Semaine sur mars : le réel à l'épreuve des Subs

Spectacles Vivants | En une Semaine (sur Mars), les Subsistances proposent un tour d'horizon du travail des compagnies accueillies en résidence dans ses murs : danse, cirque, arts numériques et le théâtre méconnu à Lyon du très talentueux Adrien Béal.

Nadja Pobel | Mardi 12 mars 2019

Photo : @ Vincent Arbelet


Les questionnements qui nourrissent les spectacles d'Adrien Béal et la compagnie du Théâtre Déplié sont a priori inépuisables et bien loin d'un théâtre narratif. Le Pas de Bême (passé à La Mouche) se penchait sur ce que cela entraîne d'objecter, Récits des événements futurs était une façon d'envisager différentes catastrophes. Perdu connaissance interroge notre besoin d'établir la vérité. Philosophiques, ces préoccupations sont au plateau une matière brute totalement incarnée avec des situations de jeu – inventées en improvisation – lestées par des histoires.

Le titre Perdu connaissance n'est pas à lire au premier degré : six personnages se retrouvent dans la loge d'une gardienne d'école primaire et constatent l'absence de cette dernière qui a perdu connaissance. Créé au CDN de Dijon puis passé par le T2G de Gennevilliers, cette pièce intrigue, tant précédemment Récits... avait séduit par sa capacité à poser avec simplicité dans un décor aussi réaliste que banal - et donc commun - des réflexions abyssales.

Pieds au plancher

Alexander Vantournhout connaît déjà les murs des Subsistances : son perturbant et séduisant Raphaël était passé par là un jour d'été 2017. Il jouait de la contorsion à deux. Cette fois-ci le circassien et danseur belge explore encore la malléabilité mais de façon, semble-t-il, plus douce et à quatre avec des mouvements en miroir, des duplications, des superpositions de gestes. Avec pour moteur premier l'absurdité du dramaturge Daniil Harms et, en accompagnement, des mélodies de Mozart comme des comptines, Red haired men, répété à deux reprises ici l'an dernier est une jolie promesse.

Comme celle du circassien Nicolas Fraiseau qui approfondit son travail de sortie du CNAC, Centre National des Arts du Cirque (2016) : comment s'arrimer à un mât chinois plus instable alors que l'homme ? La question de l'ancrage semble parcourir toutes ces propositions parmi lesquelles encore des arts numériques, de la réalité virtuelle et la dernière création des tout fraîchement nommés à la tête du Théâtre du Point du Jour : Angélique Clairand et Éric Massé, avec De l'Eve à l'eau.

Une semaine sur mars
Aux Subsistances du lundi 18 au dimanche 24 mars


Perdu connaissance

Ms Adrien Béal, par la Cie Théâtre Déplié, 1h30. Le rétablissement de la vérité est-il un besoin social ? Existentiel ?
Les Subsistances 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Red Haired Men

D'Alexandre Vantournhout, cirque, performance, magie, 1h30
Les Subsistances 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

7 spectacles pour lesquels vous devriez réserver

La Saison Théâtre | De Joël Pommerat à l'implacable Tatiana Frolova, voici sept pièces aimées ou prometteuses sur lesquelles nous misons cette saison.

Nadja Pobel | Lundi 10 septembre 2018

7 spectacles pour lesquels vous devriez réserver

Départ flip Ils et elles grimpent sur un toit de cordes et rampent. Nous les regardons là-haut comme nous regarderions au zoo une kyrielle de singes se mouvoir avec attention et agilité. Les trapèzes ? Ils sont leurs objets collectifs car c’est bien à la rencontre avec une tribu que nous convie Aurélie La Sala, ancienne boxeuse, circassienne qui a repris seule la compagnie Virevolt fondée avec Aurélien Cuvelier. Sans numéros d’épate, au sol, dans les airs, amassés sur un cube à 80 cm du sol comme si une mer menaçante allait les aspirer, les acrobates signent un spectacle bouleversant sur ce qu’il nous reste de liberté, la capacité et/ou la nécessité d’être seul ou plusieurs, comment on se débat avec les contraintes extérieures et nos urgences intérieures. Superbe. À Villefontaine le 23 novembre À Villefranche le 4 mai Je n’ai pas encore commencé à vivre Ce fut une claque. Tatiana Frolova ne nous est pourtant pas inconnue. Grâce au festival Sens interdits, elle présente même à Lyon son quatr

Continuer à lire

Questions pour un spectateur

La Mouche | Que se passe-t-il lorsqu’un lycéen décide de ne rendre plus que des copies blanches à ses professeurs ? Avec Le Pas de Bême, le metteur en scène Adrien Béal livre une création surprenante dans la forme comme dans le fond, qui parie sur l'intelligence du public. On lui en sait gré.

Aurélien Martinez | Mardi 28 février 2017

Questions pour un spectateur

Des chaises, placées en rectangle dans une salle quelconque, sur lesquelles s'asseyent les spectateurs. Au centre, sur cette scène improvisée, trois comédiens sortis du public jouent avec cette configuration originale, et jouent surtout les différents personnages du spectacle, se les échangeant au fil de la représentation. Même le principal, celui autour de qui le récit se noue : le jeune Bême, qui n'aura donc pas de visage clairement incarné. Avec Le Pas de Bême, le metteur en scène Adrien Béal a voulu mener un travail sur la notion d’objection, en s'inspirant du roman L'Objecteur du dramaturge français Michel Vinaver (dans l'univers militaire, une jeune recrue est mise en prison pour refus d'obéissance) qu'il transpose dans le plus familier système scolaire. Avec cette fois-ci, en antihéros, un adolescent parfaitement intégré qui, un jour, se met à ne rendre que des copies blanches, sans explication. C'est à partir de ce moment-là que la machine, dont les rouages ont été inconsciemment intégrés par tous (profs, parents, camarades de classe...), va commencer à dérailler. Ambition intime

Continuer à lire