Thierry Jolivet : grand rassemblement

Portrait | À 32 ans, Thierry Jolivet s'apprête à monter sur scène Vie de Joseph Roulin, ce facteur et ami de Van Gogh dont l'écrivain Pierre Michon a fait œuvre. Autour de lui, des musiciens et des membres de leur Meute avec laquelle il avait éclaboussé le théâtre lors de la création de Belgrade en 2013. Itinéraire en construction.

Nadja Pobel | Mardi 10 décembre 2019

Photo : © Benoît Gomez-Kaine


Il a eu, à l'adolescence, « une passion intense et totale » pour le cinéma mais en aucun cas faire du théâtre n'est une compensation pour le metteur en scène Thierry Jolivet. Enfant, entouré de ses parents profs, il a bien fait quelques ateliers théâtre entre Vienne et Lyon où il grandit mais c'est au lycée Saint-Ex, sur la Croix-Rousse, en suivant les cours de Catherine Marion qu'il voit ses premières pièces, car auparavant sa connaissance en matière de théâtre « était nulle ». Voici qu'il ingurgite des spectacles monstres : Le Dernier Caravansérail d'Ariane Mnouchkine à la Cartoucherie de Vincennes où il se déplace avec l'établissement scolaire ou Les Vainqueurs d'Olivier Py, « où Christophe Maltot tient la baraque pendant dix heures ! » se souvient-il.

Pourtant, le bac en poche, c'est en cinéma qu'il s'inscrit à Lyon 2 où il dit s'ennuyer « sauf au cours de Rebecca Zlotowski », la (future) réalisatrice de Grand central. Mais insatisfait de ce qu'il produit en vidéo et par « l'appel un peu brutal d'aller vers la littérature » (les mots sont toujours très forts), il se dirige, en 2010, vers le théâtre. Le Conservatoire régional d'art dramatique de Lyon vient de renaître de ses cendres grâce à Philippe Sire et la pédagogie est de former des fabricants de théâtre, pas juste des comédiens, se remémore Thierry Jolivet qui, pour autant, suit ces trois ans de formation pour savoir ce qu'est « le seul métier du théâtre, acteur ». Il s'astreint alors à ne faire que cela (et pas d'assistanat de mise en scène) pour ensuite mieux savoir diriger des acteurs. L'heure est à cet apprentissage précis. Là-bas « tout s'est résolu » dit-il. Il s'y construit une famille avec ses camarades. Avec Florian Bardet, Clément Bondu, Gabriel Lechevalier, ils créent La Meute au sortir du Cons' et Les Foudroyés, « un spectacle monté dans une économie très restreinte mais avec notre soif, notre arrogance, notre insouciance ; on a mis tout ce qui bouillonnait en nous, ça a fondé notre façon de faire du théâtre. » Avec un brin de provoc', il est écrit que c'est « d'après Dante et cinquante autres auteurs » car ensemble ils découpent des morceaux de textes dans les bouquins de leur bibliothèque et composent leur patchwork.

Dépeçage

Ensuite, ils continueront à fouiller du coté des grands auteurs non théâtraux et notamment Dostoïevski pour Les Carnets du sous-sol présentés à L'Élysée en 2012 où la mise en scène déborde dans le hall du théâtre, où la nourriture que les acteurs avalent salit moins que les mots qu'ils se jettent à la figure. L'Idiot ! de Vincent Macaigne triomphe peu avant à Avignon. Avec le recul, Thierry Jolivet, qui pourtant se dit « mauvais spectateur » et va peu dans les salles, surtout pour voir des choses semblables à ce qu'il fait, admet que « ça l'a vraiment frappé et ça lui a plu ». Cette fureur ne le quitte pas et le fait opter pour un travail sans argent (lui et ses compères le gagnent autrement) mais qui permet aux spectateurs d'identifier leur désir plutôt que de chercher à rentrer dans l'institution car, au début, sans notoriété, « ça pousse mécaniquement à faire ce qu'on n'a pas envie de faire ».

Il insiste sur le rôle important du réseau des Scènes découvertes, « un truc précieux qui n'existe pas partout ». Simon Delétang les voit jouer. Il ne les programme pas aux théâtres des Ateliers, où il se débat à la direction avec Gilles Chavassieux, mais leur laisse le plateau une semaine au terme de laquelle « on voulait montrer quelque chose ». Au cœur d'une après-midi de mars 2013, surgit donc Belgrade. Une claque. Pour une fois, Thierry Jolivet se colle au très contemporain avec ce texte d'Angelica Liddell sur les ravages de la guerre en Yougoslavie. Il y adjoint Cioran, Maïakovski et tant d'autres, laisse place à des monologues puissants et au duo Jean-Baptiste Cognet et Yann Sandeau pour un live d'inspiration post-rock. Brillant. Cette pièce, née dans l'urgence, aura la reconnaissance et le prix Impatience du public à Paris, tremplin phare de la jeune création théâtrale.

Pour une fois, Thierry Jolivet aura de l'argent pour sa création à venir.

J'aime assumer cette part de stupidité qui consisterait à dire que si on a fait des spectacles de deux heures en deux semaines sans argent, alors si on nous donne de quoi répéter quatre à six semaines, faisons un spectacle de quatre heures » s'amuse-t-il.

Ce sera, aux Célestins qui le soutiennent depuis Belgrade, La Famille royale de William T. Vollmann et une plongée en apnée dans les bas-fonds de la société américaine. Remarquable travail, aussi épuisant pour les spectateurs qu'il le sera pour le metteur en scène, qui a consacré deux ans de sa vie à son adaptation. Il est « content qu'il ait été vu comme aucun de nos spectacles — 20 dates — et joué dans des CDN, mais j'aurais espéré que ce soit plus facile après. » Ce ne sera pas le cas.

Assemblage

Thierry Jolivet réduit la voilure, cesse de faire des spectacles comme des « combats », et, après avoir continué à faire l'acteur chez Laurent Brethome, il se penche sur un auteur très cher, français, dont il ne tresse pas le texte avec d'autres congénères : Pierre Michon. Vie de Joseph Roulin est « plus une étreinte, c'est plus doux et lumineux » que ce qu'il a pu adapter précédemment. Il interprète cet ami de Van Gogh, entouré de ses fidèles acolytes musiciens et avoue que c'est celui de ses projets qui ressemble le plus à un autoportrait. Simplement il conçoit ce spectacle comme un épilogue de ce qu'il a pu déjà faire en racontant « l'histoire d'un type dont les traces sont le plus dévorées par notre monde, car ses œuvres se retrouvent dans les endroits les plus éloignés des circonstances dans lesquelles elles ont été peintes, sur des tote bag et des tee-shirts. »

Très nouvellement devenu père, établi fréquemment en Haute-Loire, Thierry Jolivet semble revenir à l'essence de son engagement artistique : « convoquer le sens là où on ne le voit pas ». Enjoint à mener des travaux de mise en scène dans les écoles sup', il ne cesse de redécouvrir ce métier. Brièvement, il s'est porté candidat à la direction du théâtre du Point du Jour il y a un an, mais l'a déjà oublié tant ce qui l'intéresse se passe sur un plateau et moins en coulisses. Lorsqu'il parle, Thierry Jolivet ne finit jamais vraiment ses phrases à tant chercher le mot juste. Concernant celles de Michon, il dit qu'elles sont « sans colère, très consolantes et dans la célébration d'une certaine forme de mélancolie ». Il s'apprête à les transmettre.

Vie de Joseph Roulin
Au TNG-Les Ateliers (programmé par les Célestins) du mercredi 11 au vendredi 20 décembre


Repères

1987 : Naissance

2007-2010 : Conservatoire d'art dramatique de Lyon

2010 : Création du collectif La Meute

2011 : Le Grand Inquisiteur

2012 : Les Carnets du sous-sol

2013 : Belgrade

2017 : La Famille royale

2019 : Vie de Joseph Roulin


Vie de Joseph Roulin

D'après Pierre Michon, ms Thierry Jolivet, 1h45
TNG - Les Ateliers-Presqu'île 5 rue Petit David Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La Famille royale : les loups de Wall Street

Théâtre des Célestins | Il y a parfois des événements qui tiennent leurs promesses. La création de La Famille royale par La Meute est de ceux-ci. Un auteur vivant (!) et américain, les bas-fonds d'une société moisie — la nôtre —, du rock en live... sous les décombres, le metteur en scène Thierry Jolivet trouve même une once de lumière : celle du théâtre.

Nadja Pobel | Mardi 10 janvier 2017

La Famille royale : les loups de Wall Street

« Qui connaît la plus belle mort ? Le soldat qui tombe pour sa patrie ? Ou la mouche dans mon verre de whisky ? » Voix paisible, micro en main prononcé par une sorte de MC décati, c'est avec ces mots que commencent quatre heures d'une plongée dans les bas-fonds de San Francisco, l'envers d'une american way of life si fantasmée, si peu avérée. Et s'il manque à la distribution un métissage culturel (quoique cette remarque ne soit peut-être qu'un délit de faciès inversé et très en vogue dans le théâtre actuel... David Bobée, suivez mon regard) et au plateau un supplément de poussière (difficile de restituer le crad'), le reste est là. Viscéralement là. Tyler Brady, détective privé, renonce à suivre un énième mari infidèle, car à quoi sert de payer pour souffrir plus encore, dit-il à l'épouse inquiète et demandeuse. Non ! Il va répondre à la commande de son frère, un homme d'affaire sans limite, John Brady. Objectif : débusquer la Reine des putes pour ouvrir un bordel virtuel. Mais Tyler va s'enfoncer corps et âme dans les rues sombres et puantes, aimer cette Majestée retrouvée et tenter de pans

Continuer à lire

La saison théâtre 2016/2017 : Chroniques d'un mal annoncé

Quand le théâtre se penche sur notre époque | Des raisons d'espérer ? Il n'en reste pas beaucoup. La saison qui vient de s'écouler fut noire en France comme ailleurs. C'est à partir de ce terreau sombre, celui du Mal, que les artistes nous éclaireront le temps d'un spectacle. Voici les meilleurs à venir. De quoi ne pas (trop) se décourager. Et même de rire.

Nadja Pobel | Mardi 6 septembre 2016

La saison théâtre 2016/2017 : Chroniques d'un mal annoncé

Ce pourrait être l'événement (encore) de cette année : Acceso, porté par Roberto Farias, un inconnu au bataillon, est une pièce dont on ne se remet pas qui sera de nouveau à Lyon (aux Célestins, petite salle, du 8 au 19 novembre). On l'avait vu il y a un an ; le spectacle était programmé dans le si vivifiant festival Sens Interdits. Une heure durant, le comédien est seul sur une scène réduite au minimum et il circule, cherche à dire ce qu'a été, gamin, sa vie sous Pinochet : élevé par des prêtres qui le violaient mais lui donnaient, eux, de l'amour quand sa nation l'abandonnait. Le danger rôde dans la salle, accompagnant ce personnage qui maintenant ne craint plus rien. Farias épouse son rôle d'une manière absolument troublante, profondément déstabilisante. Pablo Larrain, cinéaste remarquable et remarqué (Ours d'argent pour

Continuer à lire

Thierry Jolivet a faim de théâtre

SCENES | Avant d'être le metteur en scène de "Belgrade" et quelques autres pièces du collectif de La Meute, Thierry Jolivet, pas acquis au départ à la cause théâtrale, s'est formé à l'acteur. Portrait.

Nadja Pobel | Mardi 2 juin 2015

Thierry Jolivet a faim de théâtre

Thierry Jolivet voulait faire des films. Il a d’ailleurs suivi des études de lettres et de cinéma. Des désirs d'une jeunesse pas si lointaine (il est né en 1987) dont il ne s'est pas tant éloigné en devenant metteur en scène de théâtre. Parce qu’il ne «connaissait rien à l’acteur», il s’est confronté et collé lui-même au plateau en frappant à la porte du Conservatoire de Lyon. C’est là que se forme La Meute, collectif qui réfute ce terme employé à tout-va dans le théâtre contemporain, bien qu'il dise parfaitement l'envie de ses membres de travailler ensemble. Thierry Jolivet n’est ainsi pas le seul à diriger leurs spectacles, les rôles tournent. Quand il pilote (Les Foudroyés, Le grand Inquisiteur, Les Carnets du sous-sol, Italienne, Belgrade depuis 2010), il ne joue pas. Mais il fait le comédien dans leurs autres productions. Et exclusivement chez Laurent Brethome (qui enseigne l'art dramatique au dit Conservatoire), notamment dans sa version décapante et délocalisée dans des docks des Fourberies de Scapin

Continuer à lire

Belgrade, entre chiens et loups

SCENES | Depuis la présentation, voilà deux ans, d'une maquette de "Belgrade" d’après Angelica Liddell, nous n’avons plus que le nom de La Meute en bouche. Son théâtre viscéral et férocement contemporain arrive enfin dans une grande salle, celle des Célestins. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 2 juin 2015

Belgrade, entre chiens et loups

Le 15 mars 2013, le Théâtre des Ateliers offre son plateau à un jeune collectif venu montrer son travail en cours aux professionnels de la profession. Il s’appelle La Meute. Ensemble, ses membres ont jusque là monté de brillantes mais parfois trop touffues adaptations de Dostoïevski, où l’incandescence du maître russe les guide, notamment dans le fascinant Les Carnets du sous-sol, mais aussi le plus nébuleux Le Grand Inquisiteur. En sortant de la représentation de Belgrade, il est indéniable qu’un moment fort a eu lieu. De ceux qui laissent sonnés et interdits. Á cette époque-là, Vincent Macaigne a déjà déposé un beau cadavre dans le cloître des Carmes à Avignon, Julien Gosselin (metteur en scène des Particules élémentaires) est encore inconnu au bataillon, sauf dans ce Nord qui l’a formé, et les collectifs ont eux le vente en

Continuer à lire

Enfants du siècle

SCENES | La Meute, à peine quatre ans, produit ce qui se fait de plus remuant, de plus séduisant et de plus pertinent en matière de théâtre sur nos scènes locales. Après avoir malaxé Dostoïevski, voilà que ses membres triturent "Belgrade" d’Angelica Liddell et y adjoignent leurs émotions, eux qui sont nés sur les cendres de la guerre des Balkans. Attention, déflagration ! Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 18 février 2014

Enfants du siècle

À l’heure du rendez-vous, ils arrivent… en meute ! Avant même d’entamer la conversation, voici la démonstration que les membres de cette compagnie ne travaillent pas en collectif par suivisme (en théâtre, ce terme s’emploie autant à tort qu’à travers) mais par nécessité. Parce que c’est ensemble qu’ils conçoivent leurs créations - metteur en scène, acteurs, musiciens travaillent à la même table - et que tout se mêle, disent-ils en chœur, leur vie comme leur travail, le privé et le public. Pourtant, de toute évidence, leurs pièces sont loin d'être de petits baratins nombrilistes entre amis. Il s’agit plutôt d’embrasser le monde avec une vigueur que bien des troupes peuvent leur envier. Ils disent avoir rêvé ensemble de ce qu’allaient être leurs vies et être nés au théâtre en même temps qu’ils s’attachaient les uns aux autres. Ils sont passés qui par l’ENSATT, qui par l’école de musique de Villeurbanne, et se sont liés au Conservatoire de Lyon où, déjà, dans leur travail de fin d’étude (Les Foudroyés en 2010, d’après La Divine Comédie de Dante), se croisaient Joyce, Aragon, Handke, Boulgakov, Céline ou Goethe et la musique originale de Jean-Baptiste Cog

Continuer à lire

Jeunesse dorée

SCENES | Ils sont à peine trentenaires et font du théâtre sans retenue. Certes, Johanny Bert et Thierry Jolivet n’en sont pas à leur coup d’essai. Mais ils livrent avec "Le Goret" et "Les Carnets du sous-sol" des spectacles aussi radicalement différents qu’aboutis. Presque un travail de vieux briscards du théâtre. Découverte. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Vendredi 23 novembre 2012

Jeunesse dorée

La première image du Goret est un plateau incliné à presque 90° sur lequel un homme est tranquillement assis, comme si tout allait bien. Pourtant tout déraille, à commencer par lui, interné. Durant 1h30, Franck, surnommé P’tit Goret par les habitants de son village irlandais, discute, s’énerve, étreint son entourage - souvent aussi patraque que lui. Au plateau, Julien Bonnet incarne ce féroce désordre intérieur avec une dextérité peu commune. Le metteur en scène, Johanny Bert, qui avait réussi à susciter de l’émotion avec un spectacle à base de bouts de papier, Post-it, nourrit pour sa part son spectacle d’une inventivité et d’une tendresse folles. Et s’il y a ici moins de marionnettes que dans son Opéra du dragon, il offre à son acteur des têtes de mousse d’apparence humaine pour l’accompagner dans son monologue.  Tout est finement travaillé, répété avec un respect total pour le texte, l’équipe et les spectateurs. Un magnifique théâtre accidenté et réconfortant, qui transfigure les difficultés inhérentes à cette pièce écrite par Patrick McCabe à partir de son célèbre roman The Butcher Boy. Salir le sol

Continuer à lire