École en quête de futurs comédiens

Nadja Pobel | Jeudi 24 septembre 2020

Photo : © DR


L'école de théâtre Scène sur Saône n'a pas résisté à la crise sanitaire. Elle devait quitter le Croiseur, mais impossible de chercher un local pendant le confinement. Résultat : si les douze élèves de première année ont pu boucler leur parcours en mai-juin, ils n'ont désormais plus de formation. Qu'à cela ne tienne. Très motivés après une année qu'ils qualifient « d'incroyable », les neuf restants ont trouvé un nouveau lieu (la Gourguillonnaise), conservé leurs enseignants, font eux-mêmes l'administration et la gestion. Reste à trouver trois étudiants pour poursuivre l'aventure à raison de 250€ par mois, pour une rentrée prévue début octobre. Intéressés ? Contactez le collectif Sans Attendre, via les réseaux sociaux.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La Gourguillonnaise dans l'impasse

Politique Culturelle | Quand elle a été créée en 1975, la Gourguillonnaise avait pour ambition de permettre aux agents de la Métropole et de la Ville de Lyon de pratiquer des activités culturelles à moindre coût. Depuis, d'autres adhérents ont rejoint ses rangs. Problème : les collectivités publiques veulent réduire la voilure. Le point sur la situation.

Nadja Pobel | Mardi 21 mai 2019

La Gourguillonnaise dans l'impasse

Au commencement, l'association a vu le jour 20 montée du Gourguillon, dans des locaux municipaux à l'initiative d'employés de la Ville et de ce qui, à l'époque, s'appelait encore la Courly et deviendra la Métropole. Objectif : proposer des activités culturelles aux employés à des tarifs préférentiels et promouvoir la culture. La Gourguillonnaise est ainsi la sœur jumelle de Lyon Sport Métropole (ex ASCUL). Dans les les années 80, elle perd le charme de son quartier ancien, garde son nom et migre dans une zone qui subodore à peine son développement : Gerland. La surface est de 1600 m². Immense. Un terrain idéal pour multiplier les activités (jusqu'à onze différentes – huit aujourd'hui) et surtout accueillir un public autre que les employés de ces deux entités publiques car le secteur géographique était assez déserté en la matière. Actuellement, La Gourguillonnaise compte 360 adhérents dont 43% émanent de la Ville et la Métropole. Parmi les 57% d'extérieurs, plus de la moitié sont des habitants du 7e et viennent donc par proximité. Au maximum, il y a eu 450 adhérents il y a une quinzaine d'années. Des partenariats ont été établi av

Continuer à lire