Le mois Ramond au Théâtre de l'Élysée

Nadja Pobel | Mardi 5 novembre 2019

Photo : © DR


La carte blanche qui s'ouvre au Théâtre de l'Élysée durant tout le mois de novembre est consacrée à l'un des metteurs en scène les plus délicats de nos contrées : Nicolas Ramond, directeur de la compagnie Les Transformateurs depuis 1992, n'est plus un artiste émergent comme ce lieu sait en accueillir, conformément à son label Scène découverte. Mais son travail est à découvrir encore et encore, comme cette création sensible qu'est Ça marchera jamais (du 4 au 6 et du 27 au 29 novembre, prix spécial Célest'1 en juin dernier). L'excellent duo d'acteurs composé d'Anne de Boissy (également dans Boire, les 22 et 23 novembre) et Jean-Philippe Salério dit avec brio et drôlerie ce que peut-être l'échec dans ce milieu culturel pas comme les autres. Nicolas Ramond étant tout sauf auto-centré, il présente également son travail mené avec la compagnie M.A (Guignol de Lyon) où il met en scène et en marionnettes le texte de Simon Grangeat sur les affres du néo-ibéralisme (Krach, du 13 au 15 novembre) et il fait aussi place à Raphaël Gouisset et à son penchant pour le précieux Faillir être flingué de l'écrivaine Céline Minard (Worldwidewestern, du 19 au 21 novembre).


Ça marchera jamais

Ecrit et ms Nicolas Ramond, 1h
Théâtre de l'Élysée 14 rue Basse-Combalot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Krach

Texte Simon Grangeat, ms Nicolas Ramond
Théâtre de l'Élysée 14 rue Basse-Combalot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Boire

Texte Fabienne Swiatly, ms Guy Naigeon
Théâtre de l'Élysée 14 rue Basse-Combalot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

À l'Opéra, des airs connus

Classique | Passage en revue des festivités prévues du côté de l'Opéra où l'on rejoue ses classiques, et de l'Auditorium qui fait tout un cirque de son réveillon.

Pascale Clavel | Mardi 13 décembre 2016

À l'Opéra, des airs connus

À l’Opéra, c’est le jeune, fougueux et futur chef permanent, Daniele Rustioni, qui officie : une soirée faite de joyeux pots-pourris, une enfilade de tubes à fredonner plus ou moins discrètement. Des extraits d’œuvres classiques et romantiques, tricotés comme un gros patchwork bien doux. Le public en aura trop et c’est bien cela qu’il cherche : le trop d’émotions, l’envie constante de bulles de champagne. Au menu, des valses de Tchaïkovski tirées pour l’une de la Belle au bois dormant, pour l’autre de la Symphonie n°5 ; des moments choisis des Noces de Figaro de Mozart et même des airs de Rossini à se pâmer. L’orchestre de l’Opéra de Lyon, sous la baguette très attendue de Rustioni, va offrir un moment tout en paillettes, tout en émotions rares et nous sortirons de là le cœur léger, le sourire aux lèvres et l’envie que le monde soit beau. L’Auditorium fait son numéro Avec ses rêves de cirque, le spectacle du Nouvel An risque de plaire aux petits, aux grands, tous confondus dans la même émotion. La salle de l'Auditorium se transforme en un immense

Continuer à lire

Petite Poucette

SCENES | Lorsque nous découvrons des fragments d’Annette, il y a déjà deux ans de gestation et de travail en amont. Et lors de ces ultimes répétitions, à J-9 de la (...)

Nadja Pobel | Jeudi 10 janvier 2013

Petite Poucette

Lorsque nous découvrons des fragments d’Annette, il y a déjà deux ans de gestation et de travail en amont. Et lors de ces ultimes répétitions, à J-9 de la première, ce sont d’abord les mots qui nous happent. Ceux d'Annette, qui donne son prénom à cette pièce, inspirée de la vie de la sœur du metteur en scène Nicolas Ramond, décédée jeune adulte des suites d'un syndrome de West qui a fini par l’étouffer. Annette était dépourvue de parole mais au théâtre on l’entend dire «je m’envase, je cherche des mots dans la boue de ma bouche». Parfois c’est son frère qui s’agace : «tu m'énerves à faire l'handicapée. Les handicapés, ce n'est jamais de leur faute. Ils ont une excuse pour toujours». Avec une vitalité et une véracité comparables à celles maniées par Jean-Louis Fournier dans le drôlissime et glaçant Où on va, papa ?, l’écrivain Fabienne Swiatly a su, en étant toujours attentive à son personnage et à bonne distance du drame, trouver le ton juste entre gravité et humour. Pour l’occasion, Nicolas Ramond s’est délesté du travail vidéo qui ponctuait ses précédentes créations et cherche le rythme en accolant, sans ordre chronologique, diverses séquenc

Continuer à lire