Thomas Lebrun : « comment séduire en dansant »

Danse | Thomas Lebrun est danseur et chorégraphe, il est aussi l’actuel directeur du CCN de Tours. Jeu de ping-pong avec cet habitué des Subsistances (il y a créé en 2009 le déjanté Itinéraire d’un danseur grassouillet) qui revient avec sa dernière pièce Les Rois de la piste.

Anne Huguet | Mercredi 17 janvier 2018

Photo : © DR


Avec Les Rois de la piste, proposition joyeuse et burlesque mais pas que, il convoque sur la piste de danse (cet endroit qui concentre les énergies et rapproche les corps) une sacrée galerie de personnages. Une heure quinze durant, Thomas Lebrun et ses quatre danseurs incarnent une multitude de "gens" qui s'abandonnent, à tour de rôle et sans retenue, au démon de la danse, se déhanchent, s'exhibent, se libèrent, se dévergondent, laissant libre cours à leurs fantasmes, leurs délires et leurs pensées les plus intimes. Une plongée jouissive dans les gestuelles à travers les styles musicaux (funk, house, disco, techno...) mais qui, en filigrane, questionne des sujets plus sérieux comme le désir de séduction, le besoin d'être vu ou l'affreuse solitude qui entoure beaucoup de gens.

De quoi parle Les rois de la piste ?
Thomas Lebrun : C'est un spectacle sur les danses populaires ou plutôt les danses de "tout le monde". On a aussi cherché à s'intéresser aux danses dites de séduction, ou comment séduire en dansant. Du coup, on se retrouve avec une galerie de personnages hauts en couleur, parfois grotesques ou plus intimistes. Et plein de façons de danser. Un peu comme un Arturo Brachetti de danses de discothèques ! Nous sommes cinq danseurs, mais il y a une quarantaine de personnages qui défilent. Ce sont tous des gens qui nous ont accompagnés, que l'on a croisé ou qui nous ressemblent un peu à un moment donné de notre vie. Ainsi, j'ai été gogo dancer, enfin quand j'étais jeune et svelte (rires) ! On ne se moque jamais de toutes ces personnes que l'on incarne. Ce qui m'intéresse ici, c'est plutôt l'histoire d'un soir, comment des gens qui veulent être vus ou s'exposer s'y prennent ? Sont-ils à l'aise ou pas, là-dedans ? Est-ce pathétique ? Cohérent ? Même si c'est très festif, il y a des gens qui se sentent émus par la solitude qui se dégage de la pièce.

Écriture très léchée ou lâcher prise : comment définiriez-vous la danse que vous donnez à voir ?
Toujours sur le fil ! Parce que si l'on est trop dans le lâcher prise, la pièce ne marche pas. On est obligé pour tenir le sens du spectacle, le rythme, l'attention. Pour ne pas tomber dans la caricature non plus. En fait, avec toutes ces contraintes, il faut trouver la liberté d'interprétation. Et c'est toujours à remettre en cause. Les passages des personnages sont très rapides, entre dix et quarante secondes sur le plateau, ensuite on court pour se changer, on va d'un personnage à l'autre (drag queen, banquier bourré...), du coup on valse énormément. On est obligé d'être très clair sur quelle densité physique avoir, quelle vitalité, quelle attitude, quelle morphologie adopter… Bien sûr, c'est une pièce d'interprètes. Mais il y a toujours chez moi un travail au millimètre sur la chorégraphie, l'espace, la musique. En même temps, il y a ici un coté burlesque qui prend plus de force que dans d'autres pièces.

Peut-on parler ici de danse-performance ?
Cela dépend du sens que l'on donne à performance. Une performance, normalement, c'est une proposition "unique", quelque chose qu'a priori on ne répète pas. Là, on parle d'un spectacle très écrit que l'on joue et rejoue. On peut parler de performance d'interprétation. Car si le timing ou le caractère du personnage (donc la physicalité, le style, l'allure) sont très précis, quelque part la danse n'est pas écrite, il y a donc une liberté dans les mouvements.

Il y aura même un grand bal de fin ?
Qu'on se le dise, quelques personnages des Rois de la piste vont se retrouver sur le dancefloor. Et sur la piste de danse, il va falloir mouiller la chemise sinon les gens vont se faire engueuler s'ils ne travaillent pas ! (rires)

Les Rois de la piste
Aux Subsistances du 30 janvier au 3 février


Thomas Lebrun

Les Rois de la piste
Les Subs 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

États d'urgence

SCENES | Le chorégraphe Rachid Ouramdane mélange souvent la danse aux arts visuels, à la vidéo notamment. Ses pièces s'appuient par ailleurs sur un croisement entre la (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 18 février 2014

États d'urgence

Le chorégraphe Rachid Ouramdane mélange souvent la danse aux arts visuels, à la vidéo notamment. Ses pièces s'appuient par ailleurs sur un croisement entre la petite histoire de ses interprètes et la "grande histoire". Après Superstars en 2006, il crée à nouveau une pièce pour le Ballet de l'opéra de Lyon, Tout atour, qui se veut notamment une «expérience sensible» pour dix interprètes où «l’urgence des corps nous raconte cet état d’urgence du monde. Je voudrais partager cette capacité à exprimer cette urgence avec les danseurs du ballet. Montrer par le corps que la société met en place des mécanismes qui nous détruisent, que nous sommes dépassés par ce que l’humain génère». Cette création présentée au Radiant-Bellevue du 22 au 27 février sera accompagnée de deux autres pièces superbes : la Grosse Fugue de Maguy Marin et le duo Critical Mass de Russell Maliphant. Aux Subsistances (du 25 février au 1er mars), l'inclassable Thomas Lebrun poursuit quant à lui son travail intitulé Trois décennies d’amour cerné, regard occidental sur l’amour et le sida depuis son apparition. Son solo créé pour Moussa Camar

Continuer à lire

Belle musique, belle danse

SCENES | Mythe grec à l'origine, puis sujet de nombreuses représentations picturales, «La Jeune fille et la mort» est devenu avec Schubert un lied en 1817, puis un (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 27 avril 2012

Belle musique, belle danse

Mythe grec à l'origine, puis sujet de nombreuses représentations picturales, «La Jeune fille et la mort» est devenu avec Schubert un lied en 1817, puis un superbe quatuor à cordes en 1824... Après Maguy Marin notamment, Thomas Lebrun s'empare de la partition de Schubert (avec un quatuor et un chanteur lyrique, Benjamin Alunni, sur scène) pour inventer une pièce chorégraphique avec sept interprètes aux personnalités aussi fortes qu'hétérogènes. Son spectacle (jeudi 3 et vendredi 4 mai à la Maison de la danse), qui défend l'idée de «belle danse» et croise l'érotisme au romantisme de la mort, est pour le moins attendu. JED

Continuer à lire