Les boucles piquées de Xavier Veilhan

Nadja Pobel | Mardi 3 décembre 2019

Photo : © Diane Arques


1er défi : Rejoindre les Subsistances en pleine Fête des Lumières en passant barricades et contrôles.

2e défi : Croire que sur une patinoire, l'art émerge. Après tout, des années à regarder les yeux écarquillés et le cœur battant les tours de passe-passe de Grishuk-Platov au mitan des 90's nous ont prouvé que tout était possible sur glace, y compris le meilleur. Récemment, des repentis des plus importants championnats en la matière ont tenté une approche non codifiée : les Patins Libre passés deux fois par les Nuits de Fourvière.

3e défi : Oubliez tout cela car le plasticien Xavier Veilhan trouve-là un terrain de création après avoir notamment mis sur pieds Les Habitants, statues en marche mais fatalement figées, de la Cité Internationale de Lyon ou les chevaux devant le château de Versailles, à la suite de Jeff Koons. Intrigué par le mouvement, le Français va pouvoir explorer le geste rapide avec son acolyte canadien Stephen Thompson, ancien compétiteur de haut-niveau sur glace, et travailler le cercle sans cesse recomposé par une discipline récemment disparue et extrêmement technique : les figures imposées. Dans un dispositif vidéo-son-lumière, les Compulsory figures (du 5 au 8 décembre aux Subs) sont la tentation d'un geste artistique inédit.


Compulsory Figures

Performance sur patioire de Xavier Veilhan avec Stephen Thompson, performeur, danseur et patineur
Les Subs 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Quand Xavier Veilhan mêle dessins et patins

SCENES | C’est sur une patinoire, sous la verrière des Subsistances que l’artiste Xavier Veilhan va créer "Compulsory figures", du 5 au 8 décembre, avec son acolyte canadien Stephen Thompson. Entre art graphique et ré-émergence d’une pratique de patinage sur glace disparue, celle des figures imposées, le Français invente un spectacle hybride dont il nous détaille la conception.

Nadja Pobel | Jeudi 21 novembre 2019

Quand Xavier Veilhan mêle dessins et patins

Vous avez beaucoup travaillé sur le mouvement jusque là, vos sculptures monumentales de personnages (Les Habitants installés à la Cité Internationale de Lyon par exemple) sont souvent en train de marcher. Est-ce Compulsory figures est une nouvelle étape de cette recherche ? Xavier Veilhan : Oui on peut dire cela. C'est un leitmotiv de mon travail qui vient aussi du fait que, d'une manière générale, on a une perception dynamique de la réalité par rapport à ce qu'il y avait, par exemple, dans l'Antiquité où la réalité résidait dans ce qui était immobile et immuable. Ce projet atypique se passe sur glace, dans une patinoire de 13 mètres sur 13. Le mouvement peut y être limpide et rapide. Est-ce cet aspect qui vous a fait choisir cette surface particulière ? Avec la glisse, il y a quelque chose de l'ordre d'un domaine parallèle, comme la chute dans le vide ou l'apesanteur, une « apesanteur horizontale », comme j’aime à dire pour le projet de Compulsory figures. Tout le monde peut éprouver que, sur la glace, on peut déplacer un poids beaucoup plus facilement qu'autrement. Cela ouvre

Continuer à lire