Olivier Maurin : rencontre du 1er type

Portrait | En courant dormez, Illusions... Deux bijoux théâtraux de ses dernières années portés par Olivier Maurin et sa troupe fidèle d'acteurs. À l'heure de créer OVNI à la Mouche, portrait de ce metteur en scène délicat qui travaille patiemment. Prenons le temps avec lui.

Nadja Pobel | Mardi 19 mars 2019

Photo : © Sarah Fouassier


Son travail est un souffle, on en voit presque le cœur battre. Les mots sont tranchants, définitifs ou murmurés, évaporés. Parfois même ce sont des onomatopées. Avec Oriza Hirata puis Ivan Viripaev, Olivier Maurin a trouvé il y a déjà une dizaine d'années une écriture qui lui ressemble : discrète mais pas effacée. Une façon d'être au monde sans éclaboussure mais avec une place bien singulière.

Avant cette « rencontre » – ce mot banal balise son parcours de façon déterminante et notre conversation – il a cheminé longuement en passant par l'Iris et la Renaissance, aux portes de Lyon où il naît en 1965 dans une famille sans artistes mais amatrice de danses de salon et curieuse. Grandissant ensuite à Villeurbanne, à deux pas du TNP, c'est presque par commodité qu'il y voit ses premiers spectacles, après la grande époque Chéreau mais avec les premiers Jérôme Deschamps, L'Oiseau vert de Benno Besson ou le Richard III de Lavaudant.

Il fait suivre son bac scientifique par un DUT électrotechnique « qui ne [lui] servira jamais ». Trop d'ennui le conduit à un stage de théâtre puis au Conservatoire de Lyon. Cette fois-ci, comme bien souvent, il dit « rencontrer les bonnes personnes au bon moment ». Encore faut-il être capable de s'en saisir. Son prof, Philippe Clément, l'embarque dans la construction du Théâtre de l'Iris… qui fête ses trente ans cette saison. « On bossait comme des dingues, se souvient Olivier Maurin : des cours et du plâtre ». L'occasion d'éprouver le collectif, « une façon de vivre ensemble sans que ce soit une communauté ». En 1990, peu à l'aise comme acteur, il décide de ne plus jouer et monte aux Clochards Célestes une adaptation des Enfants terribles de Cocteau.

Elle se nommera Lhoré Dana

Cette aventure l'oblige à créer sa compagnie qui de 1990 à 2000 se nommera Lhoré Dana. Point de sens caché, juste un prénom italien scindé en deux mais surtout une sonorité agréable qui préside aussi au choix du mot d'Ostinato, véritable terme musical pour le coup, nom depuis 2011 de sa seconde compagnie, qui dans un premier temps a porté son nom et son prénom. Mais « ça ne me correspondait pas. J'avais honte de dire ce nom tant le travail ne se fait pas seul ». Dans les années Lang qui voient la création de lieux de métropole (Saint-Fons, Feyzin...), il sera de l'équipe de Laurent Darceuil pendant sept ans à la Renaissance où ils ont défriché ensemble ce territoire avec un travail en salle comme en appartements et des textes d'auteurs contemporains. Dont TOC ! de Daniil Harms, avec lequel la reconnaissance nationale arrive via un très bon retour tant public que professionnel ; des articles d'une presse régionale alors en plein âge d'or, révolu depuis (Le Monde Rhône-Alpes, Libé Lyon…) l'emmènent à Paris et partout en France, notamment au Merlan à Marseille, à l'Aire Libre à Rennes.... « Ce fut un spectacle très dur à "sortir" mais il n'est pas le résultat d'un hasard, même si je le découvre presque lors de sa première. »

Maurin dira la même chose de Illusions des années plus tard. Humble face à son objet, il ne le sous-estime pas. Le théâtre se mature de façon souterraine, avec de nombreuses lectures et notes qui souvent s'évanouissent au moment du passage à l'acte sur le plateau. Mais rien de ce qui a précédé n'est inutile. De l'écume des pistes avortées, se dessinent ses mises en scènes. Cette aventure oullinoise, qui s'achève avec le changement de direction, marque la fin d'une époque où il porte la compagnie et il n'est pas mécontent de répondre à des commandes plus légères. Celle de Claire Lasne-Darcueil, actuellement à la tête du Conservatoire National de Paris, à l'époque directrice du CDN de Poitiers, ou de la Comédie de Valence menée par Philippe Delaigue où Maurin trimbale un texte de Sylvain Levet en itinérance.

Surtout, Delaigue le fait entrer à l'ENSATT dans le département acteur qu'il dirige. Depuis 2009, Olivier Maurin y donne des cours et dit avoir l'impression de faire un véritable métier, puisque désormais il le transmet et s'en délecte avec plus de 300 heures par an au compteur. Dans cette même décennie, en 2004, il prend la direction de la Maison du Théâtre de Jasseron (dans l'Ain) et multiplie les stages et accompagnements en milieu rural. Deux spectacles moyennement satisfaisants, accomplis en résidence au théâtre de Bourg-en-Bresse, clôturent un cycle : « mais j'étais très tranquille avec ça » dit-il sans amertume, lui qui confie ne s'être jamais senti maltraité par la profession. Bien au contraire.

Ostinato

À l'ENSATT il rencontre la langue d'Hirata via Nouvelles du plateau S, le "renouveau" de sa pratique théâtrale car il dirige notamment Mickael Pinelli. L'acteur le suivra dans En courant, dormez, délicatesse entre deux amants anarchistes du Japon des années 20. Maurin délaisse son attrait pour Edward Bond. Son désir a changé : « je découvre avec Hirata et Viripaev un théâtre qui laisse place à la douceur. Ce n'est pas défaitiste de ne pas montrer comment le monde va mal. Ce n'est pas se cacher. On peut choisir de faire grandir ce qui est déjà là et c'est un acte politique aussi fort que la dénonciation. Des spectateurs m'ont dit une très belle chose à propos de Illusions : ce qui est révolutionnaire est comment les protagonistes s'écoutent. Le monde est le reflet de ce qu'on est intérieurement. Le théâtre travaille aussi sur ce reflet intérieur, on ne peut agir que là-dessus, par capillarité. Ces auteurs-là m'ont appris ça. »

Après En courant, dormez – créé avec son propre argent à l'Élysée en 2013, repris au TNP deux ans plus tard, il cherche un texte dialogué à nouveau, mais c'est Ivan Viripaev qui s'impose avec ses longues tirades et ses phrases coupantes. De vieilles personnes amies, amoureuses relèvent leurs attirances et émotions profondes dans Illusions.

OVNI qu'il monte cette semaine à La Mouche, où il est en résidence jusqu'en 2020, est une suite de monologues excessivement intimes : « je n'ai jamais entendu une parole qui ouvre autant de choses en moi. Comment est-ce qu'on choisit d'aller dans le monde ? Qu'est-ce qu'on sent comme écho à l'intérieur de nous et qu'on laisse se diffuser ? Ici cela se fait par une rencontre avec des extra-terrestres. Il y a tout ce qu'on vit et une autre réalité, c'est celle-là qui nous guide, nous fait être ce qu'on est. Il est question de mystère, de quelque chose d'agissant en nous et si on le laisse faire, c'est magnifique » poursuit ce père de deux grands enfants.

À son rythme, Olivier Maurin s'est inventé une autre famille de théâtre permettant à ses acteurs et actrices (Clémentine Allain, Fanny Chiressi...) d'être des orfèvres. Ils seront encore à l'œuvre la saison prochaine au TNP où Jean-Pierre Jourdain a souhaité les voir travailler un classique, Don Juan en l'occurrence dont Maurin dit ne pas très bien savoir encore comment il s'en saisira. Mais le processus de maturation est solidement en route.

Passé par Ramdam dans les années 2000, il s'est plu à participer à cette « nouvelle façon de penser un lieu artistiquement toujours dans le mouvement, dans les questions d'accueil et d'hospitalité », à le « faire vivre alors qu'on est tous dans nos propres pratiques ; c'est une question en même temps humaine et politique ». Le théâtre est bien affaire de collectif. Heureux de vivre depuis trente ans de ce métier, il constate le « moins d'argent mais plus de légèreté » qu'à l'époque de Lohré Dana où ils étaient dix au plateau tout en se méfiant hautement de ce discours car « c'est avec cette fausse idée que chacun est son entrepreneur et que soi-disant le thatchérisme aurait donné une vitalité au cinéma britannique ! ».

Rivé au bord de scène, il se concentre sur la direction d'acteurs pour que les mots des auteurs d'aujourd'hui continuent à nous parvenir. Son metteur en scène fétiche se nomme Tiago Rodrigues (directeur du théâtre national de Lisbonne). Une de ses dernières créations se nomme Sopro... « souffle » en portugais.

OVNI
À La Mouche (Saint-Genis-Laval) du mercredi 20 au samedi 23 mars à 20h30


Ovni

D'Ivan Viripaev, ms Olivier Maurin, par la Cie Ostinao, 1h45. Que se passe-t-il lorsqu'un individu est confronté à un événement aussi surprenant qu'une rencontre extraterrestre ?
Théâtre La Mouche 8 rue des écoles Saint-Genis-Laval
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

À l'Élysée, atterrissage sous contrôle pour Olivier Maurin

Théâtre | Il n’est pas question des hommes (soi-disant) verts dans cet OVNI, mais de ce que leur supposée rencontre provoque chez nos congénères humains. Neuf (...)

Nadja Pobel | Jeudi 8 octobre 2020

À l'Élysée, atterrissage sous contrôle pour Olivier Maurin

Il n’est pas question des hommes (soi-disant) verts dans cet OVNI, mais de ce que leur supposée rencontre provoque chez nos congénères humains. Neuf personnages pour six acteurs viennent tour à tour nous raconter par quelles émotions ils ont été traversés lors de ce de moment surnaturel. Le metteur en scène Olivier Maurin poursuit son chemin avec Ivan Viripaev. Le Lyonnais avait déjà délicatement adapté Illusions en 2016 du même auteur russe, sibérien et quadra. En mars 2019, voici qu’il a repris sa troupe fidèle (Fanny Chiressi, Clémentine Allain, Mickael Pinelli…) pour porter avec simplicité et conviction ce texte (à La Mouche de Saint-Genis-Laval) et confier à chacun des monologues encadrés par les mots de l’auteur. L’un décrit l’ovni tel « un silence comme il n’en avait jamais entendu », un autre affirme que cela s’apparente à la sensation de « quelqu’un dans son dos quand on enlace un arbre », un troisième disserte sur ce qui n’existe pas. Car toute la dialectique de cette pièce a trait à la vérité.

Continuer à lire

Dom Juan : la bonne intonation

Théâtre | En se débarrassant du carcan de l'époque et en ne tombant jamais dans l'outrance, le metteur en scène Olivier Maurin livre une version captivante de Dom Juan.

Nadja Pobel | Mardi 19 novembre 2019

Dom Juan : la bonne intonation

C'est devenu son mantra et désormais sa force : le metteur en scène Olivier Maurin n'a besoin que de longues tables et de quelques chaises pour faire naître la langue d'Ivan Viripaev (Illusions, Ovni) ou Oriza Hirata (En courant, dormez) et qu’affleure la puissance du texte qu'il choisit. Pour sa première incursion dans les classiques, il n'a pas dérogé à cette simplicité. Les filles portent des robes évasées à fleurs et les garçons ne sont pas affublés de costumes datés du XVIIe siècle de la pièce. Les combats d'épées ? Évacués en coulisse. Trois bruitages font l'affaire car, pour le directeur de la compagnie lyonnaise Ostinato, l'essentiel ne se niche pas dans l'aspect spectaculaire dont il ne sait que faire. Molière

Continuer à lire

Théâtre de l'Elysée : Deux trésors de retour à l'affiche

Théâtre de l'Élysée | Le mal qui gangrène les théâtres avec la multiplication de pièces programmées pour seulement trois ou quatre soirs d'exploitation est contrecarré en cette rentrée (...)

Nadja Pobel | Mardi 6 septembre 2016

Théâtre de l'Elysée : Deux trésors de retour à l'affiche

Le mal qui gangrène les théâtres avec la multiplication de pièces programmées pour seulement trois ou quatre soirs d'exploitation est contrecarré en cette rentrée par l'Élysée. Son directeur, Jacques Fayard, a décidé de faire revenir deux trésors de la saison dernière, dont Illusions, conte retors sur l'amour, sa durée et ses failles raconté par quatre vieilles personnes. Bien qu'incarnés par une jeune garde de comédiens, les mots du contemporain Ivan Viripaev gardent leur dangerosité dans cet espace, entouré des spectateurs imaginés par le metteur en scène Olivier Maurin qui a l'art de porter à la scène les balbutiements et les messes-basses. Dans la foulée, retour de ce qui a été un choc, calé en plein milieu de la période creuse des vacances de Pâques : Cannibale. Écrite, mise en scène, jouée par des anciens de la Comédie de Saint-Étienne (pour trois d'entre eux) réunis en collectif X, cette chronique

Continuer à lire

"Illusions" : la houle sentimentale d'Olivier Maurin

Théâtre | Olivier Maurin a le goût des pièces délicates et redoutables à mettre en scène. Après le superbe "En courant dormez", voici "Illusions", récit vertigineux sur l'amour et ce qu'il en reste.

Nadja Pobel | Mardi 7 juin 2016

Pour la deuxième fois de la saison, le quadra russe Ivan Viripaev est à l'affiche par ici. Le théâtre de l'Iris avait livré une version imbibée et très bien menée des Enivrés en mars ; une nouvelle occasion d’entendre cette langue tout en méandres est donnée à l'Elysée. De quoi nous parle Viripaev ? De l'effondrement des certitudes. Du fait que personne n'est vraiment celui qu'il incarne (une prostituée et un directeur de festival dans Les Enivrés : le moins sérieux des deux n'est pas forcément celui que sa fonction désigne comme tel). Et d'amour, le plus pur qui soit après cinquante ans de mariage (mais la longévité ne signifie en fait rien). Olivier Maurin voulait porter un texte pas trop à vif des éclats du monde ; il a peut-être trouvé plus cruel encore. Dennis a 84 ans et va mourir. Il fait alors une ultime déclaration d'amour fou et de reconnaissance à Sandra, sa conjointe indéfectible — cet amour n'existe que dans la réciprocité, nous dit-on. Quand elle s’apprête à son tour à trépasser, quelq

Continuer à lire

Philippe Clément provoque l'ivresse au théâtre de l'Iris

SCENES | Primés en 2014 par les prestigieuses Journées des auteurs de Lyon, Les Enivrés de Ivan Viripaev sont l’occasion de plonger dans l’œuvre d’un très prolixe (...)

Nadja Pobel | Mardi 22 mars 2016

Philippe Clément provoque l'ivresse au théâtre de l'Iris

Primés en 2014 par les prestigieuses Journées des auteurs de Lyon, Les Enivrés de Ivan Viripaev sont l’occasion de plonger dans l’œuvre d’un très prolixe auteur (dramaturgique) et réalisateur (de film) russe de 42 ans. Ce Sibérien est désormais installé à Moscou, où il a même co-fondé Teatr.doc, le centre de la pièce nouvelle et sociale. En choisissant de monter une pièce si contemporaine, Philippe Clément, le directeur du théâtre de l’Iris, a la bonne idée de nous décentrer de la France et d’oser jouer avec sa troupe sur un mode alcoolique constant. Les propos de Viripaev sur la Russie ne sont pas directement politiques, mais il met en place des personnages imbibés qui, par leur déchéance, disent à quel point la boisson (additionnée d’une kyrielle de jurons) est leur seul salut. Des couples amochés, un directeur de festival de cinéma, une prostituée… tous pansent leurs plaies sur l’épaule de l’autre, même si cette dernière est bancale : au moins, elle existe. Si leurs prénoms s’intervertissent, c’est que le mal-être russe n’a rien à voir avec la classe sociale : il est partagé par tous. Avec un juste mélange des genres (vidéos et très beaux dessins

Continuer à lire

Les reprises de 2015/2016

SCENES | Si vous les avez raté, un rattrapage s’impose. D'abord Bigre! (Croix-Rousse, 29 septembre au 3 octobre), hilarante comédie sans (...)

Nadja Pobel | Mardi 8 septembre 2015

Les reprises de 2015/2016

Si vous les avez raté, un rattrapage s’impose. D'abord Bigre! (Croix-Rousse, 29 septembre au 3 octobre), hilarante comédie sans paroles sur l’ultra moderne solitude. Au même endroit Jean Lacornerie reprend ce qui est (avec Roméo et Juliette) sa comédie musicale la plus aboutie, Mesdames de la Halle (11 au 28 décembre). De son côté, au milieu d’une saison presque entièrement dédiée au langage, le TNP fait place aux délicats balbutiements de En courant, dormez par Olivier Maurin (6 au 15 avril), alors que la Renaissance reprend la foutraque Visite de la vieille dame (23 au 2

Continuer à lire

Douce violence

SCENES | Derrière l'étrange titre En courant, dormez se cache une pièce de Oriza Hirata typiquement japonaise, autrement dit lente et dépouillée. Le plateau construit (...)

Nadja Pobel | Lundi 7 octobre 2013

Douce violence

Derrière l'étrange titre En courant, dormez se cache une pièce de Oriza Hirata typiquement japonaise, autrement dit lente et dépouillée. Le plateau construit par le metteur en scène Olivier Maurin est à cette image : composé de quelques éléments dont aucun n'est superflu et en long, ou plutôt en format "paysage", comme on le dit joliment dans le domaine de l'imprimerie. Un terme qui correspond parfaitement à ce spectacle inattendu dans lequel les comédiens utilisent non seulement tout l'espace visible, mais aussi les portes du Théatre de l'Elysée, nous laissant imaginer l'extérieur et l'horizon de ce pays encore très traditionnaliste. Le pitch, qui évoque le quotidien en 1923 de Osugi Sakae et Ito Noe, un couple d'anarchistes tokyoïtes, est au premier abord un peu décevant : il n'est question que d'une jeune femme enchaînant les grossesses et de son homme, attentif et calme qui, entre deux conversations sur la vie quotidienne, lisent et traduisent des ouvrages, disséminés ici et là comme de précieux éléments de leurs vies. Ils vont et viennent dans leur maison, s

Continuer à lire

Entre les murs

SCENES | «La nostalgie c’est les larmes au coin des yeux de mon père quand il parle de là-bas». Comme Brûler (joué actuellement avec conviction à l’Espace 44 par Karim (...)

Nadja Pobel | Jeudi 26 janvier 2012

Entre les murs

«La nostalgie c’est les larmes au coin des yeux de mon père quand il parle de là-bas». Comme Brûler (joué actuellement avec conviction à l’Espace 44 par Karim Demnatt), Les Illusions du provisoire donne la parole aux gens trimbalés entre différentes terres. Cette phrase que l’on entend dans le spectacle interroge la place d’un homme mûr. Est-il de là-bas ? D’ici ? Ici, c’est le 8e arrondissement de Lyon, quartier Laennec-Mermoz, où une tour d’habitation a été vidée de ses occupants pour être démolie. Tous les témoins qui figurent dans ce spectacle n’ont pas forcément vécu dans cette tour désormais murée mais là n’est pas la question. Qu’ils soient Algériens, Géorgiens, Coréens, ex-Yougoslaves, Tahitiens, ils ont tous en commun l’expérience de l’exil et du déracinement mais se font pas passéistes. Ils savent aussi que leur vie est en partie ici. Comme ce nouveau retraité qui pensait retourner dans son pays d’origine la retraite venant mais qui, presque par surprise, découvre, qu’il s’est construit une vie en France. Le Théâtre du Grabuge ne se contente pas d’un manifeste social et

Continuer à lire