Maxime Mansion : dur comme du rock

Théâtre | Malgré un texte trop prévisible, "Inoxydables" s'avère être la meilleure des quatre propositions dans cette saison du TNP émanant du Cercle de formation et de transmission inventé en 2017. Du rock métal, une histoire d'amour et la guerre en 1h15.

Nadja Pobel | Mardi 2 avril 2019

Photo : © Michel Cavalca


C'est d'abord un concert. Celui du groupe Klone. Du métal au TNP, bouchon d'oreille inclus : première bonne surprise de ce travail de Maxime Mansion, initiateur du festival En acte(s) qui tout au long de sa mise en scène ne va rien escamoter du récit de Julie Ménard. Mia, déjà bien imbibée, va tomber amoureuse du bassiste Sil dans le bruit et la moiteur de ce live dont, au-delà du son, la frénésie réconfortante nous parvient.

Il s'agit de corps et d'attraction, de désir et d'impulsion mais aussi de mots plats, idiots, de rires bêtes parfaitement restitués et justes. Ils sont le socle de cette aventure qui se déploie ensuite dans un hangar pour les répétitions et qui va prendre le large. Car le bruit inquiétant des avions a prévenu : la guerre rôde. Il faut fuir.

Au creux de moi

Là encore, Maxime Mansion va au plus efficace. Des traversées sur terre ou dans la mer, de la jungle, des passeurs, des camions, de la montagne ou de la fatigue, il rend compte avec un éclairage minimal et ciblé sur ses deux personnages toujours pris dans les feux comme des rats. Trois fois, ils reviennent sur leur terre meurtrie. Le happy end se profile, grossesse magique et salvatrice comprise.

Antoine Amblard (formé à l'ENSATT) et Juliette Savary (issue du Conservatoire de Paris) s'accordent avec aisance, rendent le vocabulaire (et les scènes) crues sans les alourdir si ce n'est un strip-tease rapide pas nécessaire. Dommage que le texte colle tant au réel de ces dernières années noires des migrants. Il aurait gagné à être plus atemporel et moins géo-localisé, à laisser au spectateur une plus grande place. À défaut, il est heureux de constater que parfois les genres artistiques se mélangent. Même au TNP.

Inoxydables
Au TNP jusqu'au 6 avril


Inoxydables

De Julie Ménard, ms Maxime Mansion, mus par le groupe Klone, 1h10
Théâtre National Populaire 8 place Lazare-Goujon Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le retour d'En acte(s)

Théâtre | Revenir à l'essence du texte sans non plus céder à la lecture. Fixer des règles : un écrit original pour cinq acteurs maximum, une heure de jeu, huit (...)

Nadja Pobel | Mercredi 19 septembre 2018

Le retour d'En acte(s)

Revenir à l'essence du texte sans non plus céder à la lecture. Fixer des règles : un écrit original pour cinq acteurs maximum, une heure de jeu, huit jours de répétition, pas d'effets techniques ou à peine. Voilà En acte(s), né au Lavoir en octobre 2014, à l'initiative du comédien Maxime Mansion, et qui depuis s'est développé sur des périodes plus au moins longues aux Clochards Célestes, au TNP. Deux propositions reviennent au Théâtre de l'Élysée du 20 au 22 septembre : d'une part Irrépressible de Kevin Keiss mise en scène par Baptiste Guiton. De l'autre, On dit que Josepha de Gwendoline Soublin, issue de l'ENSATT, porté à la scène sur des tréteaux reconstitués à L'Élysée par Philippe Mangenot (à l'origine d'une belle variation sur Tchekhov, Regardez la neige qui tombe). Ici, il s'empare de l'ennui d'adolescents qui traînent sur des parkings et imaginent la vie de leurs voisins, dont une certaine Josepha, se jouant ainsi du réel. Doux, tendre et amer.

Continuer à lire

Vont, vivent et deviennent

En acte(s) | Grozny Panzani Paradis, de Samuel Pivo ; Ton tendre silence me violente plus que tout, de Joséphine Chaffin : que se trame-t-il, (...)

Nadja Pobel | Mercredi 4 mai 2016

Vont, vivent et deviennent

Grozny Panzani Paradis, de Samuel Pivo ; Ton tendre silence me violente plus que tout, de Joséphine Chaffin : que se trame-t-il, derrière ces titres singuliers ? Ce sont des textes de théâtre écrits sur commande, passée par Maxime Mansion, un comédien sorti de l’ENSATT, ancien membre de la troupe permanente du TNP et initiateur du projet En Acte(s) avec la compagnie La Corde rêve, qu’il dirige avec Elisa Ruschke. Objectif : donner la possibilité à de jeunes auteurs de se confronter directement à la scène, les sortir du confinement de leur chambre d’écriture puisque les classiques (Shakespeare, Marivaux, Molière…) écrivaient pour être portés très rapidement au plateau, rappelle Maxime Mansion. Depuis octobre 2014, à raison d’un lundi par mois (huit par saison), une pièce sur un thème libre mais lié à l’actualité, ne devant pas dépasser une heure de jeu et ne mobilisant pas plus de cinq comédiens est présentée. Pas d’effet technique ni de mise une scène — mais une mise en espace —, trois semaines d’apprentissage de texte pour les comédiens et à peine plus de huit jours de répétition avant la publication de la pièce : voilà les ingrédients d

Continuer à lire