Sophia Aram, sensible mais sensée

Humour | L'humoriste Sophia Aram présentera son nouveau spectacle le 18 septembre au Radiant : "À nos amours".

Elliott Aubin | Mardi 10 septembre 2019

Photo : © Benoit Cambillard


Nous l'avions découverte dès 2012 au micro de France Inter, chroniqueuse ayant su rapidement bousculer ses auditeurs et auditrices par son insolence piquante et une ironie engagée.

Après trois spectacles portant respectivement sur l'école, les religions et la montée des extrêmes, elle s'intéresse ici plus particulièrement au vaste sujet qu'est l'amour. Mais ses thèmes de prédilection seront toujours présents au sein de ce spectacle déjà bien rodé...

Attachée à la laïcité et aux droits des femmes, humaniste, Sophia Aram réussit à sa manière à faire percer dans le débat public les convictions profondes qui l'animent. Elle est de ces artistes qui ont choisi le rire pour éveiller les consciences en dévoilant le regard acéré qu'elle porte sur notre époque.

Un lyrisme luchiniste

Dans ce nouveau spectacle baptisé À nos amours, elle démontre tout son talent pour dénoncer, avec dérision et sarcasme, le sexisme ordinaire et les préjugés de la vie d'un couple. Qu'est-ce qu'un couple féministe ? Voilà une des questions que nous pose Sophia Aram et son compagnon, Benoît Cambillard, avec qui elle écrit ses spectacles.

Dans la même veine que la très actuelle Blanche Gardin, elle aime mettre les pieds dans le plat pour désigner ces vérités du quotidien qui peuvent déranger ou amuser. Elle sait toutefois faire preuve d'une légèreté poétique et d'un lyrisme luchiniste qui rend ce spectacle aussi sensible que sensé.

Sophia Aram, À nos amours
Au Radiant-Bellevue le mercredi 18 septembre


Sophia Aram

"A nos amours"
Radiant-Bellevue 1 rue Jean Moulin Caluire
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Adèle avant Adèle

ECRANS | Depuis ses débuts, Abdellatif Kechiche inscrit son cinéma dans une lignée très française, dont il s’émancipe peu à peu. La Vie d’Adèle, comme ses précédents films, ne fait pas exception à la règle. Démonstration avec quatre films emblématiques. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 7 octobre 2013

Adèle avant Adèle

1935 : Toni (Jean Renoir) Comme souvent en France, tout part de Jean Renoir. Et notamment de Toni qui, bien avant le néo-réalisme italien et la Nouvelle Vague, s’aventure hors des studios et exploite les décors naturels aux alentours de Martigues pour faire entrer le soleil du midi dans ce drame inspiré d’un fait-divers. Même s’il filme le Nord dans La Vie d’Adèle, Kechiche choisit aussi de privilégier la lumière plutôt que la grisaille, comme dans ce premier baiser magnifique sur un banc, où les lèvres des deux comédiennes semblent embrasées par les rayons du soleil. Surtout, Renoir cherche avant tout à saisir une vérité chez les immigrés italiens de son film, eux qui étaient, à l’époque, les marginaux de la société française. Kechiche avait fait de même avec les immigrés maghrébins et leurs enfants dans L’Esquive et La Graine et le Mulet ; ici, c’est une autre marge, celle de l’homosexualité féminine, qu’il essaie de dépeindre avec un maximum de crédibilité et d’honnêteté. 1963 : Adieu Ph

Continuer à lire

Pialat à poing levé

ECRANS | Une rétrospective chasse l’autre à l’Institut Lumière. Après celle consacrée à Michael Cimino, c’est maintenant Maurice Pialat qui est à l’honneur durant tout le (...)

Christophe Chabert | Lundi 4 mars 2013

Pialat à poing levé

Une rétrospective chasse l’autre à l’Institut Lumière. Après celle consacrée à Michael Cimino, c’est maintenant Maurice Pialat qui est à l’honneur durant tout le mois de mars. Autrement dit, de fortes personnalités, des réalisateurs qui ont essoré leurs producteurs par leur perfectionnisme et leur désir de ne faire aucun compromis. Dans le cas de Pialat, les choses sont plus compliquées encore : son cinéma cherche l’accident, le surgissement de la vie et du naturel dans l’espace contrôlé du tournage. On le sait, Pialat était exigeant avec ses comédiens, matière première et décisive de sa méthode. Pour le meilleur : Depardieu, systématiquement génial chez lui, de Loulou au Garçu, de Police à Sous le soleil de Satan ; Sandrine Bonnaire, qu’il découvre dans À nos amours et retrouve dans Police puis, magistrale, en Mouchette dans Sous le soleil de Satan ; ou Dutronc, inoubliable Van Gogh. Pour le pire aussi, tant ses rapports furent parfois houleux avec certains — Jean Yanne dans Nous ne vieillirons pas ensemble, Sophie Marceau pour Police. C’est cependant ce qui fait la grandeur du cinéma de Pialat : q

Continuer à lire