Thomas VDB : « il y a un effet miroir dans le stand-up »

Humour | Il est journaliste, chroniqueur radio, comédien et derrière son air nonchalant se cache en vérité un chien fou. Entre l’écriture de son prochain spectacle et une chronique pour France Inter, la voix fatiguée mais passionnée, Thomas VDB nous parle de son spectacle Bon Chienchien mis en scène par Kader Aoun.

Elliott Aubin | Mardi 12 novembre 2019

Photo : © DR


« Est-ce qu'un bébé ça doit manger tous les jours ? Est-ce grave d'avoir un survêtement qui sent le tabac ? Attend-on une réponse quand on demande à son chien "c'est qui le pépère" ? ». Que de questions existentielles ! Vous n'abordez donc pas ici l'actualité, avec la fougue que l'on vous connaît ?
Thomas VDB : C'est un stand-up classique. Non, je n'évoque presque pas de sujets d'actu. Ça, je le fais sur Inter. Ici j'essaye de donner mon regard sur le monde. C'est plus intemporel que le traitement de l'actualité. Je parle de sujets divers… de ma patience affectée par mon addiction à Internet. Des efforts de concentration que je dois faire pour lire un livre jusqu'au bout ou rester tout au long d'un concert. Je parle aussi de ma paternité nouvelle. De ma quarantaine passée. Je parle de moi, oui, mais au travers de sujets du quotidien dans lesquels les gens se retrouvent. Il y a, pour le public, forcément un effet miroir dans le stand-up.

Vous jouez ici, à Lyon, salle Victor Hugo. Que vous évoque cette ville ?
Lyon, c'est d'abord pour moi le tunnel de Fourvière, la route des vacances ! J'adore cette ville. J'adore m'y perdre. Mais c'est aussi la ville de mon pote Richard Bellia, le photographe.

Après Bon Chienchien, quelle est la suite ?
Je suis en train d'écrire mon prochain spectacle. Ce n'est pas vraiment avancé mais je pose des idées sur le papier. On va dire que je suis en réflexion active. Ce ne sera pas forcément du stand-up. J'aimerais bien mettre plus de folie sur scène. De la musique. De la danse. Pourquoi pas !

Thomas VDB, Bon Chienchien
À la salle Victor Hugo le samedi 16 novembre à 18h et à 20h30


Thomas VDB

"Bon Chienchien"
Salle Victor Hugo 33 rue Bossuet Lyon 6e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"La Colle" de Alexandre Castagnetti : un Breakfast Club sans fin

ECRANS | de Alexandre Castagnetti (Fr, 1h31) avec Arthur Mazet, Karidja Touré, Thomas VDB…

Vincent Raymond | Mercredi 5 juillet 2017

Si le regretté Harold Ramis revenait d’entre les morts, il croirait à une caméra cachée. Voire irait fissa réclamer des droits d’auteur à la multitude de disciples ou d’épigones accommodant à son imitation (et à toutes les sauces) le concept de boucle temporelle d’Un jour sans fin (1993). Après Edge of Tomorrow et avant Happy Birthdead, voici donc ici la tentative française. Pour brouiller les pistes, Alexandre “La Chanson du Dimanche” Castagnetti pousse le vice en hybridant le bazar avec l’intrigue du Breakfast Club (1985) de John Hugues. Résultat : son héros se retrouve en heure de colle sous la garde d’un pion ringard avec un échantillon d’élèves mal assortis, et ne peut fuir de sa boucle que s’il conclue avec la belle Leila dont il est l’amoureux transi — laquelle forcément ignore un crapaud de son espèce. Après environ 72 heures de gags potaches répétitifs, c’est bon, les deux roucoulent pendant que tous les punis deviennent de chouettes copains, peace ; Sonia Rolland essaie les prothèses mammaires de Halle Berry dan

Continuer à lire

Humour à Lyon : Deux festivals et des stars

Humour | Commençons par ce qui gratte : deux festivals d'envergure pour le café-théâtre à Lyon, c'est une belle idée et clairement, il y a un public pour les faire vivre (...)

Sébastien Broquet | Mardi 6 septembre 2016

Humour à Lyon : Deux festivals et des stars

Commençons par ce qui gratte : deux festivals d'envergure pour le café-théâtre à Lyon, c'est une belle idée et clairement, il y a un public pour les faire vivre tous les deux. Sauf que... quelle idée saugrenue de les organiser exactement aux mêmes dates, tous deux prenant fin le 1er octobre ! Collision regrettable, mais programmations délectables pour qui aime les bons mots. À l'Espace Gerson, c'est la 4e édition du festival d'Humour qui accueille en parrain Vincent Roca cette année, lequel donnera deux soirs d'affilée son Délirium Très Mots (26 et 27 septembre) créé en 2010 : virtuose de la langue, jongleur de mots, concurrent direct des titreurs de Libé, il s'est offert une belle notoriété en alignant les chroniques sur France Inter durant onze ans, dans le Fou du Roi de Stéphane Bern. Côté découvertes, se côtoieront Jérémy Vaillot, Margot Winch et Félix Dhjan (le mercredi 28 septembre), Ben H, Timothé Poissonnet et Pierre Daverat qui oscillent entre chanson et humour (jeudi 20 septembre) ou encore Haroun, Mathias Pradenas et Perrine Rouland (vendredi 30 septembre) avant un final hors-les-murs en c

Continuer à lire