


C'est l'histoire d'une fille...

Infatigable bosseuse qui s'exprime partout où elle le peut, Nora Hamzawi n'est pas une humoriste comme les autres. Loin des clichés d'un humour girly en surabondance, elle a saisi ce qui faisait de l'humour un art universel : s'il permet de rire de tout le monde, il permet aussi et surtout de rire de nous-mêmes.

Si l'on devait qualifier le travail de Nora Hamzawi en un mot, c'est sans aucun doute "naturel" que l'on choisirait. Sur scène, à la télévision, lors de ses chroniques à France Inter ou même au travers de son dernier livre, 30 ans, 10 ans de thérapie, jamais l'humoriste ne se travestit ni ne se déguise. Ce qu'elle raconte, Nora Hamzawi l'a bien souvent vécu. Si elle confesse volontiers prendre au minimum « deux ans » de recul avant de pouvoir rire de ses propres péripéties et qu'elle grossit volontairement les traits les plus noirs de sa personnalité, elle n'en est pas moins authentique. Dans le monde ultra-politisé de l'humour actuel, où les codes sont dictés par une campagne présidentielle hors-norme, le spectacle de Nora Hamzawi est une respiration bienvenue.

Sans tomber dans les clichés des spectacles girly qui peuvent parfois sonner creux, la Cannoise de naissance propose un one-woman-show simple et qui s'adresse à tous. Aux jeunes adultes, évidemment, aux jeunes, tout court, aux anxieux comme elle, et à ceux qui s'en moquent. Voilà l'histoire simple d'une grande enfant qui grandit sans doute trop vite à son goût. C'est sans aucun doute cette sincérité qui parle à son public depuis trois ans. Ici pas de calembours ou d'histoires courtes, des histoires, simplement racontées avec ce qu'il faut d'humain pour qu'elles nous semblent universelles. Après tout, l'humour n'est que plus drôle quand on conçoit qu'il peut servir à rire de nous-mêmes. En bref, Nora Hamzawi, c'est l'histoire d'une fille...

Nora Hamzawi
Au Radiant-Bellevue le vendredi 21 avril


Nora Hamzawi


Radiant-Bellevue 1 rue Jean Moulin Caluire
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Aime ma sœur : "Éléonore" de Amro Hamzawi

Comédie | "Éléonore" ? Désuet et dispensable, avec Nora Hamzawi.

François Cau | Vendredi 25 septembre 2020

Aime ma sœur :

Bavarde impénitente, gaffeuse patentée, en panne d’amour, Éléonore accepte un job alimentaire d’assistante chez un éditeur de romans érotiques. Elle va mettre le souk, mais dans l’intérêt général… Transposant son histoire pour que sa sœur Nora puisse l’interpréter, Amro Hamzawi signe une comédie sentimentale désuète pour l’export, pleine de cartes postales et de Parisiennes trop agaçantes mais sexy (ô-l’amûr-jolie-madmoizel). Hors d’âge et relativement dispensable. Éléonore ★☆☆☆☆ Un film de Amro Hamzawi (Fr, 1h25) avec Nora Hamzawi, Julia Faure, Dominique Reymond…

Continuer à lire

Pensée commune : "Alice et le maire" avec Fabrice Luchini

Comédie dramatique | Un maire à bout d’idées se régénère grâce aux perfusions intellectuelles d’une philosophe. Levant un coin du voile sur les coulisses de nos institutions, Nicolas Pariser raconte aussi l’ambition, la sujétion, le dévouement en politique, ce métier qui n’en est pas un…

Vincent Raymond | Mardi 1 octobre 2019

Pensée commune :

Usé, fatigué… vieilli ? Paul Théraneau, maire de Lyon, éprouve en tout cas un passage à vide intellectuel incitant son cabinet à recruter une jeune philosophe, Alice Heimannn, pour lui redonner des idées. Dans les arcanes du pouvoir, Alice se fait sa place et devient indispensable… L’époque impose de dénigrer les dirigeants politiques, lesquels donnent bien volontiers le bâton pour se faire battre (dans les urnes). Aussi, chaque film s’intéressant à la chose publique et révélant la réalité d’une gouvernance, loin des fantasmes et des caricatures, est salutaire. Alice et le Maire s’inscrit ainsi dans le sillage de L’Exercice de l’État (2011) de Pierre Schoeller. Sans angélisme non plus puisque les manœuvres d’appareil, les mesquineries et jalousies de cabinet ne sont pas tues — mais n’est-ce pas là le quotidien de n’importe quelle entreprise où grenouillent les ambitieux ? Ce sur quoi Pariser insiste, c’est la nécessité pour le responsable politique d’être animé par une inspiration, un souffle ; de disposer d’un socle philosophique et d’un ou une sparring partner int

Continuer à lire