L'Envol de Plume

Nadja Pobel | Mardi 27 juin 2017

Photo : © Yves Petit


C'est une aventure comme on n'en fera sans doute plus en France : ces superproductions qu'il faut trois années pour amortir s'éteignent peu à peu, contrairement à des locomotives comme le Cirque du Soleil. Il ne reste plus dans cette catégorie que Ariane Mnouchkine, et Bartabas. Et le Cirque Plume. Ces deux derniers sont les seuls à pouvoir remplir trente soirs d'affilée un chapiteau de mille places. Pourtant, il reste une forme d'artisanat derrière ces chiffres.

Créée chez eux à Besançon en mai dernier, cette Dernière saison est pour Plume le commencement de la fin. Ce cirque a été précurseur, dès sa création en 1983, avec Amour, jonglage et falbalas, d'une façon de faire vivre le spectacle de rue, la magie, la musique... « C'était une histoire sociale » comme le précisait encore en mars dernier Bernard Kudlak son directeur, « il fallait faire ça pour mille raisons, politiques, personnelles. Nous étions nourris par le Living Theater (NDLR qui fit scandale à Avignon en 1968), le festival international de Nancy (NDLR qui révéla Bob Wilson), Augusto Boal et son théâtre amateur et l'envie de faire quelque chose pour tout le monde. On ne voulait pas de la société telle qu'elle était. Être en itinérance, c'était être à côté, une vie en marge. »

Ce cirque est un manifeste. C'est lui qui va en finir avec les animaux, dans No animo mas anima. Il y a trois ans, Tempus fugit, un best-of à l'occasion de leurs trente ans, reprenait des numéros qui, à nos yeux, paraissaient vieillis tant le nouveau cirque n'a cessé de se renouveler ces dernières années. Mais c'est bien à ces anciens que de nombreux jeunes circassiens (dont certains sont cette semaine aux Subsistances) doivent peut-être bien leur désir de prendre la tangente.

La Dernière Saison
Au Parc de Parilly dans le cadre des Nuits de Fourvière du 30 juin au 5 août


Cirque Plume

La dernière saison
Parc de Parilly Bron
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Plume sur le départ

Nuits de Fourvière | 33 ans après sa naissance, le Cirque Plume vit son ultime spectacle, une bien nommée Dernière saison avant que cette troupe avant-gardiste du nouveau cirque plie définitivement son chapiteau. A quelques mois de s'installer aux Nuits de Fourvière, Bernard Kudlak, le directeur se confiait.

Nadja Pobel | Mardi 20 juin 2017

Plume sur le départ

Ils ont voulu mettre la rêverie et l'esprit vagabond sur un plateau, ils ont inventé le cirque sans animaux, rendant aux humains leur part d'animalité (No animo mas anima, 1990). Alors que les arts du cirque n'étaient pas institutionnalisés en CNAC, les membres de Plume ont défriché un nouveau. Voilà l'épilogue de leur histoire. Qu'est-ce que le cirque pour vous ? Bernard Kudlak : La culture du cirque a à voir avec l'inconscient. Le mot "poétique" n'était pas bien vu à nos débuts. Il fallait être plus guerrier que poète. Le cirque est un art resté longtemps marginal, avec pour fait essentiel de partager un large public sans étiquette sociale. À quoi va ressembler cette Dernière saison ? Nous sommes des gens de la campagne, des indiens, des apaches (sic), on travaille sur les feuilles, la mer... On va créer une 5e saison. On se baladera notamment dans une forêt, cet endroit interdit avec des fuyards, des réprouvés, des immigrés, des hommes sauvages... On sera quinze : sept circassiens et huit musiciens, des Catalans, Italiens, Argentins.

Continuer à lire

Le dernier tour du Cirque Plume

SCENES | Les Nuits de Fourvière réinvestissent en 2017 le parc de Parilly et présentent, avec la Maison de la Danse, la der des der création du Cirque Plume, la (...)

Nadja Pobel | Jeudi 2 février 2017

Le dernier tour du Cirque Plume

Les Nuits de Fourvière réinvestissent en 2017 le parc de Parilly et présentent, avec la Maison de la Danse, la der des der création du Cirque Plume, la bien-nommée Dernière saison. Du 30 juin au 5 août, 30 dates sont prévues pour mille spectateurs attendus chaque soir sous l'immense chapiteau de cette compagnie historique du nouveau cirque, née au début des années 80. Déjà venus à ce même endroit pour Tempus fugit en 2013, Bernard Kudlak et sa troupe travaillent cette fois-ci, non pas sur un best of de 30 ans de carrière comme pour le précédent, mais sur la matière qui émaille le déroulement d'une année : les feuilles, la neige, la mer... Cette balade se fera avec sept circassiens dont beaucoup de petits nouveaux venus de Catalogne, Italie, Argentine, et les fidèles musiciens (piano, accordéon, basse, clarinette). Pour cette compagnie, grandiose par l'ambition de son entreprise mais artisanale dans son fonctionnement économique et artistique, ce spectacle est aussi

Continuer à lire

Léger, léger

SCENES | Dans le cadre des Nuits de Fourvière et pour célébrer ses trente ans, le Cirque Plume investit le Parc de Parilly durant un mois avec "Tempus fugit ?", une décevante succession de numéros sans âme ni génie. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Lundi 1 juillet 2013

Léger, léger

Jusqu'au début du mois d'août, le Cirque Plume offre les premières représentations mondiales (à part un rodage à domicile, à Besançon) de sa nouvelle création, Tempus fugit ?, à un public lyonnais qui le lui rend bien : près de mille personnes chaque soir, vingt-neuf dates complètes auxquelles s’en sont rajoutées deux... Pourtant, force est de constater que le résultat est loin d’être à la hauteur de l’événement. Et c’est d’autant plus flagrant que l’offre en nouveau cirque n’a jamais été aussi dense dans l’agglomération lyonnaise, à commencer par ce que proposent les Nuits de Fourvière, justement : le collectif Les 7 doigts de la main les années précédentes, le très bon Opus cette année (par Circa et le Quatuor Debussy) et l’excellent Pour le meilleur et pour le pire par le Cirque Aïtal. Le festival UtoPistes des Célestins a aussi permis ces derniers jours de revoir les fascinants Yoann Bourgeois et Mathurin Bolze (Nuage) en plein air ou d

Continuer à lire

Nuits de Fourvière 2013 - La programmation

MUSIQUES | Pour certains, le début du printemps coïncide avec la floraison des crocus et le réveil des hérissons. Pour d'autres, elle s'incarne dans un bouillonnement hormonal, dans une atmosphère révolutionnaire ou dans une recrudescence de la présence de punks à chien (les hirondelles des citadins). Au Petit Bulletin, le printemps devient réalité au moment où les Nuits de Fourvière dévoilent l'intégralité leur programmation. Benjamin Mialot

Benjamin Mialot | Samedi 23 mars 2013

Nuits de Fourvière 2013 - La programmation

Cette année, c'est ve lundi 25 mars à 11h que les Nuits de Fourvière ont annoncé qui, à l'instar de M (13 juin), Dead Can Dance (27 juin), Crosby, Stills & Nash (16 juillet) et Nick Cave (27 juillet), aura cet été l'insigne honneur d'être enseveli sous des coussins – au contraire du Cirque Plume qui, pour rappel, investira le Parc de Parilly du 28 juin au 1er août. La colline a des vieux S'il fallait résumer la teneur de cette édition 2013 des Nuits en un mot qui n'existe pas, ce serait vénérabilité. Et pour cause ! L'événement a beau accueillir chaque année son lot de mythes vivants, on a rarement vu une telle concentration d'artistes aux carrières longues comme des jours sans communiqués de presse (notre pain quotidien) à son affiche. Jugez plutôt : outre le rereretour du metteur en scène Georges Lavaudant (en ouverture du 4 au 12 juin avec un Cyranoc de Bergerac), les antiques hauteurs de Lyon verront défiler les chorégraphes Angelin Preljocaj

Continuer à lire

Le Cirque Plume à Fourvière

SCENES | Le Cirque Plume, troupe franc-comtoise qui depuis trente ans mêle comme aucune autre virtuosité et poésie, fête en 2013 ses trente années d'activité avec Tempus (...)

Benjamin Mialot | Mercredi 30 janvier 2013

Le Cirque Plume à Fourvière

Le Cirque Plume, troupe franc-comtoise qui depuis trente ans mêle comme aucune autre virtuosité et poésie, fête en 2013 ses trente années d'activité avec Tempus Fugit, oeuvre musicale et acrobatique sur le temps et la mémoire. Après Besançon, c'est Lyon qui en aura la primeur dans le cadre des Nuits de Fourvière. Le festival accueillera en effet le spectacle du 28 jun au 1er août au Parc de Parilly, là où Zingaro avait installé son écurie mobile l'an passé. Les places sont d'ores et déjà en vente à l'adresse suivante : http://www.nuitsdefourviere.com

Continuer à lire