Dominique Hervieu : « mon cheval de bataille, c'est la création »

Biennale de la Danse | Directrice de la Maison de la Danse et de la Biennale de Lyon depuis 2011, Dominique Hervieu nous livre sa conception de la danse, de la programmation d'une Biennale, des relations entre les corps et les nouvelles technologies... Et quelques confidences plus personnelles.

Jean-Emmanuel Denave | Mercredi 12 septembre 2018

Photo : Dominique Hervieu © Stéphane Rambaud


En tant que spectatrice, quel a été votre premier grand choc chorégraphique ?
Dominique Hervieu : C'était la série de performances de Jan Fabre créée dans les années 1980, C'était du théâtre comme c'était à prévoir, présentée au Petit Théâtre de Bastille à Paris. Plus qu'un choc, ce fut même une révolution, pour moi danseuse classique à l'époque. Cette pièce m'a ouverte à la création contemporaine, et j'y ai été sensible aux glissements entre danse et théâtre, danse et arts plastiques. Il y avait dans cette œuvre de Jan Fabre une grande sensibilité, un engagement parfois au bord de l'hystérie, un mélange si singulier entre hyper sobriété et hyper théâtralité.

Et le dernier en date ?
Il y en a deux. D'abord un solo de Oona Doherty (Lazarus & the Birds of Paradise) où la jeune chorégraphe parvient à nouer ensemble les questions du sens, du corps et du mouvement. Il n'y a pas chez elle de message ajouté en dehors de ce qu'elle danse : avec son corps même, elle pose la question du rapport à la société, à la violence de l'Irlande du Nord, à la mystique et à la foi aussi. Oona incorpore une sensibilité à la question qu'elle pose, à la situation de la société nord-irlandaise : son corps devient tour à tour doux, violent, il devient contradictoire. Son corps est très expressif sans être ni dans la contextualité, ni dans la caricature, ni dans la théâtralité au premier degré. C'est très rare. Elle reprendra ce solo de dix-sept minutes dans la première partie de sa création pour la Biennale, qui comportera en tout quatre parties.

Le second choc ce sont les Grecs, et par exemple le jeune chorégraphe Euripides Laskaridis qu'on accueille à la Biennale, avec son duo Titans. Il y entremêle la spécificité de son imaginaire (qui s'appuie sur le grotesque, le genre, la déformation du corps...), sans provocation gratuite, l'ouverture aux spectateurs, et un appui peut-être spécifiquement grec sur la mythologie, de grands récits universels. Les Grecs ont cette capacité de passer du singulier à l'universel.

Vous parlez de sensibilité chez Jan Fabre, Oona Doherty et d'autres. La danse généralement est du côté du corps, du sensible, d'une expression directe et immédiate. Il paraît paradoxal, du coup, que la danse contemporaine, si directe et immédiate, semble encore angoisser un certain public ?
Il reste aujourd'hui des préjugés concernant la danse contemporaine comme : c'est hermétique, c'est intello... C'est vrai que c'est très étrange et très paradoxal, car la danse est un langage largement partagé dans les boîtes de nuit, les carnavals, la danse sociale des fêtes... Tout le monde a un jour dansé dans sa vie, ce qui n'est pas le cas pour les autres arts.
On retrouve aussi la danse dans les films, à la télévision dans les clips (via notamment le hip-hop), derrière les chanteurs sur les plateaux, et même dans les pubs ! Il y a une sorte d'écart paradoxal entre cette présence du corps en mouvement et la réceptivité à la création chorégraphique.
Autre exemple encore : peu de gens qui pratiquent la danse dans des associations viennent vers les œuvres. Il existe une sorte de clivage entre la danse de divertissement et la danse de création. C'est un vrai travail pour nous d'inventer des ponts et de faire passer les gens du plaisir de danser à la culture chorégraphique, culture qui peut, bien sûr, être une culture populaire.

D'où ce travail que vous menez à la Biennale et à la Maison de la Danse, de "mise en mots" de la danse, et de sensibilisation ?
Oui avec la Fabrique du regard, la Minute du spectateur, et aussi l'ouverture des conférences de presse de la Biennale au public (pour montrer que les chorégraphes sont très engageants par rapport à leurs œuvres, très éclairants, très partageurs...). Ou bien encore, cette année, avec le Dansathon dont l'objectif est de faire travailler ensemble des chorégraphes, des gens de la communication, des webmasters, des gens de l'intelligence artificielle et de la réalité virtuelles, pour aboutir à une forme de médiation via les réseaux et Internet. L'objectif est de pouvoir toucher un public en utilisant les nouveaux médias et les nouvelles technologies d'aujourd'hui.

Jusqu'au virtuel ?
Le chorégraphe Gilles Jobin, qui est l'auteur d'une œuvre relativement abstraite, s'est orienté, et c'est l'un des premiers, vers une recherche sur la réalité virtuelle chorégraphique. Avec sa création VR_I, on pourra s'immerger dans son ballet (avec un casque, des capteurs, etc.) : là la réalité virtuelle rend les spectateurs plus sensibles à la danse, parce qu'ils sont dans l'interaction, dans l'immersion, et tout à coup le corps et le langage abstrait de Gilles Jobin deviennent saisissables et l'émotion passe. Vivre soi-même l'expérience chorégraphique conduite par un artiste (ce qu'on a naguère dans les années 1990 nommé la "sensibilisation") ouvre beaucoup l'esprit : le sensoriel donne accès au sens.

Une autre clef pour ce travail de sensibilisation, c'est le hip-hop, avec un hip-hop d'auteur, pour ouvrir à toutes les facettes de l'art. Globalement, aujourd'hui, le point prioritaire de tout programmateur de danse c'est l'accès du public et la démocratisation.

Cette diversité est au cœur de chaque biennale

Au-delà de Gilles Jobin, on remarque une très forte présence de l'image (sous toutes ses formes) mêlée à la danse dans la programmation de la Biennale. C'est une volonté de votre part ou bien un constat de ce qui se fait ?
C'est un mélange des deux. Moi, je défends une diversité esthétique à l'encontre de tout dogme ou de toute chapelle. Cette diversité est au cœur de chaque biennale, mais ça n'empêche pas de voir, à chaque édition, si quelque chose se dégage : un air du temps, une communauté esthétique, des liens entre des artistes qui ne se connaissent pas, un territoire esthétique.
Et celui de l'image s'est imposé : Rachid Ouramdane travaille avec un vidéaste, Oona Doherty réalise des courts-métrages, Josef Nadj présentera ses photographies au Musée des Beaux-Arts, Cris Blanco s'amusera à faire un film devant les spectateurs, Angelin Preljocaj sort un film au cinéma... Maxime Fleuriot (conseiller artistique de la Biennale) a creusé cette veine de l'image pour en faire carrément une section à part dans la Biennale (projections de films, spectacles en réalité virtuelle, Dansathon...).

On présente aussi la pièce culte de Merce Cunningham, Biped, où, en 1999 à 79 ans, Cunningham interroge le rapport de la danse à l'image, et aussi à l'informatique avec son logiciel de motion capture. Biped est un dialogue entre danseurs réels et danseurs virtuels. Cunningham et d'autres pionniers (DV8, Jan Fabre, William Forsythe, Bob Wilson...) se sont emparés très tôt de cette question. Cela a ouvert aussi des portes avec les arts plastiques et la performance. J'ai l'impression que les chorégraphes sont particulièrement curieux des autres arts.

Concernant la réalité virtuelle, les choses débutent et la question reste : qu'est que la réalité virtuelle peut apporter au-delà de son aspect spectaculaire, est-ce que ça peut créer en danse de nouvelles dramaturgies, de nouvelles écritures ? On pourra peut-être avoir des éléments de réponse avec Yoann Bourgeois qui a déjà présenté plusieurs variations de sa Fugue, et à qui j'ai demandé d'en faire une nouvelle variation en réalité virtuelle pour la Biennale (c'est ma seule commande, du reste). Là on verra si cette variation apporte ou non quelque chose...

Le risque étant, avec la réalité virtuelle comme avec l'image en général, que la danse perde son rapport privilégié et essentiel au corps ?
Oui, c'est vrai, mais je pense que ceux qui ne perdront jamais ce rapport au corps en utilisant les nouvelles technologies, ce sont justement les chorégraphes ! Parce que c'est leur culture, leur métier, leur outil, c'est leur vie ! Cette crainte de l'immatérialité est légitime, mais la danse ne peut pas fermer les yeux et passer à côté des nouveaux médias et des nouvelles images, si présents au quotidien aujourd'hui. Je pense que les chorégraphes seront ceux qui parviendront à résoudre l'équation de la relation au corps avec cette dimension numérique.

La question posée, par la réalité virtuelle par exemple, c'est : est-ce que c'est seulement un gadget et un truc de séduction, ou bien est-ce qu'on est dans une poésie, du sens, de l'émotion ?

Mon parti pris en l'occurrence c'est la diversité esthétique

La Biennale fait la part belle aussi à la création. Création qui est aussi au cœur du projet des Ateliers de la Danse, dans l'ancien Musée Guimet, qui ouvriront en 2021...
Depuis ma prise de fonctions à la Biennale et à la Maison de la Danse, la création est mon cheval de bataille ! Pour moi, il serait aberrant que les quelque 250 000 spectateurs de ces deux structures ne soient pas mis au contact des créateurs, des processus de création...
En 2016, la Maison de la Danse a obtenu le label de Pôle européen de création qui est un marqueur d'institutions travaillant ensemble (Biennale, Maison et bientôt Ateliers) dans une logique de production, de médiation et de diffusion. Ce pôle s'articule avec quatre autres lieux et festivals européens à Porto, Liège, Barcelone et Londres. Les temps de résidence et de création sont importants pour le public, pour défendre nos choix auprès des professionnels, pour fidéliser des artistes internationaux. En attendant les Ateliers, la Maison de la Danse accueille des artistes associés comme Oona Doherty cette année. La dynamique est en route.

Pour la Biennale, ce qui est compliqué avec la création c'est de trouver un équilibre entre le niveau de risque et l'adhésion du public, avec parfois des œuvres très fraîches, un peu fragiles encore. En 2018, nous auront vingt créations, avec Maguy Marin, Rachid Ouramdane, Saburo Teshigawara, Jérôme Bel, Alessandro Sciarroni, Angelin Preljocaj, Mourad Merzouki. Ces derniers sont des artistes de référence, et il y aura d'autre part des créations de jeunes chorégraphes comme Oona Doherty. Notre équilibre ressemble à celui du Festival d'Avignon pour les créations, avec des maîtres et des nouveaux.

Est-ce que le fait d'être chorégraphe change quelque chose dans la programmation d'une Biennale ?
Je me vis comme un tout : une chorégraphe, une danseuse, une programmatrice... C'est difficile de répondre à cette question, mais ce dont je peux témoigner, c'est que beaucoup de chorégraphes me disent « on te parle comme à une collègue, et pas comme une directrice de festival. »

Il y a une pratique que j'ai connue moi-même et, du coup, je ne pose peut-être pas les mêmes questions, j'ai un grand respect pour les créateurs, et j'ai été moi-même à leur place pour convaincre des directeurs de festivals. Il y a une forme de familiarité, et je sais peut-être un peu plus que d'autres la fragilité au moment de la création, la porosité des artistes en cours de création au contexte de l'actualité du moment, l'incroyable chemin à effectuer entre le projet et la réalisation du projet...

Fellini disait « entre le moment du projet et sa réalisation, on y va à genoux ». Je connais la cuisine et ça facilite les relations, mais à l'inverse je suis un peu fragilisée aussi parce que je suis très en phase avec le processus créateur des chorégraphes. Programmer une Biennale est aussi stressant pour moi que de faire une création, je revis exactement les mêmes angoisses. Une Biennale n'est certes pas une chorégraphie, mais c'est un projet esthétique : c'est l'idée de concevoir un regard particulier, de choisir un parti pris, un point de vue... On est là tout près des enjeux d'une création.

Mon parti pris en l'occurrence c'est la diversité esthétique, jusqu'à Tokyo Gegegay, compagnie japonaise tellement extravagante et différente de notre culture. Une Biennale, selon moi, peut accueillir des œuvres comme celle-ci, des oeuvres très éloignées de la doxa contemporaine française. C'est un risque de programmation auprès du public et de la critique. Et ce n'est pas si fréquent d'inviter, dans un festival de danse, tout à la fois Tokyo Gegegay, Mourad Merzouki et Jérôme Bel !

18e Biennale de la Danse
Du 11 au 30 septembre

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lyon : les Ateliers de la Danse seront adossés au groupe scolaire Kennedy

Danse | L'opposition a grincé après l'annonce de l'abandon du projet d'Ateliers de le Danse dans l'ancien Musée Guimet. Ateliers qui seront relocalisés dans le 8e, sur le site du groupe scolaire Kennedy, tout proche de la Maison de la Danse. Une décision qui impacte par ricochet l'avenir du Musée Guimet mais aussi de l'ancienne ENSBA.

Sébastien Broquet | Mardi 20 octobre 2020

Lyon : les Ateliers de la Danse seront adossés au groupe scolaire Kennedy

L'annonce a bousculé et montré que les Verts et leurs alliés n'hésiteraient pas à aller à l'encontre des habitudes prises sous le règne Collomb et que les caciques de la culture lyonnaise devraient remettre leur trône en jeu : ainsi Dominique Hervieu, directrice de la Maison de la Danse, maîtresse de cérémonie de la Biennale de la Danse, l'incontournable pivot de tout ce qui touche à l'art chorégraphique dans la cité — et ce, avec un talent indéniable. Mais la voici challengée, de nouveau : son projet de Maison de la Danse à Confluence avait déjà été retoqué — non pas par les politiques locaux emmenés alors par Georges Képénékian et Gérard Collomb, qui défendaient le projet, puisque c'est le Ministère de la Culture qui avait refusé de suivre financièrement comme nous l'avait expliqué en juin dernier Georges Képénékian pendant la campagne élector

Continuer à lire

Les Ateliers de la Danse n'iront pas à Guimet

Danse | Grégory Doucet et Nathalie Perrin-Gilbert retoquent le projet d'installer des Ateliers de la Danse dans l'ancien musée Guimet — trop coûteux — sans pour autant remettre en question le concept de Dominique Hervieu en lui-même, qui sera installé (probablement) dans le 8e arrondissement.

Sébastien Broquet | Mardi 6 octobre 2020

Les Ateliers de la Danse n'iront pas à Guimet

C'était l'un des projets phares lancés par la précédente mandature sous Gérard Collomb, et ce chantier ne verra jamais le jour dans sa forme initiale : les Ateliers de la Danse, imaginés par la directrice de la Maison de la Danse Dominique Hervieu au sein de l'ancien Musée Guimet (Lyon 6e), fermé depuis 2007, ont été retoqués par la nouvelle municipalité. En cause : le coût, principalement. Qui ne correspond pas aux chiffres annoncés en conseil municipal. Si le montant initial était envisagé autour de 5M€ en 2015, il a vite grimpé à 31M€ en 2020. Et Nathalie Perrin-Gilbert, la nouvelle adjointe à la Culture, a découvert à son arrivée en poste que ces Ateliers de la Danse coûteraient en réalité 40M€ à la collectivité. Pour un projet que certains dans les couloirs de la mairi

Continuer à lire

Le moi et son double

Danse | Débuté la semaine passée, le festival Moi de la Danse se poursuit aux Subsistances avec les spectacles de Thomas Hauert et de Jan Fabre, puis avec le nouveau solo prometteur de Mark Tompkins, Stayin Alive.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 29 janvier 2019

Le moi et son double

Chorégraphes reconnus, le Flamand Jan Fabre et l'Américain Mark Tompkins (qui vit en France) partagent sans doute peu de choses artistiquement, si ce n'est un certain goût pour la théâtralité et la transgression des codes esthétiques. Ils présenteront tous deux un solo sous forme de dialogue entre un "moi" et son double. Attends, attends, attends... de Jan Fabre suit notamment le fil d'un échange imaginaire entre un fils et son père, dans une traversée des générations, de temporalités différentes et... de la mort. De la mort et du vieillissement, il sera question aussi dans Stayin Alive de Mark Tompkins, dialogue métaphysique et ironique avec lui-même. Rester vivant, rester debout Découvert aux Subsistances il y a plusieurs années avec Animal ou Song and dance, Mark Tompkins est un chorégraphe atypique, inclassable, travaillant aux confins des musiques disco et pop (dont il compose certains morceaux lui-même), de la danse-contact de Steve Pa

Continuer à lire

Minuscules majuscules au Musée des Confluences

Cabinet de Curiosités | On les mange, on les adule ou on les redoute : les coléoptères sont aussi peu visibles qu'omniprésents sur terre. Le Musée des Confluences leur consacre une petite et passionnante exposition transdiciplinaire.

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 14 janvier 2019

Minuscules majuscules au Musée des Confluences

La nouvelle exposition du Musée des Confluences, Coléoptères, insectes extraordinaires, s'inscrit au cœur même de la politique générale du musée : entrecroiser les sciences dures, les sciences humaines (l'ethnologie notamment), et les arts, autour d'un même "objet". Ici, l'objet en question est un insecte qui dispose d'une paire d'élytres (ailes dures recouvrant les ailes membraneuses qui lui servent à voler), dont on date l'apparition à moins de 250 millions d'années, et dont on recense, de manière non exhaustive, sur tous les continents (hormis l'Antarctique), quelque 387 000 espèces ! Les plus connus des coléoptères se nomment couramment coccinelle, doryphore, scarabée, luciole, hanneton... Le plus petit passe par le chas d'une aiguille et le plus imposant a l'envergure d'une main. Mille fois son poids Modeste dans ses dimensions (il s'agit d'une exposition de poche sur 175 m²), l'exposition se décline en quatre temps : des capacités étonnantes de certains coléoptères jusqu'à une terrible et magnifique vanité de l'artiste flamand Jan Fabre (un crâne recouvert d'élytres "m

Continuer à lire

Les modernes et les contemporains

Panorama Danse | Deux festivals et quelques grandes figures de la danse contemporaine (Cunningham, Trisha Brown, Jiří Kylián, Hofesh Shechter) donneront le tempo d'un premier semestre chorégraphique alléchant.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 8 janvier 2019

Les modernes et les contemporains

Deux festivals... Depuis quatre ans, deux festivals de danse structurent les débuts d'année chorégraphique à Lyon. Le Moi de la Danse aux Subsistances (du 23 janvier au 10 février) invite plusieurs artistes à explorer et à rouvrir la notion d'identité à travers leurs spectacles. Pour cette quatrième édition, nous aurons la joie de retrouver Mark Tompkins avec son solo intimiste auto-fictionnel sur des tubes disco et pop, Stayin Alive ; Jan Fabre chorégraphiant le dialogue imaginaire d'un fils et de son père dans Attends, attends, attends... (pour mon père) ; et le fabuleux (fabuleux pour ses recherches de mouvements des plus singuliers et décalés, expérimentateur en diable) chorégraphe suisse Thomas Hauert qui fêtera les vingt ans de sa compagnie ZOO avec How to proceed, une pièce pour huit danseurs. À la Maison de la Danse, le festival Sens Dessus Dessous (du 4 mars au 9 avril) sondera les nouvelles tendances chorégraphiques (le gr

Continuer à lire

La fièvre chorégraphique lyonnaise

Biennale de la Danse | Festival international reconnu, la Biennale de la Danse s’inscrit aussi dans un dispositif lyonnais voué à la danse contemporaine en pleine ébullition. Retour sur ce contexte stimulant, et sur les grands axes de l’édition 2018.

Jean-Emmanuel Denave | Lundi 10 septembre 2018

La fièvre chorégraphique lyonnaise

Derrière la (trop ?) haute toque de la gastronomie, Lyon serait-elle en passe de devenir l'une des capitales internationales de la danse, voire La capitale de la danse ? Qu'importe les emblèmes et les titres de gloire direz-vous, mais force est de constater, à chaque Biennale notamment, l'engouement particulier des Lyonnais pour la danse : qu'elle soit populaire avec le défilé qui reprendra cette année son circuit sur la Presqu'île, ou un peu plus "cultivée" dans les salles de spectacle. Bientôt, en 2021, un élément majeur viendra s'ajouter à l'édifice chorégraphique local : les Ateliers de la Danse, dans l'ancien Musée Guimet, qui accueillera des artistes en création sur des temps longs de résidence. C'est donc une véritable (et joyeuse) hydre à plusieurs têtes que dirigera alors Dominique Hervieu : la Maison de la Danse, les Ateliers, la Biennale, le Défilé... sans compter encore la Triennale de Yokohama au Japon (dont elle est directrice artistique, appliquant là-bas le modèle lyonnais) et l'exportation de la Biennale à Saint-Étienne et à Clermont-Ferrand cette année. Ou encore, petite biennale dans la Bie

Continuer à lire

Dominique Hervieu : « tant mieux si la danse s’empare des sujets actuels »

Sens Dessus Dessous | La Maison de la Danse se la joue Sens Dessus Dessous comme chaque début de printemps et s’offre un pas de côté régénérant pour voir de la danse autrement. Dominique Hervieu (sa directrice et programmatrice) invite à la curiosité pour (re)découvrir des artistes, souvent radicaux et jusqu’au-boutistes, qui expérimentent autour du mouvement vers de nouveaux territoires artistiques.

Anne Huguet | Mardi 20 février 2018

Dominique Hervieu : « tant mieux si la danse s’empare des sujets actuels »

Comment concevez-vous la programmation de Sens Dessus Dessous ? Dominique Hervieu : Ce qui m’importe ici, c’est de montrer d’autres aspects de la danse. Des œuvres moins fédératrices, à voir sur des jauges réduites (de 300 à 400 places). Ma programmation est bien sûr liée à l’actualité de la création. C’est aussi fonction des artistes que je souhaite accompagner. Je pense à Oona Doherty ou Jann Gallois (artistes associées dans le cadre du Pôle Européen de Création). S’ajoutent à cela les vrais coups de cœur. Comme Nacera Belaza. Elle viendra au Musée des Confluences faire vivre aux visiteurs une expérience assez unique. Il y a dans sa démarche un rapport vraiment contemporain associé à une dimension répétitive, spirituelle et même ethnographique. Les femmes, au cœur de votre programmation ? J’ai souhaité mettre en avant cette nouvelle génération de jeunes femmes chorégraphes (Jann Gallois, Oona Doherty) qui incarne un vrai renouveau féminin dans la création artistique internationale. Souvent issues du mouvement hip-hop, elles s’en éloignent et s’en émanci

Continuer à lire

Jan Fabre, performeur

Villa Gillet | Chorégraphe, plasticien, performeur, metteur en scène, Jan Fabre (né à Anvers en 1958) n'a jamais confondu ces différents médiums mais tenté de pousser chacun (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 29 novembre 2016

Jan Fabre, performeur

Chorégraphe, plasticien, performeur, metteur en scène, Jan Fabre (né à Anvers en 1958) n'a jamais confondu ces différents médiums mais tenté de pousser chacun jusqu'à ses ultimes limites. À Lyon, on a pu découvrir ces dernières années des dessins composés de son sperme ou de son sang, des danseuses évoluant en solos sur de l'huile d'olive ou dans un cercueil... Mais c'est surtout la performance qui, tout au long de sa carrière, a été un terrain majeur d'expérimentations et de provocations pour l'artiste. Et ce dès sa sortie de l'Académie Royale des Beaux Arts d'Anvers à la fin des années 1970 : il s'enferme alors dans une pièce pour la recouvrir entièrement de stylos Bic, peint le drapeau belge sur des coquilles d'escargots dans la vitrine d'un commerce, transforme des billets de banque en avions avant de les brûler... « Quand l'envie est là, confie-t-il dans un entretien à Germano Celant en 2013, quand cette envie de m'interroger d'une manière extrême grandit parfois d

Continuer à lire

Jan Fabre en piste

ARTS | L'artiste belge Jan Fabre fait de la danse, des vidéos, des performances, du théâtre, il dessine aussi avec son sang ou avec son sperme... Il ne lui (...)

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 27 septembre 2016

Jan Fabre en piste

L'artiste belge Jan Fabre fait de la danse, des vidéos, des performances, du théâtre, il dessine aussi avec son sang ou avec son sperme... Il ne lui restait plus qu'à se mettre au sport, au vélo en l'occurrence, pour essayer par exemple de ne pas battre le record du monde de l'heure (celui en tout cas de Merckx établi à Mexico en 1972). L'événement saugrenu aura lieu ce jeudi 29 septembre à 18h au Vélodrome du Parc de la Tête d'Or, en présence d'Eddy Merckx, de Raymond Poulidor et de Daniel Mangeas...

Continuer à lire

Expositions : ce qui vous attend

De Kandinsky à Matisse | Jan Fabre, Henri Matisse, Vassily Kandinsky : tels seront les ténors de la saison artistique qui s'ouvre cet automne... Avec, en contrepoint, et pour faire crisser un peu les yeux et leur offrir des cheminements plastiques plus aventureux, quelques énergumènes singuliers : Félicien Rops en tête, ou encore Jason Dodge et Jean-Luc Parant.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 13 septembre 2016

Expositions : ce qui vous attend

Au Mac, la diversité Si le chorégraphe, performeur et plasticien belge Jan Fabre fera figure au Musée d'art contemporain de tête d'affiche avec une rétrospective centrée sur ses performances, deux autres événements lui feront "concurrence", voire de l'ombre : Wall drawings, une exposition internationale consacrée au street art, et Le bonheur de deviner peu à peu dévoilant des œuvres (signées Orlan, Ilya Kabakov, Cai Guo-Qiang...) qui, justement, ont pour caractéristique de ne se dévoiler au visiteur que "peu à peu", gardant une part de mystère... Dans le cadre de ce dernier événement, l'artiste-poète Jean-Luc Parant poursuivra son fascinant "work in progress" Éboulement, entassant dans le musée ses boules de différents formats, avec pour but final d'envahir totalement le MAC ! À partir du 10 mars, le musée enchaînera avec une exposition sur le groupe lyonnais Frigo et une autre sur la scène artistique de Los Angeles. Jan Fabre + Wall drawings + Le bonh

Continuer à lire

L'ombilic du dessin au Musée d'art moderne et contemporain

ARTS | Le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne propose simultanément cinq nouvelles expositions, toutes passionnantes. La plus troublante d'entre elles, "Intrigantes incertitudes", est consacrée à l’inquiétante étrangeté du dessin contemporain.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 8 mars 2016

L'ombilic du dessin au Musée d'art moderne et contemporain

Chez les grands artistes classiques, le dessin servait surtout d'esquisse, d'étape intermédiaire de travail... À posteriori, nous sommes déjà touchés par la fragilité des traits et des figures, par le désir naissant et hésitant de l’œuvre à venir. Cette fragilité propre au dessin, les artistes contemporains s'en saisissent souvent pour représenter une incertitude non plus de forme, mais de fond. L'incertitude du médium rejoint l'incertitude même des choses, leur inquiétante étrangeté, notre difficulté à les appréhender de manière claire et distincte. « Même si le dessin est mimétique, comme on dit, écrivait Jacques Derrida, reproductif, figuratif, représentatif, même si le modèle est présentement en face de l'artiste, il faut que le trait procède dans la nuit. Il échappe au champ de la vue. » Lorand Hegyi, directeur du MAMC, a rassemblé une quarantaine d'artistes internationaux pour son exposition consacrée au dessin : « Intrigantes Incertitudes, écrit le commissaire, explore la question du doute et de l’incertain. Le visiteur est invité à parcourir les "royaumes intérieurs" des artistes, peuplés de questions, de fantômes et de rêves, e

Continuer à lire

Babel heureuse

SCENES | Á l'initiative de la Maison de la Danse, Babel 8.3 invite des habitants des 8e et 3e arrondissements à se familiariser avec les univers d'une dizaine de chorégraphes. Coup de projecteur sur un projet innovant qui cultive à la fois proximité et excellence. Valentine Martin

Valentine Martin | Mardi 26 mai 2015

Babel heureuse

Dans la mythologie biblique, la tour de Babel était une construction des hommes dont le sommet devait atteindre les cieux. Un projet jugé trop vaniteux par Dieu, qui décida alors de les punir en attribuant à chacun d'entre eux des langages différents. Ainsi les hommes se brouillèrent, avant de se disperser dans le monde. Aujourd'hui, la Maison de la danse tente une réunification, sous la forme d'un grand spectacle orchestré par sa directrice Dominique Hervieu, Babel 8.3, qui a vu 17 groupes d'habitants des 8e et 3e arrondissements apprendre un nouveau langage commun : celui du corps. Cet événement est né d'un désir : celui de mener un travail de proximité avec les habitants de quartiers dit sensibles. Des gens qui, pour certains, n'ont jamais mis les pieds dans cette institution du geste et sont en grande partie des amateurs. En tout, ce sont près de 250 volontaires qui se sont lancés dans cette aventure de longue haleine – débutée en septembre 2014, elle débouche cette semaine sur trois représentations – qui entend concilier haut niveau technique et respect de la diversité des cultures et individualités de chacun.

Continuer à lire

Une Biennale sous perfs

SCENES | La seizième Biennale de la danse, toujours aussi prolifique et hétéroclite, se place cette année sous le signe de la performance et de ses avatars contemporains. Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 10 juin 2014

Une Biennale sous perfs

Pour sa deuxième Biennale, Dominique Hervieu enfonce le clou de ses convictions et de sa sensibilité. Si sa programmation, comme celle de son prédécesseur Guy Darmet, s'ouvre à tous les styles de danse contemporaine (du hip hop avec l'incontournable Mourad Merzouki au néoclassique en passant par le flamenco avec Rocío Molina et quelques chorégraphes inclassables), elle s'enrichit d'un nombre de créations plus important (comme cette Carmen selon Dada Masilo) et, surtout, se teinte de deux ensembles thématiques : le cirque contemporain et la performance. Si le premier, notamment représenté par James Thierée et la Compagnie XY, est aujourd'hui une quasi porte enfoncée, la réflexion annoncée sur l'actualité de la seconde promet d'être beaucoup plus stimulante ! Le fil rouge tissé par Dominique Hervieu

Continuer à lire

Images à vendre

SCENES | La Biennale de la danse démarre lentement voire laborieusement avec deux spectacles surfaits : du butô frelaté signé Sankaï Juku, et un solo de Jan Fabre en manque d’inspiration… Jean-Emmanuel Denave

Jean-Emmanuel Denave | Samedi 15 septembre 2012

Images à vendre

La première semaine de Biennale a été marquée du sceau du rituel… Rituels butô, rituels traditionnels balinais (pas vus), rituel funéraire à la sauce Jan Fabre… Comme nous le redoutions, le choc Sankai Juku (célèbre compagnie butô japonaise) a bien eu lieu à l’Opéra et sonnait aussi creux sur scène qu’un supplément d’âme frelaté pour public occidental crédule. Dans des décors et des lumières certes superbes, la création Umusuna nous proposait rien moins que de remonter aux origines mystérieuses de la vie. Avec Sankai Juku, même les larves (des danseurs poudrés de blanc se tortillant au sol sur une sorte de musique new-age bidon, tendance Ushuaïa) sont jolies et fréquentables ! Tournicoti tournicoto, gesticulations vers le ciel par ci par là, cris étouffés à la Munch accompagnés parfois de claquements de mâchoires pour mieux gober d’invisibles mouches, les rituels de pacotille d’Ushio Amagatsu sont de jolies images à vendre (et bien vendues du reste) sans qu’il n’en émane la moindre émotion ni le moindre trouble. Jan Fabre sans caféine Le Flamand Jan Fabre présentait quant à lui sa dernière conquête féminine (la danseuse Annabelle Chamb

Continuer à lire

Une Biennale de la danse 2012 très ouverte

SCENES | 15e Biennale de la danse et première biennale sans Guy Darmet, son fondateur, mais sous la houlette de Dominique Hervieu. Pour son premier opus très attendu, la chorégraphe a mis l'accent sur la création (une vingtaine environ) et poursuit par ailleurs l'esprit d'ouverture défini par son prédécesseur. Jean-Emmanuel Denave

Christophe Chabert | Mardi 10 avril 2012

Une Biennale de la danse 2012 très ouverte

En septembre, sur une période plus resserrée, la 15e Biennale de la danse proposera un panel large de «toutes» les danses : du hip-hop de la Cie Käfig ou de Mortal Combat au néoclassicisme de Jiri Kylian (reprise de One of a kind par le Ballet de l'Opéra), en passant par le buto japonais (Ushio Amagatsu de la célèbre Cie Sankai Juku créera une nouvelle pièce à l'Opéra), les danses balinaises de la Troupe des artistes de Sebatu s'inspirant d'Antonin Artaud, les chorégraphies très plasticiennes de Rachid Ouramdane, la danse engagée et survitaminée de la sud-africaine Robyn Orlin, le flamenco puissant et radical du génial Israel Galvan, un spectacle du Ballet Preljocaj s'inspirant d'un écrit de Laurent Mauvignier, un solo concocté par le sulfureux Jan Fabre ou l'imagerie baroque de Philippe Decouflé... Comme à l'accoutumée et pour

Continuer à lire

Podcast / Entretien avec Jan Fabre

ARTS | Le Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne expose l’artiste Jan Fabre pour une rétrospective intitulée ‘les années de l’heure bleue’

Dorotée Aznar | Mercredi 14 mars 2012

Podcast / Entretien avec Jan Fabre

Date de première diffusion:  13 Mars 2012Emission n°101 Durée: 31’32 minInvité: Jan Fabre, artiste; Pauline Faure, responsable service exposition MAMSEContenu: Le Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne expose l’artiste Jan Fabre pour une rétrospective intitulée ‘les années de l’heure bleue’ jusqu’au 28 Mai 2012. Cette exposition propose une importante collection de pièces produites entre 77 et 92, mais aussi une nouvelle proposition pour l’entrée du musée, toutes réalisées avec des stylos BIC bleus inlassablement épuisés sur leur support plan ou sculptural. Jan Fabre a accepté de répondre à quelques questions. Chroniques: Gwilherm Perthuis se penche sur les revues de dessin, Solenne Livolsi s’attache au système des artothèques à travers la nouvelle exposition du centre photographique de Lectoure ‘L’espace de l’autre’. Liens utiles :  Vidéo amateur d’une des oeuvres les plus monumentales de l’artiste Jan Fabre lors de la Bienn

Continuer à lire

Coup de théâtre à la Maison de la Danse

CONNAITRE | Politiques culturelles / Tous les candidats peuvent remballer leurs dossiers et aller se rhabiller, c’est finalement la chorégraphe Dominique Hervieu qui remplacera Guy Darmet à la tête de la Maison de la Danse et de la Biennale de la Danse à partir du premier janvier 2012.

Dorotée Aznar | Lundi 8 mars 2010

Coup de théâtre à la Maison de la Danse

La nomination de Dominique Hervieu, actuellement Directrice du Théâtre National de Chaillot, annoncée officiellement vendredi 5 mars, a de quoi surprendre, sachant que la chorégraphe ne s’était pas portée candidate à l’appel d’offre international lancé par la Maison de la Danse pour la succession à Guy Darmet. Le nom de la chorégraphe, également membre du Conseil de la création artistique institué et présidé par Nicolas Sarkozy, a en fait en effet été proposé par «la Ville de Lyon et le Grand Lyon, après concertation avec les collectivités territoriales concernées et avec Monsieur Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication», selon le communiqué officiel. Guy Darmet, qui a créé la Maison de la Danse il y a trente ans, s’est félicité du choix de cette chorégraphe qui saura garder un «esprit d’ouverture» et «rassembler le plus large public». En attendant l’arrivée de son successeur, l’actuel directeur restera en fonction, jusqu’au 31 décembre 2011. Dorotée Aznar

Continuer à lire