"Un ennemi du peuple" : Nicolas Bouchaud, seul contre tous

Théâtre | Qui n’a jamais vu sur scène le comédien Nicolas Bouchaud doit très vite réparer son erreur. En fonçant par exemple aux Célestins découvrir "Un ennemi du peuple", texte phare du dramaturge norvégien Henrik Ibsen mis en scène par Jean-François Sivadier.

Aurélien Martinez | Mardi 5 novembre 2019

Photo : © DR


Aujourd'hui en France, il y a peu de comédiens de la trempe de Nicolas Bouchaud. C'est peut-être même le plus grand, et il n'y a qu'à le voir sur un plateau pour le constater. Dans les spectacles de Jean-François Sivadier par exemple, avec lequel il collabore depuis presque vingt ans. Logique donc qu'on le retrouve dans le rôle-titre d'Un ennemi du peuple, dernière mise en scène de Sivadier dévoilée en mars à la MC2 Grenoble. Bouchaud pourrait même être un argument de vente à lui tout seul, tant il donne une fougue bienvenue au texte politique et acerbe (aucun personnage n'est sauvé, même le héros) d'Ibsen publié en 1882 en incarnant le docteur Stockmann, lanceur d'alerte avant l'heure.

Il faut le regarder chuter progressivement, passant de l'homme sûr d'œuvrer pour le bien commun en dénonçant un scandale sanitaire (les eaux de la station thermale de la ville sont impropres) au paria qui risque de mettre à terre toute une économie et une population : il est grandiose. Notamment dans la scène du simili procès public, lorsqu'il s'écarte de la trame d'Ibsen pour disserter sur le théâtre.

Le passé a de l'avenir

Que Jean-François Sivadier est un immense metteur en scène qui a tout compris à la rythmique de son art, comme lorsqu'il s'amuse avec des œuvres plus très jeunes (Molière, Feydeau, Shakespeare, Brecht, Büchner…) pourtant on ne peut plus vivantes entre ses mains – il faut le faire, tant nous pestons habituellement contre ces artistes sans imagination qui remontent sans cesse les mêmes classiques.

Et que son Ennemi du peuple est un véritable acte de théâtre de 2h45 défendu par une troupe remarquable dans une scénographie grandiose (comme toujours avec lui) et avec une nouvelle traduction musclée d'Eloi Recoing qui renforce le propos politique de la pièce. On peut appeler ça du théâtre blockbuster haut de gamme, et ça fait un bien fou.

Un ennemi du peuple
Aux Célestins du mardi 5 au dimanche 11 novembre


Un ennemi du peuple

De Henrik Ibsen, ms Jean-François Sivadier, 2h35
Célestins, théâtre de Lyon 4 rue Charles Dullin Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Interview de Thomas Ostermeier

SCENES | Au lendemain de la triomphale première représentation de "Un ennemi du peuple" au TNP, Thomas Ostermeier a rencontré son public durant 1h30 au Goethe Institut, avant de nous accorder un entretien où il évoque inlassablement et passionnément son approche du théâtre... Nadja Pobel

Nadja Pobel | Jeudi 31 janvier 2013

Interview de Thomas Ostermeier

... en commençant par expliquer pourquoi, après avoir monté des auteurs contemporains (Sarah Kane, Jon Fosse, Lars Noren…), il a ces dernières années tiré nombre de spectacles de textes d'Ibsen ou Shakespeare.

Continuer à lire

Ostermeier ce norvégien

SCENES | Metteur en scène allemand de génie, Thomas Ostermeier monte pour la cinquième fois une pièce du norvégien Ibsen, "Un ennemi du peuple". Décryptage de cette filiation entre deux géants avant que Ostermeier lui-même ne vienne à la rencontre du public lyonnais au Goethe Institut. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 18 janvier 2013

Ostermeier ce norvégien

Depuis 2002, Thomas Ostermeier a monté cinq pièces d’Henrik Ibsen. S’il a commencé par ses classiques et brillantissimes pamphlets féminins et féministes (Une maison de poupée, qu’il a rebaptisé du nom de l’héroïne Nora, puis Hedda Gabler), il a poursuivi avec des textes empreints de politique : Solness le constructeur (monté entre les deux précédents), John Gabriel Borkman, Un ennemi du peuple aujourd’hui, et en mars Les Revenants créé (en français !) à Vidy-Lausanne. Dans l’intervalle, Ostermeier a fricoté avec d’autres et notamment Shakespeare (avec le foudroyant et déchaîné Mesure pour mesure). Mais inlassablement, Ostermeier revient à l’auteur norvégien qui, entre 1867 et 1899, signa une quinzaine d’oeuvres qui ont secoué la froide Scandinavie. Il ne suffit toutefois pas de jouer Ibsen pour s’apercevoir qu’il est infiniment contemporain. Encore faut-il malaxer son écriture, la raboter parfois, la modifier à l’occasion, à tout le moins lui porter un regard actuel pour ne pas la momifier dans le XIXe déclinant. Et dans 150 ans Ostermeier avait changé la fin d’Hedda Gabler

Continuer à lire

Amis du peuple

SCENES | La rentrée théâtrale 2013 démarre sous des auspices dont aucun curieux (amateur ou – et surtout - réfractaire) n’osait rêver : Robert Lepage puis Thomas Ostermeier sont parmi nous en janvier. S’ensuivront de bons restes d’Avignon, des argentins bluffants et des retrouvailles. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 4 janvier 2013

Amis du peuple

Joël Pommerat n'est pas le seul incontournable de la planète théâtre ; pour trouver aussi talentueux et singulier, il faut pousser les frontières. Coup de chance, les Célestins et le TNP ont convié dans leurs salles le Canadien Robert Lepage et l’Allemand Thomas Ostermeier. Le premier vient avec une pièce créée en mai dernier à Madrid,  Jeux de cartes : Pique, début d’une tétralogie explorant les rapports entre le monde occidental et le monde arabe. Puisque la pièce ne peut se jouer que dans un lieu circulaire, elle le sera au Studio 24 à Villeurbanne (voir portrait de Robert Lepage en page 12). Ostermeier arrive lui avec un spectacle phare du dernier festival d’Avignon : Un ennemi du peuple, où il dynamite une fois de plus l’œuvre d’Ibsen, déjà infiniment moderne pour son époque. Ça suinte, ça gicle, ça crie, ça vit avec une force scénique qui n’a d’égale que sa maîtrise. Autre pépite du festival qui déboule sur "nos" planches bientôt : Plage ultime (Renaissance, mars) d’après Crash de J.C. Ballard, surprenante pièce de la jeune Séverine Chavrier qui prend son temps et nous renvoie à notre va

Continuer à lire

Intervention directe

SCENES | Comment parler de «cette génération qui a le cœur à gauche et le portefeuille à droite, qui veut changer le monde sans avoir les mains sales» ? Thomas (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 6 septembre 2012

Intervention directe

Comment parler de «cette génération qui a le cœur à gauche et le portefeuille à droite, qui veut changer le monde sans avoir les mains sales» ? Thomas Ostermeier choisit de mettre en scène Ein Volksfeind (Un ennemi du peuple) d’Ibsen, qui dresse le portrait du jeune docteur Stockmann, luttant seul contre tous pour faire éclater le scandale de la pollution d'une station thermale. Le directeur de la Schaubühne de Berlin ne se contente pas de dépoussiérer le texte original. Il ouvre également le débat entre les acteurs et le public, sur le thème de la crise de la démocratie, avant de reprendre comme par magie le fil de son spectacle. Ovationné au dernier festival d’Avignon, cet Ennemi du Peuple n’est sans doute pas le meilleur spectacle d’Ostermeier, mais il en est certainement le plus surprenant. Ein Volksfeind (Un ennemi du peuple)Au TNPDu mercredi 29 janvier au dimanche 2 février 

Continuer à lire

Éloge de la durée

SCENES | Au Théâtre les Ateliers, Nicolas Bouchaud incarne avec un plaisir non dissimulé le critique de cinéma Serge Daney, mort en 1992. Dans un solo souvent émouvant, il interroge le pouvoir de l'image et le rapport au temps. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 4 mai 2010

Éloge de la durée

«J'ai toujours su...» (repérer l'espace vide qui appelle le plan suivant dans un film de Fritz Lang), «il m'a fallu 30 ans pour savoir...» (que le cinéma c'est du temps). Serge Daney, au delà de sa fascination pour l'image, s'intéresse au temps. Il évoque, admiratif, Rohmer qui dans "Le Rayon vert" «invente la durée». Et ce n'est pas un hasard si ce critique de cinéma, entré aux «Cahiers» à l'orée des années 1960, a également beaucoup écrit sur le tennis lors de ses années passées à «Libération». C'est l'un des seuls sports dans lequel les protagonistes sont maîtres du chronomètre. Ils définissent eux-même le temps de leur match. Pour filer la métaphore, Daney dit d'ailleurs de lui qu'il est relanceur (de films) comme il y a des relanceurs au tennis. «Le cinéma c'est l'enfance»"La Loi du marcheur" est un spectacle construit à partir de longs extraits de l'entretien qu'a accordé Serge Daney à l'écrivain et médiologue Régis Debray et qui a été édité en DVD sous le titre «Itinéraire d'un ciné-fils». Quelques mois avant sa mort des suites du sida, Daney parle de la naïveté réjouissante avec laquelle il est allé à Hollywood à vingt ans avec Louis Skorecki quand il fallait 20

Continuer à lire