"Bled Runner" aux Nuits de Fourvière : Fellag indépendant !

Humour | Avec ce spectacle en forme de florilège des précédents, l'humoriste algérien prouve qu'il n'a rien perdu de sa superbe.

Nadja Pobel | Mardi 20 juin 2017

Photo : © DR


C'est l'histoire d'un spectacle recomposé à partir d'anciens. Mais ce n'est pas une facilité, plutôt un constat : la réalité accrédite malheureusement ce que Fellag livre depuis plus de vingt ans dans ses seul-en-scène. Dans Bled Runner, il y a cette scène d'un attentat à la valise piégée, écrite pour Petits chocs des civilisations en 2011 : on jurerait que c'est plus récent...

En remontant à son enfance dans les années 1950, l'Algérois trace ainsi, l'air de rien, une histoire française sur ce sujet encore si crispant, comme l'attestent les vives réactions ayant fait suite aux propos d'Emmanuel Macron, alors en campagne, qualifiant cette colonisation de crime contre l'humanité. Fellag choisit le terrain du saltimbanque, évoque les femmes « qui sentent l'huile d'olive et la menthe » et se moque du ramadan « qui rend livide et agressif » sans que jamais ce ne soit un potentiel sujet de discorde. Au contraire : il fait œuvre de pacification, grâce à une forme d'humour et surtout de tendresse pour ces deux pays qui sont les siens.

La langue est au cœur de son propos. Celles qu'il a apprises enfant : l'arabe bien sûr, le kabyle que l'on entend par bribes ici sans qu'il ne prenne la peine (et c'est bien ainsi) de le traduire ; mais aussi le français qu'il a connu via ces soldats qui défonçaient les portes à grands coups de godasses en criant « Raus ! » (imitant alors les occupants allemands de la Deuxième guerre mondiale) ou par la radio, « le deuxième objet moderne après la gégène. »

De manière chronologique, en n'éludant pas l'indépendance ni la violence du GIA et du FIS qui l'ont fait quitter sa terre natale, Fellag livre avec tact un beau et sensible retour sur son parcours.

Fellag, Bled Runner
Aux Nuits de Fourvière les samedi 24 et dimanche 25 juin


Fellag

Bled runner
Théâtres romains de Fourvière 6 rue de l'Antiquaille Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Fellag, Cheikh Sidi Bemol

Chants des marins kabyles
Théâtres romains de Fourvière 6 rue de l'Antiquaille Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Fellag + André Minvielle + Jacques Bonnafé

Comme un poisson dans l'autre
Théâtres romains de Fourvière 6 rue de l'Antiquaille Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Carte blanche à Fellag

Nuits de Fourvière | Actuellement sur la scène du Théâtre antique de Fourvière, Fellag s’octroie une respiration cinématographique au Comœdia où il vient présenter deux films qui (...)

Vincent Raymond | Mardi 27 juin 2017

Carte blanche à Fellag

Actuellement sur la scène du Théâtre antique de Fourvière, Fellag s’octroie une respiration cinématographique au Comœdia où il vient présenter deux films qui lui sont chers. D’abord, Le Gone du Châaba (1998), dans lequel il joua, en présence de l’auteur de ce roman autobiographique, Azouz Begag, ainsi que du réalisateur, l’excellent Christophe “découvreur-de-talents” Ruggia. Ensuite, cet hymne à la salle obscure qu’est Cinema Paradiso de Giuseppe Tornatore, lequel pourrait bien faire le déplacement pour l’occasion. Carte blanche à Fellag Au Comœdia les samedi 1er et dimanche 2 juillet à 11h15 à 19h30

Continuer à lire

Mirage de l'Atlas

Pop | Déjà présents sur la scène du théâtre antique en 2012, c'est avec davantage de bouteille et de notoriété que revient Frànçois & the Atlas Mountains. (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 20 juin 2017

Mirage de l'Atlas

Déjà présents sur la scène du théâtre antique en 2012, c'est avec davantage de bouteille et de notoriété que revient Frànçois & the Atlas Mountains. Entre-temps sont sortis Piano Ombre, album de l'envol, critique comme esthétique, et Solide Mirage, paru en ce début d'année. Un disque enregistré en Belgique qui se veut, comme c'est l'ère du temps, plus politique, et léger changement de line-up oblige, musicalement ré-orienté – et parfois désorientant. Où l'on retrouve donc, un peu différemment et en français dans le texte seulement, la grâce dansante et la candeur poétique de Frànçois Marry et ses troupes, jamais autant à leur affaire que quand il s'agit d'enflammer une scène avec des morceaux retravaillés ad hoc. Ce qui donne toujours une envie supplémentaire d'aller vérifier ce dont leurs disques sont capables une fois mis en scène. S'agissant-là de la première (la seule ?) date française de cette tournée Solide Mirage, peut-être faut-il se précipiter. Yann Tiersen + Frànçois & The Atlas Mountains Au Théâtre antique de Fourvière le mercredi 7 juillet

Continuer à lire

Plume sur le départ

Nuits de Fourvière | 33 ans après sa naissance, le Cirque Plume vit son ultime spectacle, une bien nommée Dernière saison avant que cette troupe avant-gardiste du nouveau cirque plie définitivement son chapiteau. A quelques mois de s'installer aux Nuits de Fourvière, Bernard Kudlak, le directeur se confiait.

Nadja Pobel | Mardi 20 juin 2017

Plume sur le départ

Ils ont voulu mettre la rêverie et l'esprit vagabond sur un plateau, ils ont inventé le cirque sans animaux, rendant aux humains leur part d'animalité (No animo mas anima, 1990). Alors que les arts du cirque n'étaient pas institutionnalisés en CNAC, les membres de Plume ont défriché un nouveau. Voilà l'épilogue de leur histoire. Qu'est-ce que le cirque pour vous ? Bernard Kudlak : La culture du cirque a à voir avec l'inconscient. Le mot "poétique" n'était pas bien vu à nos débuts. Il fallait être plus guerrier que poète. Le cirque est un art resté longtemps marginal, avec pour fait essentiel de partager un large public sans étiquette sociale. À quoi va ressembler cette Dernière saison ? Nous sommes des gens de la campagne, des indiens, des apaches (sic), on travaille sur les feuilles, la mer... On va créer une 5e saison. On se baladera notamment dans une forêt, cet endroit interdit avec des fuyards, des réprouvés, des immigrés, des hommes sauvages... On sera quinze : sept circassiens et huit musiciens, des Catalans, Italiens, Argentins.

Continuer à lire

Le dernier tour du Cirque Plume

SCENES | Les Nuits de Fourvière réinvestissent en 2017 le parc de Parilly et présentent, avec la Maison de la Danse, la der des der création du Cirque Plume, la (...)

Nadja Pobel | Jeudi 2 février 2017

Le dernier tour du Cirque Plume

Les Nuits de Fourvière réinvestissent en 2017 le parc de Parilly et présentent, avec la Maison de la Danse, la der des der création du Cirque Plume, la bien-nommée Dernière saison. Du 30 juin au 5 août, 30 dates sont prévues pour mille spectateurs attendus chaque soir sous l'immense chapiteau de cette compagnie historique du nouveau cirque, née au début des années 80. Déjà venus à ce même endroit pour Tempus fugit en 2013, Bernard Kudlak et sa troupe travaillent cette fois-ci, non pas sur un best of de 30 ans de carrière comme pour le précédent, mais sur la matière qui émaille le déroulement d'une année : les feuilles, la neige, la mer... Cette balade se fera avec sept circassiens dont beaucoup de petits nouveaux venus de Catalogne, Italie, Argentine, et les fidèles musiciens (piano, accordéon, basse, clarinette). Pour cette compagnie, grandiose par l'ambition de son entreprise mais artisanale dans son fonctionnement économique et artistique, ce spectacle est aussi

Continuer à lire

Matthieu Chedid ouvrira les prochaines Nuits de Fourvière

Festival | On connaît le nom de celui qui ouvrira la prochaine édition des Nuits de Fourvière. Ou plutôt, de ceux qui l'ouvriront... car Matthieu Chedid, alias M, sera (...)

Sébastien Broquet | Mercredi 14 décembre 2016

Matthieu Chedid ouvrira les prochaines Nuits de Fourvière

On connaît le nom de celui qui ouvrira la prochaine édition des Nuits de Fourvière. Ou plutôt, de ceux qui l'ouvriront... car Matthieu Chedid, alias M, sera bien accompagné pour ces trois dates (du 1er au 3 juin) dans le grand théâtre : Toumani Diabaté et Sidiki Diabaté seront là pour l'entourer, avec en prime des invités spéciaux dont font partie Oxmo Puccino et Fatoumata Diawara. Ce seront les premiers concerts de son nouveau projet, Lamomali, dont la cover est réalisé par JR. Ouverture de la billetterie prévue le lundi 27 mars à 14h.

Continuer à lire

Fellag, invité d'honneur aux Nuits de Fourvière 2017

Nuits de Fourvière | Bilan positif pour les Nuits de Fourvière, malgré une fréquentation en baisse : 136 000 spectateurs se sont déplacés pour cette édition 2016, il est vrai perturbée (...)

Sébastien Broquet | Lundi 15 août 2016

Fellag, invité d'honneur aux Nuits de Fourvière 2017

Bilan positif pour les Nuits de Fourvière, malgré une fréquentation en baisse : 136 000 spectateurs se sont déplacés pour cette édition 2016, il est vrai perturbée plusieurs fois par la pluie (voire le déluge, lors de l'Éclat Final en compagnie de Celso Piña et Danyel Waro). Côté artistique, c'est une réussite : de la création autour de Moondog au cirque débridé des frères Forman, en passant par les émouvants et toujours aussi classe Tindersticks, ou encore la très réussie

Continuer à lire

Monsieur Lazhar

ECRANS | De Philippe Falardeau (Canada, 1h35) avec Fellag, Sophie Nélisse…

Christophe Chabert | Mercredi 29 août 2012

Monsieur Lazhar

Première scène : une institutrice se pend dans sa classe, et l’élève qui découvre le corps en sort meurtri. L’onde de choc se propage à toute l’école, jusqu’à ce que débarque un sauveur providentiel, Monsieur Lazhar (Fellag), qui va chercher à exorciser le trauma en imposant ses propres méthodes d’enseignement. Encore une bisounourserie venue du Québec ? Un Cercle des poètes disparus à la mode canadienne ? Oui et non. Falardeau est moins hypocrite que ses collègues et se coltine franchement la dimension mélodramatique de son histoire, qui brasse beaucoup de gros sujets : le principe de précaution appliqué à l’éducation, la parole sacralisée de l’enfant, l’immigration, le droit à la deuxième chance… Ambitieux, mais assez confus, le film s’avère parfois très douteux dans son côté "tout fout le camp, surtout l’autorité" ou "la pédagogie moderne, ça ne fait pas des élèves instruits". Le recours au sempiternel sentimentalisme québécois n’en est que plus gênant, chantage affectif et lacrymal là où l’on voudrait de la dialectique et de la mise en perspective d’un débat complexe présenté ici comme un fait accompli. Et pourtant, comme disait l’autre, «ça se discute».

Continuer à lire

Dernier étage, gauche, gauche

ECRANS | D’Angelo Cianci (Fr, 1h33) avec Hyppolite Girardot, Fellag…

Christophe Chabert | Mercredi 10 novembre 2010

Dernier étage, gauche, gauche

Une barre HLM, un ado qui s’enferme dans un des appartements avec son père et un huissier venu les expulser, des policiers et un préfet tentant de le ramener à la raison ; les ingrédients d’un «drame de la banlieue» pontifiant et naturaliste sont là. Mais Angelo Cianci choisit de prendre tout ça à rebours et lorgne vers la comédie italienne pour offrir un regard différent sur un sujet d’actualité. Comédie italienne, cela veut dire mélange de légèreté et de sérieux, mais aussi ambition formelle, et la mise en scène est largement à la hauteur du challenge : scope judicieusement utilisé, belle photo, énergie constante des acteurs et de la caméra. Seul le scénario peine à suivre : des personnages sont sacrifiés (la femme de l’huissier jouée par Judith Henry ou la fliquette compréhensive), certaines séquences s’étirent ou se répètent un peu trop… Le film semble louper son format, à la fois trop long et trop court, mais témoigne en tout cas d’un talent de cinéaste à suivre.CC

Continuer à lire